samedi 21 août 2010

Placebo / nocebo



L'effet placebo n'est pas super bien expliqué.
On constate que chez des personnes qui consultent pour une maladie, 40 % tireront autant de bénéfice à ne rien prendre qu'à prendre un médicament.
Bien sur on ne leur dit pas.
(le médecin ne veut pas se prendre une torgnole)
On fait semblant de leur donner un médicament et hop ils vont mieux.
Ils vont même aussi bien que ceux qui prennent des médocs.

Sauf que parfois le patient est têtu.
Car vous aurez remarqué autour de vous que lorsque certaines sont sous traitement, elles se plaignent de maux d'estomac, de migraines, de nausées, de douleurs...
Eh bien pour ceux qui prennent un placebo, c'est pareil.
Iles reviennent voir leur toubib en leur disant que le traitement ne leur réussit pas et que si leurs symptômes vont mieux certes, ils ont mal à la tête, l'estomac fragile....
C'est l'effet "nocebo".
Le non-traitement nuit au patient.
Pas là où on l'attendait, mais sur des infos totalement subjectives.

Fort de leur expérience dans l'effet placebo, des petits malins ce sont dit qu'on pourrait peut être tenter de faire la même chose avec la chirurgie.
Eh eh, y sont malins les chirurgiens. 
Ils vous font payer en dépassement d'honoraire une intervention qu'ils ne vous font pas !
Ils ont donc tester pour certaines opérations les fausses chirurgies.
Bien sur il faut que ça fasse vrai.
Bandage, soins.. Le patient doit croire qu'il a été opéré, sinon ça ne fonctionne pas.
Dans les cas de pathologies au genou, lors d'une expérience sur un nombre important de patients, ils ont opéré un patient sur deux.
Tout en faisant croire à tous les patients qu'ils avaient été opérés et que cela s'était bien passé.
Les patients non opérés ressentaient les mêmes bénéfices et les mêmes réductions de douleur que ceux réellement opérés !
En neurologie, dans des cas de maladie de parkinson, des greffes de cellules foetales ont été effectuées.
Ou pas. C'est selon.
Qu'il y ait eu opération ou pas, chez les patients persuadés d'avoir été greffés, la qualité de vie s'est améliorée.
D'autant que chez les patients ayant reçus une greffe.

On sait que chez les personnes étant persuadées d'être "à risque" pour certaines maladies ont plus de risque de développer cette maladie que les personne vraiment à risque que cela ne tracassent pas. 
Ainsi dans le cas des maladies cardiaques, se croire à risque (alors qu'on ne l'est pas) multiplie par 4 la mortalité par rapport aux personnes réellement à risque mais qui restent optimistes.

On sait désormais que l'effet placebo, d'un point de vue physiologique, repose sur la sécrétion de dopamine dans le cerveau. Prendre un traitement ou penser qu'on prend un traitement soulage en partie parce que justement on se sent "soulagé" d'avoir un traitement. Cela libère de la dopamine qui va diminuer les sensations douloureuses.

L'effet nocebo reposerait sur le fait que les personnes sont anxieuses, soit par rapport à leur pathologie soit par rapport aux effets que pourrait avoir le traitement. Or l'anxiété fait diminuer la sécrétion de dopamine au niveau cérébral et augmente de ce fait les sensations douloureuses.

La puissance du psychisme reste un vaste chantier en friche. 
On s'étonnera que les médecins fassent tout pour psychiatriser la psychologie.


2 commentaires:

  1. Alors ça, Vergi, c'est pas très sympa avec les béotiens !

    Prend un lecteur lambda (moi), un peu couillon (moi), ignare en psychologie... Il attaque l'article parce que ça l'intéresse, le lit lentement, se pose des questions, réfléchit en parallèle, progresse, apprend, arrive vers la fin avec le sentiment du devoir accomplit à savoir être moins con le soir que le matin... Et là, le coup de poignard, la phrase qui renvoie l'homme de peu à l'homme des cavernes.
    Sérieux, conclure par "pour psychiatriser la psychologie", c'est un peu sadique, non ?
    :-))

    RépondreSupprimer
  2. Nakito, mon petit… je ne voudrais pas te paraître vieux jeu ni encore moins grossier. L'homme de la pampa, parfois rude, reste toujours courtois, mais la vérité m'oblige à te le dire : ton niveau commence à me les briser… MENUES ! LOL (interprétation libre des "Tontons Flingueurs")

    RépondreSupprimer

Stats