vendredi 30 mai 2008

Quant tout ne mène à rien et que rien mène ici...

Y a des choses étranges quand même dans cette vie.
Pourtant tu le sais Ô lectrice, Ô lectrice, je ne m'étonne de rien.
Mais l'internet reste je crois le summun de mes éblouissements.
Si -enfin- la majorité de mes lecteurs n'arrivent plus en faisant une recherche sur la zoophilie, je m'esbaudis de voir que certains internautes arrivent sur mon site en tapant des choses étonnantes.

Donnons deux exemples.
Au hasard (hum)...

"Mike Brant sexualité"

Oui, moi aussi, je ne suis pas sûre de faire le lien, mais si Gougueule France le dit...
Toi qui me lit, sans doute as tu passé l'âge d'avoir connu Mike Brant.
Je ne te dirais qu'une chose :
Tu n'as rien perdu.
D'ailleurs Mike Brant à fini par s'en rendre compte lui-même, il s'est suicidé.
Sa conscience l'a rattrapé un beau matin et il s'est sans doute rendu compte de ce qu'il nous faisait subir.
Mike brant était-il sexuellement déviant ? Etait-il gay ? Etait-il bisexuel ? Etait-il zoophile ? Etait-il switch ? Etait-il adepte du léchage de pieds ?
Eh bien ce n'est pas sur ce site que tu trouveras la réponse.
Non.
J'en suis la première désolée, moi qui aime avoir réponse à tout.
Nez en moins pour me faire pardonner, je m'en vais de ce pas te faire partager le bonheur de te pâmer devant le décolleté métrosexualisé de Miiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiike !





"La pilule qui fait grossir les fesses"

Que dire ?
Des millions de femmes en France ne rêvent que de maigrir du booty.
Eh bien y en a au moins une qui veut grossir des fesses !
Mais que fait la police ?
C'est totalement inadmissible de laisser ce type de personne en liberté.
C'est à vous casser le moral d'un pays entier.
Bon, c'est vrai j'ai utilisé sur ce blog les mots "pilule", "grossir" et "fesses", mais ensembles jamais.
On avait déjà eu droit aux gâteaux japonais qui font grossir les seins.
"Mange moi".
Que la pilule contraceptive puisse faire prendre un peu de seins, certes. Mais des fesses, que nenni.
Sinon, moi je connais deux moyens pour grossir des fesses :
- bouffer de la charcuterie
- ou avoir la chance de faire un job qui permet de rester assise entre 7et 8 heures par jour.
Les deux ensembles c'est magique.





En tout cas, pour ce qui est d'attirer des lecteurs et des lectrices, c'est pas gagné.
Quand je vois que le blog de "la petite maison de la prairie" fait plus de 800 visiteurs/jours et que le blog sur les écureuils de Corée (c'est vrai quoi, c'est passionnant ces petites bêtes) fait plus de 300 entrées/jour, je me dis que j'ai encore du pain sur la planche.

Bon week end.

mercredi 28 mai 2008

Méca(no)philie

La mécaphilie, ça peut commencer comme ça....


Jordan, comme beaucoup d'hommes, aime sa voiture.

Au point d'avoir des relations sexuelles avec depuis 4 ans.

Il a 22 ans, n'a jamais embrassé une fille.
Mais il couvre sa voiture de caresses et de baisers avant de la pénétrer par le pot d'échappement.

Jordan est "mécaphile". Il aime avoir avec du sexe avec un engin mécanique.
Il est fétichiste et adepte des pratiques autoérotiques.
Jordan est un solitaire, ses seuls amis sont d'autres mécaphiles trouvés sur le net.


Pour Jordan, comme pour tous les mécaphiles, sa voiture est bien sûr une "fille", d'ailleurs il lui a donné un prénom féminin. Il en est amoureux et a commencé par se masturber contre sa carrosserie. Puis "s'est finit" dans le pot d'échappement.

Mais attention, une relation sexuelle avec sa voiture peut être dangereuse ! Comme l'explique xdraco, certaines précautions sont à prendre :

- ne jamais pénétrer sa voiture juste après avoir roulé avec. Le pot d'échappement est très chaud !
- éviter une relation coïtale complète car les bords du pot d'échappement sont blessants voire tranchants, ce qui est désagréable.
- se masturber et se contenter d'introduire le gland pour éjaculer
- se méfier car certaines voitures ont de petits pots d'échappement et il est possible de rester bloqué
- ne jamais tenter la pénétration avec le moteur en route (risques de brûlures mais aussi risques liés au monoxyde de carbone, sans compter que le pot étant bouché vous allez abîmer votre moteur)
- toujours nettoyer l'intérieur du pot avant pénétration (c'est tout noir à l'intérieur)
- ne pas oublier de mettre la voiture en prise (le frein à main ne suffit pas du fait des secousses) et si votre voiture est une automatique mettre en position "park" (ça vous évitera de vous faire rouler dessus)
- utiliser un préservatif car le pot n'est pas stérile, surtout que quelqu'un d'autre à pu l'utiliser avant vous.


Quant à Jordan, il vient de s'acheter une voiture "garçon" qu'il a appelé Todd.
Il veut expérimenter une relation gay.


lundi 26 mai 2008

LE TOP 40 DES ERREURS MASCULINE AU LIT...

Aujourd'hui j'ai pris mon temps.
Aujourd'hui j'ai d'ailleurs décidé de vous parler d'un sujet dont je ne vous parle jamais (ici, c'est un blog sérieux) :
Une fois n'est pas coutume, je vous parlerais de... sexe.
Inhabituel isn't it ?

Voici Ô lecteur, ce qu'il ne faut pas faire dans les moments précieux d'intimité à deux (ou plus).

1) NE PAS VOULOIR EMBRASSER D'ABORD.
Fuir les lèvres de sa partenaire et plonger directement vers les zones érogènes lui fera penser que vous avez payé à l'heure et que vous comptez rentabiliser au mieux votre investissement en shuntant ce qui n'est pas essentiel. Un baiser passionné est la base fondamentale des préliminaires.

2) SOUFFLER TROP FORT DANS SON OREILLE.
Admettez que quand vous étiez gosse à l'école, des copains à vous vous ont raconté que les filles aimaient ça. C'est vrai parfois, mais il y a une différence entre émettre un léger souffle érotique et souffler comme si vous deviez éteindre les bougies sur votre gâteau de 50ème anniversaire. Ça, ça fait mal.

3) NE PAS SE RASER.
Vous oubliez parfois que vous avez un hérisson attaché à votre menton, et que vous ratissez à plusieurs reprises la peau douce et sensible du visage et des cuisses de votre partenaire. Quand elle tourne sa tête d'un côté à l'autre, ce n'est pas par passion, c'est pour éviter la "râpe à fromage".

4) LE PELOTAGE DES SEINS.
La plupart des hommes se conduisent comme une ménagère en train de palper des melons pour savoir si ils sont mûrs avant de les acheter. Touchez-les doucement et caressez-les, on n'est pas au marché!.

5) LE "MORDILLAGE" DES TÉTONS.
Pourquoi les hommes se ruent-ils sur les tétons des femmes, et les pressent-ils ensuite comme si ils essayaient de dégonfler le corps de leur partenaire par les seins? Les mamelons sont extrêmement sensibles. Ils supportent difficilement le mâchonnage et le mordillement. Léchez-les, sucez-les doucement. Donnez-leur quelques coups de langue, mais surtout, ne les prenez pas pour des jouets pour chiens en caoutchouc.

6) LE TRIPOTAGE DE SES MAMELONS.
Arrêtez de faire ce truc où vous tripotez les mamelons entre le doigt et le pouce comme si vous essayiez de trouver une station de radio. Concentrez-vous sur les seins dans leur ensemble, et pas seulement sur les points d'exclamation.

7) IGNORER LES AUTRES PARTIES DU CORPS FÉMININ.
Une femme n'est pas simplement une autoroute avec trois sorties: Sainte-Poitrine Est et Sainte-Poitrine Ouest, et le Tunnel de la ville basse. Il y a d'autres secteurs de son corps que les hommes ignorent bien trop souvent parce qu'ils sont obnubilés par la Porte Vaginale. Il est temps d'accorder à toutes ces autres parties quelque attention.

8) LA MAIN PRISE AU PIÈGE.
Une dextérité manuelle défaillante dans la région du bas-ventre peut aboutir à un emmêlage de doigts dans la petite culotte. Si vous avez un comportement agressif à ce point, pourquoi ne pas lui demander de retirer ce qui vous gêne?

9) LE PETIT PRÉSENT DONT ON SE PASSERAIT BIEN.
La destruction/élimination du préservatif usager est de la responsabilité de l'homme. C'est vous qui le portez, c'est vous qui le jetez.

10) L'ATTAQUE DU CLITORIS.
La pression directe est très désagréable; préférez plutôt un léger mouvement rotatif de chaque côté du clitoris.

11) NE PAS FAIRE LA PAUSE.
Les femmes, à la différence des hommes ne "reprennent" pas là où elles se sont arrêtés. Si vous arrêtez, elles retournent à la case départ très très vite, alors un conseil: si vous avez un doute, continuez à tout prix , que vous ayez la mâchoire engourdie ou pas.

12) LE DÉSHABILLAGE MALADROIT.
Les femmes détestent avoir l'air stupide, mais c'est pourtant l'air qu'elles auront lorsque, toutes nues à partir de la taille elles se retrouveront avec un sweat-shirt collé sur la tête. Effeuillez-la comme une jolie rose, pas comme le vulgaire emballage d'un cadeau de gosse.

13) UN DOIGT MOUILLÉ PENDANT LES PRÉLIMINAIRES.
Mettre la main dans son slip pour la caresser pendant les préliminaires, ça peut être très sexy. Mais tirer la culotte entre les cuisses ou même en avant et en arrière, ça ne l'est pas du tout.

14) L'OBSESSION VAGINALE.
Bien que la plupart des hommes puissent trouver le clitoris sans une carte, ils pensent tous que le vagin est le seul truc important ici bas. À peine votre main est elle dans l'entrejambe qu'on a l'impression que vous essayez de bourrer une cheminée avec des billets de banque volés. Pour le principe, c'est OK, mais si vous y allez "comme un boeuf", vous pouvez endommager la machine - alors de grâce, ne faites pas la brute. Il est conseillé de prêter plus d'attention à son clitoris et l'extérieur de son vagin d'abord, ensuite vous lui glisserez doucement un doigt et elle vous fera savoir si elle aime.

15) LE MASSAGE TROP VIGOUREUX.
Essayez de lui faire un massage sensuel et qui lui procurera beaucoup de détente pour la mettre dans l'humeur. Pour cela, utilisez vos mains et le bout de vos doigts, mais pas vos coudes, ni vos genoux.

16) LE DÉSHABILLAGE PRÉMATURÉ.
Ne forcez pas le mouvement en la déshabillant avant qu'elle n'ait au moins fait donné quelques signes d'intérêt envers vous, même s'il ne s'agit que d'ôter quelques boutons.

17) ENLEVER SON PANTALON D'ABORD.
Un homme en caleçon et chaussette n'est pas du tout à son avantage. Pensez à enlever vos chaussettes d'abord.

18) BRÛLER LES ÉTAPES.
Quand vous vous êtes introduit en elle, la pire chose à faire est d'entamer l'imitation du piston dans le cylindre d'une moto de compétition. Elle aura tout de suite l'impression désagréable de n'être que l'outil de votre plaisir. Montez en régime lentement, avec quelques accélérations profondes et bien menées.

19) PERCUTER COMME UN PREMIÈRE LIGNE DANS UNE MÊLÉE.
Si vous lui plaquez les os de votre bassin dans sa cuisse ou dans son estomac, la douleur sera équivalente à deux semaines d'équitation concentrée dans quelques secondes.

20) JOUIR TROP TÔT. C'est la crainte de chaque homme...
Et avec raison! Si vous tirez avant d'avoir pu voir le blanc de ses yeux, assurez-vous d'avoir un plan de secours pour lui assurer son plaisir à elle aussi.

21) PEINE À JOUIR.
Il peut vous apparaître que faire du ça va ça vient pendant une heure sans jouir est la marque de fabrique du dieu sexuel, mais pour elle c'est plus probablement la marque d'un vagin engourdi. Achetez au moins quelques toiles de maîtres que vous disposerez sur les murs, qu'elle ait au moins quelque chose pour tenir son attention pendant que vous jouerez Marathon Man.

22) DEMANDER SI ELLE "A JOUIT".
Vous devriez vraiment être capables de le deviner. La plupart des femmes vous le font savoir "au bruit". Mais si vous ne savez vraiment pas, eh bien, ne demandez pas.

23) LES CARESSES SEXUELLES BUCCALES TROP MOLLES.
N'agissez pas comme un gros chat avec une soucoupe de lait. Plaquez votre bouche entière sur la zone et concentrez-vous ensuite sur des mouvements de rotation ou des petits coups secs de votre langue sur son clitoris.

24) LUI POUSSER SA TÊTE VERS LE BAS.
Les hommes adoptent cette manière de faire dans l'espoir que la femme comprendra qu'elle doit prendre le pénis dans sa bouche. Toutes les femmes détestent cette façon de "forcer la main". C'est exactement comme l'homme de Cro-Magnon qui traînait la femme par les cheveux pour l'amener dans sa caverne. Si vous voulez qu'elle se serve de sa bouche pour vous satisfaire, utilisez la votre; essayez de lui demander d'une manière séduisante.

25) NE PAS LA PRÉVENIR AVANT D'ÉJACULER.
Le sperme a un goût d'eau de mer mélangée avec du blanc d'oeuf. C'est un goût qui n'est pas forcément apprécié de tout le monde. Quand elle vous fait une fellation, avertissez-la avant de venir, c'est la moindre des chose.

26) NE PAS BOUGER PENDANT LA FELLATION.
Ne poussez pas. C'est elle qui fera tout le travail pendant la turlutte. Restez couché là sans bouger... Et surtout, ne saisissez pas sa tête!

27) NE PAS PRENDRE EXEMPLE SUR LES FILMS PORNOS.
Dans les films X, les filles semblent beaucoup apprécier les cumshots (ou éjacs faciales comme disent les pro du circuit). Dans la vraie vie, ça donne surtout un peu plus de linge à laver.

28) LA FAIRE RESTER AU DESSUS PENDANT UNE ÉTERNITÉ.
Lui demander de se mettre au dessus est une bonne idée. Mais rester couché là à grogner de plaisir sans bouger pendant qu'elle fait tout le boulot n'est pas très fair-play. Caressez-la un minimum, et prenez lui les hanches pour l'aider à se reposer de temps en temps.

29) FEINTER LA SODOMIE PAR ACCIDENT. C'est de cette manière que les hommes attrapent la réputation de ne pas savoir demander leur route. Si vous voulez le mettre là, demandez lui d'abord! Et ne pensez pas que le fait que vous soyez bourré soit une excuse.

30) PRENDRE DES PHOTOS.
Quand un homme dit, "Je peux prendre une photo de toi?" Elle entendra les mots "... pour la montrer à mes copains." Laissez-la au moins connaître vos copains avant de lui proposer ça.

31) NE PAS ÊTRE ASSEZ IMAGINATIF.
L'imagination, ça peut être de lui dessiner des motifs sur le dos ou sur le ventre avec un glaçon, ou bien de lui verser du miel sur la peau pour le lécher ensuite. Les fruits, les légumes, la glace, les plumes sont des alliés efficaces. La cire de bougie chaude et les coups de fouet ne doivent pas être de la partie.

32) DONNER DES COUPS DE VENTRE.
Il n'y a pas le bruit moins érotique. C'est aussi sexy qu'un concours de rots.

33) LUI FAIRE PRENDRE DES POSITIONS STUPIDES.
Si elle veut faire du yoga dans le lit, très bien, mais à moins qu'elle ne soit la nouvelle Nadia Comanecci, ne soyez pas trop ambitieux. Demandez-vous si vous voulez d'une partenaire sexuelle avec un claquage des abducteurs.

34) RECHERCHER SA PROSTATE.
Lisez bien ceci: la stimulation anale est bonne pour des hommes parce qu'ils ont une prostate. Les femmes n'en ont pas.

35) LES MARQUES D'AMOUR ou SUÇONS.
Il est fortement érotique de manifester quelque succion douce sur le cou, mais c'est à faire avec précaution. Aucune femme ne veut avoir porter des pull-overs à col roulé ou des écharpes pendant des semaines, surtout si c'est en plein été.

36) ABOYER VOS INSTRUCTIONS.
Ne criez pas vos encouragement comme un coach sur un banc de touche avec un mégaphone. Ça n'a rien d'excitant.

37) DIRE DES COCHONNERIES.
Ça vous donnera l'air d'un vieux pervers qui passe ses journées à appeler un 36 68 69 .. .. Si elle aime que vous la traitiez de tous les noms lubriques de la création, elle vous le dira.

38) NE PAS SE SOUCIER DE SAVOIR SI ELLE EST VENUE.
Il faut finir votre boulot jusqu'à ce que vous le fassiez bien, et elle fera ensuite autant d'efforts pour vous.

39) SI VOUS L'ÉCRASEZ.
Les hommes pèsent généralement plus que des femmes, alors si vous êtes couchés sur elle un peu trop lourdement, elle va vite virer au bleu.

40) NE PAS EXPRIMER DE GRATITUDE.
N'oubliez pas que vous n'êtes qu'un rustaud qui ne pense qu'au sexe... Et vous avez de la chance d'avoir cette déesse dans votre vie. Alors n'hésitez pas à lui montrer votre gratitude, avec des mots et des gestes.


Quelque chose à ajouter ?

jeudi 22 mai 2008

Regroupons nous !


J'aurais pu te parler de S.T. (non, je ne veux pas que mon site soit référencé sur son nom) et de sa participation à l'Eurovision. Chanson minable (dont j'ose vous faire écouter un remix) et chanteur au look crade, son clip et la video des répèts laissent penser que cette fois encore on n'est pas prêts de gagner.

Tu me diras, je m'en fous, il y a des siècles que je n'ai pas regardé l'Eurovision, la dernière fois datant d'une soirée préadolescente avec mes parents à crier "2 points" ou "10 points" (avé l'assent english plise) sur des chansons nulles et des groupes aussi oubliés que passés, comme des millions de français à l'époque.
Cette année si on gagne je m'engage à ne pas manger la tarte aux fraises qui me narge dans mon réfrigérateur et à écouter le dernier album de S.T, niquedouille !
C'est dire...


J'aurai pu te parler aussi du fait que depuis que mon blog existe, le mot "vergiberation" n'a jamais été tant utilisé dans les sites.
Au début lorsqu'on tapait "vergiberation" sous yahoo ou google, on obtenait 4 sites. Maintenant on les compte à la pelle.
Manque d'imagination ou mot devenant culte ?
Grâce à qui ?

Non, je veux te parler de l'actualité sur le pétrole.
Tu le sais, vous savez tous que le prix du barril du pétrole brut bat tous les records.
Il y a 6 mois encore, personne n'osait envisager que le barril puisse dépasser les 100 USD.
En quelques semaines il est passé à 135 USD !
Un barril = 200 litres
135 USD par 200 litres = 0,68 USD le litre, soit 0,43 euros le litre !

On est loin des 1,50 euros le litre d'essence 95 à la pompe.
Et la différence n'est pas lié qu'aux taxes du trésor public, loin de là.

Il parait que c'est de la faute du consommateur.
On n'a qu'à pas vouloir des fraises en hiver (du Chili) et des tomates en mars (du Vénézuela).
Mais... nous on a rien demandé !
On nous propose, on prend.
Mais si y a pas, y a pas.
On tente de nous faire croire que tout nous est devenu nécessaire.
Tiens, prend le plastique Ô lecteur et Ô lectrice.
Le plastique est arrivé en trombe à la fin des années 70 (après les tables en mica).
Le plastique c'était la matière du pauvre, de l'ouvrier, du syndiqué.
On nous promettait des jours meilleurs : le disco, 4 semaines de vacances, des fruits à gogos toute l'année et des meubles en plastique fonctionnels et pas cher.
Du plastique, c'est du pétrole.
Du pétrole y'en avait (et y'en a toujours) à gogo.
Depuis 2000, avec le retour du "vintage" (recyclage des vieux machins que nos parents et grands-parents ont jeté tellement c'était moche et fragile), le plastique est redevenu à la mode.
Il est partout.
Exit le métal.
Les premiers Walkman : en métal. Aujourd'hui en plastique.
Les premières télé : en bois et métal. Aujourd'hui en plastique.
Les voitures : en métal. Aujourd'hui en "composites" plastiques.
Il y a 3 ans encore, les téléphones mobiles : en métal. En plastique maintenant.
Est-ce que nous consommateurs, au bout de la chaîne, on a demandé du plastique partout ?
Non.
Mais le plastique a un avantage.
Il s'use vite et se casse.
Cela oblige à renouveler plus souvent les produits.
Qui n'a jamais entendu dire ses parents qu'avant une machine à laver le linge ça durait 20 ans ? Maintenant Darty vous dit 7 au plus. Les pièces en plastique ne résistent pas.
Qui y gagne ?
Les industriels. Qui sont à 95 % les consommateurs du pétrole brut.

Bref, tout ça pour revenir à l'actualité.
Les marins-pêcheurs, gros consommateurs de carburant, le paient eux actuellement environ 0,70 euros le litre.
Ils manifestent pour l'obtenir à 0,40.
Et ça marche.
Le gouvernement français sait depuis des années qu'il existe une pénurie de poissons et Bruxelles a suggéré depuis longtemps de diminuer le tonnage des navires et de passer aussi à une flotte moins gourmande en carburant.
Un seul pays ne s'est pas aligné sur ces recommandations. Devinez lequel ?

Certes les marins-pêcheurs sont des gros consommateurs de pétrole. Mais bien moins que tous les automobilistes réunis (rappelons néanmoins que la consommation de pétrole des automobilistes ne représente que 2 % de la consommation totale française).

Alors si les marins-pêcheurs en manifestant et brûlant des pneus à Paris obtiennent des aides et des baisses de prix, pourquoi les automobilistes ne se regroupent-ils pas en collectif pour en demander autant ?
Je ne parle pas des associations d'automobilistes déjà existantes (vendues depuis bien longtemps aux lobbies de l'automobile), mais de regroupement quasi-spontanés et réactifs ?

A quand un sitting d'automobilistes ?
A quand un boycott de la voiture pendant 2 jours ?

La révolution française est partie des petits bourgeois qui ont eu peur pour leur privilèges, c'est exactement ce qui se passe aujourd'hui.
Sauf que c'est plus difficile de faire bouger les "classes" aujourd'hui...

S'il suffit de réclamer pour avoir des privilèges, alors réclamons.


mardi 20 mai 2008

les 5 fantasmes des hommes

C'est mercredi !
Et pourtant le sessouel c'est aujourd'hui.

Va donc comprendre.
Je sais, je me dois à mon lectorat.

Mais est-ce que j'ai l'air d'apprécier les conventions ?

Non.

Alors le sessouel c'est aujourd'hui, c'est tout.


A la demande générale (enfin juste de 2 lecteurs), j'écris le corrolaire de l'article sur les
fantasmes au féminin (Lymphe, j'ai mis un lien t'as vu, je fais des progrès !).

Mon lectorat, d'un QI que j'espère supérieur à celui d'une moule, aura remarqué de suite que je ne propose que 5 fantasmes au masculin.

Oui, car bêtement l'homme n'est pas par nature fantasmeur.

Ni imaginatif.

Mais ça toutes les femmes le savent.

Car l'homme est concret.

Ce qu'il aime c'est du réel : toucher, goûter.

Bref, pendant le passage à l'acte (j'aime bien écrire ça, ça a quelques chose de criminel, lol), l'homme fantasme.... sur les courbes de sa partenaire.

Ce qu'il a sous les yeux et dans les mains.
Et souvent rien d'autre.


Alors quels sont donc ces 5 fantasmes au masculin ? Par ordre de popularité croissante :

- n° 5 : pour 3 hommes sur 10, faire l'amour avec une inconnue, sans lui parler ni la revoir ensuite.

Ce fantasme n'arrivait que 10ème chez les fifilles.

C'est pratique, sain, sans conséquence (qu'ils croient), bref ça nettoie le tuyau.

Ca marche aussi avec une inconnue moche vous croyez ?

Comment ça la beauté est subjective ?

Tu parles c'est bien pour ça que toutes les nanas dans les mag masculins sont toutes sur le même modèle...


- n° 4 : pour 3 hommes sur 10, faire l'amour avec une fille exotique, originaire d'un autre continent.

Ca recouvre pas mal de notions différentes ce fantasme.

Et puis exotique c'est quoi ? Avec une fleur de monoï dans les cheveux ?

Ca marche aussi avec une australienne ?

Le but est surtout d'aller vérifier si la conformité est bien la même sur l'autre continent, là-bas au loin, des fois qu'elles auraient la tête en bas.


- n°3 : pour presque 4 % des hommes, faire l'amour en trio avec deux femmes.

On en rigole pas.

L'homme vous présentera ça en vous disant "ouais, deux femmes pour moi, j'assure".

Tu parles.

Déjà avec une ils ont du mal, alors avec deux....

Non, en fait ce que veut le mâle c'est assister à une séance de lesbianisme (ça l'émoustille, sous couvert de démontrer sa virilité).
D'ailleurs c'est étrange, mais dans les films dirais-je "spécialisé" y a toujours des scènes entre filles, même lorsque le film s'adresse au mâle hétéro.

Fantasme de domination, de contrôle et d'être un super étalon qui saura les ramener dans le droit chemin de l'hétérosexualité.
Notre mâle est un super héro.


- n° 2 : pour 4 hommes sur 10, être initiés au sexe par une femme experte et sans tabou.

Initiés qu'ils ont dit, pas formés.

Veulent bien savoir en superficialité, sans plus.

La aussi, on se doute bien que si elle est moche, ça change rien, n'est-ce pas messieurs ?

Une femme experte et sans tabou, ils appellent ça comment les hommes déjà ?

Mais surtout ils ne resteront pas avec, vous parlez une femme sans tabou et experte en plus, non mais de quoi ils auraient l'air de vivre avec une nana comme ça ?


Tadaaaa
!


- N° 1 : pour 5 hommes sur 10, faire l'amour dans la nature.

L'homme n'aime pas faire l'amour chez lui.
Que ce soit clair pour toi femme !

L'homme aime partout : au bureau, dans l'ascenseur, dans la voiture mais pas chez lui.
et par dessus-tout il aime dans la nature.
"Promenons-nous dans les bois...."

Ah le grand air frais et vivifiant ! Ah les arbres symboles d'un phallus turgescent ! Ah l'appel de l'herbe ! Ah le cri du coucou !

Je suggère d'avoir toujours une couverture lors d'une sortie en fôret.
Parce ce que être couchés dans l'herbe, ça pique, ça fait des tâches vertes, y a des creux et des bosses et ya plein de petites bébètes...

C'est très terre à terre tout ça non ?
Comme je l'écrivais plus haut, peu d'hommes fantasment.

Mais à l'inverse des femmes, ces hommes assouvissent majoritairement leur fantasmes (à plus de 60 %) et considèrent qu'une sexualité ne peut être épanouie que si elle permet la réalisation des fantasmes.

Alors que la femme majoritairement ne souhaite pas réaliser ses fantasmes, qui sont souvent plus crus et plus brutaux il faut dire.

Imagination contre concret.


C'est vieux comme le monde.

lundi 19 mai 2008

Quelle contraception ?

Tu en conviendra Ô lectrice, la contraception fait aussi partie de la sexualité, ne serait-ce que parce qu'on ne veut pas tomber enceinte à chaque recherche de plaisir.
L'être humain est ainsi fait, il aime le plaisir, il aime les enfants, mais si le premier peut ne pas avoir systématiquement pour conséquence les seconds c'est bien aussi.

Si je parle ici d'un sujet qui peut sembler aussi banal que la contraception c'est parce que je suis étonnée de constater en consultation que certaines patientes qui ont passé les 16 ans depuis un bout de temps ne connaissent pas les différents moyens de contraception.
Le préservatif oui. La pilule oui. Le stérilet déjà un peu moins, mais ça s'adresse à qui ?. Et le reste ? Ah bon, y'en a d'autres ???

Elles n'ont pas 50 ans n'ont plus (d'ailleurs à 50 ans, elles n'auraient sans doute plus beaucoup besoin de contraceptifs), elles ont entre 30 et 35 ans et n'ont connu que le passage de la capote à la pilule (pourtant l'un et l'autre il vaudrait mieux au début d'une relation).

Bref, aujourd'hui c'est un petit cours sur les différents contraceptifs.
Je parle bien du terme de "contraceptif", donc de techniques permettant de ne pas tomber enceinte et non de techniques "préservatives" qui protègent des maladies infectueuses.
Messieurs, prenez-en de la graine, si je puis dire, car vous en saurez plus vous aussi et vous n'êtes pas en reste puisque le préservatif vous concerne en direct.

La "pilule" :
Jolis cachets rose, bleus, blancs.. selon le dosage en hormones.
On avale un comprimé à prendre quotidiennement et à heure fixe pendant les 21 jours du cycle ou 28 jours selon le type de pilule. Il en existe deux types : les pilules combinées œstroprogestative qui contiennent deux hormones et les pilules progestatives qui n'en contiennent qu'une. En cas d'oubli supérieur à 12h pour une pilule combinée et à 3h pour une progestative, vous n'êtes plus protégée. La pilule est sûreà 99 %, ce qui veut dire que dans 1 % des cas elle ne fonctionne pas (d'où l'intéret de l'utiliser conjointement au préservatif au début d'une relation ou d'un passage à l'acte purement sexuel).
N'oubliez jamais que le psychisme est plus fort que toutes les hormones du monde. Si vous désirez très fortement être enceinte, une pilule même fortement dosée risque de ne pas vous protéger.
Pour beaucoup de femmes, la prise d'un comprimé quotidien est très contraignant, mal vécu psychiquement. Il faut donc passer à un autre moyen contraceptif.
Sur ordonnance.

Le patch :
Un patch qu'on se colle sur la peau une fois par semaine et qu'on renouvelle chaque semaine, pendant 3 semaines. Durant la 4ème semaine, on ne met pas de patch, ce qui provoque l'apparition des règles. Un geste hebdomadaire, efficace pour celle qui ont tendance à oublier leur pilule.
Sur ordonnance.

L'implant :
Un bâtonnet cylindrique de 4 cm de long et de 2 mm de large inséré sous la peau du bras, sous anesthésie locale (à ne pas confondre avec l'implant posé par certaines boîtes de nuit pour régler vos consommations !). La pose dure quelques minutes. Il peut être retiré par un médecin dès que la femme le désire. Ce qui veut dire qu'on ne peut arrêter du jour au lendemain car il faut passer par la case médecin.
Très fiable, il est efficace pendant 3 ans.
Sur ordonnance.

L'anneau vaginal :
Un anneau souple à placer soi-même dans le vagin, comme un tampon hygiénique.
Pose qui demande quelques expérimentations au début !
On le laisse en place pendant 3 semaines. Au début de la 4ème semaine, on enlève l'anneau soi-même, ce qui provoque l'apparition des règles.
Sur ordonnance.

Le "stérilet" :
Il en existe deux types : au cuivre ou aux hormones (à la progestérone). Le stérilet (ou dispositif intra-utérin) est placé dans l'utérus par un médecin.
La pose est de 2 minutes pour le stérilet au cuivre, parfois de 20 minutes pour le stérilet hormonal (du fait de la forme totalement débile de la canule !), il peut être enlevé par le médecin dès que la femme le désire.
Il peut-être gardé 4 à 10 ans.
Il a une longue durée d'action et il est efficace à 99%.
Pour les 1 % de risques restant, les grossesses sont des grossesses extra-utérines, d'où la nécessité de consulter rapidement lors de douleurs pelviennes.
Le stérilet peut désormais être proposé aux jeunes femmes n'ayant pas eu d'enfant, mais il est clair qu'il "tient" moins bien.
Sur ordonnance.

Le diaphragme :
Le diaphragme est une coupelle en latex ou en silicone que l'on place dans le vagin. Il s'utilise associé à un produit spermicide (ovule, crème, éponge. Voir plus loin. Cela empêche le passage des spermatozoïdes.
Peut être posé juste au moment du rapport sexuel ou plusieurs heures avant. Il faut le garder en place 8 heures après le rapport.
Réutilisable.
Sur ordonnance.

La "cape" :
La cape est un dôme très fin, en latex ou en silicone, qui vient recouvrir le col de l'utérus.
Peut être posée au moment du rapport sexuel, mais aussi plusieurs heures avant.
Il est important de la garder pendant 8 heures après le rapport.
réutilisable.
Sur ordonnance.

Les spermicides :
Ce sont des produits qui agissent chimiquement sur la composition du milieu vaginal. En le rendant acide, cela empêche les spermatozoïdes d'avancer et les détruits.
Les spermicides se présentent sous forme de crème, de gel, d'ovule ou d'éponge qui se placent dans le vagin quelques minutes avant chaque rapport et détruisent les spermatozoïdes.
Seule l'éponge est efficace pendant 24 h. Elle peut donc être placée bien avant le rapport sexuel et gardée plusieurs heures après.
Une contraception utile de dépanage.
Usage unique.
Sur ordonnance normalement, mais peuvent être souvent obtenus sans en pharmarcie.

le préservatif féminin :
Gaine en nitril ou en polyuréthane munie d'un anneau souple aux deux extrémitées qui se place dans le vagin. Il peut être mis en place plusieurs heures avant le rapport sexuel.
Doit être changé à chaque rapport sexuel.
C'est donc un moyen de contraception mais aussi un moyen de protection contre les IST et les virus.
Sans ordonnance en pharmacie.

le préservatif masculin :
En latex, il se déroule sur le pénis en érection avant la pénétration et retient le sperme.
Avant la fin de l'érection, il faut se retirer de sa partenaire en tenant le préservatif par son ouverture, puis le nouer et le jeter à la poubelle.
Le préservatif doit être changé à chaque rapport sexuel.
Moyen de contraception qui protège du VIH et des infection sexuellement transmissibles.
Sans ordonnance en pharmacie, grandes surfaces, distributeurs...

A toi Ô lectrice de choisir le moyen contraceptif qui te convient le mieux.
Et comme je le disais en haut, au début d'une relation l'idéal est d'utiliser conjointement pilule (contre les bébés) + préservatifs (contre les maladies).

C'est vrai je vais chercher mes images sur des sites débiles.
No comment....

vendredi 16 mai 2008

Parents immatures - enfants hypermatures

C'est tellement plus simple de rester un enfant.
Tant que ça ?



"Qu'est-ce qu'il fait mûr cet enfant !"
"Oh la la, il réfléchit déjà comme un grand !"
"Cette petite fille, une vraie petite maman !"

C'est comme ça qu'à 10 ans on a l'air d'en avoir 15, qu'à 25 on en parait 50.... Qu'on est aigri avant l'âge, pas marrant et qu'on n'a pas vécu son adolescence qui vous rattrape à la quarantaine...

L'hypermaturité des enfants est lié à l'incompétence des parents.
Une mère présente physiquement mais psychologiquement absente ne protège pas plus son enfant qu'une mère absente physiquement.

Pourtant l'enfant doit devoir se contruire. Que va devenir cet enfant issus de parents immatures, restés eux-mêmes enfants ou adolescents ?
Ces parents qui peuvent paraître adaptés, ont un travail, une famille et des enfants, ces parents qui ne font pas partis des personnes en difficultés suivies par le système judiciaire. Ces parents qui gagnent de l'argent, donnent à manger à leurs enfants, les habillent, les soignent, leur payent une bonne école, mais ne leur donne pas d'affection.

Des parents qui disent l'inverse de ce qu'ils font, ou qui disent ou font dans une totale incohérence.

L'enfant va devoir se prendre en main.
Seul.
Déjà petit, il est grand dans sa tête.
Pas d'enfance, pas d'adolescence.
Un enfant sans parent (décès...) se trouvera un substitut parental qui l'aidera à se construire.
Mais l'enfant de parent absent psychiquement cherchera toujours à prévoir et prévenir les actes et conséquences parentales.
Des enfants parents de leurs parents.

Oh il va s'en sortir socialement cet enfant et souvent même très bien.
En apparence.
Mais un jour l'enfant va refaire surface.
L'adulte va devenir l'enfant qu'il n'a pas été.
Il régresse.
Dépression. Troubles de l'identité. besoin de contrôle et de maîtrise de l'environnement exacerbés, vide intérieur, déni, manque de confiance en l'autre, l'autre paraîssant toujours destructeur, très solitaires....

Souffrance.

Leurs parents n'ont jamais consultés. Pour eux tout va bien.
Mais ces enfants là, on en voit de plus en plus. Lorsqu'ils sont adultes.
Ils n'en peuvent plus.
Psychanalyse ou psychothérapie longue.
Comprendre, accepter et surtout reprendre sa place d'enfant.

mercredi 14 mai 2008

Tous psy. Mais lequel choisir ?

J'ai déjà rédigé un article sur ce sujet, mais comme je sais que mon lectorat n'a pas eu le courage de lire toute la prose de ce blog, je propose de faire de nouveau le point sur les psys.

Car je trouve que les médias, comme toute personne qui n'a pas fréquenté ce beau milieu de la santé mentale, font un peu trop l'amalgame entre tous les "psys". Du coup on parle de "psy", sans trop savoir ce que cela recouvre, les formations, les techniques... Et lorsque qu'une personne engueule son psy, on ne sait pas si elle parle de son psychiatre, de son psychologue, de son psychanalyste ou de son psychothérapeute.

Si chacun de ces termes recouvre des parcours différents, le pire est qu'il existe des professionnels qui ont toutes les casquettes. Tout le monde s'y perd, au détriment de la profession.

Le PSYCHIATRE :
Le psychiatre est d'abord un médecin. Il soigne. Il soigne les maladies mentales (psychoses, dépressions...). Il a le droit de prescrire des médicaments, c'est même souvent la seule chose qu'il fait. Car un psychiatre n'est pas à la base un psychothérapeute. Une consultation dure environ 10 à 15 mn pour un tarif très fluctuant, car comme c'est un spécialiste il peut être conventionné ou non (compter entre 42 et 90 euros de moyenne, plus c'est possible). Le nombre de consultations varie selon la maladie (de 1 fois par semaine à 1 fois par mois pendant 6 mois). L'intérêt du psychiatre c'est que ses consultations sont prises ne charge par la sécurité sociale et que donc vous serez royalement remboursé de 26 ou 27 euros selon que vous êtes passé ou non par le "parcours" de votre médecin référent.

Ce qui fait que beaucoup de personnes qui n'ont et n'auront jamais besoin d'un psychiatre, finissent quand même dans son cabinet juste pour se voir accorder un remboursement.

L'agenda d'un psychiatre est généralement plein. Il faut en généralement attendre entre 3 semaines à 1 mois pour obtenir une première consultation.

le PSYCHOLOGUE :
Le psychologue n'est pas médecin, il ne peut donc rien prescrire ni établir de diagnostic en matière de maladie mentale. Il a une formation en psychologie clinique et pathologique de minimum 5 ans (ex DESS ou master 2 mini). Il est psychothérapeute mais a une obligation de formation continue tout au long de sa carrière. Il s'adresse aux personnes qui présentent des troubles de la personnalité ou/et des névroses. Il applique la méthode qu'il veut en fonction de la personnalité et des troubles présentés par son patient. La prise en charge est plus ou moins longue (parfois 1 séance suffit !) selon la problématique (en générale 20 séances mais cela peut aller jusqu'à 80 de deux fois par semaine à 1 fois par mois). Les tarifs varient entre 40 et 75 euros (parfois plus), non pris en charge par la sécurité sociale. La durée d'une consultation est de 45 à 60 mn (fuyez ceux qui réalisent des consultations de 20 mn !). Il existe beaucoup de courants, d'orientations théoriques et de méthodes (les plus courantes étant la thérapie cognitivo-comportementale ou la thérapie d'inspiration analytique).

Avec son psychologue, il s'agit de se sentir bien, en confiance pour se livrer. Les consultations se réalisent en face à face, sans divan, chacun parlant à son tour.

Le psychologue exerce soit en libéral soit à l'hôpital. Sachez qu'à l'hôpital les consultations sont prises en charge par la sécurité sociale. On trouve aussi des psychologues dans les CMP (centres médico-psychologiques) avec des consultations gratuites mais avec un laps de temps avant la première consultation au moins égal à 3 mois.

L'agenda du psychologue libéral est rarement plein (du fait du non remboursement des consultations), donc il est assez facile d'avoir un RDV dans la semaine qui suit votre demande. Ce qui peut être une solution en attendant la prise en charge par le CMP.

le PSYCHANALYSTE
Le psychanalyste est une personne qui a fait sa propre analyse et a fait valider sa compréhension de soi afin de pouvoir exercer.
Les consultations s'effectuent souvent à l'ancienne, sans face à face. Le patient sur un divan ou un fauteuil tournant le dos à l'analyste. l'analyste ne parle pas sauf parfois pour reformuler les dires du patients afin de relancer la parole.

La durée des consultations est très variable (de 20 à 45 mn) et les tarifs aussi (de 20 euros à 160 euros).

le PSYCHOTHERAPEUTE
Le psychothérapeute peut être tout et n'importe qui. En France, toute personne peut s'intaller du jour au lendemain comme psychothérapeute.

Les psychologues le sont par leur formation. Certains psychiatres, certains analystes ont complété leur cursus par des formations en psychothérapie pour élargir leur offre.

On imagine sans mal que les méthodes varient de tout à n'importe quoi (puisqu'aucune formation n'est nécessaire) avec des tarifs très très fluctuants.

Les consultations peuvent s'effectuer une par une ou en stage.
Tout dépend à qui vous vous adressez.


Si vous consultez en psychiatrie, il est NECESSAIRE de faire AUSSI une psychothérapie.
Le Professeur JP Olié, chef de service à Saint-Anne, le rappelait encore hier. Un suivi en psychiatrie (donc par psychiatre) devrait s'accompagner obligatoirement d'une psychothérapie (avec un psychologue).

Méfiez-vous aussi de ce que vous lisez dans les magazines. Ils inventent des expressions, détournent le vocabulaire spécialisé.
Ils vous font croire qu'à la lecture d'un article vous avez tout compris et que vous irez mieux.
Il n'est pas rare que des personnes qui ont lu tel article arrivent avec demandes "farfelues" ("je cherche un psychologue en libéral conventionné" ou "je voudrais suivre une psychothérapie psychiatrique").

Ne vous autodiagnotiquez pas.
Ne croyez pas aux recettes miracles, les "psys", quels qu'ils soient n'ont pas de baguette magique. Mêmes les médicaments mettent du temps à agir.

Vous voila informés, alors choisissez judicieusement.

lundi 12 mai 2008

Comment l'addiction au sexe fait de vous un obsédé sexuel

C'est lundi !
Et férié !
Mais ce sera quand même sessouel rassure-toi....
Tu te sens mieux brutalement.


Juste comme ça je signale que j'ai dépassé les 10 000 lecteurs.

Je ne m'en étais même pas aperçue.

C'est pour te dire si ça me tracasse.

M'enfin si tu veux m'offrir une bouteille de champagne pour fêter ça, ne te gène pas.

J'aurais grand plaisir à la boiture à ta santé (mais pas à la mienne, parce qu'il parait que l'alcool c'est mal).

Je traîne, je traîne.

Je sais bien que ce qui t'intéresse c'est le sujet en rapport avec le titre.



Sache qu'être obsédé sexuel n'a rien à voir avec une sexualité épanouie.
Tu remarques que j'ai mis obsédé sexuel au masculin.

Parce que, va savoir pourquoi, l'addiction au sexe concerne surtout les personnes de sexe masculin.

L'addiction sexuelle c'est d'abord une gène, puis une souffrance.

Point de critère moral dans tout ça.
Mais bien une souffrance similaire à celle des autres addictions (alcool ou drogue).
Des douleurs physiques, des insomnies, une impossibilité de freiner le besoin d'orgasme (par la masturbation compulsive ou les relations sexuelles avec de multiples partenaires) un impact négatif sur la vie personnelle (disparition de la vie sexuelle avec la compagne, isolement vis à vis de la compagne et des enfants,...) et sociale (perte d'emploi, désocialisation...).

L'addiction au sexe est liée à un syndrôme dépressif.
Et les multiples orgasmes (parfois au-delà de 10 masturbations par jour) ont un rôle d'antidépresseur naturel (l'orgasme permettant la sécrétion d'endorphines et de divers neurotransmetteurs).

L'accro au sexe est souvent dépendant à autre chose : tabac, alcool, travail, jeux....
Il est issu de toutes les catégories sociales et concerne toutes les tranches d'âge.
Un constat néanmoins, les masturbateurs excessifs dans l'adolescence semblent être de futurs accros au sexe.


Les consultations pour addiction sexuelle bien qu'en augmentation, restent rares.
En fait, souvent l'addiction au sexe est révélée au professionnel soit au cours d'une thérapie après de nombreuses consultations (après la perte d'un emploi, un problème financier, une séparation, des troubles dans la sexualité...) soit après plusieurs consultations médicales pour des troubles physiques (insomnies, perte de poids, anxiété, problèmes d'érection, ....).


Comme je le disais au début de cet article, on ne connaît l'addiction au sexe que chez les hommes, mais les professionnels pensent que le sujet est surtout tabou chez les femmes et que donc elles ne consultent pas. Car autant une sexualité même très exacerbée est socialement valorisée chez les hommes (virilité, charisme...) autant chez la femme une situation qui ressemble à une "libérté sexuelle" reste peu flatteuse socialement.

En ce qui concerne le traitement, il s'agit de traiter les différentes dépendances dans l'ordre des souffrances qu'elles génèrent (par exemple, quelle est la plus génante, l'addiction au sexe ou à l'alcool ?).


Pour l'addiction au sexe, le traitement consiste en prises d'antidépresseurs ou d'anxiolytiques qui peuvent mettre fin à l'addiction si elle a moins de 6 mois, soit permettre de dimininuer les comportements. Dans tous les cas, une prise en charge psychologique (thérapie cognitivo-comportementale et d'inspiration analytique) est nécessaire pendant et après le traitement.


jeudi 8 mai 2008

Où il est question d'internet, de suicide, de GHb, de grossesse, de chien, d'hydrothérapie anale, de minceur...

C'est non seulement la fin de semaine, mais aussi un long week end qui plus est, ensoleillé....
Bref, il risque de n'y avoir pas grand monde devant son micro ce week-end et je vous comprends car je n'y serais certainement pas non plus....

Mais pour nourrir les accros à l'internet, les dépressifs et les isolés de la fin de semaine qui se préparent déjà mentalement à reprendre le boulot la semaine prochaine et qui en stressent déjà, tous ceux qui seront devant leur écran, voici quelques infos en vrac afin que dès mardi matin (car lecteur étranger, sache que la France ne travaille plus jusqu'à mardi matin) tu puisses avoir des sujets de conversation passionnants qui rendront les abrutis -partis pique ou niquer voire les deux- jaloux de ce savoir (le point de fin de phrase arrive, là -->).

M'en fous, il fait et il va faire super beau sur Paris, un temps estival. C'est bien fait pour les parisien émigrés dans le sud de la France. Fallait pas y'aller. Na !

Bref, car je ferais dans le bref (ça changera, je sais)...


Tu le sais toi Ô lectrice comme il dur de perdre les kilos de l'hiver afin de pouvoir entrer sereinement dans ton deux pièces triangle de l'été. Tu as pris du bide, des hanches, des fesses (des seins aussi, mais ça tu voudrais bien les garder). Pas de la bidoche, non, de la bonne graigraisse bien flasque qui dégouline par dessus ton jeans taille basse. Le truc qui fait que le mec ne se retournent plus.

Et bien, figure toi que tes adipocytes, ces affreuses cellules graisseuses sont au même nombre de ta naissance à ta mort. Tu ne peux en gagner c'est déjà ça, mais tu ne peux pas en perdre non plus. La seule chose qui change c'est qu'elles ont tendance à grossir.

Or, si tu as été grassouillette dans ton enfance, tu as de 70 % de "chance" d'être grosse tout le long de ta vie (et je te parle pas à la ménopause...) quoique tu fasses.

Alors lectrice qui te plaint de sa silhouette, regarde tes photos d'enfance. Si dès 5 ans tu présentais quelques kilos en trop, ne rêve pas jamais Kate Moss tu ne seras.

Te reste la liposuccion... car toute cellule graisseuse enlevée ne reviendra pas...

-----------------------

Ceux qui ont des grosses bébêtes chez eux (non je ne parle pas d'un homme) le savent : avoir un chien c'est une véritable usine à microbes qui entre dans la maison. Ce qui rebute bien des parents de nourrissons.

Or, les enfants élevés avec un chien ne présentent pas plus de risque de développer une allergie aux poils de chien que ceux élevés sans. Et d'une.

Mais en plus, les enfants élevés avec un chien sont non seulement plus résistant aux pollens et autres allergènes mais leur système immunitaire est plus mature du fait de l'exposition aux bactéries véhiculées par l'animal.

Cela ne fonctionne que pour les enfants en contact durable avec le chien (ceux qui en ont un à la maison), mais pas pour ceux qui ont des contacts épisodiques.

Toi qui attends un enfant, ne te précipite pas pour acheter un chienchien car on ne sait pas encore si les enfants gardent le bénéfice de cette exposition au-delà de leurs 6 ans.

--------------------------------------------

Le GHB, vieil anesthésiant utilisé comme désinhibant et communément appelé par les médias "drogue du viol", a tendance à voir sa consommation banalisée.

Du coup on assiste à une recrudescence de comas chez les jeunes. Or, ces comas sont valorisés car vécu comme un parcours initiatique, au même niveau qu'une cuite avec de l'alcool.

Si la consommation de GHb reste néanmoins peu fréquente, certains consommateurs ont pris leurs habitudes aux urgences.

D'autres n'en n'ont pas eu le temps, car ces comas sont souvent... mortels.

---------------------------------------------

L'hydrothérapie du côlon est à la mode.

Ce qu'on appelle banalement un lavement anal est désormais proposé dans certains centres de thalassothérapie.

les patients traités ainsi y trouve une certaine purification intérieur et un bien-être (Ah ces sodomites refoulés !).

Ces lavements sont pratiqués par du personnel non médical. Et les médecins s'inquiètent car les lavements anaux peuvent provoquer des ulcérations du rectum, entraîner des hémorragies graves voire parfois la mort.

Dans les hôpitaux ces lavements ne sont plus pratiqués depuis longtemps et lorsque le "vide" est nécessaire, on passe par des produits laxatifs ingérés par la bouche.

Franchement tu imagines : "cause du décès : lavement anal".
J'imagine la tête des enfants.

------------------------------------------

Tu es suicidaire, tu es là à me lire en te disant que décidemment ce monde pourri ne mérite pas de te voir vivre ? Et tu ne sais pas comment t'y prendre ? Pas de problème l'internet est là ! Ta daaaaaaaaaaa !

L'internet est devenu la principale source d'information du suicidaire. Il est très facile de trouver des sites donnant des recettes de suicide, soit sur les forums, chat, sites qui en parlent tout simplement, soit sur d'autres qui font la promotion du suicide.

Contre toute attente, les études montrent que malgré cette facilité d'accès aux informations, le nombre de suicidés n'a pas augmenté mais au contraire baissé.

il semblerait donc que dans le cas du suicide, le net fasse plus de prévention que de promotion.
Voila une bonne nouvelle.

---------------------------------------

Le sexe du bébé dépend de l'alimentation de la mère. On le soupçonnait déjà.
Qui n'a jamais entendu parlé des régimes salés/sucrés ?

Eh bien on part sur d'autres données, mais on arrive au même résultat.
Il semblerait qu'une alimentation hypercalorique (trop de calories) variée avec ingestion de céréales au petit déjeuner "donnerait" plutôt des garçons, alors qu'une alimentation hypocalorique (pas assez de calories) "donnerait" plutôt des filles.

L'obsession de la minceur des jeunes femmes dans les pays industrialisés expliquerait le ratio légèrement favorable à la naissance de filles.

Légèrement car ces régimes n'augmentent les chances d'orientation du sexe du bébé que de.... 6 % !!

-----------------------------------

Et pour finir....


Ah parce qu'en plus il te faut une conclusion à cet article ?
C'est beau de rêver...
Franchement j'ai pas d'inspiration.
J'ai peu de consultations aujourd'hui, il faut beau... alors hop moi je vais faire bronzette !!


mardi 6 mai 2008

INTERPOL lance un appel a témoins pour identifier un homme photographié en train de commettre des abus sexuels sur des enfants

INTERPOL sollicite l’aide du public pour identifier un homme photographié en train de commettre des abus sexuels sur des enfants et apparaissant dans une série d’images circulant sur Internet et découverte dans l’ordinateur d’un pédophile ayant déjà été condamné.

L’homme, dont on ignore le nom, la nationalité et le lieu de séjour, apparaît sur une centaine de photos dans une série qui en compte environ 800, dont on pense qu’elles ont été prises en Asie du Sud-Est et sur lesquelles on le voit commettre des abus sexuels sur au moins trois garçons âgés de six à dix ans. Les premières images de cet homme ont été découvertes par la police norvégienne en mars 2006.

Après avoir reçu les images en question,

envoyées par la police norvégienne, le service chargé des affaires d’exploitation d’enfants au Secrétariat général d’INTERPOL, à Lyon (France) les a diffusées à son réseau mondial de spécialistes pour tenter d’établir l’identité de l’homme. Ces photographies ont également été enregistrées dans la Banque d’images d’INTERPOL sur les abus pédosexuels (ICAID) pour être comparées par ordinateur avec les images en provenance du monde entier stockées dans cette base de données. À ce jour, il s’avère que les mêmes victimes et les mêmes lieux apparaissent sur près de 800 images de la série.


Toute personne en possession d’informations sur l’identité et le lieu de séjour actuel de cet homme est priée de contacter la police locale ou le Secrétariat général d’INTERPOL. Le public ne doit en aucun cas passer à l’action de sa propre initiative.


Si vous disposez d'informations au sujet de ce pédophile, vous pouvez en informer INTERPOL via leur contact ICI.

lundi 5 mai 2008

Fesse-tival...

Eh oui c'est déjà lundi.
Et ce lundi est particulier car toi, Ô lectrice, Ô lecteur, tu viens ici ce jour assister à ma reconversion.
Non, c'est pas pour ça ?
Franchement j'aurais cru.
Tu ne viens quand même pas juste pour mater des postérieurs ?
Noooon, sérieux ?
Tu ne viens quand même pas pour te foutre des autres ?
Noooon ? C'est pas bien.

Déçue, déçue je suis. Mais....
Brillante initiée à la "rumpology" je m'en vais de te faire part de mes prévisions pour les quelques participants.
"je déclare le fesse-tival ouvert !"
Je remercie les participants.
(4).
Seulement ?
Je voudrais t'y voir toi qui n'a pas daigné m'adresser de photos de ton fessier rebondi.

Tu te souviens sûrement des consignes pour m'adresser une tof :
Fessier bien cadré, pas de fioriture, pas d'environnement, pas de trash.

Voici la première photo.
Celle de Vinz.

Eh là toute de suite, je me suis dis que si j'avais voulu montrer un exemple de tof à ne pas m'envoyer c'est exactement ça que j'aurais choisi.

En déduirais-je rapidement que Vinz est doté d'un trouble d'hyperactivité avec problème de concentration ce qui expliquerait qu'il n'ait pu saisir toute la substantifique moëlle de la consigne ?
Pour beaucoup de bloggeuses, nous savons que Vinz est du genre mâle. (qu'il dit).
Mon féminisme me pousserait un peu promptement à chercher des causes à effet. Je m'abstiendrais.
(mais n'empêche si un généticien passe par là, un topo entre appréhension de la consigne et identité sexuelle ne serait pas de trop).

En tout cas de cette photo, j'en déduis plein de choses. Ce besoin de se mettre en scène de façon (pseudo) érotique, en se montrant tout en ne se dévoilant pas, jolie fausse pudeur... J'en sais dorénavant des choses sur toi Vinz. ta personnalité, ton sexualité... Je pourrais t'en dire Ô lectrice, Ô lecteur.
Et cela te rendrait joyeux.
Mais voila ce qui nous intéresse ici ce n'est pas Vinz au présent, mais son futur.
Mais comme il n'a pas respecté les consignes, je ne me tiens pas pour obligée de les respecter non plus.

Surtout, Vinz, là tu vois (j'aime m'adresser directement à mon lectorat), de tes fesses je n'en voie que le haut.
Certes j'avais précisé qu'il existait une fesse droite et une fesse gauche et j'avais omis de préciser qu'il existait un haut et un bas.
Cela était sans doute trop évident pour moi.
Il ne faut jamais surestimé une partie de son lectorat.
Bref, Vinz, à part une bizarrerie de la nature, un accident ayant laissé des traces mal placées ou une atrophie aussi soudaine qu'inexpliquée, j'aime à envisager que tu possèdes -aussi- des portions de fesses sous ton pantalon.
Or, vois tu, j'ai besoin de voir ton fessier dans son intégralité pour réaliser mes prévisions nostradamiennes (et si je pouvais tâter ce serait encore mieux, mais laissons là ce sujet qui va vite dégénérer je le sens).

Donc Vinz, avant d'en finir avec ton cas, je tiens avant tout à te remercier pour ta participation et pour la promptitude à laquelle tu répondis à ma tentative de reconversion et à ton désir d'exhibition.
Et rien que pour cela, voici à partir de ce que je vois (c'est à dire pas grand chose), des prévisions juste pour la semaine prochaine (aussi floues que ta photo) :

"Le travail est un sujet présent tout au long des jours à venir, favorable sous certains points, il laisse tout de même un peu d'amertume par rapport au résultat escompté "


Deuxième photo, celle d'EstL :

Ah, c'est malin ! Les consignes, les consignes, les consignes.....
Certes, la vue sur la rue pavillonnaire est appréciable, mais sans les mains ce serait mieux.
Je vous dirais qu'EstL n'est pas un homme.
C'est donc un femme.
Je suis sûre que le lectorat masculin l'avait remarqué.
C'est bien la peine baisser son froc dans la rue si c'est pour pas assumer... Ah la la ces jeunes.
Je t'informe EstL que du côté gauche, tu as la fesse mal détourée ce qui lui donne une forme étrange et que si je me base sur cette déformation t'es mal barrée dans les prévisions.
Mais comme je ne vois pas le pli sous ta partie charnue, je ne peux que te faire part de mes prévisions sur le travail.
J'imagine comment t'en est toute excitée.
Et mes lecteurs aussi.

Je vois que tu as des projets. Tu te croies soutenue, mais ce n'est pas le cas. Des obstacles vont se présenter, mais tu sais faire preuve de rondeur et de diplomatie pour arriver à tes fins. Tu dois faire preuve de persévérance dans le travail pour te maintenir.

Et comme je suis gentille (n'est-ce pas que je suis gentille ?), voici tes prévisions pour la semaine prochaine :
"Une Proposition concernant le travail va vous demander réflexion, n'hésitez pas à demander conseil. Les petits 'Bobos' se résorbent, pensez aux exercices physiques pour consolider la santé "

Oui, je sais cet article est long, mais que veux tu, faut ce qu'il faut.


Allez une troisième photo.
Celle de Céline.

Bon, Céline, je dois bien t'avouer que j'ai hésité à mettre ta photo. Car il faut bien avouer que c'est... comment dire cela avec diplomatie ?.... limite ?
Je te conseillerai bien de prendre des strings une taille au-dessus ou alors de bien arranger ta culotte avant de faire une photo, mais ça va faire sans gêne, j'en suis bien consciente.

Il me semble, Céline, que tu es allongée. Ce qui est de la triche car du coup les fesses tombent sur le côté et non plus vers le bas (force de gravité terrestre oblige) et je ne voie pas la réalité de ton pli fessier.

Bon que dire de Céline. Son arrière-train (non, je n'ai pas écrit "wagon" !) petit mais charnu, a plus de plis à droite qu'à gauche.
Qui est retourné regarder la photo ?
C'est du beau !
Les fesses ne sont pas dans l'axe du dos.
Ce qui doit être douloureux comme position.
Je vois ! Je vois ! Et comme c'est lundi, tu auras le droit à mes prévisions amoureuses pour le reste de l'année.

Je constate que tu as certainement des difficultés de couples (et c'est pas avec des tenues affriolantes que ça va s'arranger). Tu laisses trop de libertés à tes partenaires et cela a des répercussions sur ta vie, mais tu peux te fier à ton jugement. Tu peux encore arrondir les angles.

Et les prévisions pour la semaine prochaine :
"Lassitude passagère, et une épaule solide sur laquelle vous allez vous reposer. Inutile d'anticiper dans le travail apprenez à patienter, vous n'arriverez pas au 31 décembre avant les autres, mais vous serez certainement plus fatigué"

Et la quatrième photo :

-----


Et bien non, il n'y a pas de quatrième photo, parce que vraiment je vais finir par passer dans les blogs adultes.
J'exprimerais juste à certains messieurs, que j'avais précisé les fesses et rien d'autre.
Certes, je pourrais aussi faire des prévisions péniennes.
Tout bien réfléchis ça pourrait même être intéressant..............
Rhooo, que vas tu imaginer là Ô lectrice, Ô lecteur !

Je dois t'avouer lecteur, que je n'avais pas prévu toutes ces configurations photographiques.
Ni même celle qui consiste à faire les pieds au mur.
Mais je ne sais pourquoi, il me semblait qu'en général pour réaliser une photo de fesses, on aurait tendance, j'écris bien tendance, à rester debout et ne rien mettre dessus.
Des a priori je m'en aperçois.
Mes prochaines consignes seront plus strictes, tu le conçois d'avance.
Et tu as bien raison, parce qu'il n'y aura pas de prochaine fois.

vendredi 2 mai 2008

Les attirances homosexuelles chez les ados



Chez les ados et les jeunes adultes, les attirances et expériences homosexuelles ne sont pas rares, que ce soit chez les garçons et surtout chez les jeunes filles.

Mais cette attirance n'est pas sans poser de questions au jeune lui-même qui va s'interroger sur sa future orientation sexuelle (voire son identité sexuelle) et à ses proches (parents ou amis). Un jeune qui a eu une expérience homosexuel est-il homosexuel ?


En fait, ces expériences sexuelles sont souvent limitées aux baisers "profonds". Il s'agit plus d'une attirance émotionnelle.


Il est communément mieux accepté socialement que la fille puisse être attirée par une amie (il n'y a qu'à voir le nombre de filles qui se tiennent par la main ou par le coup, s'embrassent même sur la bouche pour s'amuser...) où chacun y voit la recherche de Soi et une amitié sans faille. Ces comportements sont considérés comme exprimant une valeur homosexuelle chez les garçons.

Ce qui explique qu'environ 27 % des filles ont eu des expériences génitales avec une amie (contacts entre organes sexuels, cunnilingus, pénétration par doigt/objet), alors que seuls 6 % des garçons ont expérimentés ces comportements homosexuels.
Si on se limite aux baisers, 27 % des filles reconnaissent le pratiquer avec d'autres filles contre 3 % des garçons avec d'autres garçons.

Contre toute attente, ce sont surtout les filles qui passent à l'acte et pratique la sexualité lesbienne, alors que les jeunes garçons se suffisent de relations 'amicales' homosexuelles, basées sur l'émotionnel. Les filles "font", les garçons aiment.

Ce qui est l'inverse des constats hétérosexuels.


Ceci dit, des expériences homosexuelles de l'adolescence ou du début de l'âge adulte ne présagent en rien de l'orientation sexuelle adulte chez la fille. Car chez les filles ces expériences ne sont pas liés à une relation émotionnelle d'attachement, elles ne comptent pas.

A l'inverse chez les garçons, l'expérimentation homosexuelle tendrait à prédire une orientation homosexuelle adulte.

Stats