vendredi 30 juillet 2010

Origina ou la pub zoophile

Vous n'avez certainement pas raté les pubs dont Orangina nous bassine.
Ces clips passent à la télé et au ciné.

les années précédentes Orangina n'avait pas hésité à avoir recours au l'anthropomorphisme en nous balançant des créatures mi-animaux mi-humains dans des positions lascives et aux comportements séducteurs.


Les deux dernières pub (hyène et girafe) ont vu systématiquement leur code bloqué d'accès pour les blogs, ce qui fait que je ne peux vous les placer ici, mais vous pouvez les voir LA.

Je suis étonnée que les féministes ne se soient pas opposées à ces pubs, que personnellement je ne trouve absolument pas drôle mais qui véhiculent une image de la femme particulièrement négative et dégradante.

Citons aussi deux autres pubs:


Ou l'on imagine sans peine que les femmes "toutes des chiennes" !
Le personnage y est très sexualisé. Push up et jupette remontée au max.


Assez étrangement, les codes de sensualité de la pub précédente (dite l'arisot) ne sont pas présents dans la pub au "masculin".
Idem dans les spots (ICI).


Cette année, pour la première fois, Orangina communique aussi sur le web dans une pub gay-friendly.
Il s'agit bien sur de cibler de nouveaux consommateurs (leur pub jusqu'à maintenant présentant toujours des "femmes") (comme quoi il n'y a que les hommes qui consomment de l'Orangina).



Cette pub a été proposé sur certains sites gay en pré-visionnage afin de voir un peu les réactions.
Je n'ai trouvé que deux commentaires osant écrire "zoophilie", tous les autres ont trouvé ça marrant, super, orginal, décalé et la majorité ont trouvé le puma... sexy.

Pour info, cette pub a fait le buzz et a fini par par être taxée d'homophobie par certaines associations. Comme quoi, entre le public et ses représentants on n'est pas toujours d'accord.

Pourquoi Orangina en après-rasage, me direz vous ? Je n'en sais rien. Mais il existe une version en "hygiène intime".



Assez étrangement on a l'impression qu'Orangina communique sans cible réelle. Un peu partout, avec plein de films touchant des cibles très différentes, histoire de tâter le terrain. Ca laisse une impression de malaise général.


Bon, maisje l'avais dit il y a déjà... ouf quelques temps déjà. Après le porno soft, la soumission des hommes, le BDSM, je prédisais un prochain recours à la zoophilie, d'autant que comme je l'ai déjà dit, la zoophilie semble s'immiscer en douce mais sûrement dans les mentalités.

Les pubards n'ont pas (encore ?) osé mettre en scène dans une scène à connotation sexuelle un humain avec un véritable animal. Ils se contentent pour l'instant de mise en scène virtuelle. Mais on voit déjà qu'on est passé d'un mode "tout dessin sans animation" à un mode "image animée intégré aux humains". On peut sans peine imaginer que la dernière étape sera de proposer du réel.
Les pubeux testent et guettent les réactions face à la mise en place dans la pub dans la tendance zoophilique constatée.
Si cela ne passe pas, il y a de fortes chances pour ça n'aille pas plus loin.
Faut il encore que les cibles ne trouvent pas ça... sexy.


Pour la pédophilie, je vous rassure, ça vient..

7 commentaires:

  1. Je regarde la télévision et j'aime la publicité quand elle est réussie. Je suis une femme, je pense avoir un regard assez critique en général mais franchement j'ai bien aimé les dernières pub Orangina. Il faut dire que j'ai très généralement beaucoup de mal à dépasser le premier degré. Concernant la pub de l'Aristo, jamais je n'aurais imaginé qu'on puisse faire un raprochement avec l'expression "toute des chiennes" Il faut dire que j'ai beaucoup de respect pour la race animal et je trouve que cette expression telle qu'elle est comprise aujourd'hui et surtout humiliante pour les vrais chiennes qui ont un comportement bien plus digne que les femmes auxquels on les assimile.
    Quand à la pub Gay friendly je ne l'avais encore pas vu et effectivement elle est sexy, seulement de là à lui voir un caractère zoophyle?!? je trouve que certain ont l'esprit bien mal tourné. Même si les personnages utilisés sont des animaux, ils ont des attributs humains indéniables.
    Quand au fait qu'il n'y ai pas de cible? pour ma part j'aime autant celle de l'orangina qui fait le linge plus jaune, que celle du déo, du savon intime ou celle contre les boutons, pour moi c'est la variété qui rends l'ensemble encore plus fort

    RépondreSupprimer
  2. Le fait d'être une femme n'a jamais donné l'esprit plus critique que le fait d'être un homme !?!

    Les pubs ne sont jamais à prendre au premier degré. Il y a toujours un message caché derrière... Déjà tout simplement la personnalité de celui qui créé la pub ! (et ne me faites pas le coup de "ça a été validé en groupe", "y a eu brainstorming"... j'ai fréquenté suffisamment longtemps)

    C'est quand même étonnant :
    - d'être une femme et de trouver une pub gay sexy
    - de trouver sexy un animal (même avec des comportements humains).
    Ah ces fantasmes je vous jure LOL
    Dans le "Roi Lion" de Disney, ca a du exciter du monde...

    La pub 'bain de bouche" mettant en scène une jument, va donner de sacrée idées aux enfants (les dentistes vont être contents).

    Tout y est très sexualisé à outrance dans ces pubs. Mais au moins ça casse les codes des "brindilles", c'est déjà ça. Même sur le site d'Orangina, il manque une pub, celle du "tigre", qui est gay friendly, comme on dit. C'est un tigre anthropomorphe présenté face au passant, acroupi, en short, les jambes bien écarté, il présente ses attributs "sexuels" (où est sa queue d'ailleurs ?) de façon très ostentatoires. D'ailleurs avez vous remarqué que lorsque vous êtes en voiture, vous êtes systématiquement à la hauteur des sexes de ces affiches ?

    RépondreSupprimer
  3. je dois être aveugle ou alors j'ai des absences car bien que regardant la télé très trs souvent m^me en journée ou tard le soir (hé oui les vacances) je ne les avais jamais vue.

    He là ils ont fait fort ces pubeux!!!
    ça me rapelle une pub pour dash (en belgique ) sous forme de mini série avec une certaine vanessa une blonde pulpeuse (une soi disant canon de beauté)tout aussi dégradante de l'image de la femme et de l'homme.

    Quelles images dégrandantes voire même choquantes. Heureuse de n'avoir pas encore d'enfant je ne voudrais pas qu'ils tombent la dessus . parce que finalement qui boit de l'orangina si ce n'est des gosses des ados ou des jeunes adultes???
    Triste monde
    Sans

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    je n'avais pas non plus pensé aux 'toutes des chiennes' mais en même temps je ne me souviens pas de ces pubs. Par contre, j'avoue que concernant les pubs plus récentes, si celle de la lessive m'a faite rire, j'ai du mal avec les autres. J'en ai d'ailleurs parlé avec une amie qui les déteste et j'ai été amusée de les retrouver sur ce blog.
    Et c'est vrai qu'en y réfléchissant ce sont les plus sexualisées qui me dérangent. Ainsi, la pub Febreze me laisse indifférente mais la pub de la Caisse d'Epargne et ces chiens en pleine puberté qui flirtent dans la voiture qu'ils s'apprêtent à acheter me paraît déplacée.
    Quant à la cible d'Orangina, je la trouve claire au contraire : ceux qui sont ciblés sont ceux qui aiment se moquer de la pub. Ce sont avant tout les codes de la pub qui sont tournés en dérision.

    RépondreSupprimer
  5. C'est tout à fait vraie de la pub pour la CE avec ses "chiens humanisés" dans la voiture, mais on est dans le stade d'avant : des dessins avec des dessins. Pas d'humains d'ici.

    En ce qui concerne les pubs classiques d'Orangina et les affiches, je ne crois pas qu'on soit dans la dérision des codes pub. Bien au contraire. Le produit est bien visible, les codes couleurs sont respectés. Sur les affiches, prévues pour une vision quasi subliminale par les conducteurs, la tête des personnages est toute petite, le geste de boire peu visible, ce qui est très visible ce sont les sexes, les jambes, les seins et la bouteilles d'orangina en très gros en bas à droite (sens classique de lecture des BD, d'abord la droite, puis la gauche).

    Pour les spots dits décalés, en fait on est en plein dans la com Orangina. C'est juste une question de génération sans doute (lol). Souvenez vous de "pour remuer la pulpe, secouez moi !". Cette expression est passée dans le langage commun, ont dit de quelqu'un de pas très vivace de "se secouer la pulpe". Or dans ces spots c'est ce message qui est là. En réalisant des messages inattendus, on "secoue la pulpe" du lecteur. On est passé de secouer la bouteille à secouer le lecteur. Mais si vous regardez bien, il faut retourner la bouteille pour laver le linge, se mettre de l'après rasage ou se parfumer la foufoune...

    Aucun code n'est tourné en dérision, les messages sont juste détournés pour jouer avec l'inconscient de celui qui voit. Ce qui est le message le plus marquant puisqu'il est inconscient.

    RépondreSupprimer
  6. Je regarde d'un air plutôt blasée ce genre de pub, j'avoue ne pas avoir fait un quelconque rapprochement avec la zoophilie, je trouve ce genre de pub peu intéressantes mais pas plus subtiles que la godiche qui va laver son linge blanc avec une tâche de cerise et qui va ressortir nickel chrome après un détour par la case lavage avec un produit X miraculeux.
    Les pubs sont peu attractives, surréalistes et parfois complètement à côté de la plaque. Donc, le fait de mettre une girafe qui se dandine façon cow-girl dans un bar, me laisse autant de glace que si c'était une pin-up d'apparence humaine.
    Ce sont des pubs, rien de plus, et c'est de toute manière pas une pub qui va m'orienter pour faire un achat plutôt qu'un autre.

    Donc que les publicitaires s'amusent autant que cela leur plait, même si je trouve ça particulièrement malsain pour un gamin de 6 ans qui va tomber dessus surtout lorsque l'on voit que pas mal de pub tournent autour du sexe, de l'attraction, du désir et autres trucs du même genre.

    RépondreSupprimer
  7. la zoophilie est un peu passée à la trappe ce qui prouve que bien présentées certaines choses passent les barrière de la morale.

    RépondreSupprimer

Stats