jeudi 22 mai 2008

Regroupons nous !


J'aurais pu te parler de S.T. (non, je ne veux pas que mon site soit référencé sur son nom) et de sa participation à l'Eurovision. Chanson minable (dont j'ose vous faire écouter un remix) et chanteur au look crade, son clip et la video des répèts laissent penser que cette fois encore on n'est pas prêts de gagner.

Tu me diras, je m'en fous, il y a des siècles que je n'ai pas regardé l'Eurovision, la dernière fois datant d'une soirée préadolescente avec mes parents à crier "2 points" ou "10 points" (avé l'assent english plise) sur des chansons nulles et des groupes aussi oubliés que passés, comme des millions de français à l'époque.
Cette année si on gagne je m'engage à ne pas manger la tarte aux fraises qui me narge dans mon réfrigérateur et à écouter le dernier album de S.T, niquedouille !
C'est dire...


J'aurai pu te parler aussi du fait que depuis que mon blog existe, le mot "vergiberation" n'a jamais été tant utilisé dans les sites.
Au début lorsqu'on tapait "vergiberation" sous yahoo ou google, on obtenait 4 sites. Maintenant on les compte à la pelle.
Manque d'imagination ou mot devenant culte ?
Grâce à qui ?

Non, je veux te parler de l'actualité sur le pétrole.
Tu le sais, vous savez tous que le prix du barril du pétrole brut bat tous les records.
Il y a 6 mois encore, personne n'osait envisager que le barril puisse dépasser les 100 USD.
En quelques semaines il est passé à 135 USD !
Un barril = 200 litres
135 USD par 200 litres = 0,68 USD le litre, soit 0,43 euros le litre !

On est loin des 1,50 euros le litre d'essence 95 à la pompe.
Et la différence n'est pas lié qu'aux taxes du trésor public, loin de là.

Il parait que c'est de la faute du consommateur.
On n'a qu'à pas vouloir des fraises en hiver (du Chili) et des tomates en mars (du Vénézuela).
Mais... nous on a rien demandé !
On nous propose, on prend.
Mais si y a pas, y a pas.
On tente de nous faire croire que tout nous est devenu nécessaire.
Tiens, prend le plastique Ô lecteur et Ô lectrice.
Le plastique est arrivé en trombe à la fin des années 70 (après les tables en mica).
Le plastique c'était la matière du pauvre, de l'ouvrier, du syndiqué.
On nous promettait des jours meilleurs : le disco, 4 semaines de vacances, des fruits à gogos toute l'année et des meubles en plastique fonctionnels et pas cher.
Du plastique, c'est du pétrole.
Du pétrole y'en avait (et y'en a toujours) à gogo.
Depuis 2000, avec le retour du "vintage" (recyclage des vieux machins que nos parents et grands-parents ont jeté tellement c'était moche et fragile), le plastique est redevenu à la mode.
Il est partout.
Exit le métal.
Les premiers Walkman : en métal. Aujourd'hui en plastique.
Les premières télé : en bois et métal. Aujourd'hui en plastique.
Les voitures : en métal. Aujourd'hui en "composites" plastiques.
Il y a 3 ans encore, les téléphones mobiles : en métal. En plastique maintenant.
Est-ce que nous consommateurs, au bout de la chaîne, on a demandé du plastique partout ?
Non.
Mais le plastique a un avantage.
Il s'use vite et se casse.
Cela oblige à renouveler plus souvent les produits.
Qui n'a jamais entendu dire ses parents qu'avant une machine à laver le linge ça durait 20 ans ? Maintenant Darty vous dit 7 au plus. Les pièces en plastique ne résistent pas.
Qui y gagne ?
Les industriels. Qui sont à 95 % les consommateurs du pétrole brut.

Bref, tout ça pour revenir à l'actualité.
Les marins-pêcheurs, gros consommateurs de carburant, le paient eux actuellement environ 0,70 euros le litre.
Ils manifestent pour l'obtenir à 0,40.
Et ça marche.
Le gouvernement français sait depuis des années qu'il existe une pénurie de poissons et Bruxelles a suggéré depuis longtemps de diminuer le tonnage des navires et de passer aussi à une flotte moins gourmande en carburant.
Un seul pays ne s'est pas aligné sur ces recommandations. Devinez lequel ?

Certes les marins-pêcheurs sont des gros consommateurs de pétrole. Mais bien moins que tous les automobilistes réunis (rappelons néanmoins que la consommation de pétrole des automobilistes ne représente que 2 % de la consommation totale française).

Alors si les marins-pêcheurs en manifestant et brûlant des pneus à Paris obtiennent des aides et des baisses de prix, pourquoi les automobilistes ne se regroupent-ils pas en collectif pour en demander autant ?
Je ne parle pas des associations d'automobilistes déjà existantes (vendues depuis bien longtemps aux lobbies de l'automobile), mais de regroupement quasi-spontanés et réactifs ?

A quand un sitting d'automobilistes ?
A quand un boycott de la voiture pendant 2 jours ?

La révolution française est partie des petits bourgeois qui ont eu peur pour leur privilèges, c'est exactement ce qui se passe aujourd'hui.
Sauf que c'est plus difficile de faire bouger les "classes" aujourd'hui...

S'il suffit de réclamer pour avoir des privilèges, alors réclamons.


2 commentaires:

  1. Bien que le problème de la formation du prix du pétrole soit qqc de franchement complexe, tu as parfaitement raison sur le fond. Je pense même que ce principe devrait s'étendre à d'autres domaines que le prix de l'essence. La libéralisation de la sécu, la privatisation de l'enseignement, sont autant de sujets qui permettraient aux (con)citoyens de retrouver du pouvoir d'achat. Mais je crais, que, comme jadis en Irlande, il faudra attendre que la population crève littéralement de faim avant de voir naître un changement de système vers plus d'autonomie, de réalisation de soi et de pouvoir d'achat.

    RépondreSupprimer
  2. \o/
    Boycoton les voitures!!
    Tous en roller et trotinette ^-^

    Moi j'ai pas d soucis, j'ai pas de voiture...
    Enfin pour le moment c'est plus la guerre contre l'auto école è_é

    RépondreSupprimer

Stats