mercredi 29 avril 2009

Comptine : L'enfant dans le placard



Elle est dans son placard
Elle va broyer du noir
Et faire du boudin noir
Car elle n'a plus d'espoir

Elle est dans son placard
Là où y a pas de baignoire
Elle est dans le placard
Car elle entre pas dans le tiroir

Elle est dans son placard
Au fond d'un p'tit coin noir
Vous ne pourrez la voir
Que si vous sortez l'soir

Elle est dans son placard
Elle rêve de faire la foire
De boire du café noir
Elle ne sort que le soir

Elle est dans son placard
Elle n'fait qu'broyer du noir
-- mais moi j'ai un espoir....
C'est qu'elle a peur dans le noir

Elle est dans le placard
Elle va nous dire bonsoir
Et moi j'vous dis au revoir
J'vais la chercher... dans le placard.

Vergibération

lundi 27 avril 2009

Le signalement : pourquoi si peu ?

Lorsqu'un enfant regarde les Teletubbies faut-il faire un signalement pour "enfant en danger" ?


Le signalement est un acte qui consiste à consigner par écrit les constats sur un enfant ou un adulte afin que sa situation soit prise en charge par les autorités administratives ou judiciaires.

Le but étant de quelqu'un intervienne afin de faire cesser une situation de maltraitance, de négligence ou de mise en danger.

Le tout étant de savoir où ça commence...

Le constat est général.
Il n'y a qu'à lire les journaux ou regarder la télé, pour s'apercevoir que tel gamin ou tel personnes âgées a subi des maltraitances et que personne n'a rien dit.
Cela fait hurler les foules.
Mais comment ce médecin ou ce psychologue n'a-t-il pu rien voir ?
Mais comment n'a-t-il pu rien dire ?
Facile, d'autant que le signalement peut être fait par n'importe quel citoyen qui constate des faits d'atteintes à la personne. Mais si chez les professionnels on appelle ça un signalement, chez les particuliers on appelle cela de la délation.
Question de vocabulaire.

Il y a dans les faits très peu de signalements.

C'est que faire un signalement c'est difficile.
Bien sur, il y a des cas où la situation nécessite de toute évidence une intervention en urgence.
Evident ?
Humm, à y bien réfléchir pas tant que ça.
Vous pourrez me dire qu'un enfant maltraité c'est inadmissible et qu'il faut absolument le sortir de là.
Et je suis bien d'accord.
Mais ça c'est notre point de vue.
Point de vue d'adulte, point de vue de l'extérieur.

Si on demande à un enfant maltraité s'il veut quitter ses parents, il vous répondra que non.
Ce qu'il veut c'est que la situation s'arrange et pas trouver une famille d'accueil qui, aussi gentille qu'elle sera, ne remplacera jamais ses parents.
Si vous demandez à un adulte handicapé moteur s'il veut quitter sa mégère de femme qu'il lui tape sur les jambes tous les matins en le traitant de tous les noms, il vous répondra que non.
C'est qu'il l'aime sa femme.
Ce qu'il veut c'est juste qu'elle cesse ses comportements agressifs et pas trouver une maison d'accueil où il s'ennuiera.

Alors le professionnel est bien embêté.
Sortir le gamin de là ou pas ?
Sortir le petit vieux de là ou pas ?
Croyez moi c'est pas une décision facile à prendre.

Bien sur je caricature et les situations que je vous décris ne laissent guère le choix.
Car nous savons que la situation ne s'améliorera pas et que les parents ou l'épouse ne changeront pas de comportements.
Ou que si cela se fait, cela prendra beaucoup de temps.

Face au danger permanent et sans évolution positive possible, le signalement est de mise.
Mais ses situations là sont rares (heureusement).
Souvent on a affaire à des situations où on ne sait pas trop si il y a maltraitance ou pas.
Ou si la négligence constatée est suffisante pour donner lieu à un placement.
Oh vous allez me dire que la négligence c'est un danger.
Oui, mais y a négligence et négligence.
Il existe des négligences moindre que d'autres.
Ainsi une mère qui passe son temps sur son portable au lieu de faire des calins à ses gosses est certes négligente psychologiquement mais moins négligente qu'une mère qui passe son temps sur son portable et qui ne regarde jamais son gosse de 2 ans au point de ne jamais le laver, de lui changer sa couche qu'une fois par jour et de laisser jouer dans la cuisine à proximité de la casserole d'eau bouillante.
Pourtant dans le premier cas comme dans le second des troubles comportementaux vont apparaître.
Si dans le second cas le signalement s'impose.
Que faire dans le premier ?
La mère est là pour les devoirs, elle fait à manger à son gosse, elle le lave, mais toujours le portable à l'oreille.
Si on demande dans ce cas au gamin s'il ne préférerait pas une autre maman, il ne veut surtout pas.
Sa maman il l'aime, il ne veut pas aller ailleurs même pendant 2 jours.
Et rien que d'y penser il en fait des crises d'angoisse.

Peut on parler de maltraitance ?
Doit on signaler cette situation ?
Ca demande réflexion.

Et puis, il y a deux autres points à prendre en compte.
D'abord, faire un signalement entraîne la responsabilité du professionnel.
Responsabilité pénale.
Responsabilité civile.
Si on fait un signalement pour maltraitance et que les experts ne suivent pas dans leurs conclusions, la famille ne manque pas de se retourner contre le professionnel pour diffamation.
Avec tous les inconvénients possibles.
Dommages et intérêts, radiation possible de l'ordre pour les médecins, médiatisation de l'affaire, réputation foutue...

Mais surtout faut savoir qu'en fait les familles s'en foutent du signalement.
Par exepmple, lorsqu'on fait un signalement pour un enfant "en danger", sauf cas d'extrême urgence, cela donne lieu en général à une réaction administrative.
Un psy dépendant de l'ASE (Aide Sociale à l'Enfance) prend contact avec la famille et leur confirme ce qu'ils ont appris par courrier et que maintenant on va les surveiller.
Oh la, de loin.
Faudrait pas non plus faire paniquer les parents.
Puis des cas comme ça y en a plein, alors si on doit s'occuper de tous sérieusement y a pas assez de personnel.
Bon alors on leur fait un peu peur en leur affirmant que c'est une affaire de 6 mois et que dans 6 mois ils passent tous devant le juge et que si tout va bien, hop, on classe l'affaire.
Pendant ces 6 mois : rien.
Puis brutalement 15 jours avant la rencontre avec le juge, le psy de l'ASE pose un RDV avec chacun pour tests et entretiens.
Pas le même jour non.
C'est pratique. Ainsi les parents qui bossent et ont des revenus faibles sont obligés de prendre entre 3 et 4 jours (2 pour les parents, 1 par enfant) parce que les tests + entretien ça dure environ 3 heures.
C'est à cette occasion festive que la famille fait connaissance avec le psy qui les suit.
15 jours après, hop, devant le juge qui de toute façon leur en refile pour 6 mois d'office.
Avec menace que si tout va pas bien, hop, placement en AEMO (Aide Educative en Milieu Ouvert), c'est à dire qu'un gentil éducateur passera 1 fois tous les 6 mois apprendre aux parents comment élever leurs gosses.
Pendant ces 6 mois : rien.
Voila 1 an c'est passé.
Au bout re RDV avec le juge. Vos gosses ont il été vu par un psy en CMP, un médecin, etc ?
Si oui, hop on classe.
Si non, on en remet pour 6 mois.
Personne n'est jamais venu dans la famille, personne n'est jamais venu voir comment ils vivaient, personne n'a jamais rencontré les acteurs in situ.
Personne n'a jamais cherché à comprendre pourquoi ils en étaient là.




Cette organisation vous croyez que ça fait peur aux maltraitants ?
Ce que je vous raconte, ces familles le savent.
Pendant les 6 mois, ils se tiennent à carreaux ou font leur coups en douce et brieffent les gamins pour qu'ils se taisent ("si tu dis quelque chose, ton papa ira en prison" ou "si tu dis quelque chose, tu verras plus jamais tes parents". Je peux vous assurer que même sous la torture le gosse il parle pas).
Du coup, la famille se ferme encore plus et tout paraît rose.
Un an après, on classe l'affaire et c'est reparti comme avant.
Et le signalement, il a servi à quoi dites moi ?

Ensuite, faire un signalement peut entraîner des représailles.
Sur le professionnel.
Ben tiens, c'est pas difficile de savoir où le médecin ou le psy habitent !
Pas difficile non plus de savoir s'il a de la famille....
Tiens la dernière fois que j'ai simplement dit que si ça continuait dans cette famille je ferais un signalement, ma bagnole a été vandalisée dans les 5 jours suivants.
Coincidence peut être... mais ça laisse dubitatif.
(comment ça je suis parano ?)

Et sur les enfants ou l'adulte qui ne peut réagir.
Ca c'est une grande question que je me suis posée pendant quelques temps.
Si je fais un signalement, les personnes concernées ne risquent-elles pas de voir leur situation s'aggraver avant l'intervention des institutions ?
J'avais posé cette question sur un forum de psychologues suite à un témoignage que j'avais reçu d'un enfant de légères maltraitances physiques par ses parents.
On m'a répondu d'aller me faire superviser, que j'en avais drôlement besoin.
Bon certes, mais je ne peux pas dire que cela a été d'un grand secours pour trouver la réponse.
La réponse je l'ai trouvé sur le net.
Une étude canadienne qui démontrait que suite à un signalement la maltraitance augmentait fortement dans les familles signalées et que les premiers touchés étaient les enfants.
Je n'ai pas fait de signalement et j'ai abordé ce problème en face à face avec les parents (qui ont pris leur air innocent et ont nié. Mais d'après l'enfant que j'ai revu cela a eu un impact positif).


Tirer le vrai du faux.
Décider de ce qui est bien ou mal.
Et où commence le mal et où finit le bien.
Se demander si on ne va pas faire plus mal qu'il n'en existe.

Prendre la décision de faire un signalement, c'est pas si simple.


jeudi 23 avril 2009

Le jeu de la biscotte

Je n'ai jamais joué à aucun jeu collectif, ceux qui demandent à être en groupe.
Sauf à l'école quand on me l'a imposé.
Et je me suis toujours débrouillé pour être dans les buts, ce qui me permettait de ne pas avoir à me coltiner le jeu que je considérais comme une perte de temps.
Heureusement tout le monde n'est pas comme ça et je pense surtout à quelques uns qui de toute évidence prenait un grand plaisir à être collés les uns aux autres et à se rentrer dedans et tout ça pour se passer une baballe.

J'ai horreur du foot.
Je ne comprendrais jamais l'intérêt qu'il y a pour les joueurs à courir après une balle alors qu'ils auraient les moyens d'en avoir une chacun.
J'ai toujours eu une préférence pour le rugby américain d'abord.
Au moins ça gicle parfois ça saigne et surtout c'est pas dur à comprendre.
Puis j'ai découvert le rugby à la "française" (bien que ce soit un jeu inventé par les Anglais).
Là pas de protection et ça gicle bien plus.
Et puis au moins on voit les joueurs qui ne sont pas planqués sous leur armure.
Et c'est beau.

Puis, j'ai grandis.
J'ai fini par avoir en consultation des hommes, des femmes dont le père était joueur ou entraîneur ou arbitre au rugby.
Et là j'ai découvert les coulisses du rugby.
Oh je ne dis pas que c'est mieux ailleurs.
Au foot aussi y a des truc rigolos.
Je ne dis pas non plus que ça concerne tout le monde au rugby.
Non. En tout cas je l'espère.
Mais j'ai découvert des équipes où règnent l'homosexualité (on s'en fout), le bizutage (on s'en fout moins), des abus sexuels, de la pédophilie et de l'inceste (on s'en fout plus du tout) ... des jeux virils il parait.
Et tout ça dans une franche rigolade.

Et puis il y a des rumeurs.
Des rumeurs de " jeux d'hommes."
Car le rugby, bien plus que le foot, véhicule à la fois l'image d'un sport d'hommes musculeux, qui en veulent tout en restant très fair play et une image de coulisses très joyeux et dénudés sous la douche.

Alors il y a le jeu de la biscotte.
Un truc "sessouel" comme on les aime.
D'abord il faut une biscotte.
Biscotte vient de l'italien 'bis-cotto', "cuit deux fois".
(et si y a pas on prend un tranche de pain de mie, mais ça ramollit plus vite).
Ensuite il faut une équipe de rugbymen.
Dans les vestiaires.
A poil ou pas.
Ambiance torride et humide.
Le tout étant de retrouver le chemin de sa bistouquette.
On met le tout autour de la biscotte.
Imaginez 15 mecs (j'ai du mal à croire qu'on met tout le monde), donc imaginez 15 mecs baraqués, sortant de la douche, encore dégoulinants d'eau, les gouttes dévalant lentement les muscles courts et longs et le tout enveloppé dans un nuage de vapeur...
Imaginez les se rangeant d'un pas décidé, le sourire aux lèvres, en rond autour d'un banc sur lequel repose de façon si incongrue une biscotte.
Chacun se place, chacun regarde et évalue l'autre.
"Go !!"
Imaginez que chacun pratique sur lui même des vas et vients qui ne sont pas sans rappeler les délicats et gracieux mouvements liés à l'usage de la pompe à vélo.
Sauf que la pompe c'est pas de l'air qu'elle éjecte c'est du sperme.
Imaginez qu'il s'agit d'éjaculer le plus rapidement possible sur la biscotte.
Et pas à côté.

Imaginez que le dernier qui éjacule, il doit bouffer la biscotte.
Imaginez le regard rigolard des autres....
"Il est des nôoooootres, il a mangé sa biscotte comme les zôoooooooootres !"

Ne pas se fier aux apparences, le dernier arrivé c'est pas toujours le moins rapide !

Tellement que ceux qui pratiquent ou ont pratiqué n'avouent pas.
Ce sont ceux qui avaient soit disant vu ou a qui on avait raconté qui en parlaient.
Aujourd'hui, il semblerait que c'est une pratique assez commune.
Comme bien d'autres choses...
Jeu, gage, bizutage, initiation, on ne sait plus trop.
Certains n'hésiteront pas à crier que c'est une légende.
Ca laisse rêveur.

En tout cas le jeu de la biscotte, c'est le jeu où les éjaculateurs précoces ont toutes les chances de gagner.
Et la prochaine fois que vous voyez un match de rugby sponsorisé par Heudebert ne vous demandez plus pourquoi.

Passez au bio ! (J'ai pas pu m'en empêcher)


lundi 20 avril 2009

Le réchauffement climatique : c'est la faute des gros !


Depuis le temps qu'on vous dit qu'être gros est une calamité.

D'abord les gros le disent bien : les autres les regardent bizarrement, rien n'est adapté à leur tour de taille, ils payent double dans les avions. Ils sont victimes du "racisme" anti-gros.

Et ça va pas s'arranger.

Vous le savez, le ministère de la santé nous en rabat les oreilles, les jeunes ne doivent pas être potelés sous risque de devenir des adultes obèses.

Il faut qu'ils fassent gaffe les d'jeun'z.

Il en va de leur avenir.

Mais il en va aussi de l'avenir de la planète, nondediou.

Nos amis les Anglais, toujours très forts lorsqu'il s'agit de nous pondre une étude scientifique, l'affirment : il faut sacrifier les obèses sur l'autel de l'écologie.

Une étude comparative entre les minces (les habitants du Viet-nam) et les gros (les Etats unis), démontre que les vietnamiens consomment 20 % de nourriture en moins et produisent donc moins d'effet de serre.

Plus on est gros, plus on a du mal se bouger et plus il faut utiliser des transports motorisés. Ainsi un milliard de minces émettront 1 milliard de tonnes de CO2 en moins par an qu'une population d'un milliard de gros.

T'es gros ? tu pollues, dégage !

L'homme le plus gros du monde est-il aussi le plus gros pollueur du monde ?

Maigrir, ce n'est plus simplement perdre du poids, avoir la joie de rentrer dans son maillot de bain l'été, cela doit passer d'une préoccupation esthétique à une préoccupation écologique.

Maigrir pour ralentir les émissions de CO2.

Maigrir pour éviter le réchauffement climatique.

Maigrir pour sauver la terre.

Haro sur les hommes qui aiment les pulpeuses, ils poussent au déséquilibre écologique ! Qu'on les brûle tous !

Tiens je vous propose un badge avec en fond une jolie feuille verte et le slogan: "Sauve la terre, chaque jour supprime un gros".

Et que ceux qui restent deviennent anorexiques !



Ce qui me gène dans l'écologie, ce n'est pas l'écologie mais ce qu'on en fait.

Lorsque j'étais petite tout le monde mettait ses papiers partout, on nous a appris à ne rien jeter par terre. Et c'était bien.

Ensuite on avait les "enzymes gloutons" qui retenaient la saleté avec leurs petits bras, mais on nous a appris que la lessive trop détachante et trop moussante, ça détruisait l'écosystème des rivières et on nous a supprimé les enzymes gloutons. Et c'était bien.

"Retour à la nature" qu'on nous a dit. Et on a élevé des moutons et on a vendu du fromage de chèvre sur les marchés. "Contrôle sanitaire" qu'on nous a dit. Et on est retourné dans les bureaux. Et ça c'était moins bien.

Aujourd'hui, l'écologie n'est plus un combat pour la Terre. C'est un combat idéologique. Il s'agirait d'opposer deux extrêmes : ceux qui sont "pour" la Terre et les autres, qui ne peuvent être que "contre".

Sous prétexte d'écologie, notre Société ou plutôt devrais-je dire les individus, se créent de nouvelles normes qui se doivent d'être respectées. Sinon...

Sinon quoi ?

Ainsi je vois de plus en plus de troubles des comportements alimentaires liés à "l'orthodoxie bio". Si on ne mange pas bio (et éthique) c'est pas bien. Alors ces nouveaux consommateurs cherchent partout les produits bio, ils tracent les origines, scrutent les traces de terre. Et s'ils n'y a pas de bio, ils mangent certes mais ils culpabilisent, se demande si ça va avoir des répercussions sur leur santé et en reste à ce que l'on trouve le plus facilement partout : les légumes. Alors je vois des patients qui sous prétexte de respect de la terre ne se nourrissent que de salades (et pourtant ils ne sont pas végétariens) ou de haricots verts en énorme quantité. Ils vous le disent, ils ne sont pas anorexiques, ils mangent beaucoup. Chez eux ils ne faut pas que ce soit vert ou rond ou lavés ou sans graisse, non il faut que ça soit bio. Et tout ça, disent ils, parce que c'est meilleur pour la santé et la Terre.

Cela ne touche pas que les comportements alimentaires, puisque dans tout cela je vois aussi des troubles obsessionnels. Du bio ou rien. Aller partout, courir les magasins, dépenser des fortunes. Bref se créer de nouvelles règles auto-limitantes. Tout l'inverse du "lâcher prise" si cher aux psys.

Je vois aussi poindre, sous un discours banal, des idéologies extrêmistes. Cet article -que j'espère vous aurez pris avec humour- s'en veut le reflet. Dire que les gros générent plus de CO2, c'est accepter de rejeter une partie de la population (tous les gens ne sont pas gros parce qu'ils mangent trop et s'ils mangent trop c'est qu'il y a des raisons), c'est aussi commencer à dire qu'après tout les gros il faudrait trouver un moyen pour qu'il n'y en n'ait pas, pour qu'il n'y en n'ait plus. L'eugénisme pointe son nez. Mine de rien. Sans dire son nom.

Le discours écologique aujourd'hui nous fait assister à un rejet de la différence, à un discours qui n'entend pas à être contourné, remis en cause ou rejeté. Le nouveau dogme qui ne peut être contesté.

C'est pratique, ça permet de ne pas avoir à réfléchir.

Tiens, avec ma voiture précédente, un monospace. Un jour que je suis garée dans Paris, lorsque je reprend ma voiture, je trouve sur mon parebrise une feuille sur laquelle était imprimé en gros "pollueur !" avec tout un argumentaire sur la production de CO2 des gros véhicules. Et il y en avait sur toutes les voitures supérieures à la taille moyenne. L'abruti qui m'avait collé ça, pensait, comme on le lui avait bourré le crâne, que tous les gros véhicules étaient pollueurs. S'était il penché de lui même sur la réalité des faits ? Non. Dommage cela lui aurait permis de savoir que ma voiture produisait moins de CO2 que la Smart garée devant moi... J'en ai déduis que non seulement j'avais affaire à un écolo doté d'une capacité de réflexion par lui-même limitée, mais que j'avais certainement eu affaire à un individu complexé par sa taille...

Sous le terme "écologie" aujourd'hui se cache le synonyme de "dictature". Cela va bien avec le climat actuel je trouve. On ne débat plus, on impose. On n'éduque plus, on sanctionne.

Peut être que quand tous ces "néo" écologistes prendront la peine de réfléchir, ils se rendront enfin compte que cette dictature par l'écologie ne sert qu'à sauver les apparences. Les apparences d'une poignée de quelques uns qui derrière tout cela se frottent les mains de voir leurs bénéfices et intérêts de plus en plus gigantesques.


(attention, chaque email que vous envoyez produit en moyenne une empreinte carbone 0.3 g de CO2. Les spams émis dans une année produisent autant de dioxyde de carbone que 3 millions de voiture (soit 0.2 % des émissions mondiales). Les spams représentents 80 % du trafic, mais on comptabilise environ 15,5 milliards d'email "légitimes" par an. Si un email produit en moyenne 4 grammes de CO2 (beaucoup plus qu'un spam), on arrive à plus de 60 millions de tonnes de CO2 produites ! (contre 10 millions pour le courrier postal). Alors n'envoyez plus d'emails, filtrez vos spams et ressortez votre 4 x 4 du garage.)

(au moment où je publie ce message, je reçois une information médicale m'informant que les bouteilles d'eau en plastiques libèreraient dans la boisson des perturbateurs endocriniens et qu'il faudrait se poser la question de les bannir ou pas. Mais alors mon polaire -fabriqué à partir de bouteilles d'eau recyclées - libère-t-il à travers la peau des perturbateurs endocriniens ?)


WWF anti-évolutionniste ? Et pourquoi donc l'être humain de devrait-il pas changer et évoluer ?

dimanche 19 avril 2009

Dis moi si tu facebook, je te dirais quel âge tu as....

Facebook a été créé pour mettre en réseau les étudiants d'Harvard.
L'équivalent de l'annuaire de l'année universitaire distribué dans les grandes écoles américaines.
Du coup si vous y êtes, ça classe.
Facebook a été ouvert au public en 2006.
Du coup si vous venez de l'intégrer, ben heu, vous avez un peu de retard.

Mais si vous êtes inscrit à Facebook, ne le prenez pas mal et surtout n'y voyez aucune agressivité de ma part, mais vous êtes un vieux schnock.

Facebook, c'était un truc d'étudiants élitiste.
Tout le monde s'est dit qu'il fallait en profiter pour utiliser le réseau mis en ligne.
Et si au début il s'agissait de retrouver d'anciens copains, ce réseau a vite montré son intérêt professionnel.
On s'est mis a y trouvé donc des étudiants, des post étudiants et des professionnels.
Etre Facebooké c'était branché.
Puis s'y sont greffés tous les curieux, tous les avides de popularité, tous ceux qui y voyaient une bonne occasion de créer des groupes marrants, bref tous ceux qui avaient besoin de se raccrocher à la jeunesse initiale, bref des ados attardés en besoin de rajeunissement.
Et surtout ceux qui avaient besoin de plan Q, parce Facebook c'est devenu le meilleur site de rencontres.
En plus gratuit.
D'où son bien connu surnom de "fesse book".

C'était sans compter que les jeunes n'aiment pas ce qu'aiment les vieux.
Et dès que les professionels ou les post adultes en mal de chair fraîche ont montré leur nez, les ados et les étudiants sont partis... ailleurs.

Aujourd'hui Facebook est un réseau d'adultes, post étudiants depuis fort longtemps.
Plutôt post étudiantes d'ailleurs.
Car Facebook est féminin.
Ou ne sera plus.

Facebook est désormais le réseau des seniors.
Là où il faut être pour faire croire qu'on est djeun' alors que cela ne démontre qu'une chose : c'est que vous avez certainement plus de 35 ans et sans doute plus de 45 ans.

Les 35/44 ans restent certes majoritaires, mais la croissance des 6 derniers mois a été la plus forte chez les 45/65 ans et tout particulièrement chez les femmes.




Et si vous avez moins de 30 ans, et surtout si vous êtes proche de 20, il y a de grandes chances pour que vous fermiez votre compte très vite pour laisser la place à tonton ou à mamie pour qu'ils puissent draguer faire causette tranquillement.

Je vous ai dis que je n'avais pas de compte Facebook ?

jeudi 16 avril 2009

CRIM'EXPO, pousse au crime ?


Allez je vais vous en raconter un bien bonne.
J'ai été invitée par les organisateurs à venir visiter l'exposition Crim'Expo à la Villette.
On échange des emails, on échange nos numéros de téléphone.
Et que "vous m'appelez de l'accueil je viens vous accueillir en personne, j'en serais très honoré".
Chic, chic.
Et que même je leur faisais de la pub sur mon site pro.
Crim'Expo étant, normalement, une copie de l'expo qui a eu lieu il y a quelques mois à Montréal (Québec), j'ai hâte d'y être.
Ni une, ni deux, je confirme par email que je me pointe dans deux jours.
No problem.
"Venez avec qui vous voulez".
Faut pas me le dire deux fois.
Hop, et qui qui est à la tête d'un mini groupe de tout âge devant l'accueil de la Cité des Sciences et de l'Industrie 2 jours plus tard ? C'est mooooooooaaaaaaaa !
J'appelle.
Pas de réponse.
On poireaute 5 minutes.
Je rappelle.
Toujours pas de réponse.
J'aborde la gentille demoiselle à l'accueil. Qui téléphone partout.
Y a personne.
Nul part.
Rien de l'organisateur, rien de son assistante, rien du chef du département des expo, même le balayeur n'est pas là.
Rien de rien.
On poireaute 20 minutes.
Ben non y a toujours personne dans les locaux.
Ben on fait quoi alors ?
Ben on est venus pour voir une expo gratos et on a payé notre billet 10 euros
7 euros pour les enfants. Parce qu'on a ramené des gosses, on nous a dit que c'était accessible niveau compréhension dès 8 ans.

Déjà bien remonté, notre mini groupe, prend quand même l'escalator pour se précipiter comme un seul homme visiter Crim'Expo.
Déjà la minette qui prend les billets devant le tourniquets n'en n'a rien à faire de nous. Elle préfère discuter avec un mec, qui est de toute évidence un pote passé lui faire coucou, de son dernier week end. Et même qu'il a flotté...
Enfin, elle se décide.
Enfin, on entre dans le saint des saints.

Premier constat :
C'est tout petit comme expo.
Deuxième constat :
Ah oui, je vous ai pas dit, Crim'Expo c'est une exposition qui est censée vous aider à comprendre ce qu'est la police scientifique et technique. Bref, le boulot des laborantins quoi.
Ah oui (bis), le but est d'appréhender les différents métiers de la PST en tentant de résoudre une enigme.
Et c'est super intéractif !
Oh la, il s'agit de lire sur un grand panneau qu'il y a eu un crime.
Puis d'appuyer sur des boutons pour écouter des voix nasillardes, comme recupérées d'un répondeur à bande des années 60, vous réciter des éventuels alibis dont vous n'en n'entendez que la moitié.
Et que c'est long.
Et qu'on n'a pas tout écouté.
C'est pas bien non.
Bon allez, c'est pas ça qui va arrêter une criminologue de trouver l'assassin du directeur.


Vous avez toujours rêvé de mettre vos doigts dans de vieux dentiers ?
N'hésitez plus, entrez dans la police !


Allez on passe derrière une paroi en placo et là Ô merveille apparaissent devant nos yeux zébahis tout d'abord des jeux pour bébé où qu'il faut placer des organes en plastiques de 5mm dans une silhouette de 10 cm pour trouver où ça va (bon le coeur ça va, mais le cerveau, la vache, c'est dur).
Les sorties scolaires ados s'y adonnaient à coeur joie à défaut d'aller se promener dans les différents "ateliers".
J'écris avec des guillemets, parce que j'ai pas encore bien tout compris.
Bref, des pièces de 6 m2 relatives soit à l'analyse ADN, soit à l'entomologie, soit à l'autopsie, soit à la ballistique, soit aux empreintes digitales, soit à l'odontologie.
Et tout ça dans un décor qu'on dirait qu'ils viennent de le ressortir de la cave après 20 ans de prise de poussière.
"Wouah les gars regardez ce que j'ai retrouvé sous les volcans de l'expo de 1901, on pourrait peut être le réutiliser non ?"
Tout à l'air vieux, usé (ça fait 1 semaine que l'expo est commencée) et poussiéreux.
Y zon tout récupéré de Montréal quoi ? ou quoi ?

Ah oui l'enigme. Alors à chaque atelier il faut trouver une réponse à une enigme.
Dans l'atelier ADN il faut trouver à qui appartient la trace ADN retrouvé sur un gâteau.
Et pour ça, sur les murs, y des écrits qui vous expliquent comment qu'on fait pour y arriver.
Dans un langage scientifique que je vois pas comment même des gosses de 14 ans peuvent comprendre.
Et pour résoudre l'enigme on vous propose de retrouver l'ADN du suspect parmi plein d'autres.
En fait c'est pas dur, mais comme y a qu'un matos pour les 10 personnes qui sont devant et que je rappelle que la pièce fait au max 6 m2...

Bref, on comprend rien à rien.
Les gosses prennent des notes sur un feuillet remis à l'accueil pour trouver le coupable. Mais ils sont bien incapables de résoudre quoi que ce soit et même de comprendre les explications affichées (qui sont d'ailleurs longues et compliquées à lire, trop avant 14 ans).
C'est mal présenté.
Rien d'interactif.
Les enigmes sont soit simples (bien que j'ai du faire un mini cours de ballistiques à une classe d'ado pour qu'ils comprennent ce qu'on leur demandait) soit incompréhensibles (et j'avoue n'avoir jamais pu résoudre celle en entomologie).

Lorsqu'enfin 30 minutes plus tard, et après avoir fait tous les ateliers, on arrive à la fin pour comparer nos conclusions avec les résultats, on apprend qu'il faut se coltiner 15 minutes de films d'interrogatoires virtuels.
Ben croyez moi ou pas, y a personne qui s'y arrête plus de 30 secondes.

En plus je sais pas comment vous dire, mais en fait trouver le coupable est pas dur, parce qu'en fait c'est celui qui a la mine la plus patibulaire et qui est brocanteur ambulant (c'est bien connu tous les nomades sont des criminels !).

Pour tout vous dire, en fait, le meilleur de l'expo est à la fin.
3 plateaux sous verre où on voit des armes à feu exposées, une vraie collection entomologique dans l'ordre de passage sur les cadavres et je ne sais plus quoi.

Allez, pour ceux qui n'auraient pas compris (il y en a si si), je vous livre un témoignage que j'ai trouvé sur le net (et après vous allez me dire que j'ai des a priori) :
"Tout simplement déçue ! D'abord, des expériences tout à fait abordables, d'ailleurs parfois trop simplissimes, en contradiction avec les notions décrites sur les panneaux muraux (niveau prépa bio, termes trop compliqués même pas expliqués...). Ensuite, mauvaise gestion des entrées, trop de monde, impossibilité d'accéder tranquillement aux expériences à cause du surnombre. Désagréable. De plus, une des expériences était abîmée, aucun suivi de l'évolution interne de l'expo donc. Pour finir et c'est la cerise sur le gâteau, la résolution de l'énigme (qui propose de confronter les différents indices) est en totale contradiction avec l'analyse des fibres textiles : le détective dit lui même que grâce à ces fibres, on trouve le coupable. Or une fois sur l'expérience, on se rend compte qu'il y a une erreur. Il faut ajouter que l'expérience basée sur l'analyse des larves retrouvées sur le corps n'est pas du tout rigoureuse : si on s'en tient aux explications, la résolution s'avère complètement idiote. Bref, des contradictions à tout va, matériel dégradé et mauvaise humeur des participants de surcroît. Enfin, il faut dire que c'est une expo grand public pas vraiment abordable du point de vue scientifique. 7 euros pour perdre 2 heure et se rendre compte que les expériences ne mènent même pas à la bonne réponse, on en garde tout de même un goût amer !"

Crim'Expo c'est jusqu'au 23 janvier 2010.
Faites vous plaisir, n'y allez pas !

Ah oui, je vous ai pas dit, j'ai retiré la pub sur mon site le soir même...

Ah oui, vous vous demandez si j'ai eu des nouvelles du gentil organisateur ? Ben oui, j'en ai eu. En fait, ils avaient oublié que je devais venir et tout le service est parti se faire une bouffe et ils sont revenus vers 16 h un peu pêtés (vu le message sur mon portable). Et même qu'ils m'ont envoyé des billets pour une prochaine entrée gratos. Mais deux fois, non, ce ne serait pas raisonnable.
Déjà une...

mercredi 15 avril 2009

Super ! Fi ! Ciel !



C'est l'esprit printanier qui m'a éveillé ce matin.
La journée ensoleillée et une température digne du mois de mai ont réveillé en moi la sève des profondeurs.
Un besoin incoercible d'assouvir je ne sais quelle envie de gaieté et de joie de vivre.

Ô diable les tremblements de terre.
Ô diable les enfants maltraités.
Ô diable les cafétières explosives...

"Que la paix soit sur la terre..." comme le chantait Nana Mouskouri elle-même (qui ça ???).
Rien, même pas les 15 minutes de la Nouvelle Star auxquelles j'ai assisté hier soir ne sauraient atteindre cette impulsion de me projetter en avant.

Ce que je n'ai pas manqué de faire ce matin.
Hop, j'ai (res)sorti de mon placard LE t-shirt, celui qui me fait mon plus beau décolleté.
Bon, on me dira qu'avec un 100 D il faut pas grand chose pour avoir un sacré décolleté.
Et que même sans décolleté ça le fait.
Lio peut bien s'accrocher, les gants de toilette, moi j'ai pas.
Sauf dans ma salle de bain à côté des serviettes.

Et c'est ainsi cahin cahan au travers des chemins montrougiens et caillouteux que j'ai déambulé toute en forme, en joie et de bonne humeur.

J'ai aimé faire palir d'envie ma patiente, celle qui m'affiche à chaque consultation son 90 C sous le nez pour me prouver sa féminité alors qu'elle a problème d'identité sexuelle.
Couché ! A la niche !
J'suis plus forte que toi, nanana !

J'ai aimé le mec de 30 balais qui s'est passé la main devant ses yeux écarquillés en se demandant si c'était du vrai.
Oui, oui, tu peux toucher.
Enfin non, hein, tu peux pas et puis quoi encore ?

Il fait beau et chaud, ça donne envie de se découvrir.
Je sens la superficialité qui monte, qui monte, qui monte....
Comment ça il pleut ?!?

lundi 13 avril 2009

Le GBL, drogue à bas prix



Ce n'est pas vraiment nouveau.
Lorsqu'il s'agit de se droguer, les jeunes savent toujours trouver l'info.

Aujourd'hui tout le monde connaît le GBH appelé aussi, à tort, "drogue du violeur".
Le GBH était à l'origine une subtance principalement utilisée en anesthésie.
Produit quasi abandonné de cette fonction, on l'utilise encore en usage précis, pour traiter certaines insomnies ou dans le traitement de certaines toxicomanies.
Mais le GHB a trouvé un autre usage : drogue "douce".
Cela se vend sous forme liquide ou de poudre.
A petites doses, cela permet un état proche d'une légère ivresse, un effet relaxant avec diminution de l'anxiété.
Le problème c'est que cette drogue est sans couleur et sans goût, on peut la mélanger à tout autre produit à l'insu du consommateur.
L'effet est potentialisé par l'alcool.
Ainsi mélangé à l'alcool, le GBH produit un endormissement avec troubles de la mémoire. Cela lui a valut la réputation d'être utilisé par les violeurs pour abuser leurs victimes.
Cet usage a nettement diminué, puisqu'en effet s'il existe des troubles de la mémoire cela ne produit en aucun cas une amnésie totale.

Cette drogue n'a pas les mêmes effets sur tous.
Même à petite dose, sur les individus sensibles, des troubles importants peuvent apparaitre, tels que :
- ralentissement de la fréquence cardiaque
- perte de coordination
- nausées et vertiges
- à forte dose, perte de connaissance et coma.

Il existe une habituation au produit avec dépendance physique.
Le GBH est désormais inscrit sur la liste des stupéfiants.

Bon tout ça c'est bien gentil.
Mais ça a un coût. Même faible.
Et puis en restant des doses "classiques" (donc faibles) les effets, hors individus sensibles, restent limités.
Donc, il faut faire plus.
Et à moindre coût.

La crise oblige, les "djeunz" n'ont plus les moyens de se payer une bouteille de vodka.
Alors ils font mieux.
Ils achètent du GBL.
Ca coûte pas cher : environ 15 euros.
Ah oui, parce que je vous ai pas dit, le GBL (Gamma-butyrolactone) est un solvant pour peinture vendu en grande surface ou sur le net.
Ca sert à faire fondre les plastique, à blanchir les vernis et à dégraisser les jantes de voitures.
C'est cool non ?

En plus le GBL a un truc extra, le corps le transforme naturellement en GBH après ingestion.
Avec toujours les mêmes effets.
Sauf que là comme c'est plus concentré on arrive vite en overdose.
1 bouchon suffit.
Les effets sont immédiats.
Coma et mort à la clé.

En vente libre, le GBL n'est pas considéré perçu comme une drogue.
La législation française ne le reconnaît pas -pour l'instant- comme tel.
Et les (re)vendeurs en profitent.
Ce produit est très à la mode dans les milieux de la nuit surtout gay.
Il y a quelques semaines, Loana, issue du Loft Story 1, a occupé les médias lors de son hospitalisation suite à une consommation de GBL à son domicile. Totalement désorientée, amnésique, ayant de toutes évidence des troubles du comportement, elle a affirmé que le GBL "n'était pas une drogue" pour elle.
(fiche INRS du GBH)

En 1 semaine, 9 personnes ont déjà été hospitalisées d'urgence après consommation de GBL.
Samedi soir, 7 jeunes à court de récréation ont eu la bonne idée de mélanger GBL et alcool.
Ils ont tous finis aux urgences, ils sont tous en mauvais point mais 1 est toujours dans un état critique.

Gageons qu'ils ne se lanceront pas dans la consommation du 1,4-butanédiol....

jeudi 9 avril 2009

Maigrir par la psychothérapie

Avant/après. La couleur du fond ça change tout !


C'est le printemps.
Les petites fleurs, les zoziaux qui chantent, le soleil qui revient.
Les envies de vacances et de plage.
La peur de se mettre en maillot de bain.
Les magazines virent déjà leurs couvertures aux couleurs estivales.

Et l'annoncent très fort "comment maigrir pour l'été ?".

Chirurgie esthétique bien sur.

Car le concept de régime commence à être mal vu (les médecins n'arrêtent pas de clamer haut et fort que les régimes ça fait rien et c'est pas bon pour la santé).

Néanmoins c'est encore ce qui parait le plus simple et surtout le moins cher.

Entre "perdez 5 kgs en 1 semaine avec le régime légumes verts" ou "entrer dans un 34 avec le régime diète" ou encore "Cet été les anorexiques seront elles les plus belles ?", y'en a pour tous les goûts...


D'ailleurs, vous aurez sans doute remarqué, subtiles que vous êtes, qu'on vous suggère de "maigrir" pas de "mincir".
Car il faut être maigre, c'est à dire être en dessous du poids de forme,
Tout cela afin de répondre à certains critères qui veulent que plus on est maigre plus on est bien.
Alors que la maigreur c'est la souffrance du corps et de l'esprit.

Mais avoir les seins en "gants de toilette", la jambe sans forme, les veines apparentes, les cheveux épars, c'est "fashion".
Et avoir l'air d'une Somalienne abandonnée par les forces de l'ONU c'est "hype".

Et moins vous mangez plus c'est économique (moins de dépenses) et écologique (moins de production forcée et moins de déchets).
Coooool !


Sérieusement il y a une technique qui est peu utilisée c'est la psychothérapie.

L'année dernière je crois, le magazine Elle proposait en petite ligne entre deux recettes de poissons aux algues d'associer régime et thérapie.

Mais bon, une ligne pas plus hein...


Parce que oui la psychothérapie est valable aussi pour MINCIR.

Evident, si vous avez de mauvaises habitudes de consommation alimentaires :
1. il faut comprendre pourquoi

2. il faut y remédier.


J'en vois, là-bas, accoudés au comptoir prêts à décocher leur flèche du "tout psy".

Et qui après avoir lu Santé Mag vous l'affirmerons : "de toute façon, la graisse c'est génétique kizondi, alors on peut rien faire. Tiens dans le Dr House, ils l'ont encore encore dit l'ot' fois".

Cette manie du "tout génétique" m'exaspère.
A force de parler de génétique, cela amène à penser que de toute façon on est programmé pour.
Or la génétique c'est pas ça.
Génétique ça veut dire que c'est présent dans les gènes.

Cela ne veut pas dire que cela va se déclencher ou arriver fatalement.

Pour cela il faut un environnement spécifique ou un agent déclencheur (stress, toxique, maladie....).

Bref, c'est comme un livre. C'est pas parce qu'il est dans ta bibliothèque que tu vas obligatoirement le lire.


Etre obèse c'est génétique certes.
Mais c'est pas parce que c'est génétique qu'on est obèse.

C'est clair là ou pas ?

La vague du génétique permet de médicaliser tous les comportements.

Qui dit médical, dit médecin.

Et donc pour mincir, lorsque plus rien ne marche à la maison, on voit les minettes (parce que ça touche principalement les femmes, mais les hommes les rattrapent ces derniers temps) se précipiter chez leur médecin.

Et hop, généraliste.

Ensuite comme il faut faire vivre tout la chaîne, hop nutritionniste, hop diététicien.

Et si rien ne marche : "Ah ça ma p'tite dame, chez vous c'est génétique vous pouvez rien n'y faire".

Et alors pour se rassurer on achète des petites gélules en grande surface ou en parapharmacie (celles qui font maigrir par hypothermie !) ou on place des patchs dont a démontré qu'ils ne servaient à rien ou on se tartine de crème amincissante qui ne font en fait qu'amincir le porte monnaie.

Ne croyez pas aux formules miracles.
"Maigrir vite pour maigrir mieux", c'est tout l'inverse. Il faut maigrir lentement pour bien maigrir.
"Maigrir sans stress". S'il n'y avait pas de stress vous n'auriez sans doute pas grossi !
"Maigrir en mangeant". C'est sur si vous ne mangez pas vous allez maigrir et votre cercueil sera plus léger.
"Maigrir...pour les nuls". Qui sous entend que si vous ne maigrissez pas c'est parce que vous êtes nul.


Je ne dis pas que la psychothérapie c'est miraculeux.

Surtout que ça ne fonctionne que lorsqu'on veut VRAIMENT mincir.


Oui, parce que, figurez vous, y a des gens ils disent qu'ils viennent pour perdre des kilos, mais en fait ils ne veulent pas ou ils ne peuvent pas...
Parce que ces kilos ont une signification particulière.


Tiens par exemple.

J'avais un patient. Moins de 30 ans. 1 m 70. 95 kgs.
Il vient me voir et me dit "je cherche à perdre des kilos. Ca a bien marché pour mon frère alors j'espère que la thérapie ça va marcher pour moi aussi".
Déjà Monsieur est grand sportif (je sais pas comment parce que faut les bouger les 95 kgs de gras).

Petit dernier de la famille, il est le seul à n'avoir pas fait de hautes études et à avoir un boulot bas de caisse.

Famille dans laquelle personne ne communique ou seulement pour lui rappeler qu'il ne finit jamais ce qu'il entreprend et qu'on voit où ça l'a mené.

Il a une revanche a prendre le "petit".

A défaut de suggestion de modification des comportements alimentaires, de trucs comportementaux, je rentre dans le tas et j'enfonce le clou de l'aspect revanchard de sa démarche.

Qu'il ne comprend pas.

Mais non voyons, jamais Ô grand jamais il n'a ce sentiment, il veut juste "prouver qu'il peut être aussi bon voire meilleur que ses frères. Et puis que sa parole soit aussi importante que celle de son père. Et puis écraser tous ceux qui n'ont pas cru en lui et qui lui ont mis des bâtons dans le roues"...

Les consultations vont vite changer d'orientation.
Il a un projet de création d'entreprise et je l'aide à monter son projet. Et plus il avance plus il grossit.
Et puis il veut un enfant avec sa femme pour "faire comme les frères et se remettre au même niveau qu'eux.".

Est-ce que je vous ai dit qu'au fur et à mesure des séance il continue à grossir ?

Mais son poids on n'en parle plus.

Plus il avance dans son projet, plus il tient sa revanche et exprime un désir d'être supérieur aux autres.

Avec une délectation dont il se nourrit chaque minute.
Il a brutalement mis fin aux consultations.

Je l'ai croisé l'autre fois dans la rue. Sa "petite entreprise" a bien démarré.
Il est très fier et il est plus gros que jamais.
Et il n'est pas prêt de maigrir.

Bouffi
d'orgueil qu'il est.

Bien sur, y a toutes celles qui ont fait tellement de régimes drastiques suivi de reprises de kilos qu'aucune thérapie au monde ne pourra les aider car le corps à tellement souffert que des réflexes de réserve se sont mis en place.
Ces personnes là sont condamnées à poursuivre un régime éternel sans jamais faire d'écart car leur corps n'élimine plus rien.


Et puis chez les nanas, la ménopause ça aide pas. Normalement, c'est un cap hormonal de 3 à 4 ans à passer (on grossi ou on maigri, là je suis d'accord, chacune sa génétique) , mais ensuite on reprend à peu près son poids de forme.

Les kilos en trop c'est aussi parfois une protection.

C'est une façon de se protéger.
Des autres ou d'une situation ou d'anciens abus.
Et puis les gros on les croit plus gentils, plus drôles, ils "arrondissent" les angles parait-il.

Quelques fois il y a donc un gain à avoir quelques couches en trop.

Gain inconscient parce que consciemment ces personnes veulent absolument maigrir.

Et ne s'aiment pas.

Le regard des autres ne fait que leur rappeler qu'ils doivent maigrir.
Une situation leur échappe (par exemple vouloir changer de travail), plus elles ont peur d'être grosses et plus elles grossissent car cela devient leur seule préoccupation.


les kilos en trop c'est aussi souvent un déséquilibre alimentaire.
Des trucs qu'on grignote.

Des fringales incontrôlées.

Une tendance à ne vouloir manger que du sucré.

Une incapacité à se retenir d'ouvrir le frigo.
Une culpabilité à chaque fois qu'on craque....



Vous voulez sortir de là.
Vous voulez arrêter, mais vous n'y arrivez pas.

Pourquoi ?

Et comment modifier vos comportements ?

La psychothérapie est parfaite pour aider à comprendre (passage analytique) et/ou remplacer les comportements inadaptés par des comportements plus adéquats (aspects cognitivo-comportementaux).

Certes ça prend plus d'une semaine et ça coûtera plus cher qu'une inscription chez Weight Watchers (système peu efficace en Europe), mais fini le "yoyo" car les résultats sont DURABLES.


Volonté et implication n'oubliez pas.


Et comme l'année dernière, j'appelle au boycott des chocolats de Pâques proposés par les chocolatiers, patissiers et boulangers en tout genre !!

mercredi 8 avril 2009

Trop fort les Anglais !

Des chewing-gums qui ne collent pas arrivent sur le marché britannique

Le premier chewing-gum écologique qui ne colle pas au sol et se désagrège en six semaines a été mis en vente en Angleterre.

Ce nouveau produit, Chicza Rainforest Gum, fabriqué à partir de la sève d'un arbre du Mexique devrait permettre aux municipalités d'économiser près de 160 millions d'euros. En effet, le processus pour décoller les chewing-gums des trottoirs et autres lieux publics est particulièrement onéreux et laborieux. Il nécessite des produits pétrochimiques, un grattage manuel, un traitement par le froid et enfin une machine d'eau chaude à haute pression. Ce nouveau produit devrait révolutionner le nettoyage urbain et le nettoyage domestique puisqu'il ne collerait pas non plus aux vêtements. La société Consorcio Chiclero ne serait pas la première à s'être intéressée à cette question : en 2007, le ministère de l'Environnement irlandais avait ainsi organisé une compétition entre les universités et les lycées britanniques. L'établissement développant le meilleur chewing-gum non collant devait remporter un prix d'un million d'euros. C'est une équipe de l'université de Bristol qui avait réalisé le projet le plus prometteur.


La police attrape des voleurs de tricératops

Dorchester, Angleterre - Un groupe d'étudiants éméchés a tenté de voler une reproduction de dinosaure dans un musée avant d'être repéré par un policier


Quatorze étudiants qui fêtaient la fin des cours sont entrés par effraction au Dinosaur Museum et ont tenté d'y voler la reconstitution d'un tricératops pour aller la mettre au milieu d'un rond-point.Ils sont parvenus à faire passer le dinosaure, longue de 6,1 mètres et haute de 3,5 mètres, au-dessus de la barrière du musée et ont fait la moitié du chemin jusqu'à leur destination avant d'être repérés par un policier en faction. Celui-ci leur a conseillé de faire demi-tour et de remettre le tricératops à sa place sous peine d'être accusés d'effraction et de vol. Les jeunes ont obtempéré avant de présenter leurs excuses au directeur du musée.



Le pire postulant à un emploi au Pays de Galles ?

Un étudiant anglais a postulé pour un emploi au Pays de Galles avec pour adresse e-mail "atleastimnotwelsh" ("au moins je ne suis pas gallois").

James Kettle, 21 ans, étudie l'horticulture. Alors qu'il voulait postuler à un emploi au National Botanic Garden of Wales, il a envoyé son CV au Aberglasney Gardens, un autre parc gallois. En plus de s'être trompé de destinataire, le jeune homme avait pour adresse e-mail atleastimnotwelsh3@h******.com, ce qui n'était pas du goût de ses employeurs gallois potentiels. Un responsable du Aberglasney Gardens lui a répondu : "Il serait prudent de changer votre adresse e-mail. Elle pourrait avoir des effets désastreux sur vos plans de carrière si vous souhaitez travailler au Pays de Galles."


Des moutons couverts de LED

Le troupeau de moutons qui flâne sur le flanc des montagnes anglaises crée l'événement sur internet.

En effet, les animaux sont pourvus de petites lumières sur leur laine, ce qui donne de loin un magnifique tableau vivant. Un groupe de bergers aidé de ses chiens est parvenu à créer d'étonnants tableaux avec du matériel des plus rudimentaires : des moutons, une petite caméra vidéo, une dose de génie technique et de l'imagination. Le concept devrait servir à promouvoir une nouvelle gamme de téléviseurs Samsung, avec en image principale un mouton réalisé entièrement avec de vrais animaux.

"Le plus difficile a été de réaliser la tête de mouton avec les brebis noires, et le corps avec les blanches. Mais le résultat est tout à fait impressionnant". Bien d'autres « figures » ont été réalisées comme une partie de "pong" ou une reproduction du célèbre tableau La Joconde de Leonard de Vinci.





Une femme invite Dark Vador à son mariage


Une femme surprend son fiancé, fan de Star Wars, en arrivant à leur cérémonie de mariage au bras de Dark Vador.

Stuart Robinson, 35 ans, a été abasourdi quand Jessica, sa future épouse, est entrée dans la salle de cérémonie sur la Marche Impériale (musique de Dark Vador), accompagnée du méchant de la saga Star Wars. Elle lui a fait la surprise après avoir vu une lettre qu'il avait écrite, enfant, et dans laquelle il demandait à rencontrer les personnages de son film préféré. Comme son voeu n'avait pas été exaucé, elle a décidé d'embaucher Dark Vador, deux Stormtroopers et un gradé de l'Empire. Le jeune marié raconte : "C'était un rêve devenu réalité, me marier et enfin rencontrer Dark Vador."



Les habitants d'un village se rebellent contre Google Street View

Broughton, Angleterre - Des villageois furieux ont arrêté la voiture chargée de filmer le village pour le logiciel Google Street View.

Les habitants du village, en colère, ont formé une chaîne humaine et arrêté la voiture de Google Sreet View qui devait filmer leurs maisons pour le site de cartographie en ligne. Ils ont accusé le conducteur d'atteinte à la vie privée, faisant part de leurs craintes que les images mises en ligne servent à des cambrioleurs.



Un fauteuil roulant motorisé s'emballe et emporte une femme âgée sur l'autoroute

Perranporth, Angleterre - Une femme âgée a dû être secourue après que son fauteuil motorisé s'est soudainement emballé, l'entraînant sur une autoroute.

La retraitée utilise le véhicule lors de promenade à cause de problèmes de santé l'empêchant de marcher correctement. Si son mari marche toujours à ses côtés, il l'a soudainement perdue de vue la semaine dernière, lorsque l'appareil a pris de la vitesse. Il a immédiatement appelé le poste de police afin de demander de l'aide. Les forces de l'ordre ont alors lancé l'alerte afin de retrouver la dame âgée.

Elle a finalement été interceptée par une patrouille de police. Entre-temps, le poste de police a reçu de nombreux appels de personnes inquiètes de l'état de la femme après l'avoir aperçue sur l'autoroute.Le véhicule a été arrêté avant tout accident et le couple a été reconduit à son domicile dans une fourgonnette de police. On ignore pourquoi le fauteuil motorisé a subitement accéléré.



Un ours brun, espèce disparue d'Angleterre depuis le 11e siècle, apparaît dans une forêt de Suffolk

Angleterre - Un mystérieux ours brun, aperçu dans une forêt britannique, provoque l'inquiétude des riverains.

Il ne s'agissait en fait que de la mise en scène de la pièce de théâtre Le Conte d'hiver de Shakespeare qui se jouait en plein air. L'ours en question n'était autre qu'un acteur en costume. Le but de cette pièce était d'intéresser les enfants aux oeuvres du grand dramaturge. Les riverains, qui savent les ours disparus d'Angleterre depuis très longtemps, se sont inquiétés de la présence de cet animal dans leur forêt. Les autorités ont même entrepris une enquête afin de savoir si l'animal ne se serait pas enfui d'un enclos privé. L'acteur a assuré qu'en aucun cas il ne s'agissait d'effrayer la population. "La scène de l'ours est certainement la plus célèbre de la pièce, nous pensions que cela amuserait et intéresserait les enfants."


A 7 ans, une fillette est responsable du courrier du coeur d'une radio

Coventry, Angleterre - Une fillette de 7 ans travaille pour sa radio locale : elle est la plus jeune responsable du courrier du coeur du pays.

Elaina Smith s'est vu proposer le poste après avoir appelé Mercia FM et dit à une femme qui venait d'être quittée par son petit ami d'aller jouer au bowling avec des amis et de boire un verre de lait. Son conseil a tellement plu que la fillette possède à présent son créneau hebdomadaire dans l'émission matinale. Elle donne des conseils pour mettre fin à une relation et trouver l'homme parfait. "J'adore faire ça," raconte Elaina. "Je dis tout ce qui me passe par l'esprit et les gens aiment ce que je raconte. Avant je voulais devenir vétérinaire, mais maintenant je veux travailler à la radio."


Le plus petit bodybuilder du monde en visite en Europe

Londres, Angleterre - Aditya "Romeo" Dev, le plus petit bodybuilder du monde, est en visite pour deux semaines dans le cadre d'un événement au musée de l'étrange Ripley's Believe It or Not! de Londres.

Pour Pâques, le musée accueille le plus petit bodybuilder du monde venu d'Inde. L'homme mesure 83 cm et pèse 9 kg. Pendant ses deux semaines londoniennes placées sous le signe des Jeux Olympiques, Aditya "Romeo" Dev fera des démonstrations de sa force, portant des haltères.


"Cette année à Pâques au musée, nous souhaitons apporter notre part à l'excitation suscitée par 2012 en invitant Romeo qui est une source absolue d'inspiration", a déclaré un porte-parole.

Chaque ticket plein tarif vendu générera une donation à SportsAid, une association caritative qui aide la nouvelle génération d'espoirs sportifs britanniques.


Et tout ça en une semaine !!!
Trop forts ces anglais !

lundi 6 avril 2009

Mon enfant ne veut pas partager !

C'est son jouet ! Pourquoi voulez vous qu'il partage ?
Ou alors fallait en acheter un pour chacun d'eux.




Caroline, 4 ans, est tranquillement installée sur l'herbe douce du square.
Il fait beau.
Elle se sent rassurée, sa maman est près d'elle.
Elle joue avec sa poupée et un petit chien en peluche.
Sa petite soeur, Juliette, 3 ans, joue à côté d'elle.
Lorsque brutalement la petite dernière attrape le petit chien.
Caroline, le rattrape au vol, tire de toutes ses petites forces et reprend sa peluche, non sans avoir laissé quelques poils synthétiques dans la main de Juliette.
Juliette se met à pleurer "Ouuuuuuuuuuuuuuuuuiiiiiinnnnn".
Paf une baffe.
Euh non, lol.
La maman s'approche de Caroline et lui explique :
"C'est ta petite soeur, prête lui ton petite chien quelques instants. Elle va te le rendre".
Caroline fait non de la tête.
Maman : "Caroline, ce n'est pas bien. Tu dois apprendre à partager. Elle ne va pas te l'abîmer. Allez donne".
Et elle prend des mains de Caroline le petit chien qu'elle donne à la petite soeur.

J'écris la petite soeur, j'aurais pu écrire, la petite voisine de palier, le petit cousin en visite, ...

Je vous pose une question :
Un inconnu se pointe chez vous en vous demandant (gentiment si si) de lui prêter votre voiture et qu'il vous garantie qu'il ne l'abîmera pas, vous allez lui donner les clés ?
Non ?
Mais pourquoi donc ?
Vous n'êtes pas partageur dites moi.
Si je comprends bien vous inculquez à vos enfants ce que vous ne faites pas vous même ?
Belle éducation !!

Soyons sérieux, la notion de partage est une notion issue de notre éducation judéo-chrétienne.
Tu me prends la moitié de mon gosse, je te donne l'autre morceau.
Tu me files une baffe, je te tends l'autre joue.

En dehors de toute conviction religieuse ou politique de mise en communeauté des biens, pourquoi donc voulez vous imposer la notion de partage à votre enfant ?

Si ce jouet est à lui, il n'est pas à l'autre.
C'est SON jouet.
Comme c'est VOTRE voiture.
Forcer l'enfant à prêter son jouet (ou tout autre objet qui lui a été présenté comme lui appartenant), surtout s'il ne le souhaite pas, c'est lui voler son jouet.
Vous ne lui apprenez pas à partager mais vous lui apprenez qu'on peut lui voler ses objets avec votre consentement.

La notion de partage spontané arrive tard.
Pas avant 5 ans.
On prête aux copains, aux copines parce qu'on en a envie.
Parce que c'est aussi un moyen de valoriser son égo (après tout si on vient lui demander de prêter quelque chose c'est que l'enfant détient quelque chose que l'autre n'a pas).
Parce que c'est aussi un moyen de "s'accrocher" les autres (si je lui prête il restera mon ami).
Parce que c'est aussi un moyen d'avoir une reconnaissance mutuelle (si je lui prête, à son tour, un jour, il me prêtera).
Bref, ça fait plaisir à l'autre et ça fait surtout plaisir à soi (le plaisir de l'autre nourrit notre propre plaisir).

Lorsque l'enfant est tout petit d'abord il ne conçoit pas de lâcher ce qu'il tient.
Ce qu'il y a dans sa main est le prolongement de sa main, c'est sa main.
Vers 3 ans, l'enfant croit que ce qu'il prête ne lui sera pas rendu.
Pour lui prêter c'est voir l'objet tant désiré disparaître pour toujours.
Le rassurer ne sert pas à grand chose car il n'est pas capable d'appréhender les notions de partage et surtout de temps.
En plus l'enfant se met à la place de l'autre.
Il se dit que si cette petite peluche lui a fait tant plaisir, cela fera autant plaisir à l'autre et donc l'autre ne voudra pas le rendre (et l'enfant n'aura pas toujours tort, observez un peu l'autre lorsqu'il faut rendre l'objet emprunté).

Point besoin d'imposer ce fonctionnement à l'enfant.
Donnez simplement l'exemple.
Vous pouvez vous même prêter un de vos objets et expliquant à votre enfant que l'autre va vous le rendre.
Ca suffit pour démarrer l'apprentissage du partage.

N'oubliez pas non plus de félicitez votre enfant lorsqu'un peu plus grand il consentira à prêter ses objets.
"C'est gentil" est plus efficace que "c'est normal" (parce que ce ne l'est pas si vous avez bien suivi).

Il ne veut pas partager ?
Expliquez à l'autre enfant que ce n'est pas son jouet et que votre enfant n'a pas envie pour l'instant de le prêter et que peut être il changera d'avis... plus tard qui sait ?

Ne cherchez pas à vendre une bonne image de vous même aux autres parents.
Sachez respecter la propriété de votre l'enfant.

vendredi 3 avril 2009

Jeu du foulard / Jeux de strangulation

Tout d'abord, vous aurez sans doute remarqué mon Voki qui vous souhaite la bienvenue (si vous cliquez là où il faut).

Ensuite, ben voila, y a des jours comme ça.
Mes 3 patientes de ce vendredi aprem ayant annulé leur RDV sous des prétextes bidons (1 qui flippe parce qu'elle n'a pas fait son "devoir", l'autre qui a trouvé le chemin de la vie et qui se demande pourquoi elle vient encore me voir et l'autre qui est certainement partie en week-end), je me suis occupée.

Ca faisant longtemps que j'avais envie de le faire, ça y est.
J'ai enfin rédigé une plaquette de prévention sur le jeu du foulard et autres jeux de strangulation.

Voila donc la plaquette, ICI.

Elle est téléchargeable en format .pdf.
Vous avez le droit de la diffuser autour de vous si vous le voulez en l'imprimant ou en envoyant la plaquette par email à vos amis, parents, médecins et même enfants/ados...
Mais je n'autorise pas les citations sans nommer l'auteure (c'est à dire moi), l'émission (par toute technique possible au présent et dans le futur), la parution (sous quelque forme que ce soit), ni la mise en ligne... sans mon autorisation (que ce soit partiel ou total).
Je n'autorise pas non plus l'utilisation de ma plaquette au lieu et place des plaquettes des associations.

Je précise que je n'ai rien à voir avec les 2 associations qui ont pris en charge ce sujet délicat. Je faisais partie d'une troisième qui s'est fait "gober" par une des deux, on m'expliquera un jour pourquoi, et je n'avais plus rien à y faire.
Entre l'une qui vend ses moches et nuls kits de prévention une fortune et l'autre qui végète, nous voila bien avancé en France.
Surtout que ces deux associations ne peuvent pas se "sentir".
C'est écrit sur leur site, chacune n'a rien à voir avec l'autre assoc', non mais.
Bref, si elles ont toutes deux récupérées une partie de mes articles parus sur le sujet (avec mon accord), j'ai décidé qu'on n'était jamais mieux servi que par soi même.

Si vous avez des commentaires ou des améliorations à proposer, n'hésitez pas.

Ah oui, j'ai oublié. Cette plaquette sera seulement présente sur mon blog et mon site pro. Je ne la diffuse pas sur papier.

jeudi 2 avril 2009

Comment divorcer grâve aux réseaux sociaux et mondes virtuels


Comment ça seulement 133 lecteurs prévus aujourd'hui ???
Comment ça mes histoires de widgets ne vous intéressent pas ?
Non mé, oukonvala je vous demande ?
Vous n'êtes tous qu'une bande de jaloux et jalouses, na.

D'ailleurs la jalousie c'est vachement pratique.
Ca permet à certain de se débarrasser de leur partenaire vite fait bien fait.
Bien sur y'en a qui supporte la jalousie de l'autre.
En se disant que ça va s'arranger (ça ne s'arrange jamais).
En se disant que ça diminuer (en fait ça va augmenter).
Mais y'en a, petits malins et petites malignes, qui vont en tirer partie.
Pour se débarrasser de celui ou celle qui les gonfle.
Et puis des fois on arrive au même résultat, mais c'était pas voulu.
C'est bête.



Facebook, Second Life, MySpace, les forums et d'autres peuvent vous aider dans votre démarche de séparation.

Comment justifier en effet, alors que vous vivez ensemble depuis 3 ans, que vous n'ayez toujours pas coché la case "en couple" sur Facebook.

Comment justifier, alors que vous vous targuez d'être un mari fidèle, que vous vous payez les faveurs d'une prostituée virtuelle dans Second Life ?

Comment justifier, alors que vous êtes une épouse virtueuse, que vous draguez comme un dingue sur un forum Xe'Satyro tous les soirs ?

D'où je vous propose une minute de silence et de réflexion :
Couchez virtuellement, c'est tromper dans la réalité ?



Bon assez réfléchi.
Certains se sont déjà penchés sur la question.
Ainsi en Angleterre. Un couple réel dont chacun à son avatar dans Second Life et se présentent comme vivant ensemble.
L'avatar mâle finit par avoir recours aux services d'une prostituée virtuelle elle aussi.
L'avatar femelle rompt immédiatement ses liens matrimoniaux avec l'avater mâle dans Second Life.
Tout en continuant à vivre avec lui dans la réalité.
Vous suivez encore ?
Notre femme réelle décide de prendre la forme d'un nouvel et affriolant avatar femelle dans Second Life pour tester la fidélité virtuelle de son avatar de compagnon.
Le piège ne marche pas.
Les deux avatars réconciliés se marrient en grandes pompes dans Second Life.
Ils se marrient minablement pour "de vrai" aussi.
Mais L'avatar mâle retombe dans les griffes d'un autre avatar femelle avec laquelle il est surpris dans une relation très "tendre".
Outrée dans la vie, vous savez celle en vraie, sa vie affective en étant gravement perturbée, déprimée, la nana demande le divorce.
Qu'elle a obtenu.
Enfin lui surtout parce que faut bien l'avouer, son avatar à elle était bien plus sexy que la réalité.


Vous pouvez bien sur échanger des emails de drague.
C'est reconnu comme cause de divorce pour "comportement déraisonnable".
En Angleterre en tout cas.

Si cela ne va pas assez vite, vous pouvez toujours envisager de vous inscrire à Divorce Network. Il n'est pas obligatoire d'être divorcé pour faire partie de ce réseau, il suffit juste d'y avoir pensé ou de vouloir pousser l'autre à croire que vous y avez pensé.
Et surtout de laissez traîner l'adresse et votre mot de passe.

Vous pouvez bien sur, cocher la case "divorcé" alors que vous ne l'êtes pas encore.
Ca prépare psychologiquement.
Et ça a le mérite d'être explicite.

Et enfin, si tout ça, n'arrive pas à faire prendre conscience à votre partenaire que vous devriez (ou plutôt qu'il ou qu'elle devrait) penser à avoir des vies séparées, il vous reste Sidetaker.
Un site sur lequel vous venez vous disputer en chattant en direct.
Les internautes ont la possibilité d'intervenir puis le droit de voter pour savoir si à la suite de cette dispute vous devez rester ensemble ou divorcer.
Pensez à présenter les arguments les plus odieux possibles.

Mais méfiez vous, rien ne s'effaçant sur le net, vos arguments vous suivrons et survivrons éternellement, avec un risque tout de même que votre prochaine future devienne votre ex avant même que vous n'y ayez pensé.

Méfiez vous aussi, si vous continuez à draguer sur ces différents réseaux, vous pouvez très bien retomber sur votre ex qui aura pris un nouvel avatar, un nouveau nom, une vie virtuelle différente.

Même virtuellement, ce serait bête de se faire avoir une seconde fois, non ?

mercredi 1 avril 2009

Le creudi c'est... zizi !

Poisson d'avril !!


Aujourd'hui, j'ai pas envie de me prendre la tête.
Je ne me la prends pas non plus d'habitude en fait.
Mais là j'ai pas envie d'écrire d'article.


Alors si tu es observateur ou trice, sans doute as tu remarqué à la gauche de ce texte un nouvel affichage.

Et si tu ne l'as pas remarqué maintenant tu es au courant, alors tu regardes.

Juste sur ta gauche <--

Un rectangle avec une jeune femme lascive dans lequel il y a inscrit "Vergiberation".

C'est un widget.

Si si.
"widget" c'est pas encore un prénom, mais ça ne saurait tarder.


Bon tout ça ça te dis pas ce que c'est un widget.

C'est la contraction de "window" et "gadget".

C'est un truc, un machin, y a pas d'autre terme, qui grâce à un mini programme inséré dans ton ordi ou sur ton blog te permet de te connecter à n'importe quoi.

Un mini jeu, des infos, une pendule, le temps qu'il fait...

En général le but est de former un réseau pour que le plus de personnes se passe le widget.

Ca sert surtout à faire de la pub.
C'est ce qu'on appelle de la pub virale.

Un truc inutile de prime abord donc et au second peut être aussi
.

Ce widget dons, si tu cliques dessus, il te sera demandé si tu veux l'installer.
Une fois que t'as cliqué, j'avoue que comme s'est présenté ça donne pas vraiment envie.

Ca ferait même flipper.

Mais bon si tu te décides, normalement, j'écris normalement parce qu'en informatique on ne sait jamais à l'avance sur quoi on va tomber (un peu "
boîte de chocolats" pour ceux qui connaissent), on va te demander où tu veux l'installer.

Dans ton blog (sous Blogger principalement)

Dans ton espace virtuel (MySpace, Facebook..)

Sur le bureau de ton micro (Vista obligatoirement ou sous Mac machin...)
Ou sur un truc de blabla instantané gendre "twitter".

Et si tu l'installes, Ô miracle, ce rectangle (le même !) apparaît là où tu as décidé de le placer et te tiens au courant en direct des publications que je fais sur ce site.

Enfin, à mon avis, surtout à chaque fois que tu réinitialise ta session (F5 sur le net ou rédemarrage de session sur l'ordinateur).


Et que tes propres lecteurs ils peuvent alors aussi le télécharger et le retransmettre à leur tour.
Comme la gastro.
Puisque je te dis que c'est viral.

C'est époustouémouvant non ?


Tiens je cherche quelqu'un qui aurait des connaissances informatiques pour m'en faire un personnalisé (un widget je précise) à un tarif concurrentiel, hein, parce que y a pas écrit "Danone" là.

Stats