mardi 8 janvier 2008

La personnalite ANXIEUSE


Je commence un cycle sur les types de personnalité. Chaque type de personnalité fera l'objet d'un article. Avec certainement d'autres articles intercalés entre. Il ne s'agit pas de vous faire un cours de psycho, mais de vous permettre de cerner et comprendre les enjeux de chaque personnalité.

Ce premier article va vous parler rapidement de la personnalité anxieuse. En psychiatrie, on dit aussi "trouble anxieux généralisé".

Pour elle chaque situation de la vie s'avère être une source de danger. La personnalité anxieuse va systématiquement évaluer les risques à courir et va se fixer parmi toutes les issues possibles sur la moins favorable. Tout est exagéré : 5 mn de retard ne peuvent qu'être le fait qu'il y a eu un accident mortel... etx.

La personnalité anxieuse vit dans la tension psychique mais aussi physique. L'hypervigilance est constante. Il faut donc tout contrôler dans son environnement : la place des objets, où il faut aller et quand, Soi et bien les autres. Ceci étant impossible, tout manque de contrôle génère du stress et accroît sa détresse et son besoin de contrôler encore plus.

L'anxiété est un déplacement sur le monde extérieur d'une angoisse intérieure profonde et inconsciente.

Pour sortir de cette anxiété, la personnalité anxieuse doit rechercher -et traiter- la cause de départ de ses peurs. C'est sa seule solution pour sortir du stress dans lequel elle se place mais aussi dans lequel elle place les autres.

Thérapie comportementale, relaxation et thérapie d'inspiration analytique sont nécessaires. Une psychanalyse pourra s'avérer nécessaire si la cause est très profondément enfouie.

7 commentaires:

  1. salut c'etait quoi la musique sifflee que tu as mis hier stp??

    RépondreSupprimer
  2. Pansexualité, anxiété...

    Je me suis quelque peu reconnu dans cette description, je suis anxieus et hyper émotif depuis longtemps.Homme de 38 ans ,en pénurie relationnelle depuis au moins 2 ans,j'ai la trouille du jugement des autres, du coup je passe à côté de pleins de relations et je suis souvent seul.Presque handicapé social.
    Quand une personne me séduit, me drague ,je suis bloqué physiquement et hyper angoissé mentalement, mal à l'aise, comme perdu, comme si on me poussait d'un plongeoir sans que je sache nager.

    Je ne vis pas la pansexualité mais je me sens attiré par certains hommes et surtout par des femmes et je ne vois pas pourquoi je ne devrais pas désirer, rencontrer, partager plusieurs ressentis, amitiés, sensibilités,
    sensualités, corps ?
    j'en ai assez de ces catégories hétéro, homo ou bi, je pense que les tiroirs sont tjs trop étroits.
    Il y a une quinzaine d'années j'ai eut une relation avec un ami (décédé depuis), nous étions très proche et nous nous sommes caressés plusieurs fois.
    Et plus tard j'ai eut une relation amicale-sexuelle avec une amie pendant plusieurs années, les amateurs d'analyses disent que nous avions une relation de frère et soeur avec du sexe plutôt qu'une relation de couple, c'est possible .
    Aujourd'hui je cherche de nouvelles rencontres sur les sites de rencontres depuis peu...
    Une précision, depuis 6 ans je fais une psychothérapie analytique, j'ai essayé le yoga/ relaxation mais j'ai du mal à me discipliner pour y aller régulièrement, je ne suis pas assez patient, persévérant pour ce travail intérieur; je trouve que ça ne va pas assez vite, mais je dois avoir tort .

    Mais je sais aussi que "contre l'usure du quotidien, un sourire poussé jusqu'à ses ultimes conséquences peut changer le cours d'une vie".
    INCONCILIABULE

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi donc se livrer dans une cure psychanalytique si cette technique n'est pas adaptée ?? En 6 ans, il y a bien longtemps que vous auriez du régler la plupart de vos problèmes, vous êtes en fin de parcours analytique, alors si "ça" bloque encore pourquoi s'obstiner ?
    La pansexualité, je dis pourquoi pas ? Mais encore faut il que ce ne soit pas un mécanisme pour camoufler une incapacité à faire des choix, à prendre des décisions et surtout ne pas s'engager en se disant qu'on va peut être manqué quelque chose "ailleurs"... Mais où ?

    RépondreSupprimer
  4. La pansexualité, je dis pourquoi pas ? Mais encore faut il que ce ne soit pas un mécanisme pour camoufler une incapacité à faire des choix, à prendre des décisions et surtout ne pas s'engager en se disant qu'on va peut être manqué quelque chose "ailleurs"... Mais où ?

    Je me suis déjà posé cette question et c'est possible que ce soit une forme d'évitement, ce qui effectivement me permettrait de ne pas m'engager vraiment.
    INCONCILIABULE

    RépondreSupprimer
  5. je me reconnais totalement dans cet article, sur beaucoup de point. Avec le temps j'ai développé une grande parano du monde, et à la fois cette agoraphobie qui me suit, se refermer, ce besoin de s'éloigner de tout ça qui se traite à travers la solitude, et un très profond mal être.
    Bizarrement, ça ne m'empêche pas d'être considéré comme quelqu'un de social, j'ai beaucoup d'ami vrai, et de bon pote, notamment depuis que je vis seul.

    Même si on me dit toujours de ne pas le voir ainsi, le traité comme une maladie mentale m'aide à avancer, considérant toutes mes tares de pensé comme une peur injustifié et luttant en permanence contre moi même pour ne pas me laisser envahir par la monstrueuse peur qui m'angoisse tant, pour ne pas me permettre un seul instant de regarder les gens que j'aime comme des monstre qui veulent ma mort, tout simplement pour vivre. Mais l'angoisse génère un état de fatigue tel que l'esprit a bien souvent du mal à s'auto-géré, engendrant un certain trouble du comportement.

    J'ai trouvé l'art pour contenir tout ça, mais ça reste très dur à vivre. Au final, la peur de tout engendre une peur de soi-même.

    J'ai ce petit coté que j'appelles ironiquement maniaco-dépressif, les jours ou je contrôle, je suis cool, sociable, j'arrive a avancer, la vie est belle, et le lendemain, juste parce que je suis à la bourre au taff je vais vouloir me suicider... Les raccourcis de l'esprit expert en la fuite en deviennent totalement absurde pour finir; après tout, on m'excusera peut-être du retard si je me pète la jambe expret...

    Heureusement pour moi, le défaut de mon démon est de détruire mon courage, ainsi donc aussi le courage d'appliquer mes plans machiavélique pour fuir, finalement, le pire de la chose est d'avoir peur de fuir, et stagner, prit entre deux. Bloqué dans son propre esprit, seul, jugé, tyrannisé, épié, inlassablement seul. Ainsi pour mon cas, ce grand manque de confiance, cette peur de tout, d'une façon absurde engendre aussi un très grand égocentrisme, un besoin de perfection rejoignant le besoin de tout contrôler, d'être le meilleur.

    Finalement je réalise que j'ai souvent peur de l'échec comme beaucoup, mais aussi de la réussite, mais bien souvent je vais choisir la voix de l'auto-destruction, la seule manière d'être sur de ni réussir, ni échoué à cause de mes aptitudes.

    Je passe mon temps à détourner mon esprit pour le pousser vers l'inverse de ça. A force j'ai l'impression d'être beaucoup la haut, entre l'envie naturelle de réussir, de rêver, de penser au futur, d'aimer les gens, d'aimer être entourer, partager des chose, etc. Et de l'autre tout détruire, fuir, fuir, fuir, mourir. Mais surtout, la voix du milieu qui doit tout départager (j'ai fais la version simple).


    Je viens de me rendre compte que j'ai tapé un gros pavé, désolé pour ma confession quelque peu débordante... J'ai vu plusieurs psy, a par me dire un bon coup de pied au cul et c'est tout, hein, ça m'a pas beaucoup avancé, parce qu'au fond, même si j'arrive à batire ma vie, le probleme reste toujours là. J'aimerais suivre un psychotérapie, mais c'est long, et (j'ai 23 ans et dépendant financièrement de mes parents) trop cher pour ma mère, alors pour le moment j'essais juste de vivre le mieux que je peux, m'aidant de mes amis et de mon art comme meilleurs armes contre la peur, et j'avance, même si en permance je veux me tuer parce que je ne supporte plus d'avoir peur.

    Malgré tout, j'aime la vie, et ça serait vraiment bête de la perdre pour ça. J'ai juste besoin qu'on m'aide, après, faut juste que je n'ai pas peur qu'on m'aide sur le moment.

    RépondreSupprimer
  6. Bisounours : comme tu l'écris si bien à la fin, tu as peur de perdre la vie. Or il faudra un jour que tu trouves un thérapeute qui t'aide à comprendre que la mort est au centre de la vie. On nait, on meurt, au centre on fait ce qu'on peut.
    Si tu vis avec ta mère tu as sans doute peur de la perdre aussi, car tu te demandes ce que tu deviendra sans elle ensuite. Sous la peur pour l'autre, une conception très égoïste qui fait qu'il faudra bien un jour que tu deviennes -enfin- un adulte.
    Bonne continuation et accroche toi.

    RépondreSupprimer
  7. hello ...... really a fantastic blog ... Systematic desensitization use full for all people and amber Who Is Suffering from panic attack and public speaking problem.
    I really appreciate You Have The efforts put in your blog. It Is Interesting and helpful. Good luck..........

    RépondreSupprimer

Stats