lundi 27 septembre 2010

La psychologie et le paranormal

La psychologie et le paranormal peuvent ils cohabiter ?
Je n'ai pas de réponse à cette question.
Surtout si vous croyez au paranormal.

Mais les croyances au paranormal de certaines personnes sont parfois assez... invalidantes... lors de consultations.
Face à la religion, le psychologue ne peut rien.
Les gens croient ce qu'ils veulent et en ce qu'ils veulent.
Ca pose problème parfois, mais la religion a ça de bien, c'est qu'il suffit d'y croire pour que ça marche.
Alors lorsque le psy connaît les convictions de son patient il en tient compte et parfois s'appuie dessus pour faire avancer le patient vers un mieux-être général.
Bon, mais régler l'Oedipe se complique sérieusement alors, de même faire accepter au patient qu'il a le droit d'avoir des pensées "impures" ou "incorrectes" se compliquent encore plus, faire le lien entre le psychisme et l'au-delà demande une sacrée gymnastique psychique.

Mais lorsque les esprits des morts montés au ciel ne suffisent plus, certains patients poussent leur réflexion un peu plus loin.
Je ne parle pas des extra-terrestres. 
Là j'envoie direct chez un psychiatre. Qui se débrouillera ! lol
Je parle des croyances aux esprits, aux communications psychiques, aux "visions", à l'extra sensoriel et j'en passe.

Alors bien sur j'envisage les mécanismes de défense du patient face à un trauma non intégré.
Je me pose la question de savoir si ce n'est pas une bouffée délirante.
Ou si ce n'est pas une entrée dans la schizophrénie.

Ca se complique encore plus, lorsque c'est un "don" familial !

Tenez, j'ai eu une jeune patiente.
16 ans 1/2.
Violée à 13 ans. A entamé un travail avec moi qu'elle n'a pas fini.
Consultations dans le silence. Parfois dans un monologue de réinterprétation de ma part puisqu'elle communique en fait énormément par le non verbal.
A fini par fuir les consultations.
Elle avait l'impression que je lisais ses pensées et qu'elle ne pouvait rien me cacher.

Son discours était qu'elle pensait qu'elle devenait folle.
Elle refusait de dormir, des visages apparaissant autour d'elle pour la surveiller.
Ces "esprits" s'amusaient à lui enlever son drap, à regarder par dessus son épaule, à fouiller dans son esprit. Ils surgissaient même la journée : sous la douche, au lycée (c'était deveniu un alibi intérieur pour ne pas aller en cours)....
Je ne pouvais pas l'envoyer chez un psychiatre, elle n'y serait pas allée. Je l'ai donc envoyé chez son médecin traitant, médecin que je connais bien.
Il lui prescrit des antidépresseurs légers. Ca ne change rien.
Je ne vois plus la jeune fille pendant 5 mois.
Sa mère m'appelle il y a peu.
"Ma fille pense qu'elle devient folle". "Vous savez dans ma famille on a tous des dons : ma mère est mediumn, mon oncle est voyant, son père aussi" (son père a travaillé comme voyant, mais je l'ai eu au téléphone il avoue ne rien n'y connaître et faire de la thérapie "sauvage" vu que c'est ce que veulent en fait les gens qui consultent des voyants). "C'est génétique, je pense que ma fille voit ses pouvoirs se développer et qu'elle a du mal à les contrôler, c'est une mauvaise passe, mais elle voudrait vous en parler".
Soit.

J'ai vaguement tenté de faire comprendre à sa mère que ça pouvait être plus grave. Que c'était un âge charnière et que "ça pouvait dégénérer" (quel effort de diplomatie !).
"Ma fille n'est pas folle" s'empresse t elle de me répondre.
(et elle, hum ?)

Voila, la jeune fille va revenir me voir. 
Et va se jouer la confrontation entre ce que va dire le psy (moi) et ce que va dire l'entourage proche (la mère principalement).
La rationalité (qui risque de ne pas plaire) face au paranormal (qui arrange bien tout le monde).

En général, lorsque je suis confrontée à ce type de cas, je sais que les envoyer vers un psychiatre ne sert à rien. 
Je le propose toujours, avec lettre de recommandation s'ils le veulent.
Mais ils n'iront pas.
Ils ne sont pas fous disent ils.
Non, c'est vrai. Ils sont irrationnels.
Il n'y a qu'une alternative : 
- soit ils reviennent à la réalité (et c'est parfois difficile, je vous en parlerai dans le prochain article)
- soit ils persistent dans leurs croyances et doivent apprendre à faire avec.

Le psy aussi.


Si, comme David Vincent, vous les avez vu au détour d'un raccourci clavier que
jamais vous n'avez trouvé, ne venez pas chez moi
, c'est trop tard.
Votre cauchemar a déjà commencé.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Stats