samedi 17 avril 2010

feuille d'or (suite et fin)

Je voulais juste vous présenter ce que j'ai fait sur un vieux cheval en bois de hêtre.

Lorsqu'un ami antiquaire m'a proposé de venir travailler dessus, les détenteurs précédents avaient recouvert le corps du cheval d'une couche épaisse de peinture acrylique marron. Cela faisait comme une couche de plastique incrustée dans le bois.

 Ici vous voyez le cheval dont j'ai commencé à poncer la selle et l'avant.

Le bois de hêtre étant poreux, la peinture était comme absorbée. Une véritable horreur.
J'ai bien essayé le décapeur thermique, mais à part récupérer un gros mal de tête, ça n'a rien donné (ça m'apprendra à travailler sans masque et sans gant).
J'ai donc rapporté le décapeur thermique chez Casto, non mais.
J'ai alors utilisé au départ l'huile de coude. Un ponçage au gros grain étant impossible (le gros grain "arrache" le bois tendre), j'ai poncé au papier de verre à grain très fin.
Efficace mais fatigant.
Lorsque je me suis souvenue que j'avais quelque part une Dremel, petite machine portative permettant de faire un peu n'importe quoi (polir, percer... et poncer !).
Hop, ça été bien plus vite et m'a permis surtout d'accéder aux petits recoins des fleurs et bourgeons de camélia.

là, j'ai poncé à la main un côté complet du corps du cheval.

Ce ponçage m'a permis de découvrir qu'en fait les décorations étaient à la base polychromes et recouvertes de pigments (rouge, bleu et vert) littéralement "avalés" par la peinture marron de couverture.

Ces couleurs n'ont que peu résistées au décapage.

Pour la pose de l'or, j'ai laissé ces traces de pigments comme support, ce qui modifie très légèrement les reflets.

La selle restera partiellement décapée puisque l'or a besoin d'un support lisse pour adhérer, autant profiter de ce qui est déjà posé. Juste un ponçage au papier de verre de finition afin que cela soit le plus lisse possible.

Après le ponçage, le dépoussiérage et le lavage, j'ai posé mes couches de miction sur la selle puis une couche de ma colle perso. J'ai déposé les feuilles d'or de façon à ce que cela paraisse vieux, usé. A certain endroit le bois est donc apparent. Pour la selle il a fallut 6 feuilles d'or et un sacré bout de temps...

Pour les feuilles, les bourgeons et fleurs de camélias, j'ai utilisé des cires à l'or de 3 couleurs différentes.
les feuilles en plus foncées, les bourgeons et les fleurs en camaïeu du moyen vers le clair.

Une fois fini tout ce qui est doré est passé au vernis gomme afin de stabiliser les couleurs et surtout de permettre la manipulation de l'objet.

Le bois qui, poncé est devenu jaunâtre (couleur naturelle du hêtre) est passé à la cire antiquaire ce qui le fonce et lui donne la même apparence que le reste du corps du cheval qui lui était resté simplement ciré.

Voila ce que ça donne :



Ce qui lui permet de réintégrer le circuit de vente !!
Bon, voila je n'ai plus de nouveau joujou à passer à l'or.
Mais dès que j'essaye une nouvelle technique, je ne vous raterai pas ! lol



7 commentaires:

  1. Et beh...pas mal!!! Combien d'heures de boulot environ?

    RépondreSupprimer
  2. Ouah, superbe résultat ! J'aime bien le rendu, la manière dont ça respecte "l'ancienneté" de l'objet tout en le rénovant.
    En tout cas, ça a du prendre un sacré temps tout ça, et énormément de patience ^^.
    Mais ça en vaut le coup au vu du résultat :-)

    RépondreSupprimer
  3. Le travail est sympa ^^ Le resultat aussi par rapport a la première photo.
    Sauf qu'il faut etre dingue pour acheter un truc pareil ^^' Une amie me dit que ce serait pas mal pour un feu :p

    En passant par la j'ai pas vu de feuille d'or a cultura, mais j'ai pas chercher partout non plus.

    RépondreSupprimer
  4. Lucky : je n'ai pas vraiment compté. Je dirais environ 5 heures de ponçage, 3 heures de feuille d'or et 2 heures de cire à l'or.
    Enfin je crois, parce que je l'ai fait entre les consultations et qu'en parfois j'en ai même eu marre...
    Merci en tout cas.

    Lymphe : hérésie ! Brûler un travail aussi exceptionnel (ce cheval est issu d'une commande spécial à l'époque) et pourquoi pas les sorcières aussi !!!

    RépondreSupprimer
  5. Huuum...en fait quand j'étais en ébénisterie (en restauration),on utilisait surtout du Decapex! Produit très odorant et assez corrosif mais qui n'abime pas le bois. C'est moitié liquide/gélatineux (faut faire attention aux coulures quoi!!!) et il faut le badigeonner un peu partout avec un pinceau. Ensuite on attend quelques minutes (10-15min max de mémoire) et avec une spatule,hop! Sans forcer,toutes les merdouilles se décollent! Vernis,peintures,crasse...Assez bluffant...ensuite pour les coins,on improvise,avec de la laine d'acier,une brosse à dents,etc...c'est assez facile à enlever. En général un petit coup de ponçage vite fait en grain fin pour être sur d'avoir tout enlevé et c'est prêt à être travaillé!
    Bon après,ça aurait peut-être laissé moins de surfaces lisses pour poser les feuilles...mais bon. voilouuu! ;)

    RépondreSupprimer
  6. Lucky : je me refuse à utiliser du Decapex, produit hyper toxique et hyper polluant s'il en est, pourtant bien des gens me l'ont conseillé... Par contre je m'attendais à mieux du décapeur thermique.
    Bref on a le choix, soit on se fatigue et c'est long et propre, soit on fait dans le rapide, mais c'est toxique... Perso j'avais tout mon temps.

    RépondreSupprimer
  7. Ben ouais pourquoi pas, ca ferait le bois pour le bucher :p

    RépondreSupprimer

Stats