mercredi 20 octobre 2010

Le botox rend idiot ...

On le savait déjà.
Pour avoir recours au Botox, issue de la bactérie la plus toxique s'il en est, il ne fallait pas être fute-fute.
Mais le pire, c'est que le études que ceux qui se font pratiquer des injections au botox présentent des difficultés d'apprentissage et risquent de devenir idiots (encore plus donc !)

Une université américaine vient de rendre publique ses résultats sur l'étude de l'impact des injections frontales de Botox sur le ressenti des émotions chez les femmes.
Emotions des autres mais aussi ses propres émotions.

Les injections ont donc eu lieu dans le front, là où elles sont pratiquées en médecine esthétique bloquer les rides provoquées par l'expression d'émotions telles que la colère, la tristesse et tous les stades possibles des émotions négatives.

Puis, nos chercheurs ont proposé la lecture de textes connus pour provoquer des émotions négatives.
Les "patientes" ont eu plus de mal à comprendre les phrases (5 à 10 % de phrases mal comprises) et que pour les phrases comprises il leur avait fallut beaucoup plus de temps pour les comprendre (que les femmes du groupe contrôle). Elles ont du relire parfois plusieurs fois les phrases avant d'en comprendre le sens.

Normalement, lorsqu'on lit quelque chose, nous projettons nos émotions sur nos visages. Même si c'est imperceptible de l'extérieur, il existe bien des micro contractions musculaires qui correspondent à l'expression de nos émotions.
A la lecture d'un texte à "émotions négatives", nos muscles du front se micro contractent pour exprimer de la colère, du dégoût ou de la tristesse.

Selon la localisation des injections, nos chercheurs obtiennent les mêmes résultats tant pour les émotions négatives (injections sur le front) que pour les émotions positives (injections autour de la bouche). 

Le Botox ne lisse pas que les rides, il lisse aussi les émotions.

L'injection de Botox modifie la donne.
Il a déjà été démontré que recevoir des injections de Botox dans le front réduit l'activité des zones du cerveau qui servent à percevoir les émotions.


Cette recherche tenderait à montrer que l'expression physique des émotions entre en jeu dans la compréhension et dans l'apprentissage.

Corps et cerveau serait donc liés.
Ce qu'on constatait déjà dans les techniques d'apprentissage utilisées avec les enfants déficients (dyslexiques par exemple) dans lesquelles on utilise le corps pour faciliter la compréhension et augmentation la mémorisation.

D'un point de vue psychologique, on pourrait se demander si une personne est moins capable de percevoir ses propres émotions et moins capables de comprendre celles des autres, si le Botox ne fabriquent pas de psychopathes en série.

Cela expliquerait aussi que les personnes ayant recours au Botox continuent à y avoir recours ainsi qu'à d'éventuelles autres techniques esthétiques, après tout n'étant plus touchées par ce qu'elle véhicule, elles peuvent vouloir se changer sans se rendre compte de l'effet qu'elles ont sur les autres et même chercher à obtenir un état physique hyperstimulateur (mais déformé) qui va leur permettre de ressentir une émotion.


 Est-elle plus "bête" qu'elle n'en n'a l'air ?



13 commentaires:

  1. Cela me rappelle cette expérience au cours de laquelle, par une suite d'ordres donnés au patient et faisant modifier de manière plus ou moins perceptible ses expressions, il finit par ressentir l'émotion correspondant à son faciès.
    Faites l'expérience quand vous êtes triste : souriez, comme ça, tout seul.
    De même, Callas modifiait l'expression de son visage en fonction de ce qu'elle allait chanter (elle anticipait le texte), afin de donner plus d'expressivité à sa voix.

    RépondreSupprimer
  2. C'est une expérience excellente.
    Mais qui ne fonctionne que lorsqu'on va bien !
    Les dépressifs n'arrivent plus à sourire, si on leur demande on obtient une espèce de masque grimaçant.
    les personnes qui ont des problèmes disent souvent qu'elles font semblant et s'obligent à sourire pour qu'on ne voit rien. C'est une pure illusion. Le sourire est différent et surtout, surtout, les yeux ne "suivent" pas.
    Les émotions engagent tout le corps.

    RépondreSupprimer
  3. Parfois ce serait bien pratique de pouvoir mettre un couvercle sur ses émotions !

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai, mais en cas de simple contrariété, ça fonctionne, et c'est déjà très bien. Au moment où je tape, victime d'une loi de Murphy sans gravité (mais sacrément chiante), je souris béatement à mon ordi. Ma respiration se fait plus profonde et je me sens mieux, prête à en rire, quoi. Pas la peine de se priver et c'est moins nocif qu'un whisky.
    Mais, j'y pense, sourire provoque des rides ! Vite, mon Botox !

    RépondreSupprimer
  5. Alexis : on n'est jamais content de ce qu'on a. Bien des patients, avec des séquelles d'abus, ne ressentent plus rien. Ils n'ont qu'une envie c'est ressentir. Pour eux, une émotion c'est la vie.

    Zygielle : Tu souris à ton ordi ??? Hum, hum... tu m'inquiètes.
    Bon, Ok te sourire à toi même te fait du bien, je ne nie pas. Mais rien ne dit que la désynchronisation corps/esprit ne génère pas un stress négatif plus néfaste qu'un bon whisky 18 ans d'âge.

    RépondreSupprimer
  6. Je fais èkseprès de sourire à mon ordi, entre deux rendez-vous ! C'est un exercice. Il y en a bien qui font du yoga ou du taï-shi, et qui prennent la position du cheval ou de la tortue...

    RépondreSupprimer
  7. L'etude dit pas si avant se faire des injection elles comprenaient déjà les phrases :p

    RépondreSupprimer
  8. Pourriez-vous citer vos sources, s'il vous plaît ?

    RépondreSupprimer
  9. Joshua Davis et Ann Senghas, Barnard College - New york

    RépondreSupprimer
  10. Après la lecture du début de l'étude de Joshua Davis et Ann Senghas, je trouve intéressant leur approche de l'utilisation du Botox sur des personnes souffrant de dépression. Il semblerait que ça permette de les soigner si l'injection est faite entre les sourcils, sur les rides que l'on appelle "rides du lion" . En effet, cela diminuerait les émotions négatives. Le Botox n'a pas que du mauvais, visiblement....
    Voici le lien qui mène à l'étude, pour ceux que ça intéresse :
    http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2880828/

    RépondreSupprimer
  11. Je viens de terminer la lecture de leur étude, il n'est mentionné nulle part que des tests avec des phrases ont été effectués. Il semblerait que ce soient des clips vidéos qui aient servi à avoir une idée de l'effet du Botox ou de l'acide hyaluronique sur les expériences émotionnelles. L'étude que j'ai lue date de 2011, savez-vous s'il en existe une autre ultérieure dans laquelle les phrases dont vous parlez auraient été utilisées ? Merci d'avance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui il y en a d'autres. Mais attention l'article date de 2010, ce sont donc des études antérieures et non ultérieures. En faisant une recherche en anglais ont trouve toutes de nombreuses références ainsi que de nombreux articles rapportant les résultats. Je n'ai plus rien sous la main, alors comme c'est vous que ça intéresse, je vous laisse faire votre recherche.

      Supprimer

Stats