mercredi 9 juin 2010

c'est TOI le PSY

Y'avait longtemps non ?
Alors voici une nouvelle histoire soumise à votre sagacité que je sais phénoménale.
Il peut sembler y avoir peu de matière, mais tout y est.
Réponse mercredi soir.



Patiente, la trentaine. 
Mariée depuis 5 ans, 2 enfants en bas âge.
Frappe son mari. 
L'a même menacé d'un couteau et cela devant les enfants.
La police est intervenue, elle a été menottée et rappelée à l'ordre.
Elle se dit incontrôlable à la moindre contrariété.
Elle dit que rien ne fonctionne comme elle l'entend et qu'elle doit tout prendre sous son contrôle.
Elle dit aimer son mari et avoir une grande peur qu'il l'a quitte.
Très jalouse


Ses parents à elle s'entendent bien.
Le père a toujours été très exigent avec sa fille et lorsque cela n'allait pas, il partait dans des colères incontrôlables.
Le père n'a jamais supporté le mari choisit et le dénigre encore aujourd'hui.
Lorsque ma patiente s'est mise en couple, elle et son mari avaient envisagé de louer un petit appart pour commencer. Mais le père de la jeune femme n'était pas d'accord et a insisté pour leur payer leur appart.


Elle n'est violente qu'à la maison mais explique qu'elle est rejetée par les ami(e)s de son mari et par ses collègues de travail.
Elle dit que ses violences envers son mari ont commencé depuis la naissance de son deuxième enfant (sa fille) et que cela s'intensifie.
Depuis l'épisode avec le couteau, son mari a pris de la distance. 



Alors ?
Il y a plusieurs problématiques chez cette patiente, dont une qui a entraîné les autres.
Que cherche en réalité cette patiente et l'obtient-elle ?
Que pourriez vous proposer à cette patiente pour que sa situation se modifie ?
Réfléchissez bien, lisez entre les mots !


Ooops, rigolez pas, j'ai totalement oublié que je devais mettre la soluce...
Alors alors, notre petite dame a bien des problèmes depuis son enfance.
Un père très exigeant, qui la veut parfaite. Enfant parfaite, puis femme parfaite.
Le seul moyen d'être aimé et qu'on lui dise était d'être la plus sage possible, la meilleure élève possible, la plus obéissante possible. 
D'où un besoin énorme de tout contrôler, car tout ce qui ne peut pas être contrôlé peut biaisé les résultats et faire s'éloigner de la perfection.
S'éloigner de la perfection ! Quelle angoisse !
Se décevoir soi même, décevoir le père, décevoir son regard, décevoir le regard de tous les autres hommes.
Angoisse mais aussi colère. Colère contre cet événement qui n'a permis d'atteindre la perfection. Pas une bonne fille, pas une bonne femme, pas une bonne mère, pas une bonne collègue.

Le grain de sable c'est le mari. Celui qui ne plaît pas au père.
Donc en épousant cet homme imparfait, la fille devient une femme (inacceptable pour ce père intrusif) mais surtout devient une femme non parfaite. Contamination.
Etre imparfaite car son mari est imparfait.
Ne plus être aimé du père car le père n'aime pas le mari.
Et toujours vouloir tout contrôler et ne pas y arriver.
Angoisse, dévalorisation, perte de confiance en soi, perte de l'estime de soi, jalousie.

Et toujours la colère.
Omniprésente.
La colère contre tout ce qui vient se mettre entre la fille et le père.
Et là c'est le mari.
Il est devenu le symbole de l'imperfection et de la barrière entre la fille et le père.

Les enfants sont adorés par le grand père.
Surtout la fille. Il va pouvoir lui apprendre à être parfaite.
Et c'est la petite fille que la fille redevient parfaite aux yeux du père. 
Enfin c'est ce que croit la patiente.
S'approprier sa fille, c'est redevenir petite fille aimée du (grand) père.

Etre parfaite. 
Pour être aimée.
Mais être aussi redevable.
Redevable pour l'appartement (dont elle ne voulait pas !)
Redevable que le mercredi les grands parents gardent leurs petits enfants (alors qu'en fait, c'est eux qui sont demandeurs et qu'elle ne fait que leur faire plaisir).
Soumise. 
Tant soumise pour être parfaite.

Comprendre que la perfection n'existe pas, accepter qu'on ne contrôle pas tout dans la vie et que c'en est le charme et que cela permet d'être plus zen.
Accepter de ne pas être l'épouse parfaite, la mère parfaite.
Que a force de vouloir être parfaite est sans cesse en colère contre les grains de sable (mari qui bricole au lieu de l'aider à ranger les courses, enfants qui n'arrivent pas s'endormir au moment voulu...), au lieu d'être aimée elle est rejetée... par ce mari qui ne veut plus de cette harpie et qui risque de la quitter, par ses enfants qui angoissent d'être mis au lit par elle, par ses collègues de travail qui la trouvent autoritariste.

Oedipe à régler.
Prendre de la distance avec le père car ce n'est pas le père qui prendra de la distance.
Le sent bien d'ailleurs, puisque depuis quelques temps, elle a réussit à suggéré à son mari de déménager loin de ses parents.
Son père est horrifié, comment verra t il ses petits enfants ?
Au bout de deux consultations, sa décision est prise, elle déménage quitte à vivre dans plus petit.
Soulagement.
Sa colère se calme.
Exprimer sa colère contre le père et pas contre les autres qui eux ne la veulent pas parfaite.

(voir aussi mes réponses aux commentaires)



8 commentaires:

  1. Bon, pas d'idée de génie pour une fois (sic) donc je vais faire une réponse à la Columbo avec les élement en ma possession :
    Si c'est à partir de la naissance de sa fille que les problèmes ont commencé, j'imagine que c'est parce qu'elle a peur que son mari ne reproduise avec leur fille le schema qu'elle même a vécu avec son père.

    Son père, donc : il dénigre le mari mais peut-être aurait-il dénigré tous les maris, voulant se "garder pour lui" sa fifille dans laquelle il fondait tant d'espoir.... ou dans laquelle il "fondait" tout court car puisque c'est une histoire de Vergi, il doit bien y avoir un peu de sexe la-dessous, genre un petit inceste du père sur la fille :)

    Bref, incosnciemment, elle tente de séparer son mari de sa fille. or puisque le mari commence à prendre ses distances, c'est qu'inconsciemment, elle arrive à ses fins.

    RépondreSupprimer
  2. Déménager = quitter la dépendance financière du père omniprésent.

    RépondreSupprimer
  3. Je pense que la première problématique c'est celle du pére. Père qui a toujours été exigent et qui avait aussi des colères incontrolable. Donc la fille reproduit le schéma... Un peu classique mais au final si elle a toujours connu ca pour elle ca peu sembler "normal".
    On pourrait parlé d'un complexe d'Oedipe non resolu (il est passe partout celui la :p ) Elle recherche l'amour de son pére. Qui la regarde, lui porte de l'attention.
    Sauf que son mari ne plait pas au pére (ouille) Mais le soucis c'est que le pére leur a payer un appart. Donc d'un coté il maintiens son emprise sur la vie de la femme et du mari. Mais peut etre que paradoxalement elle reste avec son mari pour s'opposer a l'avis de son pére. mais d'un coté le fait que le pére n'appreci pas le mari attire l'attention? les discussions? les disputes?
    Je me demande se qu'il s'est passé aprés la naissance du 2éme enfant pour que la femme change comme ca ou du moins finisse par passé a l'acte physiquement sur son mari. Pourquoi aprés cette naissance et pas avant ??
    Je pense que c'est une femme qui n'a pas confiance en elle, mais essais de le faire croire en ayant tout sous controle (mais a mon avis c'est pas le cas) ca se manifeste aussi par la jalousie. Manque de confiance en soi, manque de confiance envers les autres: elle se sent rejetté par les amis et collégues du mari. Pourquoi pas un début de paranoïa aussi ??

    Ce qu'elle recherche? Il me semble que j'y ai répondu plus haut, elle recherche l'attention de son pére et peut etre qu'il accepte cette relation avec son mari?

    Ce que je lui proposerais? Heu... Une thérapie familiale?
    Non je sais pas. D'un coté elle vois deja un psy pour parlé c'est déjà un pas. Aprés la faire réfléchir sur son enfance. Et sur ce qu'elle attend de son couple. Savoir si elle veut changer ou non? Peut etre la faire discuter avec son pére pour regler cette problématique...

    RépondreSupprimer
  4. Je présent le problème, mais il est confus pour moi .
    Le vieux chnok est probablement refoulé,et frustré ?
    Il achète l'union pour l'avoir sous sa coupe ,et la fille par je ne sais quel eudipe, retourne sa haine contre son jules ?
    L'époux devrait partir en courant au moins ,mais le vieux mérite un bon coup dèrière les oreilles,je crois :-D
    ça pu un max ce machin .
    Sortylege

    RépondreSupprimer
  5. La réponse !
    La réponse !!!

    RépondreSupprimer
  6. Nakito : la fille est le vecteur de reconciliation entre la fille et son père.

    Pour le père, oui bien sur, c'est toujours une histoire de libido. On peut se demander pourquoi il voulait qu'elle soit si parfaite, si sage. Peut être qu'en fait il ne la désirait pas et il ne l'a accepté que parce qu'elle était transparente. Mais sans doute il y avait ce besoin intrusif de tout contrôler. Une façon inconsciente de vivre une relation incestueuse qui ne pouvait consciemment avoir lieu.

    Pas mal le coup de la séparation entre le mari et sa fille. Ca mérite réflexion.

    Coucou : oui, mais elle ne dépend pas du père. C'est lui qui a forcé la main. Il a forcé financièrement. Il a forcé analement. C'est totalement sexuel.
    Il est évident qu'il faut qu'elle quitte ce logement.

    Lymphe : et oui Oedipe est partout,t'imagines pas le budget com qu'ils avaient à l'époque !
    Elle essaie désespérement de prendre de la distance, mais comme ne sait pas vraiment de quoi au début, elle erre. Une consultation a suffit pour qu'elle l'exprime.
    Elle ne veut pas changer de mari. Elle a exprimé plusieurs fois qu'elle l'aimait et qu'elle avait très peur qu'il la quitte (un peu trop de fois d'ailleurs...).

    Sortylège : quel flair !

    Je gardais le meilleur pour la fin :
    - je ne suis pas sûre qu'elle aime tant que ça son mari, mais si il la quitte ou si elle reconnait qu'elle veut le quitter, cela veut dire qu'elle s'est trompée et donc qu'elle n'est pas parfaite. Elle tourne en rond.

    - je dirai que le père a de gros désirs homosexuels refoulés. Et que s'il crache tant sur le mari, c'est qu'il lui plait trop...

    Et que peut être si la jeune fille tient tant à garder son mari, c'est qu'en fait parce qu'il plait à son père. hé hé !

    RépondreSupprimer
  7. C'est l'impression que ça me donne:fuir et ne pas revenir les voir ceux là :-)
    Pourquoi risquer de se prendre un mauvais coup avec toute cette pèrfèction ?
    Sortylege.

    RépondreSupprimer

Stats