mardi 8 janvier 2008

La chasse aux bécasses


La bécasse (Scolopax rusticola) est un oiseau au long bec et aux yeux dotés d'une vision à 360° qui lors du mauvais temps se déplace en longeant les bois et en s'approchant du bétail pour se nourrir.

Eh bien des bécasses, vous je sais pas, mais moi j'en vois plein dans Paris.
Mais d'une autre famille, certainement des Pétasses Parisiana facilement reconnaissable à leur vision à 360° qui surveille les vitrines des magasins qui proposent des promotions ou des nouveautés.

Dès que le mauvais temps est là on les voit longer les vitrines pour chercher de quoi nourrir leurs placards. Là des bottes ! Seulement 170 euros ! Là une jupe boule ! En promo à seulement 80 euros ! Ici, un pull pur cashmere avec Kitty dans le dos ! Seulement 180 euros !

Son battement d'ailes suit le rythme des promos et surtout en ce moment des « ventes presse ».

Mais attention pas de prix trop bas, ventes promos certes mais pas soldes, faudrait voir à pas se mélanger.


Quoi vous ne savez pas ce qu'est une vente presse ? Je vous l'ai dit j'ai décidé de devenir superficielle et cette superficialité ne saurait accepter de vous expliquer ce qu'est une vente presse. Enfin, parce que j'ai pas tout compris moi même, mais faut pas le dire. Bref j'ai cru comprendre que c'est une vente dans laquelle une grande marque propose des super prix sur ses modèles les plus moches ou les moins vendus ou qui devaient partir à la benne. Il faut être invité bien sur. Qu'est ce que vous croyez ! C'est tout un privilège que de devoir, car c'est un devoir pour redorer la haute couture française, porter des trucs moches et has been achetés à des prix qui nourriraient une famille chinoise pendant 50 ans. Bon mais les invitations, mine de rien on peut s'en passer, on se place devant la porte et on attend qu'une autre Pétasse Parisiana vous propose d'entrer avec elle ou il suffit de faire du charme ou parfois l'entrée est libre.

Ben oui, la Pétasse Parisiana aime à se croire élitiste là où tout le monde peut aller.


Vous aurez remarqué d'ailleurs que c'est tendance. C'est hype. Porter des trucs moches, cheap, qui paraissent fabriqués en Chine (en fait c'est le cas) mais achetés à prix d'or chez Pior j'adore, chez Baje, chez Bol & Mo, chez Isa Padrôle... c'est LA MODE. Il faut paraître pauvre. Avec des fringues trop grandes, des fringues qui cachent ces corps bien entretenus à coup de sport et de nourriture bio, des fringues qui cachent le statut social mais surtout qui cachent de quel sexe on est.
Slim (has been seul) avec jupe boule (pour pas qu'on voit les fesses). Pull long décolleté avec t-shirt pour pas qu'on voit les seins.

D'ailleurs il ne faut pas avoir de seins, ni de hanches pour porter un slim, une jupe boule, une robe courte, des low boots au risque de passer pour un gros boudin.


Or la Pétasse Parisiana ne veut pas être confondue avec un Boudina Rustica. Elle veut rester mince, comme une ado. Avoir des formes après 20 ans c'est montrer qu'on a vieillit et qu'on ne peut plus s'habiller comme la gamine lycéenne d'à côté.


Comment trouver les Pétasses Parisiana dans leur habitat ?
On les retrouve posées en grappe dans les canapés des bars lounge chacune présentant aux autres ses derniers achats devant un verre de champ' rosé.

Ne les cherchez pas dans les banlieues parisiennes, c'est beaucoup trop éloigné de leur habitat de nidification.
La Pétasse Parisiana a un comportement grégaire et elle cherche par tous les moyens à retrouver ses congénères. Le blog en est un.

Car la Pétasse Parisiana créé des blogs et des sites ! Elles y partagent leurs bons plans ventes, les photos de leurs derniers achats, les commentaires flatteurs « ma chérie t'es super la-dedans » (même quand la cop' a l'air d'un super gros boudin), « oh j'en veuuuuuux un aussi, donne moi l'adresse, sinon je meurs » (Chiche !).


Du coup les Pétasses Parisiana se reconnaissent aussi à leur plumage. Plumage très changeant en fonction des saisons, des modes et des mouvements hype, mais présentant toutes le mêmes plumage au même moment (puisque acheté au même endroit à quelques heures près).
Je m'attache à en étudier de près quelques unes que j'ai repéré sur le net et qui, d'ores et déjà, sont mes modèles dans ma quête de superficialité. Et je peux vous dire qu'elles ont, pour certaines, un sacré sens de l'humour et de l'autodérision.

La prochaine fois, je vous parlerais d'une toute autre espèce : l'übersexuel Parisiana tout aussi intéressant quant à ses habitudes.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Stats