mercredi 5 mai 2010

Chrétiens pédophiles : pêchés ou crimes ?

Oh non, n'ayez pas peur, je n'ai pas l'intention de me livrer ici à un essai littéraire, philosophique et théologique.
Pourtant le sujet s'y prête avouez.

Benoît je ne sais plus combien l'a dit. Il faut faire pénitence.
Aux USA, l'Eglise catholique a fait pénitence en offrant plus d'un milliard de dollars aux victimes et associations de victimes de pédophiles diocésains.
Quelque soit le pays, certains prêtres pédophiles ont été déplacés de paroisses en paroisses.
On a suggéré à certains autres d'aller suivre quelques cures de "rehab" dans des cliniques privées.



Certes on peut dire sans exagérer qu'il y a eut volonté de taire des "débordements".
Il y a eu déni aussi, déni des victimes laissées à elles mêmes, déni des actes des agresseurs, déni des potentialités d'un homme d'église à se livrer à des pêchés.

Mais bon tout ça c'est bien gentil, mais franchement ça sent la manip à plein nez.
Comme si il n'y avait que chez les cathos qu'il y avait des pédophiles !
Comme si l'Eglise était non pas uniquement un réservoir de pédophiles mais une  véritable fabrique de pédophiles.
Etre catholique serait donc la cause de la pédophilie ?
A moins que ce ne soit l'abstinence ?
La promiscuité peut être ?
Imaginez tous ces hommes ensemble qui ont fait voeux d'abstinence des femmes, ces hommes qui sans cesse sont entre eux... tous des homosexuels bien sur !
Et des homosexuels pédophiles !
Vade retro Satanas !

Non mais c'est pas bientôt fini non ?

Etre homosexuel n'a rien à voir avec la pédophilie.
D'ailleurs ce sont principalement les petites filles qui sont agressées sexuellement (en tout cas ce sont les cas concernant les filles qui sont les plus découverts).
Et puis être homosexuel, comme cela l'indique, c'est aimer les personnes du même sexe que soit. Mais ça ne veut pas dire aimer sexuellement les enfants.
On peut très bien être hétéro et pédophile. 
C'est même la majorité des cas.

Et puis on se doute bien, d'ailleurs on ne doute pas on le sait, qu'entre hommes ou entre femmes, les turlututu et les brout brout sous la douche se pratiquent entre deux ave maria.
Hommes et femmes d'Eglise peut être, mais hommes et femmes avant tout.

Si on peut être sûrs d'une chose c'est que si tous les hommes qui approchent les enfants ne sont pas pédophiles, tous les pédophilles se mettent en situation d'approche des enfants.
Etre prêtre facilite évidemment la "tâche".
Mais être animateur de centre aéré ou de colonie de vacances aussi.
Ou moniteur de natation.
Ou pédiatre.
Ou imam.
Ou.. ou... bref partout où il y a des enfants et partout où ces enfants n'ont pas d'autre superviseur que le pédophile.

Alors doit on empêcher les hommes d'être profs, animateurs ou prêtres ?
Sympa la parité et l'égalité.
D'abord on fait comme si il n'y avait pas de femmes pédophiles.
Certes les cas connus sont rares, mais ils existent.

Les hommes pédophiles c'est environ 20 % des hommes.
Tous ne passent pas à l'acte. Certains se contentent de fantasmer.
Ne croyez pas qu'ils ne sont pas mariés ou qu'ils n'ont pas d'enfant. 
Certains sont très bien intégrés socialement et même très appréciés de leur entourage professionnel, familial... C'est même cette intégration qui leur permet d'approcher les enfants de leurs amis, de leurs collègues...

Mais bien sur les cathos, les familles de victimes et les victimes, se sentent d'autant plus trahis que normalement les hommes d'Eglise sont censés refouler et punir leurs pensées impures. Que jamais ces pratiques n'ont été autorisées par un quelconque écrit sacré.
Que surtout si on ne peut pas faire confiance à un prêtre, représentant de Dieu lui même, à qui peut on faire confiance ?
Et si tout ça n'était qu'une épreuve de Dieu après tout ?

Bon je pourrais dire que toutes les personnes que je connais, que j'ai croisées ou que j'ai eu en consultation, issus d'écoles privées catholiques étaient sans exception de sacré(e)s obsédé(e)s sexuelles. Sans compter de grands essayeurs de drogues et toxiques divers à tout va.
Fabrique de déviants non, mais je vais finir par croire que plus on interdit plus on donne envie de braver les interdits. Ou lorsque le cadre frustrant cesse, on se défoule un max...

Plus sérieusement et pour conclure, je dirai que quelque soit le statut social du pédophile, il n'y a qu'un moyen pour limiter les passages à l'acte.
C'est la prévention auprès des gosses.
Y a pas. Certains parents n'arrivent pas à parler sexualité avec leurs enfants et après ils s'étonnent que leur enfant naïf se fait avoir.
Déjà ceux qui savent ont du mal à parler.
Mais bon, dès que l'enfant fréquente un milieu où il est livré à lui même ou un encadrement hors parents, il faut leur expliquer que leur corps leur appartient. Que personne ne peut en faire ce qu'il veut. Que s'il pense que quelque chose n'est pas bien dans ce qu'on lui fait, il faut qu'il en parle à ces parents. Qu'on ne doit pas lui toucher le sexe ni tout autre partie de son corps sans son consentement. Et surtout que si on lui dire qu'il ne faut rien dire, c'est justement là qu'il faut le dire. Qu'il ne doit pas craindre les menaces des grands sur sa famille, que c'est un problème d'adulte et que ça se règlera entre adultes.
Certains parents n'arrivent pas à aborder ce sujet, c'est dommage mais parfois ils pensent à m'envoyer leurs enfants pour que je serve d'intermédiaire. Et sans rire, parfois les parents apprennent aussi des choses !
Quand l'ignorance ou la confiance des parents se transmet à leur progéniture.
Bon si tout ça était clair dès le départ, les pédophiles seraient sur leurs gardes.
Ils ne s'y trompent pas d'ailleurs.
Ils testent, évaluent, surveillent leur proie avant de passer à l'acte.

J'en imagine déjà certains qui vont me dire qu'à ce train là il faut se méfier de tout.
Ben oui, mais il ne faut pas confondre se méfier et avoir peur.
Les pédophiles sont partout, les sadiques aussi, les voleurs aussi, les gens bien aussi.




15 commentaires:

  1. Je m'en fous un peu de l'Eglise catholique mais j'apprécie ton analyse, en effet, elle n'a certainement pas l'exclusivité de la pédophilie. Je pense aussi que c'est une phénomène médiatique : on est en pleine chasse aux sorcières sur des faits qui ont eu lieu il y a 30 ans. Bien sûr ça n'excuse rien, mais comme tu l'as dit, qu'on aille faire un tour chez les musulmans, aucun doute qu'on y trouvera aussi de belles casseroles. Cependant, chez eux, l'heure n'est pas encore à la transparence.
    Faut bien se dire aussi que les risques d'abus de la part de prêtres sont bien moindres à l'heure actuelle : les églises catholiques se vident (je parle bien des cathos, pas des évangélistes à la lecture littérale etc) donc on n'y trouve plus beaucoup d'enfants.
    Mais je me demande, le lieu principal de prédilection pour les pédophiles, ce ne serait pas le cercle familial restreint? Faible risque d'être pris ou dénoncé. Les Fournirets, Dutroux, etc sont des cas exceptionnels mais combien d'enfants subissent l'inceste dans le silence? Bref, on ne parle peut-être pas assez des cas les plus courants?

    RépondreSupprimer
  2. Les églises sont peut être vides mais pas les cours de cathéchisme qui font le plein, ni les écoles religieuses qui refusent des élèves.

    Mon propos concernait la pédophilie. Or dans la famille on parle d'inceste. Les profils des pédophiles ou des incesteurs ne sont pas du tout les mêmes, ni même les raisons qui les poussent à agir de la sorte. Mais en effet, contrairement à ce que le sens commun nous pousse à croire, lorsqu'il y a abus sexuel sur enfant c'est à près de 75 % des cas dans la famille proche.

    RépondreSupprimer
  3. C'est la semaine des abus ...

    C'est sur que la prevention est importante, mais beaucoup de parents doivent penser que ca n'arrive qu'au autres ou que dans les films.
    Le sujet est déjà difficile a l'adolescence pour la pillule ou les preservatifs, alors a l'enfance...

    Cette été j'allais souvent chez une amie a ma soeur qui avait une gamine de 3ans et qui se trimballer souvent nue (la gamine pas l'amie) et a chaque fois je me disais "putain si ya un pedophile dans l'entourage il pourrait se servir facilement"...

    Je pense qu'a un certain âge l'enfant est en mesure de comprendre. En expliquant simplement que certaines choses ne se font pas et que les adultes (et meme autre enfant) n'ont pas a toucher certaines partie du corps, ni a demander certaines choses...

    Mais bon le sujet est surement encore trop tabou. S'ils parlaient plus de la prevention dans les medias plutot que des cas qu'il y a ça changerait peut etre...

    RépondreSupprimer
  4. Oui, je suppose qu'il il faut être plus "intrépide" pour s'attaquer aux mômes de quelqu'un d'autre...
    Les écoles religieuses, tu entends par là les écoles fondées par les jésuites etc? Si oui, moi j'ai fait mes secondaires (12-18ans) dans une d'entre elles, il restait 2 prêtres parmi les profs... pas vraiment de risques...
    Enfin, moi mon impression (pour m'être tapé la messe pendant 4 ans avec mes parents) c'est que les prêtres ont bien moins accès aux gosses maintenant.
    Il n'y a, quasi plus aucun internat comme dans le temps, et qui étaient des terrains de chasse parfait pour les pédophiles.

    RépondreSupprimer
  5. Ces sujets ne devraient pas être difficiles car ils nous ont tous concerné et ils continuent à concerner tout le monde. Universellement l'inceste est rejeté, mais si personne ne dit que c'est interdit comment ceux qui sont tentés ou ceux qui amenés à le subir pourraient ils savoir que c'est interdit ?

    De toute façon, je suis persuadée qu'on va à moyen terme vers une acceptation de la pédophilie. Comme l'homophobie, d'abord tout le monde disait que les homo c'étaient des erreurs de la nature, puis on n'arrêtait plus d'en parler, puis ils sont descendus dans la rue et ça a fini par "entrer dans les moeurs". Et beaucoup d'homo ne se considèrent plus comme des victimes puisque c'est accepté et que cela ne fait plus partie des déviances et abus sexuels. Ca ne gêne plus grand monde aujourd'hui à part les personnes âgées.
    La pédophilie suit le même cheminement. D'autant plus qu'il existe des courants qui s'appuyant sur le non refus de l'enfant (où on considére que qui ne dit rien consent) et les comportements séducteurs de l'enfant (réels mais tournés vers la demande de tendresse et pas de sexualité), l'enfant serait en accord voire demandeur de sexualité avec l'adulte. Ces courants ne sont pas nouveaux et se développent malheureusement très vite. Il n'y a qu'à voir l'expansion du nombre de sites pédophiles, d'autant plus que les études démontrent que beaucoup d'hommes (les études étant surtout centrées sur les comportements masculins) sont attirés par les enfants et qu'un homme ayant une sexualité "normale" peut être excité par un enfant dans certaines situations.
    Les pédophiles 'assumés' sont de plus en plus nombreux (on leur consacre même des émissions spéciales sous couvert de les dénoncer !)...

    RépondreSupprimer
  6. Plus d'internat ? Tu vis où Captain ? les internats sont en plein développement et il y a une forte demande. L'internat, dans nos Sociétés, permet aux parents démissionnaires de passer la main en toute bonne foi...

    La différence entre pédophile et incesteur ce n'est pas le "courage". Le pédophile n'aime sexuellement que les enfants, ce qui n'est pas le cas de l'incesteur. Qui lui donne à ses enfants la place d'adultes et qui les traite comme tels.

    RépondreSupprimer
  7. http://fr.news.yahoo.com/63/20100506/tfr-gravelines-7-membres-d-une-famille-m-019dcf9.html

    RépondreSupprimer
  8. Je suis dans une école privée catholique, pourtant je ne suis pas croyante pour un sou, la messe je m'en fiche comme de l'an 40 et les profs ne nous bassinent pas plus que ça à ce sujet. Le cadre n'est pas nécessairement strict ni frustrant, donc il faudrait sortir aussi des clichés écoles privées catholique = pensionnats de 16ème.

    Pour en revenir au sujet, la pédophilie, c'est bien jolie votre discours sur la prévention, et on ne peut pas aller contre, ça serait vraiment bien dans l'idéal, mais combien de parents expliquent ça à leur enfant ?
    Dans les faits, combien en parlent ?
    Je ne serais pas très étonnée si le chiffre n'est pas très élevé. La sexualité reste un thème relativement tabou, les parents ne savent jamais vraiment à quel moment l'aborder, et le plus souvent le gosse l'a déjà appris via la télé ou à l'école (ou par la force des choses aussi) plutôt que des parents.
    Je pense que de ce côté là, la prévention dans la presse ou via d'autres moyens de communication a beaucoup évolué, affiches de prévention ect, ce qui facilite grandement les choses.

    Après oui, "ils sont partout", pas uniquement chez les prêtres, ça a fait la une parce que bouuh un prêtre pédophile ça choque surtout en gros titre, histoire de choquer les bonnes moeurs et outrager les mégères attachées à leur bible, mais que la personne soit prêtre, instituteur, mécanicien, secrétaire ou agent immobilier ça reste un pédophile, ça reste un homme (ou une femme).

    RépondreSupprimer
  9. Bah moi je vis en Belgique et à part les bâtiments d'universités ou de hautes écoles où des étudiants (relativement adultes)logent, et quelques autres rares écoles secondaires très reculées , les élèves rentrent chez eux tous les jours il me semble...
    Ouais, et puis finalement, pédophiles & incesteurs, même combat, qu'on les foute au bûcher! :D
    Hmmm quelle belle famille que celle du lien! La crème de la crème! Je note qu'il est mis "viennent d'un milieu très défavorisé", je tiens à dire que les pauvres n'ont pas l'exclusivité de ce genre de faits, mon ex (aussi connasse soit-elle), avait été adoptée par un père cardiologue alcoolique et une mère infirmière issue de la bourgeoisie, donc une famille assez fortunée et d'apparence "clean". Les violences physiques, psychologiques et incestueuses n'ont pourtant pas manqué, et la mère était au courant (et aussi coupable pour la maltraitance psychologique).

    RépondreSupprimer
  10. Chucky : euuuuh, c'est bien ce que j'ai écrit. Peu de parents font dans la prévention et c'est bien dommage, parce que ça reste la meilleure protection.

    Pour les écoles catho, rien que dans ma commune, l'école catho a remis l'éducation religieuse obligatoire il y a deux ans. Le nombre de gamins qui suivent les cours de catéchisme est en constante augmentation. Les parents pas spécialement cathos d'ailleurs y mettaient leurs gosses parce que le "milieu" était plus "clean" (c'est pourtant à la sortie de cette école qu'on trouve les plus de bandes et de dealers qui guettent les petites nanas, mais bon). Le directeur en a eu marre des parents qui ont pris l'école catho comme un moyen d'échapper au public. L'enseignement religieux n'était plus obligatoire depuis longtemps (alors que l'école maternelle était encore dirigée par une mère supérieure). Il y a eu un revirement total afin de replacer les jeunes dans la morale chrétienne et l'apprentissage du respect de l'autre.

    A côté de cela il y a de nombreux jeunes enfants qui demandent à aller au catéchisme même dans les familles non croyantes. Il s'agit pour ces enfants de trouver des réponses à des grands questionnements mais aussi de comprendre/faire comme les copines qui parlent de Dieu.

    Je crois que les gens ont compris qu'il n'y a pas besoin d'aller dans une Eglise pour croire. Et aujourd'hui chacun veut croire "à sa façon" sans se contraindre aux rituels. N'empêche que nombre gamins sont toujours baptisés et font leur confirmation ce qui nécessite un "suivi" pendant un certain temps...

    RépondreSupprimer
  11. Hum, désolée je me suis quelque peu emportée ^^.

    Pour ce qui est des gamins baptisés c'est pas un choix puisque ça se fait dès la naissance, je doute qu'un gamin de quelques mois ou semaines soit véritablement apte à prendre une décision sur cet acte. Ce qui est d'ailleurs complètement absurde, de quel droit peut-on choisir pour son bébé son appartenance à une religion ?
    la confirmation et tout ce qui suit ça peut être un choix oui, mais souvent lié à l'éducation des parents.
    J'ai du mal à croire qu'une personne née dans une famille athée ou agnostique va de lui même décider d'aller au catéchisme (à de rares exceptions), tandis qu'un gamin provenant d'une famille très chrétienne va être "formaté" dans cet esprit là.

    Je le vois un peu comme ça, c'est ce que je trouve de profondément faux dans la religion comme pas mal d'autres choses d'ailleurs dans ce milieu même si je ne doute pas que certains soient croyants véritablement.

    Mais bon c'est un tout autre débat.

    RépondreSupprimer
  12. Lien du 10 mai 2010 : http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2010/05/10/01016-20100510ARTFIG00453-une-mere-de-famille-piege-un-cyberpedophile-presume.php

    RépondreSupprimer
  13. "Bon je pourrais dire que toutes les personnes que je connais, que j'ai croisées ou que j'ai eu en consultation, issus d'écoles privées catholiques étaient sans exception de sacré(e)s obsédé(e)s sexuelles. Sans compter de grands essayeurs de drogues et toxiques divers à tout va."

    Tous croisés, connus, en consultation? sans exception ?
    Ben alors vous devez les attirer... Parce qu'il existe des gens issus d'écoles catho non drogués et non obsédés, enfin, pas plus que les autres. ça fout la trouille de lire ça...

    RépondreSupprimer
  14. J'ai eu une patiente issue d'une école catho. Réputée pour être "la sainte" de son école... Elle n'aspirait qu'à une chose : se débrider (beaucoup !). Lorsqu'elle a réussit à le formuler et à envisager de passer à l'acte, fort étrangement ça a été beaucoup mieux...

    Mais bon c'est vrai, j'ai toujours attiré les obsédés sexuels !! lol

    RépondreSupprimer
  15. Extrait histoire d'enfoncer le clou Lol: "Charlotte Lewis (celle qui accuse Polanski d'avoir abusé d'elle) raconte dans le détail comment elle a commencé dès l'âge de 14 ans à avoir des relations sexuelles tarifées avec des hommes plus âgés. Elle y explique comment, alors qu'elle était élève à l'école catholique de Bishop Douglas de Londres, elle aurait commencé à sortir en boîte. «Je ne sais plus avec combien d'hommes j'ai couché à l'époque pour de l'argent"".

    RépondreSupprimer

Stats