mercredi 29 septembre 2010

Le don du psy et les dons des autres

Non je ne vous parlerai pas des dons en monnaie sonnante et trébuchant (mais vous pouvez m'envoyer un chèque si vous le souhaitez, n'hésitez pas).

J'avais une patiente un peu particulière.
Elle est arrivée sur mon canapé en m'affirmant qu'elle se sentait étrange.
"Mais en quoi ?" lui ai-je demandé.
Elle m'affirma être différente des autres, se sentir en décalage entre son allure de femme rustique et bas de gamme et ce qu'elle était à l'intérieure. A savoir, un puits de culture, une intelligence supérieure acquise par des centres d'intérêts multiples et de très nombreuses lectures.
J'ai beaucoup discuté avec elle.
J'ai trouvé en effet en face de moi une femme analytique, mais avec seulement une culture livresque, mais pas ce que j'appellerai de "l'intelligence".
Elle est en fait très naïve, ne connait rien à la "réalité" de ce qu'elle raconte.
Ne sait jamais comment agir puisque dans les livres on dit tout et son contraire.
Néanmoins, elle analyse énormément tout ce qu'elle lit, ce qui fait qu'elle lit lentement.

Elle me dit avoir un "don".
Un truc qu'elle ne peut définir, quasi surnaturel.
Un don a sentir les gens, à développer des capacités de survie et à apprendre.

C'est vrai que pour ce qui est de survivre, elle s'est plutôt bien débrouillée vue son enfance.
Mais ça n'a pas empêché de se mettre en couple avec un type totalement dingue, qui deux ans encore après leur séparation contrôle toute sa vie, au point qu'elle n'ose plus sortir de chez elle.
Pour ce qui est de "sentir" les gens, c'est donc un peu raté.

Malgré son don, elle n'agit plus, déprime, n'ose plus initier de quelconques projets à part celui de partir loin, loin.
Ce qui ressemble plus à une demande suicidaire qu'à une volonté de partir.

Alors, comme je suis tordue, je lui prête un livre de ma bibliothèque.
Un livre en rapport avec son vécu bien sur.

Elle revient avec 15 jours plus tard.
Elle n'a pas eu le temps de tout lire, elle l'a survolé.
Elle a par contre bien retenu certaines expressions dans le livre, sans se souvenir des définitions exactes !
Elle y a reconnu une partie de son vécu.
Et a découvert une chose étrange.
Ce qu'elle appelle son "don" n'est qu'un mécanisme de défense.

Elle est désapointée.
"Je me sentais si différente, je croyais que j'étais exceptionnelle et là je découvre que je suis normale et que tout ce que j'ai mis en place n'est qu'une défense face a ce que j'ai vécu dans mon enfance".

Fort étrangement, cela lui fait un bien fou.
Parce qu'à force de se croire différente et surdouée, elle ne comprenait pas pourquoi elle ne s'en sortait pas.
Là elle comprend, qu'en fait il ne faut plus s'appuyer sur ce don mais au contraire trouver une nouvelle voie pour améliorer sa vie.




D'un autre côté, j'ai une jeune femme en consultation.

Elle a eu des résultats moyens au lycée, mais sans vraiment fournir d'efforts.
Elle s'est toujours sentie différente mais sans savoir en quoi.
Elle n'avait pas les mêmes centres d'intérêts que ses camarades de classe. Ok les garçons l'intéressaient mais sans plus. L'alcool, la drogue, sortir, les fringues ? Aucun intérêt. Elle a essayé par contre. Bon et après ?
Elle a fait des études de commerce moyennes sans forcer.

C'est une jeune femme qui comprend vite et à laquelle on n'a pas besoin de répéter des consignes.
Mais elle se trouve nulle, enfin surtout lorsqu'elle se compare aux autres.
Parce que tout l'ennuie vite, elle passe rapidement d'une chose à une autre, elle a du mal à finaliser certaines choses.
En fait, elle a un "don".
Elle est surdouée.
Elle s'ennuie parce que rien ne va jamais assez vite, elle ne finalise pas parce qu'une fois que c'est "finalisé dans sa tête" elle ne trouve plus d'intérêt à l'appliquer concrètement.

Prendre conscience de cet état de fait va lui permettre de comprendre bien des choses dans ses comportements passés et dans ses choix.
Elle a appris à modifier son regard sur elle-même.

Il est toujours fort étrange de constater que généralement ceux qui pensent avoir des "dons" n'en n'ont pas et ceux qui n'y pensent pas ou qui pensent ne pas en avoir en possèdent.

Mais dans tous les cas les "dons" restent des mécanismes d'adaptation. 
Ce qui se développe en chacun de nous n'est que le reflet de l'environnement dans lequel on a vécu ou dans lequel on vit.

Le don du psy est de s'en rendre compte, de l'analyser et de l'interprêter afin de permettre aux patients d'en prendre conscience, de l'accepter et d'avancer.


Porter un collant moulant bleu avec une cape rouge,
demande un sacré don... de Soi !

13 commentaires:

  1. J'aurais imaginé qu'un don était plutôt une faculté qu'une personne a très tôt sans l'avoir travaillée énormément. Et plutôt une faculté rare. C'est pas ça ?

    RépondreSupprimer
  2. Si. La "surdouée" ne se sait pas comme telle et ne pense pas avoir un "don". La "normale" pense avoir un "don", en fait elle n'en n'a pas.
    "Avoir un don" ne veut pas dire grand chose en fait. Car il y a parfois un abîme entre ce que les gens pensent être et ce qu'ils sont.

    RépondreSupprimer
  3. Je reviens compléter mon "si". La difficulté vient du fait de l'impossibilité de faire la part des choses entre l'inné et l'acquis. Certains pensent que nous ne venons pas tous au monde avec les mêmes capacités (d'où votre définition du "don"). Pourtant lorqu'on teste les enfants à l'école maternelle ou élémentaire les différences parfois énormes que l'on peut trouver tant dans le QI que dans les résultats plus scolaires ne font que réfléter les stimulations du milieu dans lequel ils vivent. Un enfant qui serait doté d'un "don de l'intelligence" ne pourrait pas développer son don dans une famille dans laquelle la culture, le verbal, la communication sont pauvres. Au contraire, un enfant peu "doué" peut devenir une "tête" parce qu'il est très stimulé. Ensuite, et cela dès la tendre enfance, l'enfant va choisir ce qu'il va développer en fonction de ce qui paraît salvateur dans son milieu (si le père ne félicite sa fille que lorsqu'elle joue bien au piano,il y a de fortes chances pour que cette fille ne travaille que le piano avec envie et devienne rapidement "douée" dans ce domaine).
    Alors les enfants partent ils tous avec les mêmes chances ? Personnellement j'aurai tendance à dire oui. Et donc dans ce cas, je suis ma logique perso, le "don" est quelque chose qui se développe et qui devient un mécanisme de défense.

    RépondreSupprimer
  4. Je comprends mieux votre raisonnement.
    Ça veut dire que certains "dons" peuvent ne pas se développer si l’environnement n'est pas approprié.
    Malgré tout, certains enfants, qu'ils développent ou pas leur "don" peuvent avoir une facilité "innée" pour, par exemple, la logique. L'incapacité à séparer l'inné et l'acquis vient du fait que le don n'est visible qu'après une adaptation c'est ça ? L'inné existe peut-être mais sans stimulation de l’environnement il reste inutilisé.

    RépondreSupprimer
  5. PErso, je ne crois pas à des facilités innées (sauf si on compare un enfant "normal" à un enfant atteint d'une déficience).

    RépondreSupprimer
  6. Dire que tout est génétique, inné est en effet ridicule. Mais, il ne faut pas tomber dans l'excès inverse : l'environnement compte beaucoup mais il construit à partir d'un existant.

    Prenez la taille : si le père et la mère sont grands, si les trois premiers enfants sont grands, il y a plus de chance que le quatrième enfant soit grand que si tout ce petit monde était petit. Effectivement, si l'enfant est sous nourri, il ne se développera pas autant et donc l'environnement compte.

    RépondreSupprimer
  7. mais le QI n'est pas génétique en partie tout du moins ?

    RépondreSupprimer
  8. Daniel : la fabrication du cerveau étant programmé génétiquement, on peut logiquement pensé que l'organisation interne de la pensée l'est en partie aussi. Mais l'environnement est très important.

    Emmanuel : les enfants ont souvent plutôt les paramètres des grands-parents. La taille est d'une autre probléamtique, puisqu'elle répond à une fluctuation autour d'une moyenne. Les parents grands n'ont pas nécessairement des enfants aussi grands qu'eux et les parents petits peuvent avoir des enfant légèrement plus grands qu'eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne comprends pas cette phrase : "les enfants ont souvent plutôt les paramètres des grands-parents " (?)

      Supprimer
  9. C'est intéressant qu'un site fasse à la fois de la pub porno (dans ses fenêtres pop-up) et de la pub anti-porno...

    L'être humain est plein de contradictions...

    RépondreSupprimer
  10. C'est fou comme les gens sont bornés. Je vais donc pour la centième fois répéter que les popu up ne viennent pas de mon site mais de votre ordinateur ! Soit vous avez déjà surfé sur des sites qui sont susceptibles d'avoir des liens avec des sites porno (une image qui cache un lien et qui est présente dans vos cookies), soit vous avez un html planqué dans votre propre site, soit quelqu'un chez vous surfe sur les sites porno. Videz vos spams, vos cookies, vos fichiers temp... Apprenez à vous servir d'un micro !!

    RépondreSupprimer
  11. Bah si il venait uniquement pour ces pop up il va déçu...en tous cas il a un don! celui de vous énerver..c'est peut-être inné! :D

    RépondreSupprimer
  12. D'être énervée ? oui c'est un don. Inné en plus ! lol

    RépondreSupprimer

Stats