vendredi 29 octobre 2010

Peut-on péter chez le psy ?

J'entame aujourd'hui une série, courte mais instructive, d'un haut niveau scatologique.

Aujourd'hui encore une de mes patientes, absolument subjuguée par mes paroles, se penche en avant pour mieux se concentrer.

Bonne poire, je me dis que décidemment mes dires sont d'un intérêt primordial et que mon capital compétence est sans conteste à son plus haut niveau .
Elle repart en arrière et me répond très nonchalamment, un truc imprécis.

Et voila qu'une odeur circonspecte s'élève entre nous.
Je sais que ce n'est pas moi.
Comme dirait Horatio "c'est donc quelqu'un d'autre".
Et comme nous ne sommes que deux, nul besoin de faire appel à un expert jusqu'à Miami : c'est elle.
Elle continue à blablater comme si de rien n'était.
Alors qu'elle ne peut échapper elle aussi à cette odeur nauséabonde qui emplit... le cabinet.
Je sais -vous aussi- que parfois on n'est pas sujet à sentir ses propres odeurs.
M'enfin quand même.

Je suis doublement déçue.
D'abord je finis la consultation dans un environnement non propice à ma concentration psychique.

Ensuite, je me dis qu'elle est sacrément gonflée.
Enfin non, elle ne l'est plus.
Nous finissons dans de totales banalités, 
je n'ai plus la tête à l'écouter.
Ca se voit, elle ne prend RDV que pour dans 3 semaines.
Me voila soulagée.
Et la porte passée, 
je me précipite pour ouvrir la fenêtre,
et retrouver mon bien-être.

(poême à proposer aux CM2)

J'ai bien faillit ouvrir la fenêtre pendant la consultation, geste qui aurait été accompagné d'une phrase sybilline du genre "y a comme une odeur qui monte vous ne trouvez pas, je vais ouvrir...".
Mais pour tout vous dire, j'ai un bête mal de dos depuis 2 jours qui me colle à mon assise.

Alors pourquoi pête-t-on chez le psy ?
On pête bien ailleurs me direz-vous.
Parfois dans les ascenseurs, vous vous souvenez ?

Certes.
Pête-t-on chez le psy pour symboliser "qu'on s'emmerde" ?
Ou pour signifier "qu'on n'en n'a rien à pêter" ?
Ou pour envoyer peter Gabriel ? (non, celle là elle est catastrophique je sais, d'ailleurs j'ai hésité avec peter Rabbitt...).

Pour vous dire, ce fut une grande première.
Parfaitement, en tout ce temps de carrière, on ne me l'avait jamais fait.
En tout cas pas un adulte.
Elle n'aura pas su se retenir.
Sans doute avait-elle quelque chose à dire.
Quelque chose de pas gentil, de nauséabond.




8 commentaires:

  1. ^^ elle s'est penchée en avant pour péter sans faire de bruit, donc elle l'a fait exprès! après l'anxiété ça ballonne...
    quand à vous vous avez besoin d'un osteopatheeuuuuuuh ! (mais j'suis un peu loin pour une consulte)

    RépondreSupprimer
  2. Excellent article, qui tombe à point ! Si tu l'avais écris quelques jours plus tard...j'aurais pu avoir un regret, mais tu me rappels à l'ordre :-)

    RépondreSupprimer
  3. et si elle voulait péter plus haut que son Psy ?

    ou bien elle a livré un peu de son moi intérieur ?

    ou est ce tout bonement une évidence dans l'entretien qui lui à sauté à l'esprit comme une découverte participant à un soulagement amenant une satisfaction et donc un relachement sphincter...

    pas evident de suivre l'histoire d'un pet....mais sans etre trop lourd c'est bien amené...

    RépondreSupprimer
  4. Et si, au contraire, cette charmante dame, prise malencontreusement de maux gastriques occasionnant des gaz, a préféré relâcher un peu de pression en espérant être discrète plutôt que d'interrompre même quelques minutes une séance qu'elle trouvait captivante et forcément bénéfique. Elle a préféré se ridiculiser sur 20 générations plutôt que de te couper la paroles (ou la sienne) pour dire "je dois passer aux toilettes".
    Finalement, elle privilégie son bien-être plutôt que son image aux yeux des autres. C'est que tu as fait du bon boulot !

    RépondreSupprimer
  5. ne serait-ce pas un signe de fin de thérapie ?

    RépondreSupprimer
  6. Luigi : en effet, nous ne sommes pas loin de la fin de sa thérapie. Tout va bien désormais, mais nous avons commencé un thème, je pense qu'il est important de le finir.

    RépondreSupprimer
  7. C'est normal d'être soulagée chez le psy...

    RépondreSupprimer

Stats