jeudi 3 janvier 2008

Ados et porno


C
hez les garçons
: 88 % des mecs ont vu au moins un film porno. Certains ne l'apprécie pas mais ils n'osent pas le dire aux copains au risque de manquer de virilité. Difficile d'expliquer que ces images ne représentent pas la réalité d'une relation à 2 et qu'elles propagent un manque de respect pour la partenaire. Ceux qui l'apprécie n'osent pas le dire surtout devant les filles et encore plus devant les filles adultes. Les garçons pense
nt aujourd'hui qu'être un homme c'est vivre une sexualité comme celle présentée dans les films porno. Ces films présentent une image valorisante de l'homme –c'est quelqu'un qui jouit sur commande et qui fait jouir à tous les coups- mais ils oublient que c'est au détriment de la femme, en l'humiliant.

Chez les filles : beaucoup de filles n'aiment pas regarder du porno mais pensent que les garçons doivent regarder le porno pour apprendre ce qu'il fa
ut faire, comme une école du sexe. Il suffirait donc de savoir quoi faire pour réussir à faire jouir une femme ? C'est oublier la dimension psychologique et nier les différences individuelles. A force d'en voir, certaines filles en viennent à idéaliser la représentation de l'acte sexuel présenté dans les films : tout y est parfait, tout le monde est beau, tout le monde jouit, tout est simple et elles en viennent à regretter, voire à reprocher à leur partenaire, que la réalité ne soit pas si parfaite et que leur mec ne soit pas aussi bon amant que ceux des films.

Le film pornographique ne fait que transmettre les images classiques de la virilité. L'homme est actif, fort et a le pouvoir. La femme est passive, faible et est disponible à tout moment. Ces images sont renforcées par les médias.

Le porno est présenté comme l'expression de la libération sexuelle. Mais en quoi libère t il la sexualité puisque d'abord, comme nous l'avons vu, il véhicule un idéal inexistant vers lequel vous tenter de tendre les ados mais qu'ils ne rattraperont jamais ? Ensuite cela conforte l'image de la femme comme d'une fille facile, disponible, qui ne mérite aucun respect. Surtout si elle est désirable.Tout en confortant l'image que la femme idéale, celle qui sera mère des enfants, ne peut appartenir à ce groupe de femmes et se devra d'être vierge et réservée. N'est-ce pas oublier que la fille se veut attractive sans pour aut
ant rechercher le passage à l'acte ?

Le porno banalise aussi les images de viol. Dans ces films lorsque la fille dit « non » elle pense « oui ». De toute façon peut importe son consentement puisqu'elle est toujours disponible pour le mâle dominant. Or la liberté de chacun est de pouvoir dire non ; liberté ne veut pas dire avoir tous les droits, la liberté de chacun se terminant là où commence la liberté de l'autre. Cela met donc en jeu toute la compréhension du consentement et certains amalgames qui pourraient être fait dans la réalité : certains garçons fragiles apprennent qu'une fille qui se refuse en fait peut être « prise de force ». Or cela n'a rien à voir avec la réalité du psychisme.

L'ado face au porno croit que tout fonctionne comme ce stéréotype. Il ne prend plus en compte les différences individuelles tant physiques que psychique. La sexualité se résume à de la violence dominatrice sans richesse relationnelle.

En fait le porno n'est pas seulement dégradant pour la femme mais aussi pour l'homme. Car dans la réalité, avoir de l'humanité c'est ne pas traiter comme dans ces films une personne que l'on aime. Etre capable de comprendre cela, c'est une question d'éducation. On peut regarder des films porno et rester capable de faire la différence entre la bestialité et l'amour, l'image et la réalité. Il s'agit d'être bien entouré affectivement et de pouvoir discuter de notions essentielles comme le respect, le consentement. Il s'agit aussi de faire comprendre aux ados que la sexualité est une pratique complexe basée sur un enrichissement réciproque et une volonté relationnelle et une pratique spontanée et belle. Donc rien à voir avec ce qui est véhiculé dans ces images.



Ados et Porno

6 commentaires:

  1. Je me permet de commenter cet article qui remonte à il y a plusieurs mois, car il y a depuis ces dernières années une nouvelle croisade anti-pornographie qui se prépare insidieusement, et de la même manière qu'on l'a autorisé au nom des libertés individuelles, je sens qu'on serait capable de l'interdire ou le restreindre au nom des libertés et du respect de la femme ou autre.
    Tout d'abord pour moi il y a un manque total de prise de conscience de la réalité de la part des adultes soit disant spécialistes de la pornographie. Oui les jeunes y ont bien accès. Mais maintenant, la sexualité commence bien avant que l'on ait 18 ans. Donc en quoi est ce mal qu'un jeune de 16 ans ait accès à du matériel pornographique, s'il pratique déjà ce que font ses aînés?
    Ensuite il est question dans la pornographie de FANTASMES. Oui le viol peut être excitant en tant que fantasme, aussi bien du côté de l'homme que de la femme. Ou les partouzes, ou d'autres actes que l'on retrouve fréquemment dans la pornographie. Maintenant il y a une différence entre le fantasme et la réalité. Prendre du plaisir en s'imaginant être violée par de beaux hommes ne veut pas dire que l'on aimerait être violée dans la réalité, ne croyez vous pas? Idem pour les garçons, prendre du plaisir en s'imaginant dominer une jeune femme, ne veut pas dire que l'on prendra du plaisir en le faisant dans la réalité. Vous oubliez également que certaines femmes prendront du plaisir en se faisant dominer, idem pour certains hommes. Et la sexualité est bien l'une des choses les plus intimes qui soit, donc au nom de quelle idéologie devrait on affirmer que telle ou telle personne ne prend pas son pied comme il le faut, du moment que ça implique des partenaires consentants?

    Et troisièmement, dans les analyses de la pornographie, il y a toujours que le côté pile de la chose que l'on commente assiduement, et jamais le côté face... A savoir la pornographie homosexuelle. Personnellement d'ailleurs c'est plutôt elle qui me concerne. Et là vos schémas de domination etc s'effondrent totalement, puisque l'on voit uniquement des hommes, certains dominés, d'autres dominants, et encore, uniquement dans certains cas. La plupart du temps on voit juste deux personnes en train de "baiser". Il n'y a dégradation de la personne dans aucun des cas.
    Expliquez moi en quoi votre schéma simpliste s'applique ici?

    Je vous rejoins sur un point ceci dit: l'éducation. Pour moi le porno, le regarder, en faire, le produire, doit rester un choix de chacun. Maintenant éduquer les gens pour bien leur faire comprendre qu'il s'agit de fantasme et non de réalité peut être utile.
    Si l'on commence à interdire le porno, à quand l'interdiction de Sade (qui sans vouloir vous offenser va bien plus loin que 99% des films en vente)?
    Ou même à quand l'interdiction de toute représentation de l'illégalité dans les oeuvres de fictions. Est ce parce que dans tel film on voit un père abuser de sa fille, que cela va donner envie à des pères d'abuser des leurs? Est ce parce que l'on voit des jeunes prendre de l'heroine que tout le monde va se jeter dessus en sortant du cinéma? Et si de rares personnes le font, ne serait ce pas là la preuve que l'on a affaire à une personnalité déjà fragilisée et instable?

    Le porno reste fictionnel pour moi, et c'est une donnée que bon nombre de "spécialistes" semblent oublier.

    Je suis désolé de rester anonyme, mais je n'ai pas de compte blogger ou un truc du genre.

    RépondreSupprimer
  2. Pourquoi le porno avant l'âge adulte puisque les jeunes "pratiquent" la sexualité avant 18 ans ? L'âge moyen de l'accès à la sexualité est de 17 1/2 ans soit pas très loin de 18 ans.
    Mais selon votre explication, j'ai l'impression qu'on pourrait accepter aussi la pédophilie, après tout il y a des filles de 12 qui ont des rapports sexuels de façon consentante... Alors pourquoi pas ?
    Ne croyez vous pas que votre tolérance va un peu loin ?
    En quoi la pornographie relève t elle du fantasme puisque les acteurs des films sont bien réels, le font réellement et qu'on sait d'autant plus aujourd'hui que pour le consentement on n'y est pas toujours (c'est d'ailleurs ce qui fait le "charme" de certains films de voir un des partenaires (en général la femme allez savoir pourquoi souffrir pour de vrai) ? La pornographie n'est pas fictionnelle, car les acteurs ne font pas semblant d'avoir des relations sexuelles (comme dans une fiction), ils en ont pour de bon, même si pour eux c'est parfois un job, parfois un moyen d'entrer dans la prostitution et de se faire de l'argent facile.

    Mais je vous rejoins sur le fait qu'il existe plusieurs niveaux de pornographie, du niveau de la relation sexuelle montrée mais pratiquées avec sensualité qui pourrait laisser penser qu'il y a des l'amour à des pratiques déviantes (zoo, triples pénétrations, souffrance, sang...).

    C'est drôle de parler d'intimité dans la sexualité et de pornographie. C'est parce que vous vous situez seulement du côté de celui qui regarde. Mais en quoi y a t 'il de l'intimité pour celui qui a été pris en photo ou qui a tourné un film ? Est-ce que montrer, exposer et obliger à regarder la pornographie alors qu'on n'en n'a pas envie n'est pas une atteinte à l'intimité ? Or on nous en colle partout (pub..).

    Si vous lisiez tous les articles de ce blog, ce que vous n'avez manifestemment pas fait, vous auriez lu un article sur les fantasmes.

    Quant à Sade ? Que diriez vous d'offrir Sade à une enfant de 7 ans ? Parce que j'ai une consultation une gamine de 7 ans qui regarde les films porno avec ses parents à côté d'elle très émoustillés ? Vous en pensez quoi ? Vous êtes pour ?

    RépondreSupprimer
  3. Je ne trouve pas très courageux de votre part de ne pas publier mon dernier commentaire et laisser planer de douteuses accusations de promotion de la pédophilie... Sans parler des retournements de questions tout aussi douteux.
    Si vous refusez le dialogue et commentaires qui remettent en cause votre discours, pourquoi créer un blog? Ou pourquoi autoriser les commentaires? Pour sélectionner uniquement ceux qui vont dans votre sens? Je suis assez déçu je dois dire, pensant pouvoir débattre d'un sujet sérieux.

    Bonne continuation...

    PS: inutile de publier celui ci en revanche...

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour, vous ne me connaissez pas mais je suis tomber sur votre blogue car je fesait une recherche sur la dépendance sexuelle chez les adolescents, et je crois que vous pouvez m'aider ! je suis une québecoise de 16 ans , j'ai un copain depuis 1 an et demi environ, alors voila : je me demandais si c'était normal qu'il se masturbe sur de la porno , malgré le fait que nous avons tout les 2 une vie sexuelle comblée ! Cela m'inquiete vraiment , car nous avons eu plusieurs disputes a propos de ce sujet , je ne suportais jamais l'idée qu'il regarde d'autres fille beaucoup plus attirantes que moi. Plusieurs fois il m'a dit qu'il arrêterais , mais il n'a pas su résister et cela me frustrait énormément. Si on regarde maintenant, je dirais que la situation est moin pire qu'elle l'a déja été. Il m'a avouer tout récemment que , lors des 1er fois qu'on sortait ensemble il se masturbait de 1 a 3 fois par jour! maintenant nous nous avons convenu que quelques fois par semaine , du moment qu'il ne m'en parle pas.. J'aimerais bien comprendre si c'est moi ou lui le problèmes ? Car je dois avouer que je méprise totalement toutes ces filles du porno, dès qu'il y a une émissions ou un film porno , j'angoisse ou je me frustre et je veux absolument qu'il change de chaîne, est-ce de la jalousie ? Mais de l'autres côté, je pense qu'il a vu de la porno pour la 1er fois a l'age de 11 ans, avant de me connaître, mon copain était un séducteurs née , il fesait du charme a toute les filles qu'il pouvait , et il en n'était bien fière, et maintenant c'est la 1er fois qu'il a une vrai relations amoureuses qui dure, peut-être a t'il un manque ? Car il m'a avouer avoir fait du charme sur internet a quelque filles, mais il me disait que c'était seulement pour s'amuser, je le crois quand il me dit qu'il ne sera jamais infidèle, car lui même a déja été victime d'infidèlité et sa lui a brisé le coeur, mais j'ai quand même cette peur incôtrolable qui me hante a chaque fois qu'il connait une nouvelle fille qui pourrais lui plaîre.. je ne suis pas une fille jalouse de nature, mais on dirait que tout ces éléments crée un sentiment de profonde insécurité en moi, et m'enlève ma confiance, dès que je me sens le moindrement désirable ou belle ou bien dans mon coeur , je me rapelle sans cesse ses filles du porno qui sont si parfaite à ces yeux et je panique. Mis à part cela , notre couple c'est toujours biem porter et nous nous aimons énormément , mais ce problème gâche vraiment tout. Désoler de vous demander conseille à l'improviste comme cela ! Mais vous êtes psycologue je croit , et vous avez l'air de bien connaître ce sujet qui est assez tabou a parler a ses parents ou amis. Alors j'espère que vous pourrez éclairer ma lanterne! Vous pouvez m'écrir sur '' hotmail '' , mon adresse couriel est badgurlzmyr@hotmail.com

    Merci bien !
    Myriam , 16 ans de québec (Canada)

    RépondreSupprimer
  5. Myriam, puisque tu es venue publier ici, je vais te répondre via le biais de ce blog. Et cela pourra peut être servir à d'autres.
    Je lis plusieurs choses dans ton com. Et plusieurs choses fausses. Mais prenons les choses dans l'ordre.

    D'abord ton chum était un dragueur. Les dragueurs sont des joueurs. Le sexe est une gratification "en plus", mais en fait ce n'est pas ce qu'ils recherchent. Ce qu'ils veulent c'est s'amuser à séduire l'autre. Or vérifier qu'on peut séduire est un signe de manque de confiance en soi. Il faut sans cesse vérifier qu'on est pas si moche, qu'on sait s'y prendre. Bref c'est quelqu'un qui vit dans le regard de l'autre et sans regard de l'autre positif il ne ce sent pas bien.

    Ensuite, la masturbation, ça ne se contrôle pas. Certains ont des besoins petits et d'autres très grands. Vouloir empêcher une personne de se masturber, homme ou femme, c'est le frustrer, lui donner encore plus envie de le faire puisqu'il (ou elle) ne pense plus qu'à ça et que tout est bon pour servir d'excitant. Maintenant il faut bien voir que lorsque la masturbation occupe un temps important dans la journée ou que cela présente une gène au niveau des relations sociales, scolaires ou de couples, on est dans une addiction au sexe qui vient en général compensée une dépression.

    Ensuite, il ne regarde pas les filles du porno. Ce qu'il regarde c'est la façon dont elles sont "prises". Elles ne sont pas plus belles qu'une autre (et même souvent moches car totalement retouchées par la chirurgie), non ce qui est important dans le porno c'est la relation homme/femme ou plutôt l'absence de relation. C'est du sexe pour le sexe, sans sentiment, sans respect pour la femme, avec un homme dominant auquel aucune femme ne peut résister et se donne, même quand elle ne veut pas !! Ce qui correspond bien en fait à ton copain qui en manque de confiance en lui se fantasme en mâle hyperpuissant et attractif.
    On retrouve donc dans le porno quelque chose qui vient soutenir son manque de confiance en lui (être le mâle auquel on ne résiste pas) et la dépression (qu'on compense dans le sexe).

    D'autres compenseraient dans l'alcool ou dans la drogue, lui c'est dans la sexualité puisque c'est cela qui l'a marqué jeune.

    Tu exprimes toi même un manque certain de confiance en toi. Tu te compares aux filles des films, alors qu'il n'y a pas de comparaison possible, puisque 1) comme je le disais elles sont souvent passées à la chirurgie et que 2) en fait les filles dans les films tout le monde s'en fout c'est la situation qui excite.
    Donc ta comparaison n'a pas lieu d'être.
    Tu les méprises ? Mais pourquoi donc, elles travaillent. Chacun son métier. Si elles le font c'est parce qu'il y a de la demande. Rien d'autre. Celui qui est méprisable c'est celui qui leur permet de vivre, le spectateur. Mais c'est plus facile de mépriser les filles que son propre copain, j'en conviens, car du coup cela risquerait de casser ton couple.
    Ensuite, tu dis zapper les émissions et les films. Soit vous avez une chaîne spécialisée à laquelle vous êtes abonnés, soit vous regarder la télé super tard. Dans les deux cas, le fait que vous puissiez y avoir accès démontre que vous chercher à y avoir accès. La solution : Eteindre la télé (et s'il veut du sexe il le fait avec toi) et se désabonner (le sevrage ne sera pas facile).
    Tu pars du principe que chaque fille qu'il croise pourrait lui plaire. Penserais tu la même chose s'il te disait que au bureau ou à l'université, il y a un maximum de filles ? Que ce soit oui ou non, il est évident que tu crois systématiquement que les autres peuvent être mieux que toi. Tu manques toi même de confiance en toi.

    On a donc un mec qui a tellement peu confiance en lui qu'il déprime. Et sa copine qui n'a pas confiance en elle et qui commence à déprimer.
    Il t'a entraîner dans sa déprimer ce qui est assez classique. Mais du coup tu ne peux plus le soutenir dans sa "dérive" psychologique. Moins tu as confiance en toi et moins tu ressembles à ces filles si sûres d'elles qu'ils voient dans les films. Et moins tu es sure de toi et plus il fantasme sur ce qu'il voit dans les films.

    Pas beaucoup de solutions : une thérapie de couple pour commencer afin que chacun prenne conscience de son propre fonctionnement et des conséquences sur le couple.
    Puis une thérapie individuelle pour chacun de vous. (comportementale pour toi et pour lui comportementale et analytique).
    Et dans 6 mois on n'en parle plus.

    Bisous à toi.

    RépondreSupprimer
  6. Oh mon dieu il y a des choses que je ne voyait pas du tout comme cela , merci je vais essayer de suivre vos conseils ! :)

    Bonne continuation!
    Myriam

    RépondreSupprimer

Stats