jeudi 15 juillet 2010

Arrêter de fumer

Beaucoup de fumeurs ont envie d'arrêter de fumer mais n'y arrivent pas.
Ou alors ils arrêtent un temps, puis lors d'un stress important, paf, ils rechutent.
Ils auraient pu se jeter sur l'alcool, sur les jeux en ligne, sur la pornographie, mais non ils se jettent à nouveau sur la cigarette.



Pour arrêter de fumer il faudrait d'abord peut être se demander pourquoi on a commencé...
Beaucoup vous diront que tout le monde fumait, ce qui est un moyen de ne pas vous dire qu'ils ont fait comme les copains. Bref, ils se sont laissés influencés. 
Ces fumeurs présenteraient ils donc une personnalité influençable ?
S'ils sont influençables arrêter de fumer devrait être facile, après tout l'aspect "santé" est plus important que l'aspect "moutonnage" non ?
Ben non car puisqu'ils sont influençables, c'est l'effet de groupe qui va être le plus important au détriment de la pensée raisonnée.

C'était un exemple, mais les raisons qui font qu'une personne accepte non pas sa première cigarette, mais d'y revenir (alors que ça a un sale goût, que ça fait tousser car on envoie de la fumée dans la poumons et qu'ensuite on pue le tabac froid), sont un aspect important dans la thérapie cognitivo-comportementale qui permettra d'arrêter la cigarette.

En fait le patient s'aperçoit très vite que ce n'est pas la cigarette qui lui manque, mais 3 choses :
- le conditionnement horaire
- le conditionnement gestuel
- la sociabilité

En thérapie, on va donc travailler sur ces 3 aspects.
Lorsque je reçois des patients, ils s'attendent toujours à ce que je leur dise qu'ils devront essayer de ne pas fumer pendant 1 semaine au moins.
En cela ils se trompent. 
C'est la pire chose à faire.
Ils s'agit de déconditionner pas de priver.

La privation ne sert qu'à déclencher la frustration qui elle même amène au désir.
Or le désir de fumer est irrationnel.
Or l'irrationnalité est plus puissante que la rationnalité.
On est humain où on ne l'est pas !
C'est bien pour cela que la prévention faisant appel à la santé pour soi, pour les autres, à la citoyenneté, au respect... n'ont aucun impact.

Donc, je ne dis pas à mes patients que "oh la la, 3 paquets par jour, c'est pas bien". Pas la peine, ils le savent.
On va donc travailler sur les conditionnements puis aux rapports aux autres (c'est parfois difficile de résister à la cigarette tendue par un copain dans une ambiance emfumée).
On peut être amené aussi à travailler sur l'événement stressant qui a poussé à reprendre la cigarette, car après tout fumer ne résoud rien, sinon à s'énerver un peu plus de n'avoir pas su résister.

Lorsqu'on arrive à moins de 6 cigarettes par jour, mes patients s'attendent toujours que je leur disent "allez, sur toute la semaine vous allez supprimer une cigarette comme cela vous ne fumerez plus au bout de 7 jours".
C'est n'importe quoi.
Je leur demande juste de s'engager à ne pas fumer plus par jour.

De toute façon, fumer 3 ou 4 cigarettes par jour n'a rien de nocif pour la santé.
Cela reste embêtant pour l'entourage, mais c'est gérable.
Lorsque le patient est bien stabilité, en général, soit il reste à environ 3 cigarettes soit il finit par arrêter de lui-même au bout que quelques semaines.

Bien sur si vous souhaitez arrêter de fumer brutalement, c'est possible... si vous en avez la volonté.
J'en connais qui ont arrêté du jour au lendemain et n'ont jamais repris, mais ce n'est pas donné à tout le monde.
Les motivations peuvent être très diverses : maladie déclarée, grossesse, grossesse autour de soi, rencontre d'un éventuel partenaire non fumeur...
Maintenant si vous croyez qu'en dehors de la volonté il existe un moyen d'arrêter de fumer rapidement, autant avoir recours au vaudou.
Aucune, j'ai bien écrit aucune, méthode de court terme n'a jamais fait ses preuves.
Surtout pas les patchs qui entretiennent la dose de nicotine mais je joue sur aucun des conditionnements vus plus haut.
Non, non l'acupuncture n'ont plus.
(d'ailleurs l'acupuncture ne sert à rien, c'est un bel effet placebo)

La psychothérapie comportementale fonctionne très bien... à condition de se donner un peu de temps !



13 commentaires:

  1. J'ai fumé 5clopes avant hier et 2hier ^^
    \o/ ouais chui sur la bonne voie pour arrêter!
    Sauf que j'ai pas envie ^^"
    C'est sur que ca depend de l'environnement. Quoi que ca depend pour qui... On peu prendre l'exemple du train, certains pourront se passer de ne pas fumer pendant le trajet et d'autre ne pourront pas s'empecher de sortir a tout les arrets fumer une clope quitte a fumer que 2 bouffées et jetter la clope aussitot. Donc l'histoire des amis fumeur qui influence c'est juste une excuse je pense.

    A mon dernier stage j'avais une patiente qui attendait qu'on l'engueule parce qu'elle fumait. Elle avait pas mal d'encombrement du au tabagisme mais se portait relativement bien pour ces 90 ans. Elle fumait 2clope par jour (et encore quand elle été motivé pour marché jusqu'a la terrasse) et disait tout jour "vous allez m'enguelé mais aprés je vais allé fumé" ca changera rien a son état et puis chacun son plaisir, certains c'est les chocolats, d'autre la bonne cuisine, d'autre le vin... Et d'autre la clope, perso je vois pas la difference si on compare ca peu etre aussi dangereux pour la santé.
    Et puis on peu etre malade sans avoir fumé...

    RépondreSupprimer
  2. "on peut être malade sans avoir fumé"... Ô le bel alibi !! Bien sur y a des gens qui n'ont jamais fumé, bu... et qui seront malades. Et même qu'il parait qu'il y en a qui meurrent ! Où allons nous ma chère !
    Sérieusement, bien sur que les gens qui ne font rien sont malades aussi, mais on le sait, certains produits (c'est pour cela qu'on les appelle des toxiques) augmentent les risques de maladie et racourcissent la vie. Lorsqu'on a 20 ans, se dire qu'on va perdre 5 ans de vie, bof c'est rien et même parfois on se dit tant mieux. Mais à 70 ans, les 5 ans de vies tu donnerais des milliards pour les récupérer.. Too late, game over.

    A 90 ans, je trouve totalement débile d'empêcher quelqu'un de fumer. Lorsqu'on a vécut jusqu'à là on sait qu'après ça va se dégrader alors autant en profiter. Mais après y a l'entourage, je l'ai écrit. Fumer une cigarette devant un petit gosse ou une femme enceinte est un acte d'agression sur autrui.

    En thépapie je ne dis jamais à mes patients qu'ils vont arrêter de fumer. D'abord on n'est jamais sur que ce soit possible (20 ans de tabagismes ont fait des dégâts) ensuite c'est parait surtout être un but impossible à atteindre, mais si c'est celui qui est recherché. Lorsque mes patients arrivent à 3 ou 4 cigarettes, je ne leur demande même plus s'ils se tiennent à leur promesse. Pour moi c'est pari réussit. Après s'ils veulent arrêter ça doit relever de leur motivation, parce que supprimer les 4 dernières qui sont suite à la thérapie celles qui ne sont plus conditionnées, c'est hyper simple. Mais ces quelques cigarettes sont la porte de sortie de certaines angoissses, de stress.. comme tu l'écris comme pour d'autres le chocolat.

    je sais aussi, pour avoir consulté quelques études sur le sujet en interne de quelques labos (études non divulguées), que en dessous de 4 cigarettes par jour, le tabac n'a aucune influence négative sur le corps.
    chut, faut pas le dire...

    Mais (prenez note dans vos calepins pour affiner mon profil), je ne fume pas. Une simple bouffée me fait étouffer, ça sent pas bon en plus. Jamais je n'irai embrasser sur la bouche quelqu'un qui fume... beuurk, ça pue trop déjà lorsqu'ils parlent les fumeurs.

    PS: pour la culture générale de beaucoup, on ne dit pas "une" clope, mais "un" clope. "Clope" est un mot d'argot qui veut dire "mégot" et pas cigarette.

    RépondreSupprimer
  3. Bosser de nuit diminu aussi l'esperence de vie et augmente les risques de certaines patho, pourtant on en fait pas tout un fouin! Alors pourquoi s'acharner sur les fumeurs?

    RépondreSupprimer
  4. Parce que, la fumée nuit aux gens autours, alors que ceux qui bossent la nuit ne nuisent qu'à eux même.

    Y a pire : bosser en horaires décalés (du style 1 semaine de 3 h à 11 h, la 2ème semaine de 11 h à 19 h et la 3ème de 19h à 3 h et on recommence). C'est une catastrophe, en 3 ans les gens sont déglingués avec plein de troubles neurologiques.

    RépondreSupprimer
  5. Au risque de me faire lyncher, aucune envie d'arrêter parce que je ne suis pas dépendante.
    Je peux ne pas fumer pendant plusieurs jours sans ressentir le moindre manque ou au contraire fumer un paquet de 25 en une soirée parce que stress. Un moyen de décompresser pour moi, donc à ce titre je me verrais mal m'en passer, sachant que ça n'est pas régulier et que ma consommation varie selon les périodes. En période d'exam' j'explose le compteur, en période plus calme le paquet moisi au fond d'un tiroir ou il est ressorti à l'occasion lorsque je sors par "sociabilité" mais je n'apprécie pas de la même façon la cigarette.

    La meilleure des thérapies restent l'augmentation fulgurante du prix du paquet je pense ^_^

    (ah il ne faut pas dire que l'acupuncture ne sert à rien, comment vont faire les praticiens pour vivre de leur escroquerie !)

    RépondreSupprimer
  6. Tu fumes donc par stress. Mais les stress négatif étant destructeur pourquoi y adjoindre un comportement négatif ? Ton stress est destructeur au lieu d'être constructif. La question est pourquoi dans un moment de doute tu te jettes sur 25 toxiques au lieu de, je ne sais pas, disons manger 25 batons de surimi ?
    C'est en cela qu'en psycho on ne s'intéresse pas à la cigarette, mais à ce qu'il y a autour. La fumée sert à se cacher, le geste à se donner de la contenance et de la confiance en soi, le goût à se rappeler qu'on existe...

    Ce n'est donc pas la cigarette que tu dois apprendre à gérer mais le stress !

    (tu croies que j'ai le droit de dire que l'homéopathie est une arnaque ?)

    RépondreSupprimer
  7. Lymphe : je n'ai pas écrit de manger du chocolat mais du surimi peu calorique.

    Tu apprends à gérer le stress avec le yoga et ensuite tu iras en thérapie pour ne pas ressentir de stress.

    RépondreSupprimer
  8. J'ai encore rien dit ^^'
    Je pensais que c'été pour la forme, les baton ressemblant plus a une cigarette que des carré de chocolat.

    Sinon on peu vraiment ne pas ressentir de stress ? Je pense qu'il faut surtout savoir le gerer...

    RépondreSupprimer
  9. l'acupuncture n'est pas placebo on a trouvé le support anatomique de beaucoup de points, la question est comment a t-on découvert ça il y a 5 milles ans...malheureusement n'ayant eu que de discutions de vives voix avec des professeur en médecines classiques je n'ai pour l'instant pas de "preuves". les méridiens seraient des résurgences embryologiques de paquets vasculo-nerveux, les points seraient obstrués par une fibrose collagènique et des chirurgiens ont obtenus de bon résultats en travaillant dessus. enfin bon des pontes en médecines qui en parlent sérieusement. IL me semble que la psychologie a mis du temps à faire sa place...
    Ce n'est pas un mythe que ces points sont utilisé aux arts martiaux...et là tout de suite on se sent beaucoup plus humble quand on vit ça...

    On est d'accord le corps et l'esprit humain cachent bien des secrets...
    Je suis ostéopathe. je vois d'ici votre tête. Le DIU de médecine manuelle ostéopathique est accessible à la fac de médecine de bordeaux aux médecins qui ont un DU d'anatomie et de pathologie rachidienne... (heu moi j'ai seulement fait une école privée)
    et ces gens font des choses surprenantes. si si je vous assure!

    RépondreSupprimer
  10. Furia : je ne fais aucune tête particulière car vous répondez vous même à la critique. Vous n'avez aucune preuve... et personne n'en n'a.
    Et ne venez pas me dire qu'on voit des choses étonnantes, rien de plus classiques. Il est tout aussi étonnant de voir que dans 40 % des cas, la non prise d'une molécule (en ayant dit au patient qu'il la prenait) fait le même effet que s'il l'avait pris. ET certains trouvent même des effets secondaires au traitement ! (effet nocebo).
    Donc si l'acupuncture fonctionne dans 40 % des cas (chiffre que l'on retrouve dans le traitement du tabagisme), la question est : effet de l'acupuncture ou effet placebo . Personne n'a la réponse.
    L'acunpuncture, comme l'homéopathie, bénéficie du doute. Si ça marche dans certains cas, pourquoi ne pas essayer ? Les voyantes, les rebouteux, fonctionnent exactement de la même façon. Il suffit d'y croire.
    Et le fait que cela soit enseigner en fac de médecine n'est une preuve de rien (c'est comme si le fait de préparer un DIU de sécurité hospitalière permettait de soigner et que cela en fait une science), juste un moyen supplémentaire d'augmenter sa patientèle et ses revenus.

    Quant au fait que certains point soient utilisés en arts martiaux. C'est vrai... pour seulement certains points. Et surtout ces point sont utilisés pour paralyser ou engourdir et surtout pas pour soigner quoi que ce soit (prenez un coup de pied dans le tibia et dites moi vous avez encore envie de bouger dans les 30 secondes qui suivent et ensuite rechercher les bénéfices que vous en aurez tirer).
    Mais je suis une incroyante indécrottable vous savez.

    RépondreSupprimer
  11. Heu...si, je vous disais qu'on a trouvé la bases anatomique de certains méridiens...et les preuves qu'en aux thérapies fasciales qu'utilisent certains ostéo elles existent, ça été démontré points par points, scientifiquement, mon prof va en faire une conférence à l'université de medecine de bordeaux2.
    quand aux techniques structurelles heu.."avant ça bougeait pas maintenant ça bouge" la plupart des patients même les septiques le constatent.
    On dit que si l'ostéo était placebo il ne fonctionnerait pas sur les chevaux et les Bébés.

    Un bébé qui arrive avec un torticolis congénitale carabiné et qui repart nickel, ça me parait mieux que de donner un coup de scalpel dans le SCOM comme on fait en médecine classique.
    C'est simple. avant il fait pas son retournement d'un coté après il le fait. Oui il y a des effets mécaniques visibles de suite.
    Avant la dame elle se penchait avec douleur de 15 degrés et après je lui dit de pas toucher par terre non plus vu son âge!
    Les patients me le disent. là il reste un blocage svp, je m'en charge, c mieux ou pas? un peu mais g toujours un gène ici je peu pas faire ce mouvement etc etc...
    Il y a des ostéo c'est plutot 90% quand c'est leur domaine.

    quand aux arts martiaux désolée mais ce sont des informations top secrètes que je ne peu divulguer en aucun cas héhéhééé (lol)
    l'art de guérir et l'art de combattre ont souvent été liés.
    beaucoup d'art martiaux ont des enchainements qui permettent d'étirer les méridiens, comme au tai chi.

    (sachez que les tibias des combattant sont souvent dénervés, ne perdez pas de temps à taper dedans, et un combattant ne se fige pas sous le coup de la douleur.)

    RépondreSupprimer
  12. L'ostéo est toujours très contreversée. Néanmoins l'ostéo est d'abord basée sur la fluidité articulaire (réflexe ou non). Ensuite, une grande part de l'ostéo est aujourd'hui basée sur la notion d'empathie avec le patient (ce qui s'apparente à de la psychothérapie).La différence entre kiné et ostéo est toujours floue.
    Le blocage des bébé au niveau du cou est assez "classique" lors de l'accouchement et les kiné débloquent ça très bien en 2 séances. Ca n'a rien à voir avec les méridiens, chakras et toute la clique.

    QUant au dénervement des tibias, c'est sans doute comme cela aujourd'hui (de même que pour le tennis elbow), mais il existe une autre technique ancestrale telle que l'appliquait les moins de Shaolin.

    RépondreSupprimer
  13. C'est pas de notre faute si les kiné nous piquent des techniques! ^^

    les moines de shaolin ne sont pas les premiers à se dénerver les tibias et je ne parlais pas d'opération...je l'ai pratiqué et le fait toujours un peu comme d'autres, il y a plein de techniques naturelles d'endurcissements.
    voilà c pas grave restons sur nos position, seulement l'ostéo n'est pas une "croyance".
    vous semblez être quelqu'un d'expérience, mais je connais ma profession!!! (et je touche à des pratiques martiales ancestrales qui vous dérouteraient je pense)

    RépondreSupprimer

Stats