lundi 21 avril 2008

Le symbole de l’argent dans la psychothérapie

image Diez

Les consultations en psychologie ne sont remboursées que dans les établissements publics (hôpitaux, cliniques…). En libéral, tout comme pour la cure psychanalytique, les consultations psychothérapeutiques ne sont pas prises en charge par la sécurité sociale.


Pourquoi ?


En cure psychanalytique comme en psychothérapie, il s’agit de respecter le « cadre ». Le cadre consiste à consulter en cabinet, à avoir en face de soi un « psy » neutre et bienveillant et à payer ses consultations (normalement en liquide et toute consultation manquée est due).


Si le cadre ne souffre pas d’aménagement en cure analytique, il en est tout autre en psychothérapie où il faut bien avouer, face aux contraintes de la vie quotidienne, le cadre est parfois (souvent ?) aménagé (paiement par chèque, consultation due que si elle est manquée ou annulée moins de 48 avant, consultations à domicile…).


Mais le sujet qui nous préoccupe aujourd’hui est la place du paiement, de l’argent dans la cure comme dans le psychothérapie.


Le coût d’une consultation est aujourd’hui rarement en rapport avec les revenus du patient. Il s’agit désormais la plupart du temps d’une somme fixe, comme pour une consultation médicale.


Néanmoins, le prix annoncé à la prise de RDV et reprécisé lors de la première consultation, se doit d’être « dérangeant » pour le patient afin d’entraîner un remaniement du système de consommation, bref il faut que le patient le « sente » sur son budget afin que cela ait la portée nécessaire.


Freud avait noté que les gens traitaient de la même façon les faits sexuels et les questions d’argent, la relation à l’argent étant donc par elle-même informative.


Quelques autres raisons au paiement :

  • - Il faut payer pour prendre son analyste ou son thérapeute au sérieux
  • - Il faut payer l’analyste ou son thérapeute pour ne pas avoir à le « payer » plus tard, c’est à dire penser qu’on peut avoir une dette envers lui
  • - L’argent donné symbolise un sacrifice d’une certaine jouissance. Le plaisir qui aurait pu être pris en dépensant cet argent dans un produit de grande consommation est différé, ce qui facilité le travail
  • - L’analyste ou le thérapeute se trouve pendant quelques instant être salarié par son patient, ce qui l’oblige à se concentrer uniquement sur le patient, à lui accorder son temps et ses pensées.
  • - Et bien sur, l’analyse comme le thérapeute a besoin de vivre de son travail et la rémunération se doit d’être le reflet des qualifications qu’il a pu acquérir. (Ca me rappelle une patient qui me disait qu'elle avait toujours du mal à me donner l'argent et à qui je faisais remarquer que ce n'était en rien un cadeau mais bien une rémunération pour mon travail de concentration son cas et qui en resta abasourdie... Ce qui ne l'empêcha pas de tenter plusieurs fois de négocier mon "salaire").

Le fait de donner de l’argent est en soi un acte séparation et de reconnaissance de dette.


Si les consultations par un médecin psychiatre sont remboursées par la sécurité sociale, il n’est pas rare, s’il pratique une analyse ou une psychothérapie qu’il demande un complément financier pour entrer dans le cadre.


Les prix d’une consultation en analyse ou en thérapie sont en général entre 40 et 60 euros pour environ 45 à 60 minutes de travail chez des patients adultes(fuyez ceux qui vous proposent des consultations de 20 à 30 minutes !)


Cela peut être frein à la poursuite du travail, les professionnels en sont bien conscients. Mais la parole a un prix, même s’il est difficile à définir.


Il existe des consultations psychothérapeutique ou analytiques gratuites en CMP (Centres Médico-Psychologiques). Si on sait que le non paiement n’a pas d’influence sur la chronicisation du patient (il ne finirait jamais son travail ou continuerait à consulter même lorsque le travail est fini), on constate néanmoins un moindre respect du travail du professionnel par le non respect de l’intervalle entre les séances ou le nombre de séances manquées et non prévenues.

4 commentaires:

  1. ^-^ Il est mimi le cochon rose ...

    D'un certain coté je comprend le fait de payer et tout...
    Mais d'un autre je me dit que certaines personnes on déjà pas mal de probléme et parfois on pas tellement d'argent (voir pas du tout pour les étudiant) parfois aussi ils sont pas tellement motivé a consulté (pour la distance, le fait de voir un psy, l'argent...)
    Donc c'est vrai que parfois on peu se dire "se serait bien de consulter" et en faisant le pour et le contre se dire qu'on aura plus d'emerde en consultant qu'en restant sans suivis...

    RépondreSupprimer
  2. arfff
    ma psychiatre c'est 20 minutes tout craché pour slurp... 41euros... C'est sure que ca fait mal quand je les vois passé surtout quand le RDV m'a paru...on va dire...bon a rien...

    RépondreSupprimer
  3. ça m'a toujours interpellée, mon psychologue ne dit jamais "merci" quand je lui tends le chèque. Je me demande si c'est pensé et volontaire ou bien s'il ne fait pas exprès. Chez n'importe quel commerçant poli, par exemple, il y a un remerciement mutuel. Pourquoi pas chez le psy?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tss tss pas de généralisation hâtive. Pourquoi pas chzz yon psy est la bonne question Perso je remercie tjrs mes patients. C est 1 réflexe de politesse. Même si sur le principe je comprends la réaction de ton psy : remercies tu ton patron lorsqu il te donne ton salaire ? Non. Là c est pareil. Ce n est pas un cadeau mais bien une rémunération.

      Supprimer

Stats