jeudi 17 juin 2010

Les sujets du bac Philo

Voila c'est reparti.
La première des épreuves du bac a débuté ce matin. 
Et comme toujours c'est la philo qui s'y colle.

Je lisais quelques commentaires sur ce sujet et j'ai été très étonnée de constater que majoritairement les commentateurs expriment leur désarroi face à la philo, matière difficile ne servant à rien. 
Selon eux.
Et à critiquer le programme... Et qu'en est il des maths, du français, des sciences et bla bla bla.

Je crois bien que la philo est la matière qui m'a le plus intéressée au lycée.
Enfin je pouvais utiliser tout ce qu'on m'avait appris, exprimer ma façon de voir les choses et surtout il n'y avait pas grand chose à apprendre.
Sauf apprendre à réfléchir.

La philo reste pour moi la seule matière qui permet de s'ouvrir l'esprit, d'appréhender de nombreuses théories et surtout d'oser tout remettre en cause.
Avec la philo on refait le monde.

Ah bien sur, il faut ar-gu-men-ter.
Argumenter lorsqu'on n'a bossé que les maths, les sciences et l'anglais, c'est sur que cela devient un exercice complexe.
Argumenter lorsqu'on a des parents qui se focalisent uniquement sur le programme des matières "essentielles" et dont les seules préoccupations sont les notes, on ne sait pas faire.

Certains vous diront "pff de la philo en S, ça sert à quoi ?". 
Je leur répondrai que ce n'est pas parce qu'on est scientifique que l'on n'aime pas la littérature et qu'on ne doit pas avoir une vision éclairée du monde.
Un scientifique borné est certes un scientifique mais il est surtout borné.
C'est toute la différence entre un bon scientifique et un mauvais.


Alors voici, les sujets du bac philo de cette année :

Pour la filière S :
Sujet 1 : L'art peut il se passer de règles ?
Sujet 2 : Dépend t-il de nous d'être heureux ?

Pour la filière ES :
Sujet 1 : Une vérité scientifique peut elle être dangereuse ?
Sujet 2 : Le rôle de l'historien est-il de juger ?

Pour la filière L :
Sujet 1 : La recherche de la vérité peut elle être désintéressée ?
Sujet 2 : Faut il oublier le passé pour se donner un avenir ?

Et c'est sur ce dernier sujet, que se pose beaucoup les patients  lors de leur psychothérapie, que je vous propose de plancher (et nous poster) pour dimanche soir.

A vos plumes virtuelles !




12 commentaires:

  1. Vergi,

    Sincèrement désolé de ne pas rendre ma copie mais je n'ai vraiment pas le temps de réfléchir sur le sujet. Pourtant, l'exercice m'aurait intéressé !

    Par contre, je veux revenir sur tes affirmations sur la philo. Je ne suis pas d'accord avec toi. Pourtant, c'est vraiment quelque chose qui m'intéresse, la philo. de même, je suis intimenent persuadé pour en cotôyer dans ma famille qu'un bon scientifique se doit d'avoir une réflexion sur les tenants et aboutissants de ses travaux donc se doit d'être un peu philosophe.

    Mais..mais... Pas au lycée ! Je pense que seulement 10% ou 20% des élèves de terminale ont la maturité nécessaire pour appréhender les notions philosophique et les discuter. Manifestement, tu en faisais partie (là n'est pas la question) donc pour eux, il serait dommage de les priver d'une ouverture sur le monde. Mais en procédant ainsi, on dégoute 90% des éleves de la philo. ces même élèves qui auraient pu s'y intéresser 1, 2 ou 5 ans plus tard.
    De plus, en ciblant les élèves scientiques, je trouve aberrant de leur enseigner de la philo en terminale, pile l'année ou l'ons ait que ça passera au second plan, plutôt que dans les études supérieures ou ils seront à la fois plus disponible et plus matures.
    Je me souviens d'un cours optionnel à la Fac "histoire des sciences", ou le prof orientait ses cours dans l'axe de la philosophie car à l'époque (aux époques, plutôt), la manière de penser influaient encore plus sur les avancées scientifiques. ça me semble être un axe (aprmi d'autres) pour faire comprendre l'intérêt de la philo à des élèves. A de grands éleves.

    RépondreSupprimer
  2. Ciel et pourquoi pas au lycée ! Mais la philo ça s'apprend dès la maternelle ! Pourquoi on vit, pourquoi on meurt, c'est quoi le respect, c'est quoi le passé, où commence et s'arrête la liberté, si l'être humain est un animal...

    D'après ce que j'ai pu constaté, ce qui dégoûte les élèves de la philo, c'est qu'il faut LIRE ! Et en plus être capable de citer des textes ! Pfff, lire et puis pourquoi pas (re)jouer à "Pong" sur la télé aussi... LOl

    je signale que le coef en terminal S n'est que de 3 pour la philo (contre 7 en L).

    Je pense que ce n'est pas tant de trouver un axe d'étude qui va permettre de se pencher sur la philo que de trouver un axe dans la philo qui permettre de se pencher sur l'intérêt des études (au sens large). LOL

    (je crois que je serais une éternelle étudiante)

    RépondreSupprimer
  3. La philosophie !
    J'ai déjà planché sur ce sujet pendant 4h, je vais laisser les autres plumes s'exprimer.

    Freud pour le non-oubli du passé, théorie de l'Inconscient, refoulement, névroses, psychothérapie, Nietzsche qui pense que le passé il faut savoir l'oublier ("Un homme qui serait incapable de rien oublier et qui serait condamné à ne voir partout qu'un devenir ne croirait plus en soi"), Sartre et l'existentialisme avec l'homme responsable de ses actes et construisant son destin par ses choix, donc nécessité de maitriser son passé pour appréhender l'avenir.

    Bref, de quoi bavasser sur huit pages et plus si affinité. Je trouve que cette année les sujets étaient vraiment intéressants en tout cas.

    Après oui il faut aimer lire, s'intéresser à la culture, diversifier ses opinions, nuancer, c'est pas toujours évident et c'est sûrement pour ça que beaucoup se décourage.

    (ça fait très apologie de la philo ce que je viens de dire ^_^)

    RépondreSupprimer
  4. Ce ne sont pas des réponses a deux lignes qu'il faut pour ces sujets :-(
    Salut de Sortylege.

    RépondreSupprimer
  5. Sortylege : ici on peut toujours faire long si on en a envie. Ce n'est pas moi qui va décrier les commentaires trop longs ou le fait que mes commentateurs aient des choses à dire.

    Chucky : Dans ta citation de Nietzsche il n'est pas dit qu'il faut tout oublier. Il y a aussi un "et" qui change tout. Il n'y a pas opposition entre la conception de Freud, celle de Nietzsche et celle se Sartre.
    Mais ensuite il ne faut pas oublier son propre avis sur le sujet.

    RépondreSupprimer
  6. Nietzsche, sauf erreur, était un fervent adepte de la vision du passé qu'il faut oublier, puisque sans l'oubli de ce passé l'homme ne peut pas vouloir agir, il n'agit plus il réagit simplement. L'oubli est alors à la fois une force mais aussi garant d'une vie positive axé sur le présent. C'est son fameux "Souviens-toi d'oublier".
    L'idée est intéressante, elle contraste avec la conception de Freud et c'est un peu l'objectif en philo, faire varier les points de vue, ce genre de questions n'admettent pas de réponses fermées et définitives.

    Et vous, qu'en auriez vous penser de cette question ?

    RépondreSupprimer
  7. "Faut il oublier le passé pour se donner un avenir?" En Belgique, nous n'avons pas de cours de philo en humanité mais c'est intéressant à traîter comme question...
    Le passé c'est nous, c'est ce qui fait de nous l'adulte que nous sommes. Chaque instant qui passe appartient au passé. En ne l'oubliant pas (tant tout ce qui est erreur que ce qui est joie, réussite, etc) on peut mieux réfléchir à l'avenir...Oublier n'est sans doute pas un bon mot car oublier c'est nier (c'est du moins ce que dit ma psy...)
    Pardonner (pour ceux qui y croient) se liberer( voir objectivement...)
    mais aussi une question qu'est ce que "oublier"? et surtout qu'est ce que l'avenir?
    Sans

    RépondreSupprimer
  8. Oui, vous,pourquoi, ne parlez vous pas des tensions dans le corps que provoquent les émotions (anciènes crispations chroniques ?)surtout ?
    Le passé devient alors une chose sans plus de relif que le rèste ?Ce n'est pas du tout de l'oubli, mais juste une remise a sa place des expèriences ?Longue histoire ..........
    Là aussi j'ai inventé une théorie pèrsonnelle sur les blocages chroniques :-) A +
    Sortylege ;-)

    RépondreSupprimer
  9. A mon époque, le coef n'était même que de 2 en terminale scientifique !

    Sinon, je reste sur ma position. Et ce que je vais ajouter n'est pas un argument mais juste une constatation que mon diagnostic n'est pas forcément mauvais :
    Ce qu'on demande à des élèves de terminale S pour avoir 10/20 au bac de philo n'a rien de philosophique. Le correcteur attend de trouver un plan, un argumentaire, une cohérence syntaxique dans les liaisons. Et les citations ne sont pas obligatoires. En gros, on demande un beau devoir de Français sur un sujet abstrait. pas une réflexion, donc rien à voir avec de la philo.

    Après, je ne dis pas que le nivellement pas le bas est une bonne chose !

    RépondreSupprimer
  10. En bonne psy, je vais jouer sur les mots, car c'est ça qui est important.

    Oublier son passé ce n'est pas l'effacer.

    Comme je le dis toujours, on n'oublie rien. Surtout pas ce qui est traumatisant.
    Par contre, il faut arriver à "classer" ce qui est arrivé. J'explique toujours qu'il s'agit de mettre un événement dans un "tiroir". L'esprit n'est pas dupe. Il sait ce qu'il y a dans le tiroir, mais c'est rangé là où cela doit être. On fait avec, on accepte, on se reconstruit en le laissant dans le tiroir. On peut donc oublier mais pas effacer.

    Mais ce que vous êtes au moment même où vous me lisez n'est que le résultat de la génétique, de la personnalité et du vécu passé. Pouvoir l'effacer ce serait se retrouver sans racine, sans explication de ce qu'on est aujourd'hui. Un amnésique. Or les amnésiques n'ont de cesse de retrouver leur passé.

    RépondreSupprimer
  11. Oui, au contraire a mon avis, il ne faut surtout pas "refouler " le passé.Il faut au contraire lorsque surtout il produit "des raz de marée, des séismes, des pèrte de conscience"(lol) etc,le regrader bien en face en s'efforçant de bien rèster dans son corps ,ne pas chèrcher a changer quoi que ce soit ,"regarder aussi longtemps que la ou les tensions ne se dénouent pas d'elles meme .Bon, il faut peut etre au préalable aprendre la realxation complète ,faire un peut de yoga,lire .....................Mais a mon avis la clef est simple ,il suffit de ne pas "bouger " devant l'émotion .C'est du travail de tous les instants en pèrspèctive tout de meme ;-)ETC..................Sortylege .

    RépondreSupprimer
  12. En première S ma matière préférée était...la philo !! ;) Et les meilleures notes que j'avais étaient sur les sujets qu'on avait pas traités parce que faute de recopier les auteurs j'étais obligée de raisonner.

    RépondreSupprimer

Stats