mardi 31 août 2010

Le Prisonnier

Non, non rassurez vous je ne vais pas vous faire un résumé des 17 épisodes que j'ai eu grand plaisir à revoir.
Bien sur, j'avais encore en tête les "bonjour chez vous" qui de temps en temps ressortaient dans les conversations, j'avais encore en têtes les tenues chamarrées des habitants du Village, la tenue du numéro 6 et la côté Disneylandesque du Village.

Et surtout, surtout, je n'avais pas oublié le "rôdeur", ce fameux ballon qui poursuit tous ceux qui tente de s'échapper du Village.

J'avais oublié à quel point le numéro 6 est hyperactif, colérique et agressif.
J'avais oublié que le numéro 2 changeait à chaque épisode.

La première fois que j'ai vu "le Prisonnier", j'avais été passionnée.
Passionnée par sa volonté de partir mais surtout par les manipulations qu'on lui faisait subir.
Quoi qu'il fasse, il revenait toujours au Village.

Je n'avais aucun souvenir du dernier épisode.
Je l'ai donc revu ce samedi sur Arte.
Je comprends pourquoi je ne m'en souvenais pas.
Au premier abord, par rapport au reste de la série, c'est hyper kitch.
Surtout c'est fouillis au possible, on ne comprend pas on l'auteur veut en venir, ça hurle dans tous les coins des trucs sans intérêt, ça semble finir en queue de poisson.

Néanmoins cet épisode à l'intérêt de terminer les interrogations qu'on a sur le numéro 6.
D'abord tout au long des épisodes on a appris :
- qu'il voulait démissionner car ce qu'il faisait ne correspondait plus à ses valeurs
- qu'il allait vendre des documents à une puissance étrangère
- qu'il était un agent double.

On ne saura jamais pour quel autre pays il travaillait, mais l'époque de la création de la série étant pendant la guerre froide, on peut historiquement lié tout ça à "l'autre côté". 

Je ne ferai aucune interprétation de l'environnement, des objets et des lieux.
Ce qui me parait important c'est le numéro 6.
D'ailleurs dans cette série, à part ce personnage, rien n'est important puisque les autres acteurs changent quasi à chaque épisode (les numéros, ses voisins, ceux qui tiennent les boutiques...). Tous sont remplaçables, sauf lui.
Ce qui amène à se poser très rapidement la question : ne serait-il pas que le seul "prisonnier" et tous les autres ne sont ils pas que des figurants ?

On l'a appris, il a démissionné. Mais sur un coup de tête (et même sur un coup de poing sur un bureau) sans donner aucune explication.

Lorsqu'on regarde certaines scènes de la série, cela s'apparente parfois à des scènes oniriques.
Les gens planent dans des couleurs pulsées, c'est psychédélique.
On nous le montre en train de se faire droguer, de se faire mentalement manipuler, de se faire torturer... (au passage "Inception" n'a rien inventé, les scénaristes ont regardé le prisonnier).


Alors résumons :
- il plaque tout sans raison apparente
- il est agité
- il est coléreux
- il est agressif
- il pense qu'on veut le détruire
- il pense que ce sont "eux"
- même ses proches et ses connaissances sont avec "eux".

Tout cela ressemble assez étrangement à un délire paranoïaque au cours d'une bouffée délirante.
La cible est définie, mais si, nous spectateur on ne sait pas trop laquelle, lui le sait et cela nourrit son délire.

Si cela est assez évident dès le second épisode, c'est bien sur dans les deux derniers que son délire trouve son dénouement.

Son esprit y subit une régression sous la forme d'une thérapie par le rebirth ("renaissance") par laquelle il doit trouver un nouveau chemin pour sortir de son délire.

Ce qu'il fait.
Ce n'est pas que le numéro 2 meurt pour avoir échoué à obtenir des "renseignements", c'est le numero 6 qui le tue en mettant petit à petit fin à son délire et en obtenant que tout le reste disparaisse.
Sortir de son délire lui permet de ne plus être un numéro mais de redevenir un homme libre ("Monsieur") et équilibré.
Le monde du Village s'effondre donc autour de lui. La folie l'entoure mais il résiste désormais.
Et lorsqu'il démasque le numéro 1, il est normal qu'il trouve son visage puisque sa folie paranoïaque c'est lui. Lui seul s'était enfermé dans sa folie. Et c'est lui seul qui s'en sort, comme c'est généralement le cas dans les bouffées délirantes.

Contrairement à ce que disent plein de sites, le Village n'est pas détruit à la fin.
Tout le monde l'évacue en hélicoptères (ce qui tend à prouver qu'il n'y avait qu'un seul prisonnier) et une fusée décolle... avec personne à bord ! (rappelons que c'est le numéro 6 qui a paramétré le décollage et mis en route volontairement le compte à rebours).

La fusée qui décolle, c'est la guérison. Comme en hypnose "à 3 vous sortirez de votre sommeil", là c'est le compte à rebours qui permet de sortir de la folie et au bout du décompte, la folie s'envole et le numéro 6 est libre.

Le générique original est plus proche de ce délire que la version française. 
En effet, en français on nous dit :
"Qui est le numéro 1 ?" 
"Vous êtes le numéro 6".

La version anglaise est 
"Who is number 1 ?" 
"you are number 6" (vous êtes le numéro 6). A moins que ce ne soit :
"you are, number 6" (c'est vous, numéro 6").

Sortant enfin de son délire, il peut reprendre sa vie normale.
Retrouver son appartement, retrouver sa voiture et partir cheveux au vent reprendre le chemin de sa vie... dans une nouvelle voiture.

(le Village existe vraiment. Il existait avant la série et c'est en séjournant  pour quelques épisodes de la série Destination Danger que MacGoohan décida d'y tourner "le Prisonnier". Si vous voulez y passer quelques jours de vacances, c'est ici)

(j'ai corrigé mes fautes et j'ai remis les mots que j'avais oublié lors de la frappe !)


6 commentaires:

  1. J'adore cette série ... une série culte ... le remake recent made in USA est nul ou presque ...
    "Je ne suis pas un N° je suis un homme libre ! "
    Be seen you ! ( traduit par Bonjour chez vous )

    RépondreSupprimer
  2. Décidément, je dois aller voir Inception...tout le monde en parle.

    RépondreSupprimer
  3. JP : je n'aime pas les remake, en général on est très déçu. Si certaines séries sont devenues cultes c'est justement parce que l'ambiance, les acteurs, le scénario sont irremplaçables... Le remake c'est juste lorsque les américains n'ont plus d'idées !!

    Alexis : je te rassure je n'ai pas vu Inception non plus. Ca ne m'attire pas, le scénario est basé que un truc totalement éculé (la preuve on le retrouve dans le Prisonnier, sur internet certains ont retrouvé le thème dans un Picsou...) et je n'aime pas DiCaprio que je trouve très mauvais acteur (enfin surtout je le trouve moche).

    RépondreSupprimer
  4. Argh Inception est génial ! Vraiment, un des rares films où je suis ressortie de la salle en ayant l'impression d'être un pied dans un rêve, un pied dans la réalité. Di Caprio n'est pas très bon acteur, c'est vrai, disons qu'il est surtout très "mono-expressif" mais ça colle bien au personnage. A défaut de voir le film, au moins écouter la bande-son, elle est sublime.

    (mais c'est vrai que le concept du thème avait été utilisé dans un Picson, ce qui m'a fait beaucoup rire d'ailleurs)

    Sinon, je ne connaissais pas "le Prisonnier", ça m'a donné envie de voir ça d'un peu plus près.

    RépondreSupprimer
  5. Chucky : tu viens de rater la redif sur Arte de tous les épisodes dans l'ordre en plus !

    RépondreSupprimer
  6. Bah, il y a certainement moyen de les retrouver sur le net les épisodes du prisonnier...

    RépondreSupprimer

Stats