jeudi 31 janvier 2008

La tecktonik est morte. Vive le Melbourne shuffle !

La tecktonik n’aura duré en France que le temps d’être rattrapée par les modeux et les fashionitas.

Un courant ne meurt jamais totalement. La teck remonte à loin. Certains prémices permettent d’en situer les débuts vers 1910 avec, tel le phœnix, des renaissances tous les 30 ans environ sur des rythmes toujours endiablés. C’est une danse qui a toujours touchée principalement les jeunes adultes et c’était encore le cas ces deux dernières années avec un tendance évidente à redescendre vers les plus jeunes des derniers mois. Qui du fait de leur « elasticité » sont bien plus doués que leurs aînés. En voici un exemple :



Un style, remuer les bras. Un look : les baskets, le jean extra slim, le t-shirt fluo, la coupe courte pour les garçons comme pour les filles avec une tendance iroquoise. Un logo officiel siouplé. Des groupes de musiciens qui s’érigent comme portes-paroles de la tendance.

La tecktonik est devenue une danse de fête patronale sous le regard énamouré des parents ébahis. C’est toujours ça de pris sur l’obésité infantile, vous me direz.

Les modeux, les créateurs de tendance qui ne font que les suivre arrivent, comme la cavalerie, avec un temps de retard. Le style se vend bien pendant les soldes (merci Jennyfer et Pimkie) et s’est invité sur les défilés haute-couture.

Trop tard.

Has been.

La tecktonik est morte.


Voilà le Melbourne shuffle !

Comme son nom l’indique le Melbourne shuffle vient de Melbourne (Australie pour ceux qui ont de mauvaises notions de géographie). Appelé aussi "shuffling" à Brisbane et Sidney, ce courant est né au début des années 80. Ce qui ne nous rajeunit pas et faire dire qu’encore une fois la France à quelques années de retard.

Il existe en Australie depuis plusieurs années des compétitions de Melbshuffle, comme on dit. Le Melbshuffle fait déjà fureur au Japon. Il y a un an, la Lituanie a préparé sa première compèt’.

Le melbshuffle est arrivé en France au printemps dernier et une fois n’est pas coutume, c’est une danse de djeun's. Très jeunes. Moins de 15 ans et qui remonte dans les pieds des « vieux ». Car le Melbshuffle est aux pieds ce que la tecktonik est aux bras.

Le jumping se pratiquent en boîte en Belgique depuis environ 5 ans déjà et n’a toujours pas bien franchit la frontière française. Or ceux qui pratiquent le jumping ne seront pas déconcertés par le Melbourne shuffle. On y retrouve les techniques à la Mickael Jacquesson avec son « moonwalk ».

Le Melbshuffle n’a pas encore de look, mais ça va venir. Normalement, basket, survêt’ suffisent. Mais tout est bon. Soit pantalon extra évasé du bas afin de cacher les pieds et d’accroître pour le spectateur le sentiment de « glisse » du danseur (ça tombe bien mesdemoiselles c'est la mode cet hiver), soit longueur corsaire avec revers pour bien montrer son jeu de pieds. Une muzic élecktro et hard house.

Ai-je besoin de préciser que teck killers et shufflers ne se supportent pas ?

Allez une vidéo vaut mieux qu’un grand discours. Voici le Melbourne shuffle :





Et comme je suis gentille et que je sais que vous mourrez d’envie d’épater vos cop’ sur le dancefloor ce week-end, voici un petit cours de Melboune shuffle. Le prof n’est pas le meilleur, mais ça a le mérite d’être simple et clair.

Entraînez vous !



mercredi 30 janvier 2008

La personnalité BORDERLINE

Depuis le temps que Justine m’a demandé d’expliquer ce qu’était une personnalité borderline, il était temps que je le fasse. Et puis c’est l’occasion de compléter mon exceptionnelle exploration des troubles de la personnalité que le monde entier m’envie.


Le type de personnalité borderline touche deux fois plus de femmes que d’hommes. Les troubles apparaissent à l’âge adulte.


Borderline veut dire « frontière ». La personne borderline est à la limite entre la névrose et la psychose, sans être ni l’une ni l’autre ou être parfois l’une parfois l’autre.


La personne dite « borderline » est changeante et fonctionne sur un mode très impulsif. Elle oscille entre la solitude et un intense besoin de relations sociales, idéalisant ceux qui leur sont proches pour les rejeter ensuite. Elle passe de la joie à une tristesse infinie en un rien de temps. Elle peut aussi être apathique et la minute d'après en colère. Dépression et angoisse sont fréquentes.


Selon le DSM-IV, pour être « étiqueté » borderline, il faut présenter au moins cinq des neuf manifestations suivantes :


- Efforts effrénés pour éviter les abandons


- Mode de relations interpersonnelles instables et intenses qui alterne l'idéalisation excessive et la dévalorisation


- Perturbation de l'identité : instabilité marquée et persistante de l'image de soi


- Impulsivité dans au moins deux domaines potentiellement dommageables pour le sujet (par exemple : toxicomanie, sexualité, dépenses, conduite automobile dangereuse, crise de boulimie)


- Menaces suicidaires ou auto-mutilation répétées


- Instabilité affective due à une réactivité marquée de l'humeur (par exemple : irritabilité ou anxiété durant quelques heures, rarement quelques jours)


- Sentiment chronique de vide


- Colères intenses et inappropriées, ou difficulté à contrôler sa colère


- En situation de stress, impression d'être persécutée

Certains désinhibiteurs comme l'alcool ou la drogue peuvent provoquer la bascule entre névrose ou psychose.


Chez la personne borderline, on observe souvent une plus grande stabilité dans les relations et la vie professionnelle après 40 ans. Mais les tentatives de suicide, l'auto-mutilation, la dépendance aux produits toxiques conduisent certains patients à de nombreux séjours en milieu hospitalier, d’autant plus que les borderlines sont demandeuses de soins. La prise en charge psychologique est parfois difficile car une personne borderline se sent facilement agressées, est hypersensible aux remarques et tolère mal la frustration.

La prise d’antidépresseurs, pendant certains épisodes est possibles. Une psychothérapie régulière, structurée, parfois menée par deux psychothérapeutes (par exemple le psychiatre prescripteur et un psychothérapeute) aide le patient à parler de ses difficultés passées et présentes. Il lui faut aussi apprendre à mieux supporter les situations de stress qui déclenchent chez lui de fortes réactions.


Mais le diagnostic est difficile à poser, présentant par là un avantage évident en psychiatrie car pendant quelques dizaines années on a pu fourrer dans la catégorie « borderline » toutes les personnes sur lesquelles on n’arrivait pas à coller une étiquette d’un trouble précis. Une prise de conscience a eu lieu. Maintenant, on les fourre dans les troubles bipolaires… dont je reparlerais.


(nouvel article sur les personnalités borderline ICI)


lundi 28 janvier 2008

Teste ton music knowledge

Je suis joueuse. Si si.
Pour te le prouver je te propose un quiz musical.
A chaque ligne, tu appuies sur "play" et tu choisis l'artiste/le titre.
Lorsque tu penses avoir trouvé les 10, tu cliques sur "OK".
Le nombre de choix corrects s'affiche à côté.

Si tu t'es sérieusement planté et que tu veux recommencer (parce que cherches à être parfaite et c'est pour ça que t'aurais bien besoin d'un psy), il suffit de remettre tout à zéro en cliquant sur la flèche bleue en bas.

La prochaine fois pour les non addicts du dancefloor, je proposerai un quiz plus "généraliste".



dimanche 27 janvier 2008

J'me voyais déjà...


C’est inouï ! Si tu tapes « vergibération » dans Google, dans yahoo.fr et .com et dans Altavista.fr et .com, kiki est la number one, je te demande ? C’est bibi !

Si tu vérifies t’en profiteras pour te connecter sur le site en lien tout de suite après le mien, t’y apprendras ce que veut dire « vergibération ». Tu feras vivre deux site de mondialisation et tu t'auras appris quelque chose aujourd'hui. C’est ti pas génial ? Merci qui ?

Pendant que j’y suis je tenais à remercier mes lecteurs et lectrices du monde entier. Car là aussi, c’est mégasupergiga bluffant, ce blog est lu aux Etats-Unis, au Canada, en Belgique, en Suisse, en Angleterre, en Algérie, à Madagascar, au Québec et bien sûr en France, même la France lointaine comme la Martinique !

Welcome to my foreign visitors !

Manque plus que la Micronésie… C’est trop cool !

Et là t’as un temps d’arrêt. Tu te demandes c’est quoi, c’est où la Micronésie ? Je sens que ça va te turlupiner toute la journée. M’en fout, moi je sais..

Si jamais tu fais une recherche rapide, comme ça en passant sur le net, en tapant « Micronésie » (la majuscule et l’accent n’étant pas obligatoires) sur ton clavier de tes petits doigts boudinés, non seulement tu auras la réponse, mais surtout aujourd’hui tu auras appris DEUX choses.

Te rends tu comptes du bienfait de venir lire ce blog ? Bon tu vas me dire que « vergibération » et « Micronésie », c’est pas toujours facile à caser dans la conversation. Mais il te faut avoir confiance en toi et ne pas hésiter à lancer le sujet. « Tiens, et si nous parlions de vergibération. T’en penses quoi toi ? ». Tu vois déjà l’effet que ça va faire. Un grand silence admiratif va suivre. Tu vas devenir le point de mire de la soirée. Chacun va te trouver drôlement bien cultivé(e). Et dès le lendemain matin, tes amis, collègues et autres piliers de bar vont faire une recherche sur le net.

Et tomber sur mon lien et se connecter sur mon blog. Qui du coup restera référencé en premier…

T’imagines pas la réflexion qu’il m’a fallut pour en arriver là et te traîner jusqu’à la fin de cet article.

Allez, je mérite bien un café.





Post Scriptum : je viens de m’apercevoir que cette stratégie ne marche pas avec « Micronésie ». Tu fais mine de rien et tu ne fais aucune remarque à ce sujet.

mercredi 23 janvier 2008

Immaculate conception



J'allume ma télé au hasard des 200 chaînes qui ne diffusent toutes que des émissions aussi débiles les unes que les autres.

Pub !!

Une petite voix demande "maman, comment à fait les bébé ?"

Je lève la tête. Je vois en gros un n° de tél avec une photo d'une grande ado attardée qui aurait bien besoin de connaître mon adresse professionnelle.

Et là : " Tu veux savoir combien de temps en moyenne il faut pour concevoir un bébé ? Téléphone au 8...."

Je rappelle que "conception" dans son premier sens veut dire "acte par lequel est créé un être vivant à partir de la fécondation d'un ovule par un spermatozoïde, synonyme : enfantement".

Cela veut donc dire que pour savoir à 16 ans combien de temps un enfant reste "en moyenne" dans le ventre de sa mère il faut téléphoner à un numéro payant et surtaxé ! Allo, y a t il un médecin au bout du fil ?

Tu remarqueras que cela ne répond pas à la question initiale à savoir comment on fait les bébés. Mais bon, l'ado déguisée en gamine avec son nounours de la pub qui se trémousse pour exciter les pervers a franchement l'air de ne pas comprendre sa question. Alors on va pas se donner la peine de lui répondre en plus.

Au fait, la conception prend "en moyenne" 9 mois.


Tu veux savoir combien de temps en moyenne il faut pour infuser le thé ? Appelle moi, mes consultations seront aussi surtaxées.

Pourquoi les femmes sont minces et les hommes bronzés

Dans nos contrées occidentales et cultivées (parait-il), les femmes se doivent d'être minces. Il n'en n'a pas toujours été ainsi. Faites un tour dans les musées et jetez un oeil sur les tableaux des différentes époques.

Il n'y a pas si longtemps encore, la femme se devait d'être pulpeuse, des gros seins, des hanches très rondes et des cuisses replètes. Généralement alanguies sur un quelconque sofa, coussin ou au bain, la femme au teint très pâle exhibe ses chairs dodues et flasques signes de féminité, de bonne santé et de fécondité. Sans compter qu'être grasse est un privilège. Un privilège de classe sociale dominante. Etre grasse c'est ne pas travailler, être aisée, avoir des domestiques, ne rien faire d'autre qu'être entretenue.


Tout va changer à l'avènement d'Elizabeth d'Autriche dite Sissi, femme angoissée et anorexique, adepte du sport à outrance et des lavements aux herbes. Sa taille très fine va affoler les hommes et modifier le regard que la femme riche et aristocratique va porter sur elle-même. Désormais, être grasse veut dire être passive, dominée, inconst
ante dans son alimentation. Il va falloir maigrir pour montrer que l'on respecte son corps en lui accordant de l'intérêt.

Aujourd'hui la femme se doit d'être mince, signe d'une certaine aristocratie, d'une certaine élégance et de la réussité sociale. Etre riche aujourd'hui c'est avoir du temps pour son corps, du temps pour le raffermir lors d'activités sportives et du temps pour réfléchir à l'équilibre alimentaire lui convenant le mieux. Norme que va tenter d'atteindre toute femme afin de démontrer sa volonté à s'élever au niveau de la classe sociale "dominante".


Au point, que cela ne devienne une obsession. Les pays occidentaux sont les plus touchées par les pratiques anorexiques. Car rester mince véhicule maintenant l'idée de jeunesse, mince et sans forme, mince et androgyne, comme avant que les hormones ne jouent leur
jeu de "mise en formes".

L'effet culturel est prédominant. Dans de nombreuses cultures, dans de nombreux pays, la femme pulpeuse, voire grasse, reste LE critère de beauté. Toujours critère de richesse, être la plus grasse possible pour montrer son haut niveau social. Mais qu'on ne s'y trompe, certaines africaines, par exemple, qui s'installent en France se laissent gagner par nos valeurs et se rêvant minces ne supportent plus leurs rondeurs au point de ne plus supporter leurs origines.



Le bronzage est une autre facette de la réussité sociale dans nos pays. Là encore, il n'était pas bon d'avoir la peau colorée par les rayons du soleil. Que l'on soit homme ou tout particulièrement femme. Une peau colorée par le soleil était le signe d'un travail manuel en extérieur, signe contraire à tout statut social élevé qui voulait qu'on ne travaille pas. L'homme vivant de ses rentes et la femme devant rester "pure" intouchée par le soleil, ne sortant dans la rue que sous l'ombre d'une capeline ou d'une ombrelle.

Des périodes fluctuantes ont vu l'acceptation du contact du soleil sur la peau, mais l'avènement des
congés payés en 1936 change radicalement la donne. Etre bronzé veut dire être parti en vacances et petit à petit par voie de conséquences avoir les moyens de se les payer. Etre bronzé c'est avoir bonne mine, être en pleine santé, avoir une belle peau, être à croqué. Etre coloré devient un plus. Etre bronzé toute l'année devient le must. Montrer que l'on peut se payer des vacances au soleil quelque soit la période de l'année voire montrer que l'on est en vacances le plus souvent possible, c'est à dire qu'on travaille peu. C'est ainsi que le bronzage devient brutalement signe extérieur de richesses.

Si les femmes reviennent ces 10 dernières années en arrière, ce n'est pas que le bronzage n'est plus représentatif pour elles de ce statut social, c'est simplement que la médecine a su frapper fort en démontrant que la bronzage à outrance augmente de façon très importante les risques de cancers de la peau mais surtout, que la peau vieillit et se ride plus vide, ce qui est contraire aux normes de jeunisme de notre Société. D'où le développement des autobronzants qui permettent à toutes de tricher, d'être bronzées sans vieillir prématurément, être bronzées sans même avoir les moyens de partir en vacances (et plus de marques !!).

Les hommes ne sont pas en reste et ne se sont guère sentis concernés par l'évolution des dernières années. Après tout l'homme buriné, aux rides marquées reste le modèle de l'homme viril, de celui qui a vécut, qui a de l'expérience et qu'on imagine avoir baroudé autour du globe. Le bronzage reste donc l'apanage de l'homme qui a réussit.


Là encore certaines cultures ne rêvent que de blanchiment encore aujoud'hui. Devenir plus clair facilite la sortie de son milieu social ou permet l'accès aux postes d'encadrement. En Afrique le "toubab", le "blanc" reste l'idéal de réussite. Alors autant essayer d'être aussi blanc que lui, voire plus. Et ce malgré les dépigmentations anarchiques donnant naissance à des tâches incapables de supporter le moindre rayon de soleil au risque de développer de graves cancers. En Asie, les femmes restent encore sous leur ombrelle, pas question de bronzer, la peau
laiteuse restant l'apanage d'une jolie femme. Rien de plus sexy que de découvrir la naissance d'un sein tout blanc sous les vêtements.

Le constat est que nos pays occidentaux valorisent les comportements à risque.
Car si on réfléchit certes être obèses augmentent les risques de maladies cardio vasculaires, les risques de diabète, de cholestérol, de triglycérides... Certes être à l'ombre limite -un peu- la synthèse de la vitamine D. Mais il me semble qu'être anorexique limite votre espérance de vie plus certainement que d'être obèse. De même le bronzage nous fait moins bien vieillir et déclenche plus de maladie que le fait de se mettre à l'ombre.

Si montrer que l'on a réussit dans la vie c'est montrer un corps "en bonne santé" -facteur de "bonne santé" s'exprimant via les critères d'être le plus mince possible et bronzé, critè
res que l'on sait néfastes pour la santé du corps- cela ne veut-il pas dire que la façon dont on montre que l'on a réussit dans la vie est basée sur des comportements irrationnels ?

Qu'en pensez-vous ?







mardi 22 janvier 2008

Réunion Montrouge - suite


Hello,

Bon comme personne ne s'est précipité (trop loin, pas le temps, travail...), la date d'une éventuelle réunion est réportée.

D'ailleurs je précise qu'aucune date n'avait été fixée, j'avais juste proposé "fin janvier". Vous me direz -je commence à vous connaître- que le mois n'est pas fini...

Je propose donc le 6 février 2008 (oui pas 2009, faut être prévoyant m'enfin quand même). C'est un mercredi, jour des enfants. Lol

Avant que vous ne réserviez vos places de train, d'avion (Lol) et vos tickets de tromé, je vous suggère d'attendre un peu pour savoir si cette réunion ne sera pas annulée faute de participant(e)s, le but étant d'être un groupe. Donc si vous réservez, assurez vous qu'une annulation est sopible, heu possible.

Je rappelle que cette réunion est ouverte aux filles comme aux garçons de 16 à 25 ans.
La participation est de 10 euros par personne (les copines qui accompagnent c'est pareil)
Ca commence à 14h00 et cela dure 1h30, p'têtre 2 h parce que je suis bavarde.
12 participants maxi.
Y'aura rien à grignoter mais y aura des boissons (sans alcool je précise car j'en vois déjà qui referaient bien le nouvel an). Parler donne soif. Ecouter aussi.
Pour ceux qui n'auraient pas compris (y en a) et celles qui n'auraient pas tout saisi (y en a aussi), il ne s'agit pas d'une réunion entre cop', mais bien l'occasion de monter un groupe de parole.
C'est convivial. On s'installe là où y a de la places. Ne sortez pas votre tailleur Chanel pour moi, soyez Vous.

Ah oui, ça se passe à Montrouge, horrible ville des Hauts-de-Seine (92) collée à Paris (Porte d'Orléans), donc Paris sud. Pour le métro je ne sais pas, je le prends pas. D'abord y a pas juste en bas (c'est pas Paris, c'est Montrouge, la banlieue quoi), je dirais à 400 m environ de l'autre côté du périph'.

Règlement d'avance car y'en a toujours qui se dégonfle et laissent les autres en plan. Ca se soigne très bien, vous verrez...
Répétez après moi "implication, implication...".

Pour plus d'infos et vous préinscrire, vous pouvez me contacter par email à consultationpsy@yahoo.com.

Si vous vous incrivez soyez sympa, VENEZ ! Vous venez pour vous pas pour moi.
Venez avec vos questions, vos interrogations, vos témoignages.

A bientôt peut être,
Sylvianne



dimanche 20 janvier 2008

Sexe et migraine


Un constat évident : si tu lis cet article c'est que tu t'intéresses au Sexe avec un grand "S".

Maligne comme je suis, si j'écris un article traitant de la sexualité je suis sûre d'attirer quelques lecteurs et lectrices en mal de cul-ture pour leurs soirées arrosées. Certaines n'ont-elles pas des potes qui lisent Union ? Toi qui blougise à souhait tu sais d'ailleurs de qui je parle.

J'en vais t'en apprendre une bonne.

Ou une mauvaise. Tout dépend de quel côté on se place.

Savais tu, Ô lecteur, Ô lectrice qu'il existait 3 catégories de maux de tête associées à l'activité sexuelle ?

Non ?

Eh bien tu as bien fait, car figure toi qu'on vient de s'apercevoir que deux pouvaient être regroupées et nous n'avons donc plus aujourd'hui qu'affaire qu'à 2 catégories de maux de tête.

Tu va donc pouvoir libérer ton esprit d'une des catégories précédentes.
Phénoménal non ?

On a gardé les deux catégories suivantes :
- les maux de tête pré-orgasmiques
- les maux de tête orgasmiques

Là, tu te marres c'est sur.

Pourtant lecteur je te vois venir. Tu te dis c'est encore un truc de nana pour éviter le repos du guerrier.
Que nenni !
Ce sont les mecs qui sont les plus atteints.
A moins que les nanas aient du mal à atteindre l'orgasme. Lecteur tu sais donc qu'il te reste à faire des progrès pour que ta partenaire soit concernée elle aussi.

Le type 1 des céphalées (c'est à dire les pré-orgasmiques) sont liées à des contractures cervicales excessives.
En gros, le mec pendant la missionnaire, ça l'oblige à faire des efforts pour que sa tête, attirée par la force de gravité positive dans nos contrées, reste dans l'alignement du reste du corps.

T'auras remarqué lectrice ayant des pratiques sexuelles bi ou hétéro, qu'après l'orgasme la gravité fini par gagner et tu assistes à une détente musculaire au niveau cervical de ton mec qui fait qu'il fini par s'écraser sur ta tronche ou sur tes seins (pour celles qui aiment les nains de jardin). N'empêche il a mal à la nuque et ça lui donne mal à la tête. Soit femme, tu arrêtes de lui taper sur la tête pour qu'il accèlère soit un peu d'innovation kama sutrique s'impose..

Le type 2, les céphalées de style vasculaire surviennent au moment de l'orgasme. Il a trop forcé, ça été long à venir (pourtant lectrice je suis sûre que tu as pensé à l'encourager pendant que tu regardais le plafond en pensant à ta liste de courses) et le sang a stagné en partie basse. Ou bien, d'un coup, ssssplashhhh, le sang est remonté au cerveau. Il va pouvoir penser de nouveau. Ca lui donne doublement mal à la tête car il n'a pas l'habitude.

Le type 2 est fortement majoritaire.

Même chez les femmes.
Eh oui y en a qui explosent en prenant leur pied.

Lecteur prends en de la graine.
Si ta chérie te dis "j'ai la migraine", c'est qu'elle est pleinement satisfaite et qu'elle n'a nul besoin d'être de nouveau honoré si rapidement par toi. Ni voit qu'un compliment sur la qualité de tes pratiques sexuelles.

Franchement les filles, je vous file de sacrées mots d'excuses. Remerciez moi.

Lecteur, lorsqu'un de tes amis te diras désormais que sa femme a souvent la migraine, ne le plaint pas mais bien au contraire félicite le. Envie le peut être.

En tout cas, pour toi qui serait concerné par ses maux de tête liés à ton activité sexuelle, il existe des traitements : des médoc contre l'hypertension et des béta-bloquants.



P.S. : J'en connais qui donneraient cher pour avoir un mal de tête orgasmique au moins une fois dans leur vie



jeudi 17 janvier 2008

La violence des parents trop gentils


Ils est toujours étonnants de recevoir en consultation en enfant ou un adolescent dont les parents se plaignent de ses comportements agressifs voire violents à leur égard et/ou à l'égard de l'extérieur de la famille.

Ses parents sont aimants, dévoués, prêts à tout et préviennent à l'avance toutes les demandes possibles de leur enfant.

Alors me direz vous d'où vient cette violence ? Du tempérament ? Ce qui voudrait dire que la violence est ancrée en soi génétiquement. De la personnalité ? Ce qui voudrait dire qu'en plus des aspects génétiques, l'environnement, l'éducation, le milieu et d'expérience de la vie s'en mêlent.

Et si tout simplement cela venait d'un déficit dans les relations entre l'enfant et les parents.

Mais ils sont super gentils !

Oui, justement.

Pourquoi donc sont-ils si gentils ? Pourquoi ne disent-ils jamais non ? Pourquoi l'enfant n'est jamais confronté à la frustration ?

D'ailleurs pourquoi des parents devraient-ils être totalement dévoués à leurs enfants ? Certes l'enfant reste la priorité. Mais lorsqu'il devient le centre d'intérêt, le centre de vie des parents on peut se demander pourquoi et surtout à quoi répond inconsciemment cet enfant dans l'attente des parents.

Car certains parents ont des attentes. Certes tous les parents rêvent que leur enfant soit bon à l'école, qu'il fasse de grandes études, qu'il fasse le métier de son rêve surtout s'il est lucratif, qu'il fasse mieux qu'eux... Après tout c'est normal d'avoir envie que son enfant réussissent à la fois dans la vie et sa vie.

Mais pour certains parents, l'enfant doit réussir LEUR vie. Et ça, cela relève de relations pathologiques.

Trop gentils. Mais pourquoi ? Par désir d'emprise sur l'enfant ? Par besoin de répondre à son propre besoin de domination sur l'autre ? Après tout, l'enfant n'a rien demandé si ce n'est lorsqu'il est bébé de répondre aux besoins essentiels de nourriture et de relation, puis d'amour via la relation. Il va se construire au travers du regard de l'autre. Ce sont les parents, et surtout la mère au début, qui vont faire de lui ce qu'il est.

Il existe et se sait exister parce que l'autre le lui dit et le lui montre.
Si l'autre (le parent) l'ignore, ignore ses demandes, ignore ses besoins, l'enfant n'existe pas. Ni pour ses parents, ni pour lui-même.

Alors se besoin d'être reconnu, d'exister il va aller le chercher.
De force.
Par la violence.

Cette violence répond à la violence des parents, violence de refuser à l'autre le droit d'Etre, le droit d'avoir une place.
Violence des parents répondant à un besoin d'affirmation de Soi.
Car comment reconnaître l'autre lorsqu'on n'a pas une représentation valorisante de Soi ?
Alors ses parents vont utiliser l'enfant, le manipuler, le posséder jusqu'à le détruire pour se regarder eux-mêmes dans ses yeux. Afin de savoir qu'ils peuvent être aimés.
La mère n'a pas regardé son bébé, elle s'est regardé elle. Plus tard, ce bébé devenu enfant, adolescent puis adulte passera son temps à se prouver qu'il existe. Ce qui n'a pas été donné devra être pris de force, juste revanche sur une violence maternelle et/ou parentale.

On veut aujourd'hui des enfants autonomes de bonne heure. Il faudrait aller à à la crèche dès la naissance, à l'école à 2 ans, à 7 ans savoir organiser son temps... Que de maltraitances pour certains enfants ! Quelle joie, quelle fierté pour certains parents ! Fierté de l'enfant qui renvoie à une image valorisante de Soi.

Les parents se construisant dans le regard de l'enfant ne peuvent se permettre de le perdre. Ils deviennent dépendants de leur enfant. Que d'angoisse en perspective ! Et s'il ne réussissait pas ? Et s'il partait ? Et s'il ne les aimait plus ? Il faut s'y accrocher quitte à l'aliéner. Indifférence aux besoins et aux envies de l'enfant, indifférence à l'autre.

Que de violence relationnelle chez des parents aimants ! Jamais agressifs, jamais interventionnistes, jamais négatifs, jamais limitatifs. Ces parents si "mauvais" à l'intérieur qu'ils se doivent de chercher dans le regard de l'autre qu'ils ne le sont pas pour exister. C'est nier aussi que l'on puisse avoir des pensées négatives, agressives. Le nier chez Soi pour ne le voir que chez les autres. S'assurer qu'on n'est pas comme l'autre. Etre des parents parfaits, gentils, bons. L'enfant étant mauvais, agressifs, violent. Enfant ignoré, abandonné à sa souffrance, abandonné tout court face à des parents dont il va falloir se protéger, parents qu'il va falloir fuir.

Ces processus insconscients sont très destructifs. Ils sont mis en oeuvre par certains parents vers leurs enfants, mais on peut aussi les retrouver dans les cas de violence conjugale.


(image : Boule et Bill de Jean Roba)

lundi 14 janvier 2008

Fellation et cunnilingus : trop mortels !!!



Ne jamais rater une occasion d'informer mes lectrices et lecteurs, c'est ma ligne de conduite.

Nous le savions déjà depuis le moyen-âge, les pratiques sexuelles déviantes relèvent de la diablerie et doivent être punies. Vade retro Satanas (et diabolo)

C'est chose faite. La science rattrape la religion.
Agenouille toi impie et lis ce qui suit :

La fellation et le cunnilingus exposeraient à un risque très significativement accru de cancers de la gorge !

Ta vie sexuelle naturellement trépidante et ebouriffante vient d'en prendre un coup.
Je compatis.


C'est une équipe américaine qui a découvert que les papillomavirus humains qui sont responsables de la majorité des cancers du col de l'utérus étaient également impliqués dans les cancers de la gorge. Bref si ta meuf et/ou ton mec a une maladie honteusement mal placée, ils peuvent te la transmettre dans la gorge s'il leur prend l'envie de te titiller la luette.

Et cela sans avoir fumé ou bu en excès alors que ces deux facteurs étaient considérés jusqu'alors comme prépondérants.

C'est dingue, tu sais maintenant que tu peux boire ou fumer en excès, tant que tu cunninligues pas ou ne turlutes pas tes risques sont faibles.

Si t'as un cancer de la gorge et si on te demandes si t'as fumé le cigare, tu sauras désormais que ton oncologue te fait part d'une façon fort diplomatique de ses interrogations sur tes pratiques sexuelles.

Lors de l'étude, le docteur Maura Johnson s'est penché sur 100 malades des deux sexes atteints de cancers de la gorge. L'histoire ne dit pas si à force de rester penchée elle a finit par avoir mal aux genoux ou s'il elle est tombée d'épuisement.

Toi qui cunnilingues ou qui turlutes sois prévénu : tu as 3.7 fois plus de risques que le reste de la population générale de développer un cancer de la gorge (ceux qui ne pratiquent pas ces techniques dépravées) et 32 fois plus de risques si tu as au moins 6 partenaires dans ta vie.


Afin de te rassurer ou okazou de te consoler, sache que le cancer de la gorge est rare et tous ceux qui choppent un papillomavirus au niveau de la gorge ne développeront pas un cancer...


Néanmoins, fais gaffe car lorsque tu diras désormais que t'as un cancer de la gorge, on te regarderas d'un autre oeil. Il y a quelques jours encore on t'aurait plaint d'avoir sombré dans une addiction tabacologique dès ta plus tendre enfance, désormais on te montrera du doigt. Récriés par les uns, adulés par les autres, tu deviens le symbôle d'une sexualité débridée en quantité et en qualité. Méfie toi tu es le prochain Hugh Heffner du XXIème siècle.

Pour ta peine, tu feras 10 genuflexions en murmurant ce mantra entêtant : "aum, je n'oublierais pas le préservatif ou le carré de latex, aum"

Bon allez, tout n'est pas perdu.
Il te restes encore l'anulingus et la sodomie
(heuuuu le cancer du colon c'est quel risque déjà ?)

dimanche 13 janvier 2008

La galète dé roua

En un mot comme en cent, je dirais « marre de la galette !! ».

Et je monterais bien un collectif contre la galette, tiens.

J’vais vous dire quand je fus jeune (non, ce n’était pas au temps des dinosaures. Non, pas Napoléon non plus. Grrr), quand je fus jeune on passait Noël, le jour de l’an puis venait le jour de la galette. C’était le premier dimanche de la nouvelle année. Un truc comme Et pis Fanny…

L’épiphanie, ça nous vient des rois mages. Vous savez les trois mecs en tuniques bariolées et cousues de fil d’or qui ont suivi l’étoile vers l’étable. Bon ils étaient partis avec 3 galettes, mais comme ce sont des mecs, ils se sont perdus et ils en ont bouffé deux en route. Il en restait une quand même, arriver les mains vides s’aurait pas fait sérieux. Bref les trois là, Melchior, Baltazar et Gaspard arrivent dans l’étable là où est né une semaine avant un p’tit mec. Comment il s’appelle déjà ? Vous savez il porte un nom de saucisson… Non pas Justin Bridou. Ah oui Jésus.

« Salut on amène la galette »

« C’est pas trop tôt » firent en chœur Marie et Joseph. « A genoux depuis une semaine devant le berceau on allait finir par faire une arthrose ».
« Mariiiie, sort le cidre ! »
« Jésus, cache toi dans la paille. Elle est pour qui cette part là ? »

T’imagine. T’imagine ta meilleure copine vient d’accoucher dans l’étable américaine de Neuilly, Hauts de Seine. T’arrive. La famille est réunie.
« Salut, j’ai amené une galette ».

Silence.

T’aurais pu amener de la layette, des fleurs, un T-shirt marqué « like a virgin », non t’as amené une galette.
Ta copine te rappelle gentiment que son pitchoune s’appelle Marie-Charlotte.
Là t’as l’air bête.
Ane et Bœuf, sortez de ce corps !!!

En plus la galette c’est gras et lourd. Déjà t’as pas encore digéré les agappes de Noël et du Jour de l’an que v’lan v’là la galette. Surtout qu’en Paris elle est feuilletée au beurre pur margarine et fourrée à la frangipane aux amandes OGM.

La galette elle peut mettre en faillite toute l’économie agro-alimentaire.

T’as remarqué ? Tu manges un bout de galette au goûter, eh ben le soir t’as toujours pas faim. Au petit-dèj suivant non plus. Au déjeuner toujours pas. Faut attendre le soir pour, en scrutant le fond de ton estomac, espérer voir un p’tit trou.

C'est là qu'on t'invite. "Allez tu prendras bien un bout de galette ?"

De quoi tuer une économie je te dis.


Tout ça pour dire que la galette maintenant on la mange même avant la bûche. Du coup la bûche tu la regarde d’un drôle d’œil. Vu que t’as encore l’estomac plein.
La galette t’en manges encore 15 jours après l’épiphanie.

Tiens hier je passe à Belle Epine, centre commercial centre du monde pour ceux qui sont de la région.
C’était les soldes. J’y suis pas allée pour ça. Mais bon du coup y avait du monde.
Beaucoup de monde.
Du coup allez boire un café relève de l’exploit himalayen. Paul Emile Victor n'y aurait pas trouvé son chien de traineau.
J’avais envie de grignoter un truc avec mon café, je méritais bien ça après ma demi-heure d’attente face qui passait son temps à dire « non plus de thé », « non plus de chocolat », « non plus de tartes ».
« Vous avez quoi alors ? »
« Du café ». et « de la galette ».
De la galette nature, frangipane, à la pistache, aux amandes, au chocolat, à la pommes, provencale…
« Juste un café, merci ».

Oui je résiste.

Car je suis consciente qu’en acceptant une galette je mets en péril non seulement l’économie agro-alimentaire mais la mondialisation. Quid des fraises importées pour faire mes tartes préférées en hiver ? Quid des graines de pavot importées de l’afghanistan pour faire déco sur les gâteaux ?

Sans compter qu’avec la galette y a la fève. Ah oui faut pas l’oublier. Celle qui fait briller les yeux des gamins. Qui dit fève dit couronne. Alors ça, si vous voulez un conseil, lorsque vous allez manger la galette chez quelqu’un débrouillez-vous pour qu’il y ait un gamin. Vous pouvez être sûr qu’on fera tout pour lui refourguer la part avec la fève. Et c’est lui qui portera avec fierté la couronne. C’est toujours ça de commentaires pour soi en moins.

Donc la galette mon esprit charitable, équitable et mes hanches lui disent non merci.

Mais comme vous le savez surement les rois mages ils n’ont pas amené que la galette (d’ailleurs ils l’ont pas amené la galette, faudrait voir à rétablir la vérité, mais c’est une autre Histoire).

Melchior il a amené de l’or, Gaspard a apporté de l'encens et Balthazar, de la myrrhe.

Franchement, vous je sais pas, mais moi ça me conviendrait bien mieux que la galette.

A l’année prochaine !!

vendredi 11 janvier 2008

Les femmes toutes abusées ?


Figure toi que j'allais écrire une réponse à mon "pote" qui précisait qu'il n'était pas ENCORE marié et qu'il recherchait des "amies" blondes hypertrophiées de la glande ma mère.
Ce qui est vrai, puisque seuls les bans ont été publiés.
Je me disais que ça ferait plaisir aux blondes aux gros nichons de savoir ça.
A sa future femme aussi.

Ca m'a rappelé qu'un mec, un de mes employeurs dans ma jeunesse, m'avait coincé contre un mur en me précisant qu'il m'appréciait beaucoup. J'avais tenté de le ramener à ma raison en jouant sur la corde sensible et en lui rappelant qu'il était marié. Il m'avait répondu "que l'un n'empêchait pas l'autre".

Le temps a passé. J'ai rencontré au cours de mes études, de ma vie et de mon exercice professionnel, bien des jeunes filles et des femmes. Je n'en n'ai jamais rencontré qui n'ait pas une anecdote à raconter.

Sur le mec dans le métro qui s'est collé contre elle et qui a eu une érection (pas elle, lui).
Sur le mec qui dans un magasin est venu se frotter contre ses fesses.
Sur le mec dans l'escalier qui lui a mis la main aux fesses.
Sur le mec qui au lycée s'amusait à faire poët-pouët sur les seins des filles.
Sur le pote (pas le mien !) qui met sa main sur sa cuisse à elle pour "appuyer ses paroles".
Sur le mec qui passe la main dans le dos un peu trop longtemps et un peu trop bas juste pour constater que le pull est doux.
Sur le mec au travail qui ne lui parle que de ses seins.
Sur le mec en boîte qui met lui met la main au sexe juste pour vérifier si c'est bien une fille.
Sur le mec vendeur qui vérifie un peu trop que la jupe tombe bien surtout sur les fesses.
Sur le mec kinésithérapeute qui masse bien trop bas.
Sur le mec qui......
et celui qui...

Vous croyez que ça existe des femmes qui n'ont pas subit au moins un attouchement non désiré et surtout d'ordre sexuel dans leur vie ?

Moi je n'en n'ai pas encore rencontré.

Et vous, ça vous est déjà arrivé ?

mercredi 9 janvier 2008

Trans-Thaï

Figure toi que mardi soir prochain un pote m'invite à son anniversaire.
Tu vas me dire que tu t'en fous. Mais ici c'est MON blog.
Alors je te raconte ce que je veux.

Donc disais-je, on va aller dans un restau Thaï dans le Marais.
Pourquoi là tu vas me dire ?
J'en sais rien. C'est lui qu'a choisi. Il aime bien les restau Thaï. Il aime bien le marais.
Tu fais les rapprochements que tu veux.
Lui il dit qu'il aime les blondes aux gros nichons. Surtout Ukrainiennes.
D'ailleurs il vient de se marier.

Pourquoi je te dis ça déjà ?
Ah oui, ce restau Thaï est connu pour être un restau gay et trans.
Pas "trance", s'il te plaît. Rien à voir avec la danse.
"Trans" comme "transgenre", travesti ou transexuel quoi. C'est pas pareil attention.
Depuis le temps que tu me lis tu connais mon intérêt pour le monde de la nuit et tous les "marginaux".
Le travesti (ce que les professionnels appellent des "transvestis") est en général un homme qui aime se faire passer pour une femme tout en gardant ses attributs masculins auxquels pour rien au monde il ne voudrait renoncer. C'est un trouble de l'image sexuelle.
Le transexuel est majoritairement un homme qui est devenu une femme. Lui a renoncé à ses attributs masculins via une opération chirurgicale et a des seins naturels qui ont poussé grâce aux hormones. Cela peut être une femme qui prend des hormones pour obtenir un corps masculin (plus musculeux), s'est fait enlevé chirurgicalement les seins et s'est fait construire un pénis (non fonctionnel). C'est un trouble de l'identité sexuelle.

Encore que mardi soir, vu qu'on devrait une quinzaine de dingues à débouler, y a fort à parier que les clients habituels ne viendront pas.

Mon pote ne le savait pas (pour l'ambiance), enfin ce qu'il dit.
Bref, il a prévenu toute sa email list.
Des fois qu'il y en a qui changeraient d'avis du coup.
Des fois aussi qu'il y en a qui craqueraient pour la belle blonde aux gros nichons de la table d'à côté.
Faut dire que mon pote c'est un intello chauve.
Du genre la tête qui a dépassé les cheveux .
Tu vois pas le rapport ?
Moi non plus, mais y paraît que les chauves...
Alors du coup c'est la blonde qui risque de le draguer.
Surtout s'il a mis son jockstrap.
Je lui ai demandé à mon pote s'il avait prévu, mais pas de réponse.
Soit il sait pas ce que c'est.
Soit il a prévu.

Toi qui me lis tu sais pas ce qu'est un jockstrap.
Je sens bien de l'autre côté de l'écran que ça va te tracasser toute la journée.
Alors je te mets une photo.

Celui là c'est un modèle camouflage. C'est joli non ? Ca camoufle. Ca fait baroudeur.
Faut une barbe de trois jour avec, mais aussi une épilation des fesses et même du sillon interfessier.
Tu me diras que le camouflage au milieu de la forêt ça peut être sympa.
Moi je dis non.
Le but du jockstrap c'est d'être disponible facilement si tu vois ce que je veux dire. Alors la forêt au milieu, ça accroche, ça ralenti la glisse. C'est définitivement non.

Tu connais pas mon pote, mais sous ses jean's usés, je l'imagine bien en jockstrap.
Enfin non je l'imagine pas. J'ai même pas envie d'y penser. Beurk ! Image mentale efface toi !
Disons qu'il a bien une tête à porter ce genre de truc.
Tu me diras, "faut une tête spéciale pour porter un jockstrap ?". Je te réponds que tu connais pas la tête de mon pote. Tu sais juste qu'il est chauve. Ca suffit pas.
Tu me diras que ça se porte pas sur la tête. Là tu marques un point.
Encore que... En cache nez avec les élastiques derrière les oreilles...
Non ?
Non.

Mercredi prochain, je reviendrais te dire si la blonde de la table d'à côté aura vérifié si mon pote avait prévu son coup.





mardi 8 janvier 2008

Réunion à Montrouge

Hello,

Je prépare une réunion "entre nous" pour la fin janvier à Montrouge (92). Un mercredi après-midi sûrement.

Cette réunion sera ouverte aux jeunes (filles et garçons) entre 16 et 25 ans.

Sur les sujets qui VOUS font envie, vous tracassent. Vos questions, vos témoignages seront les bienvenus.

Cette réunion durera 1h30.
12 participants maxi
Participation de 10 euros par personne

Si vous êtes intéressé(e), contactez moi en m'adressant un email ICI


Faut il être président pour se taper des top models ?


C'est bien connu les femmes ne portent pas attention au physique.
Elle ne s'intéressent qu'à l'esprit.
Les femmes sont donc des intellos.
Qui se ressemblent s'assemblent me direz vous.
A moins qu'elles ne cherchent à compenser des lacunes personnelles ...
Vous me direz alors qu'un petit pois ferait l'affaire.
Je suis d'accord.

D'ailleurs il n'existe pas de magazine pour les femmes montrant des physiques avantageux de mecs.
Nous n'aimons pas ça.
C'est bien connu la taille ne compte pas.
Mater des mecs pas super ne nous gène pas du moment qu'ils ont un gros QI.

Ce n'est pas nous qui achetons le calendrier des Dieux du stade.
C'est les gayz.
Nous, les femmes, si jamais l'envie nous prenait de mater des mecs musclés, on serait obligées de feuilleter Tétu, comme les gays.

Seuls les hommes aiment ce que est beau.
Une belle femme peut s'imaginer avec un mec moche.
Mais un mec, même moche, ne peut s'imaginer qu'avec une belle femme.
Donc on peut être petit, avoir déjà divorcé 2 fois, avoir déjà plusieurs enfants et ressembler à Louis de Funès et se taper un top model, surtout s'il ressemble comme 2 gouttes d'eau à son ex.
Surtout si on est président. Car si quelqu'un a un gros QI c'est lui non ?
Et si le top model a goûté à tout, même aux beaux gosses, et bien elle finit par revenir à ses premieres attractions : un mec moche à gros QI.

Bon, c'est fini cette hypocrisie oui ?
Oui les femmes aiment les beaux gosses.
Oui les femmes aiment les mecs avec des tablettes d'abdos.
Oui les femmes aiment les mecs qui en un gros... calibre.
Oui les femmes s'en foutent du QI.
Oui être escort boy rapporte.
Oui il existe aujourd'hui des destinations de vacances pour nanas qui proposent des mecs baraqués en option pour excursions privées.

Y'aurait donc des mecs pour le sexe et des mecs pour l'amour ?
C'est drôle, c'est exactement ce que font les mecs non ? Ils épousent une gentille fille, pas trop hot, de celle que le copain ne pique pas (normalement) et fantasment sur les porno star qui leur feraient ce que leur femme ne peut même pas envisager en pensée ?
Et les femmes épouseraient un mec pas quelconque, pas trop beau (pour pas se le faire piquer par le copine) et fantasment sur les acteurs pour faire avec eux des trucs que leurs mecs pensent qu'elles ne sont même pas capable d'envisager ?
Vous suivez encore là ?


Les femmes, même combat que les mecs ?

Soyons optimistes et en ce début d'années ayons une pensée pour les moches. Oui il existe des belles femmes qui aiments les moches. Après tout pour se taper Mike Jagger, Arno Klarsfeld et tant d'autres dans le mêmes registres, il faut vraiment être avide de QI. Ou avoir de sacrées lacunes à compenser.

De tendresse peut être ?


Et vous, vous les rêvez comment vos mecs ? Comme ça ?

Help StopPrematureEjaaculation


T'as plein d'adresses email ?
Moi aussi.
Des professionnelles, des personnelles, des pour les gens qui me gonflent, des pour les gens prioritaires, des pour les contacts de ce blog...

Sur certaines malgré les filtres anti-spam j'y reçois environ 20 propositions par jour pour :
- prévenir mon éjaculation précoce
- faire gonfler ma verge
- agrandir mon pénis
- me taper des jeunes adolescentes
- mater des vieilles qui s'exhibent
- xdqcdq QFdqf egFA

Et tout ça en anglais siouplé.

Et avec des viruces, des spaïouaires... Tant qu'à faire autant faire la totale.

Y a bien longtemps que j'ouvre plus tout ça.
Y a bien longtemps que je ne comprends pas pourquoi je suis ciblée comme ça.

Et là, illumination !! ("illuminer ! Désilluminer !" C'est tiré de quel film ? Allez j'attends)

Mon profil est celui d'un mec !
Vous qui prenez le temps de me lire, vous savez que je n'ai pas de pénis à gonfler (enfin pas un vrai) (enfin pas accrocher à moi quoi). Enfin bref je suis une fille.

Mais celui qui ne me lit pas, celui qui me spamme juste en fonction de mes cookies, de mes pages visitées, il croit cet abruti que je suis un mec.

Eh bien je vais vous dire.
Je suis bien contente.
Parce que comme ça je ne me tape pas les spams contre la cellulite, pour le régime hyper slim, pour me faire refaire les nichons, pour devenir irresistible, pour ne pas rester célibataire.
Parce que :
- je n'ai pas de cellulite
- je ne cherche pas à maigrir
- mes nichons vont très bien
- je suis irresistible.

Et franchement, après tout, si jamais on trouve vraiment le remède miracle pour VRAIMENT faire grossir et allonger les pénis, je serais la première fille informée et la première à en faire profiter certains.... Lol

(pour ce qui est de mater des vieilles, n'en dites pas plus, je me regarde dans un miroir, je sais. Grrr)

Plein de bisous et Bonne Année 2008 !


Übersexuel ou hurluberlu for life ?

Je vous avais déjà parlé de la bécasse parisienne qui très friande de shopping n'envisageait la reproduction qu'avec un homologue hype, le dénommé Métrosexuel.

Le métrosexuel n'est pas un homme libéré qui ne peut éjaculer que dans le métro. Non.
Le métrosexuel est un mâle qui ne vit que dans les grandes villes et qui laisse apparaître sa part de féminité. Surtout si elle est très grande. C'est un garçon manqué. Ou une fille manquée, question de point de vue. C'est un mâle bisexuel c'est sur, qui aime le shopping, n'envisage pas de sortir sans être tatoué, s'être maquillé, parfumé et sans épilation totale. Pas à poil à l'anus !

Le metrosexuel est OUT !

Le marketing n'en veut plus. Parce que pour une raison encore mal connue des marketers, vous savez ceux qui veulent nous vendre tout ce dont n'a pas besoin (d'ailleurs, j'en ai rencontré un qui m'ai dit un jour "la pire chose est de fabriquer un produit et de faire une étude de marché pour savoir qui en a besoin. Il est bien plus simple et moins coûteux de créer un besoin puis de fabriquer le produit qui va y répondre"), euh, je sais plus ce que j'écrivais, enfin bref les marketers viennent de découvrir que les femelles aiment les mâles mâles voire la caillera ! Alors après avoir vendu aux mâles on va vendre aux mâles via leurs -éventuelles- femelles. Malin non ?

Voilà un concept innovant : l'übersexuel. über venant de l'allemand "au-dessus" (utilisé en américain pour désigner le top du top) . Non ce n'est pas un mâle qui vit sa sexualité au plafond. Que nenni, c'est un mâle un vrai qui fait voir qu'il est un mâle. Il est tatoué, se parfume, aime le shopping, la déco intérieure mais.... mais y a un mais, mais donc, il ne s'épile pas ! Il ne se rase plus et porte une barbe de 4 jours digne des plus grands baroudeurs, il a du poil au torse même que ça dépasse de la chemise qu'il se doit de porter ouverte tel Mike Brant dans les années 70 |Tu te demandes qui est Mike Brant ? Me gonfle pas, fais une recherche sur Googeule, t'auras appris des tonnes de choses sur les années 70. Ouais j'y étais, parfaitement. Jalouse]. Il ne se maquille pas. Il aime les filles, le montre et sait être tendre car il n'a pas peur de la vie en couple et de la paternité.

Un autre exemple ? Tiens, le mâle brun de la pub Fuel for Life de Diesel. Vous savez ce parfum commercialisé par l'Oréal qui n'a rien de spectaculaire à part sentir la même chose qu'un autre parfum ? Fuel a été le parfum le plus vendu en ces fêtes de fin d'année malgré une composition bas de gamme et une reprise d'un ancien jus et malgré les commentaires réalistes des professionnels. Eh bien pourquoi donc pensez vous qu'il a si bien marché ? A cause de l'übersexuel ! Vous suivez là ou quoi ? Le mâle brun pas baraqué mais avec sa plaquette d'abdos, avec sa barbe et ses poils, tout en sachant qu'il se parfume et ne se néglige pas. Et ki ka votre avis à acheté ce parfum ? Les mecs ? Mé non, les femmes pour les mecs.

Alors l'übersexuel, vrai mâle ou vrai produit marketing ?
Pix : George Clooney, l'übersexuel n° 1 pour les américains (alors qu'il a avoué ne pas vouloir vivre en couple et encore moins avoir des enfants !!!):

Saisis un titre d'article ici !

J'fais ce que je veux d'abord. Si mon titre je veux le mettre ailleurs c'est mon droit, et puis les titres c'est pas une obligation. Et puis t'es qui pour me donner l'ordre de mettre un titre et en plus ici !! Non mé !

Bon kikiva avoué avoir chatté avec moi lundi soir par SMS ? Trop cool en tout cas, trop court aussi pour passer des messages importants !

Quoi, mes addict sisters n'ont pas tenté le coup ?

Bon je vous ferais un topo en fin de semaine prochaine et j'en remettrais sur une couche sur les dangers des blogs.

Zavé remarqué je viens pas souvent en ce moment. Toujours pas d'ordi à dispo (bientôt....très bientôt...) alors je rame pour passer ici.

[si qq'1 connait qq'1 qui bosse chez HP et qu'à des prix sur les portables, faites moi signe, j'aurais une pensée émue pour vous à chaque fois que je mettrais les doigts sur une touche]

Y'm semble que qq'1 a posé une question sur les borderlines. Enfin qq'1 qui s'intéresse à la psy au logis. Juré, craché (beurk), je vais mettre ne ligne la suite des articles sur les types de personnalité. Je sais que vous en mourrez d'envie en cette fin d'année, que ça vous manque même sûrement, mais que voulez vous, j'suis comme çaaaaaaaaaaaaaa (comme chantait l'autre).Pas de référence intellectuelle en ce jour. Les autres non plus d'ailleurs. Kika dit ça ?

Au fait, y parait que c'est bientôt NOËL !! Yeah ! Cadeaux, bouffe, champagne. Obligations familiales, ennui, dépressions... Que de la joie ! Surtout pour les psys ! Petits, petits, pensez à nous...

Allez Joyeux Noël !


Il paraît que la crise rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres. Je ne vois pas en quoi c'est une crise. Depuis que je suis petit, c'est comme ça" - Coluche

Stats