vendredi 7 mars 2008

Grands prématurés : une avancée... Mais pour qui ?



Depuis 10 ans , une unité Inserm a suivi près de 2000 enfants nés grands prématurés (avant 33 semaines de grossesse).

Les résultats démontrent que à l'âge de 5 ans, 40 % de ces enfants gardent des séquelles :

- troubles moteurs et troubles sensoriels, qui les empêchent de marcher seuls.

- troubles cognitifs qui vont entraîner des troubles des apprentissages lors de la future scolarisation.

Signalons que 32 % ont un QI inférieur à 85 (la normale étant de 100) et 12 % ont un QI de moins de 70.

Rappelons qu'une étude américaine en 2000 avait déjà montré que le cerveau des grands prématurés (1 kg et moins de poids de naissance) était plus petit de 11 à 35% selon les régions cérébrales que les enfants nés à terme, entraînant de risques de QI faible.

Un tiers des grands prématurés nécessite encore à 5 ans une prise en charge médicale ou paramédicale importante.

Faut-il le préciser ? Plus l'enfant naît tôt, plus les séquelles sont importantes. Ainsi les enfants nés à 24-26 semaines sont 18% à avoir une paralysie cérébrale à 5 ans. Ils ne sont plus que 12 % après 29 semaines de grossesse et 4 % à la 32ème semaine. Chaque semaine de grossesse en plus limite donc les risques pour l'enfant.

Les questions des limites de la réanimation sont donc posées.
Faut-il ranimer systématiquement ?

Quels risques de handicaps pour l'enfant ?

Quelle vie future pour l'enfant ?

Quelle vie pour les parents ?

Qu'en est-il de la course au plus grand prématuré que se livrent les services de néo-nat ?

Qu'en est il du désir d'enfant "à tout prix" des parents ?

Bien des questions auxquelles il va pouvoir falloir trouver des réponses médicales mais surtout sociales pour savoir et pouvoir accueillir ces enfants et leurs parents en difficultés. Et le plus rapidement possible, 10 000 enfants grands prématurés naissent par an en France.


6 commentaires:

  1. Je viens de voir ça à la télé...
    Il y a quand meme un poid limite pour la réa, il me semble que c'est moins d'1kg ou c'été peut etre 500g ...
    Mais c'est vrai qu'il faudrait avertir les parents, meme si je pense qu'ils savent trés bien qu'il y a des risques pour l'enfant qui est prématuré, sauf qu'il faut aussi voir les risque qu'a la mére si elle n'accouche pas et autre...Risque alors pour la mére mais aussi le foetus.
    Tout dépend aussi de l'histoire des parents et leur envie d'enfant, savoir si c'est le premier et s'ils n'ont pas eu déjà pas mal de difficulté pour y arrivé...
    Se sera difficile pour les parents selon les troubles mais se sera encore plus difficile si l'enfant et mort né...

    Aprés c'est difficile de se poser la question a savoir s'il faut réanimé ou pas, aprés tout sur quoi devrait t'on se basé pour savoir si un enfant doit vivre ou pas, on est pas Dieu non plus... Lui vie, lui vivra pas, lui a une chance, lui pas...Qu'est se qu'on en sait au juste?
    Parfois la medecine dramatise un peu trop, c'est sur qu'il vaut mieux dire le pire comme ca les parents et proches se font une raison, mais parfois la medecine se trompe aussi. Mais c'erst vrai qu'il vaut mieux dire "il ne s'en sortira pas" plutot que de dire "ca devrait allé"... Comme ca si ca s'arrange tant mieux, et si ca s'arrange pas on aura pas donné de faux espoir.

    RépondreSupprimer
  2. La difficulté avec la médecine c'est qu'elle affiche sa volonté d'être humaine et en même joue à Dieu. S'il est difficile de décider qui doit mourir, pourquoi cela ne l'est il pas de qui doit vivre ?
    Les parents d'un enfant handicapé ne se font jamais de raison, ils culpabilisent toute leur vie, d'autant qu'ils savent qu'ils disparaitront avant leur enfant. Qu'advient il de lui lorsqu'il ne sont plus là ? Qui va s'en occuper aussi bien qu'eux ? Qui va lui donner autant d'amour qu'eux ?
    et qui s'occupe de ces parents qui culpabilisent, sont heureux de voir leur enfant en vie et tristes de se demander ce que sera sa vie ?
    Les parents font des choix, la médecine aussi. La Société doit y faire face. Mais combien sont prêts à payer plus d'impôts pour que le désir d'enfant de certains parents soit comblé ? Combien sont prêts à s'impliquer pour aider au suivi et à la prise en charge de ses enfants ? A l'heure où on effectue des tests en intra utérin puis à la naissance pour dépister les handicaps, comment accepter qu'on en créé médicalement ? Quel que soit le côté duquel va pencher la Société, quelques soient les réponses, il faut s'attendre à des bouleversements tant d'un point de vue purement cognitif que sur les capacités d'organisation.

    RépondreSupprimer
  3. Vaste et lourd sujet.
    Mon amie vient d'accoucher d'un garçon...à 5mois 1/2 de grossesse.
    Il dans un service de réanimation intensif.
    Ce garçon, elle l'attendait depuis 3 ans. 3 ans de FIV et autres traitements également.
    Donc là, c'est dur.
    Je sais pas quoi lui répondre quand elle me parle de son bébé, et des projets qu'elle fait pour lui.
    J'avais quelques notion, mais ton post m'a encore plus ouvert les yeux.
    Dans l'absolu, je serais effctivement contre ces rénimations à tout va. Mais le cas présent...et pire, pour soi ?!
    A t'on la présence d'esprit et le recul pour refuser cette petite vie ? Même si elle ne tient qu'à un fil ?
    A t'on assez de temps ?

    Cline

    RépondreSupprimer
  4. De toute façon ils culpabiliseront c'est sur, même si parfois ils ne sont pas responsable et d'autre fois si...

    Sauf qu'aujourd'hui ça deviens du n'importe quoi ...
    Entre les parents qui font des gosses plus tard, vers 30 voir 40ans, l'autre en italie qui en fait un a plus de 60ans...
    Ceux qui boivent, fume et autre actes qui mettent le foetus en danger...

    Aprés les test c'est bien beau, mais ca arrange pas grand chose. Au final on choisit. Ah non lui sera trisomique, ah non pas lui.
    Et pourquoi pas s'amuser avec les génes, je suis sur qu'il y en a qui y pense...
    Les parents passeront alors la commande "je veux un enfant brun, avec des yeux bleu, pas trop petit et puis comme ci et comme ca"...Hop quelques manipulations et hop 9mois aprés on resort avec l'enfant idéal!

    On peu trés bien vivre avec certains handicap.
    Sauf que pour la société d'aujourd'hui c'est mal!
    Combien d'enfant trisomique sont abandonné...Et d'autre laissé toute l'année dans des centres sans visites ni rien...

    C'est sur la société évolue. On vit plus vieux et autre. Donc plus de maladie, plus de gens dépendant...
    Parfois il faut juste laissé la vie suivre son cours... L'aider par moment et observer aprés...
    La medecine fait des progrés c'est une chose, ca peu avoir du bon et parfois pas...
    On peu en venir a l'acharnement thérapeutique aprés, mais bon, on peu aussi réanimer un prématuré et observer aprés, pas s'acharner mais pas dire "bof facon il va creuver ou sera handicapé"...Il a droit a la vie comme n'importe qui, aprés c'est sur que tout depend de son handicap et de la vie qu'il aura...
    Mais il ne faut pas couver l'enfant non plus, comme je dis meme s'il est handicapé il peut apprendre a être autonome et autre... Histoire qu'il puisse se debrouillé une fois seul...

    On peu aussi se dire que l'enfant prémat' aura des probléme de dévoloppement, et parfois pas, ca peut etre plus ou moins grave.
    Mais aprés on peu se dire aussi que l'enfant meme si il né a terme, peu aussi avoir des problémes, de developpement ou autre. Et ca a toute age...

    RépondreSupprimer
  5. tiens tiens en parlant de prématurés...je l'ai ete...enfin je suis nee le 3avril au lieu du 10juillet...les medecins me voyais morte ou du moins handicapé :'(
    j'en ai parlé aujourd hui a ma psy...elle n'etait pas au courant (c'est marqué bien en grand sur la lettre du doc^^)
    en faite je lui ai parle de ca parce que depuis mes 5ans je me reveille quand il y a des merles qui chantent et je disais toujours a mes parents "les hommes en blancs/mechants reviennent"... maintenant je me reveille le matin et j'ai peur quand je me ballade dans la rue...
    Un medecin pense que c'est peut etre du aux sonneries d'alarme lors de mes 3mois a l'hopital a ma naissance...
    mais normalement on ne se souviens de rien si?? ca sera une sorte d'amnesie traumatique?? je ne sais pas trop...la psy ne s'est pas exprimé...enfin voila juste pour dire que j'etais la a 6mois au lieu de 9...
    bizou

    RépondreSupprimer
  6. Quel beau témoignage Eva ! Pourquoi un enfant ne se souviendrait il pas ? Pas des détails bien sur, car le psychisme des bébés n'est pas assez développé pour mettre en place des mécanismes de défense, qu'il ne comprend pas ce qu'il entrevoit, ressent... Il y a mémorisation car les apprentissages débutent déjà dans le ventre de la mère et continuent au plus ofrt dès la naissance. Donc il y a mémoire mais déformée avec les capacités de l'enfant à cette période et en fonction des manques et compensations. Tes peurs sont peut être liées à ce que tu as vécu. J'ai envie de dire intuitivement certainement. Ton esprit à gardé des traumas et a fini par se fixer sur un son, un bruit, un sentiment... Le bruit peut être lié aussi au son des machines... Qui sait ? Des témoignages comme le tien sont précieux pour faire évoluers les connaissances sur les prémas. Ta psy n'a jamais été très "communicative" LOL. C'est bien dommage je trouve. Mais chacun sa méthode.

    RépondreSupprimer

Stats