lundi 6 septembre 2010

Et si Sakineh était maso ?


Je ne reviendrais pas sur l'affaire Sakineh, cette femme iranienne qui va être lapidée pour adultère.

La jet set internationale, après avoir pris la défense de Roman Polanski, consommateur de nymphettes, s'est émue du sort de Sakineh et a demandé par toute les voies et voix possibles que sa condamnation soit levée.
Avec le sucès que l'on sait : Sakineh sera d'abord fouettée 99 fois avant sa lapidation. 
Gageons qu'il n'en restera déjà plus grand chose.

Je pourrais bien sur m'attarder sur la volonté d'une certaine partie de notre Société de se pencher sur le sort des maltraités en Iran plutôt que de s'intéresser aux violences faites aux enfants, aux femmes ou hommes en couple, aux personnes âgées ou aux handicapés. On a les charités qu'on mérite. Mais ce n'est pas le sujet qui va m'occuper ici.





Mais soyons un peu provocateurs.
En effet, si Sakineh est fouettée puis lapidée, personne ne s'est posé la question de savoir si après tout ça ne lui ferait pas plaisir.
Je connais quelques hommes ou femmes qui aimeraient prendre sa place.
Quitte à en mourir.... de plaisir.

J'imagine déjà le drame de Sakineh reproduit dans les chambrées.
Coups de fouets (j'en vois qui salivent), jet de pierre... 
Imaginons sans peine les films BDSM que cela va enfanter.

Il est de l'être humain de vouloir croire que sa façon de pensée est la bonne et qu'elle est la même pour tous ceux qui l'entoure.
Le fils de Sakineh ne peut envisager une seule seconde sa mère dans sa sexualité, c'est heureux. 
Mais il ne peut même pas entrevoir que peut être sa mère est ravie du châtiment qu'on va lui faire subir.

Il en est de même pour nos "biens pensant", BHL en premier, ce garant des vertues.
Copy-cat de l'esthétisme du Marquis de Sade, jusqu'à peu chantre de l'élégance en traînant derrière lui une poupée retouchée adepte -en tout cas dans les médias- de tous les travers que l'on reprochait au divin marquis. Il ne peut que s'émouvoir du sort de Sakineh, car lui même plongé durant quelques mois en similaires turpitudes, ne pourrait que s'autocondamner s'il ne disait rien.

Revenons donc à nos délices physiques.
Le masochisme c'est la douleur érotisée et sexualisée.
La peur de la mort, dominante suprême, est la base même de ce comportement.
On pourrait comprendre qu'afin de ne pas sombrer ou de devenir folle, Sakineh puisse dans un ultime sursaut de pulsion de vie, transformer sa douleur en plaisir.
Ultime pied de nez la Société, trouver du plaisir là où les vertueux veulent donner de la souffrance.
Castrer la Société qui se veut castratrice. Vengeance en allant vers l'au-delà le sourire au lèvres.
Après tout Sakineh connaissait les règles de la Société dans laquelle elle vit.
Elle savait quels risques elle prenait en s'adonnant à l'adultère.
Fière de s'opposer aux règles édictées et subies dès l'enfance, s'opposer aux frères et à la Société iranienne toute entière.
S'opposer au père.
Ne pas pouvoir le faire, ni pouvoir le concevoir mentalement et être obligée de se mettre en danger et de se faire souffrir pour se punir d'avoir de telles pensées.

Recevoir 99 coups de fouets.
Se faire lapider à coups de pierre.
Et pousser un dernier râle... orgasmique !



9 commentaires:

  1. Pas très convainquant.

    Si elle fait par plaisir, qu'elle le fasse volontairement.

    Ici, nous parlons d'une femme en danger mortel. Ah mon avis, ce n'est pas un sujet pour de telles supputations.

    RépondreSupprimer
  2. de là à dire qu'elle mérite pour un adultère un sort aussi sordide (pour nous occidentaux): mais je suis entièrement d'accord avec le fait que ces femmes et ces hommes connaissent le sort qui les attendent s'ils enfreignent ces lois (qui n'étaient pas si différentes chez nous il 'y a pas si longtemps) et donc qu'ils prennent le risque de subir un tel sort. Mais peut être que cet transgression de l'interdit leur procure des sensations que nous ne pouvont plus connaitre chez nous (avec la fin évoquée...)
    ça fait réfléchir à ce qu'est l'amour...
    Sans

    RépondreSupprimer
  3. Foui : étrange cet intérêt pour cette femme, alors qu'il y en a près de 160 qui meurrent chaque année sous les coups de leur époux... Pendant, qu'on regarde au loin, on ne regarde pas à ses pieds.
    Et pourquoi donc parce qu'on lui impose, elle n'aimerait pas le fouet ? Vision limitée au "bien pensant", tss tss. Vouloir que tout soit comme on se pense soi même...
    Et puis nous sommes tous en danger mortel depuis le jour de notre création.

    Sans : peu importe ici si les raisons sont bonnes ou pas, ce n'est pas le sujet. Oui la transgression est une énorme source de plaisir. Et puis, il y a la prise de risque : lorsqu'un mec sans attache grimpe en haut d'un building, on lui dit "fais gaffe" tu risques de tomber et lorsqu'une femme trompe son mari alors qu'elle sait que c'est puni de mort, on lui dit "fais gaffe" tu risques de te faire prendre. Si lui glisse il est mort, si elle triche elle est morte. Chacun connait les risques, il n'y a aucune surprise.
    Des fois ça passe, des fois non.
    La liberté a un prix, la trangression des lois aussi. Le tout étant de ne pas se faire prendre.

    RépondreSupprimer
  4. 1) Si j'ai bien compris, les actes "adultères" n'étaient pas adultères mais eurent lieu après le décès de son mari.
    Je crois que même la Sharia ne prévoit pas de condamnation à mort.

    2) l'exécution n'aurait pas lieu par lapidation en ce cas, mais par pendaison, d'après Wikipeadia.

    3) Il arrive qu'un tollé international puisse sauver une femme d'une telle exécution (cf. le cas d'Amina Lawal au Nigéria). Jusqu'à présent, les "relations publiques" ont permis de suspendre l'exécution.

    4) Le fait que l'on s'insurge contre une condamnation à mort, que l'on essaie d'empêcher l'exécution n'implique pas que l'on approuve la violence domestique ou que l'on ne veuille pas éviter qu'elle fasse des victimes.

    5) Votre logique "elle doit prendre un super-plaisir maso à se faire fouetter" pourrait être utilisé pour justifier toutes les sortes de violences, sexuelles et autres. Voilà pourquoi je la trouve répugnante.

    6) Je doute qu'aucun adepte du sado-masochisme soit prêt à subir ne serait-ce qu'un seul coup du calibre qu'ils distribuent en Iran pour ce genre de punitions, encore moins 99 (en général, les victimes perdent connaissance avant le 10e coup).

    (Ce que vous racontez ici, c'est un petit comme la reine Marie-Antoinette qui aimait jouer à la bergère, dans des conditions qui ne correspondaient pas du tout à la réalité des bergers de son époque. Voilà toute la difference entre JOUER et les réalités de la vie).

    RépondreSupprimer
  5. ... Pour continuer sur ton explication à Anonyme : Je gars, il monte sur un bulding car ça l'excite, mais il pourrait faire sans, même si le thé avec bobonne et ses copines, ça doit le gonfler. Mais la question est : Sakineh peut-elle se passer de sexe ? Est-ce humain d'avoir des envies sexuelles et de ne pouvoir les réfrener ou bien Sakineh est-elle comme la chatte sur un toi brulant ?! Est-elle quelqu'un qui, comme dirait Brassens, l'a sur-aigu, le feu au cul ? Ou alors est-ce pavlovien : femme je suis alors culbutée il faut que je sois ?...

    .. En tout cas, merci de pouvoir nous permettre de rire de tout, j'adore !

    PS : Le gars donc le plus grand plaisir c'est d'escalader des tours, ces phallus de verre et de métal, y'aurait pas un petit truc sexuel à voir là-dedans ???

    RépondreSupprimer
  6. Rappelons que Sakineh est complice dans l'assassinat de son mari par l'amant.
    Rappelons aussi que l'Iran est un des rares pays musulmans qui ait mis en place des structures d'accueils pour les hommes victimes de violences conjugales car la violences des femmes au sein du couple y est exacerbée.

    Pourquoi faire un tel tollé sur cette personne, alors que l'Iran lapide environ 8 personnes par an depuis 20 ans ? Qu'est ce qu'elle a de plus que les autres pour qu'elle devienne un symbole ?
    Remarquons tout simplement que ce sont exactement les mêmes qui sont intervenus pour Polanski qui se mettent en avant dans cette affaire.
    Remarquons aussi que la constitution française ne permet pas à une première dame de se mêler de politique ou diplomatie étrangère, c'est le rôle du chef d'état.
    Et puis pendant qu'on parle d'elle, les retraites et Woerth ne font plus les unes des journaux.
    Manipulation mentale tout ça dans laquelle vous plonger de toute votre volonté.

    Pourquoi donc ne pas pouvoir envisager qu'une femme puisse se livrer à des jeux sexuels ? Parce qu'elles seraient mulsulmane, parce qu'elles vivraient dans un pays "intégriste", les femmes iraniennes seront donc des "vertueuses" ? De même, vous semblez ne rien savoir des pratiques sado-maso extrêmes, si vous saviez ce qu'il en est, je crois que vous seriez sacrément surprise et horrifiée.

    Décidemment Foui, il faut ouvrir votre esprit. C'est grâce à des gens comme vous qu'on ne peut plus rire de rien, qu'on ne peut plus rire tout court d'ailleurs.

    Nakito : imagine le mec collé à la paroie d'un building de 50 étages, ça lui fait un sacré phallus non ?

    RépondreSupprimer
  7. "Pourquoi donc ne pas pouvoir envisager qu'une femme puisse se livrer à des jeux sexuels ?"
    En effet, il y a partout des femmes qui se livrent à des jeux sexuels, certaines goûtent peut-être même le plaisir du danger quand elles enfreignent les règles dans ces pays-là.

    toutefois, il est peu probable que cela coincide avec une situation sans issue comme celle où se trouve cette femme.

    Mais surtout: 99 coups de fouet comme ils les donnent là-bas NE SONT PAS DU JEU.

    Essayez-donc pour vérifier, si vous tenez personnellement à ce genre de jeux.

    Vous raisonnez comme Marie-Antoinette.

    Oui, il fallait aussi s'insurger pour les victimes du procès de la "révolution verte", qui ont été torturées, dont beaucoup ont été également condamnés à mort, et les autres qui se font exécuter (l'Iran affirme avoir aboli l'exécution par lapidation, mais je ne sais pas si c'est exact).

    Je suppose que ce cas-là a atteint les médias occidentaux grâce aux efforts du fils qui ne voulait pas voir sa mère pendue (ah ben tiens). L'expérience montre que la notoriété peut parfois changer les choses.

    Oui, il faudrait en faire plus, mais ce n'est pas une raison pour ne rien faire dans ce cas-là.

    Quant à l'accusation pour complicité de meurtre, apparamment elle n'a été avancée qu'une fois que les médias se sont emparés de l'affaire, les aveux ont été faits sous la torture.

    Je vous crois tout à fait que le phénomène de la violence conjugale contre les hommes existe en Iran.

    Toutefois, il est arrivé que des femmes se défendant contre un viol soient condamnées à mort en Iran "Pourque les femmes comprennent qu'elles n'ont pas le droit de lever la main contre un homme".

    RépondreSupprimer
  8. Saviez vous que la pendaison produisait un orgasme ? Ca n'a rien de jouissif, c'est juste une réaction du corps qui confronté à la mort sécrète un maxi d'endorphines afin que faire "planer" celui qui meurre. C'est la raison pour laquelle les pendaisons en France n'étaient plus publiques, car certaines personnes étaient extrêment choquées de l'érection visible chez les mâles alors que d'autres se précipitaient pour caresser le membre tendu.

    RépondreSupprimer
  9. Hum, j'avoue que je n'ai strictement rien à carrer du sort de cette femme (au diable la morale bien-pensante de l'hypocrisie, les révoltés vont gueuler pendant trente secondes avant de retourner à leur nombril, ayez au moins l'honnêteté de le reconnaitre). J'espère au moins qu'elle a prit son pied, enfin, c'est pas tant son sort qui est important. Ce n'est pas la première à subir des injustices, et ça ne sera pas la dernière. Elle est allée au bout de ses valeurs, elle a payé les conséquences de ses actes, comme d'autres. Elle l'a fait en toute connaissance des conséquences associées.

    Par contre, je connaissais la théorie des endorphines, c'est ce que ressente également les personnes pratiquants les sports extrêmes, l'adrénaline et l'excitation d'être sur le fil de la vie procurent une sensation jouissive. Je crois qu'il y a même un trouble pathologique pour les personnes ressentant toujours le besoin d'éprouver sa vie par le risque, personnalité ordalique.

    RépondreSupprimer

Stats