dimanche 6 janvier 2008

L'inquiétante alcoolisation des adolescents



Martine Perez note dans "Le Figaro" que « des cas de coma éthylique sont signalés dès l'âge de 12 ans, selon un rapport de l'Académie de médecine ».

La journaliste relève que « s'il n'y a pas de statistiques précises, la situation est devenue préoccupante. [...] L'Académie de médecine a décidé de se saisir du sujet. Elle a présenté la semaine dernière un rapport, qui devrait servir de base à une nouvelle action de prévention conjointe de l'Académie de médecine et du rectorat de Paris dans les collèges et les lycées ».

Martine Perez rappelle que « l'enquête Escapad 2005 (enquête sur la santé et les comportements lors de l'appel de préparation à la défense) souligne que déjà à 17 ans, 18 % des garçons (et 6 % des filles) boivent de l'alcool régulièrement ».

« Mais le plus préoccupant, c'est le développement du binge drinking, un terme anglo-saxon pour désigner des beuveries dont l'objectif n'est pas le plaisir de boire, mais l'obtention le plus vite possible d'un état d'ivresse », poursuit la journaliste.

Le Pr Roger Nordmann, membre de la commission addictions de l'Académie de médecine, déclare à ce propos que « cette intoxication alcoolique aiguë, bien documentée sur le plan clinique, peut entraîner des conséquences extrêmement redoutables notamment un coma éthylique parfois mortel et signalé dès l'âge de 12 ans ».

« Une étude très récente a montré, grâce à la neuro-imagerie, que la consommation d'alcool à un âge précoce entraîne une diminution de la matre grise dans plusieurs zones rébrales », poursuit le praticien.

Martine Perez note que « nous sommes encore loin des Britanniques, chez lesquels ces modalités d'alcoolisation concernent trois fois par mois 23 % des adolescents de 16 ans, et les filles plus que les garçons. Mais la tendance est lancée ».

La journaliste observe que « pour l'Académie de médecine, l'évolution des comportements prouve que les mesures actuelles sont insuffisantes. Elle propose 15 recommandations à mettre en place, notamment le renforcement des mesures existantes, l'interdiction du sponsoring des soirées d'étudiants par des marchands d'alcool, l'interdiction de l'alcool dans toutes les manifestations sportives et l'amélioration de l'éducation à la santé, qui pourrait débuter, selon les académiciens, s l'enseignement primaire ».

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Stats