mardi 9 novembre 2010

Allons au Louvre

Aujourd'hui article culturel.
(ou comment perdre 50 % de ses lecteurs en 3 mots)
Vous le savez, je vais souvent au Louvre d'autant que j'y apprécie les ateliers (même si les prix ont augmenté de 100 % en septembre !)

J'avais décidé de vous faire découvrir les recoins moches du Louvre -y'en a- et puis la balade aidant j'ai pris des photos à droite, à gauche, de choses célèbres, d'autres moins avec l'intention de faire voyager mes lecteurs étrangers (50 % de mon lectorat).

En fait, cette balade va commencer par le "fond" du Louvre.
C'est en voulant aller jeter un coup d'oeil aux appartements de Napoléon III que je me suis perdue dans les dédales d'un escalier que je ne connaissais pas et que je me suis retrouvée sous les toits dans des salles reculées et peu visitées.

Et de façon surprenante c'est dans ces recoins sombres que j'ai retrouvé quelques tableaux parmi les plus célèbres...

La visite se fait à l'envers ! Du haut du Louvre vers le bas.

J'hésite entre mettre des légendes ou pas... Vous verrez bien.. jusqu'à la sortie !

Bonne visite.



La grande pyramide de l'entrée principale sous la pluie vue du dernier étage du musée



Cour Puget


 Vue du même étage (de l'autre côté du couloir) sur l'intérieur du Louvre
En fait en suivant les salles ont finit par se retrouver derrière les fenêtres avec les stores baissés



La première salle des peintures hollandaises
(mais qu'est-ce que je fous là ??)




Salle de la "vie de Saint Bruno" par Le Sueur


L'autre côté de la salle (il y a 14 tableaux en tout)

Et oui, même St Bruno est mort...

Vous constaterez l'immense contraste entre les "peintures" pour les particuliers (l'équivalent de nos photos en fait) en teintes sombres et aux cadres quasi inexistants avec mise en scène et les peintures religieuses, pleines de couleurs et de dorures au style très épuré.

Ci-dessous un autre style. De la salle de la "vie de Saint Bruno" on aperçoit la cour Carré du Louvre. Une "superbe" construction qui prend quasi toute la cour. "Temporaire" parait-il mais présente déjà depuis 2 mois. On y a donné le défilé Vuitton et les réceptions de la FIAC. Les tables étaient dressées, on s'affairait tout autour. Attendait-on le président Chinois ? Grand questionnement qui occupait les gardiens de la salle.




Ouf, j'arrive au bout de cette salle couloir.

Vue extérieure sur la rue de Rivoli.

Et hop, j'enquille une autre salle avec quelques tableaux de style néo-classiques spectaculaires de part leur taille.

(non ce n'est pas moi, mais comme ils ne se poussaient pas...)

 la suite du tableau

Et là, paf, je rendre dans une toute petite salle grise, toute pourrie et je tombe nez à nez devinez avec qui ?
Loulou XIV en personne !



Pour sortir de la salle dédié aux tableaux représentants Louis XIV (et enfin descendre d'un étage), un escalier tout pourri... C'et indigne de l'ancien maître des lieux.



Autre salle, même décor gris sale, toujours sans éclairage naturel. 5 tableaux de style paravents, aux couleurs et aux dessins rafraichissants.

Sortie de cette salle, tout est crade. Sur la gauche vous entrevoyez une rampe d'un escalier condamné. Je n'ose imaginer ce qui doit être derrière tout ce cache-misère...


Je pourrais vous parler de l'expo "Patrice Chéreau - Visages et Corps" reléguée à juste titre au fin fond d'un dédale de couloirs. Mais je m'abstiendrai.
C'est pourtant, là, que j'y ai vu (retrouvé ?) "l'origine du monde" de Courbet prêté par le musée d'Orsay, perdu au milieu de petits tableaux accollés les uns aux autres et à côté de photos contemporaines qui auraient bien fait de se perdre, elles.


Et puis, enfin, de la légèreté. De la lumière naturelle. Une petite salle, dans laquelle une conférencière explique à un petit groupe la modernité de la peinture de Vigier - Lebrun. Ces femmes en mouvements, fraîches et émancipées. Du toucher velours, des froufrous et des pommettes rouges.

Mur suivant. Une surprise :

Mais que Marat est-il venu finir dans ce mouroir à tableaux ?
 
Bien, bien, bien plus loin... De la peinture anglaise. Hiératique. On voit même le poil de l'hermine.

Cela vient en contraste avec les portraits allemands de la salle précédentes noirs et rigides, où les regards des enfants font peur de tristesse.

Un escalier enfin !
Changement de décor.


Changement d'étage ! La magnifique salle toute en marbre des bronzes antiques.

 
Tenue de gladiateur



 Agate sculptée de l'empereur Auguste
Puis, on descend un escalier monumental. On se retrouve dans les salles des terres cuites antiques gréco-romaines. On commence (puisque je "visite à l'envers") par les représentations finement sculptées pour finir par des monsieurs Patate vieux de 4000 ans).
On est très loin des décors en placo grisâtres dans les combles. Ici tout n'est que luxe des décors.

Et d'ailleurs lorsque vous allez au Louvre, n'oubliez jamais de lever la tête, ce qu'il y a au plafond est parfois bien plus beau que ce qui est exposé.







Aucune sculpture, aucun relief, aucun stuc. Sur ces plafonds et ces murs tout n'est que peinture en trompe l'oeil.

Ensuite, je pars à droite ou à gauche. Je choisis la gauche, attirée par les boiseries sombres et l'aspect feutré. C'est le début des salles sur l'ancienne Egypte.

Cette première salle est recouverte de bois sombre finement sculpté et ciselé. Issu d'une ancienne chambre de Charles X, les boiseries ont été installées au Louvre afin d'en faire une l'alcôve. Mais j'ai bien peur que les photos de mon portable ne fassent rien ressortir.





Salle suivante : un copain. J'ai toujours été "fan" d'Akhénaton. La scénographie de cette salle est une catastrophe. Il y a de toute évidence une volonté de planquer ce buste. Mal éclairé, mis en fond de salle, planqué par des claustras, rares sont ceux qui voient cette célèbre représentation.

il est flou, ce n'est pas lui, c'est moi qui ait bougé !

Je passe rapidement sur les salles sur l'Egypte car on peut tout photographier, d'autant que la majorité des oeuvres (stèles, statues) sont très connues.
Les salles sur l'Egypte antique sont organisées de plusieurs façon. Donc selon le sens dans le quel vous vous baladez vous allez vous déplacer soit par thème (l'écriture, les représentations, les symboliques, la mort) soit par chronologie (par dynasties). En fonction de ce choix, vous ne visitez pas toujours les mêmes salles.  Ici, par exemple, je ne suis pas passée par la salle des sacorphages.






Sortie des salles dédiées à l'Egypte ancienne et passage devant un sphinx (impossible à photographier les gens étant continuellement agglutinés devant pour se prendre en photo)

Si vous avez tout bien suivi, ça fait déjà 1h30 que nous marchons depuis le haut du Louvre.

Ensuite je bifurque à nouveau. J'aurai pu partir vers la grèce antique (très antique) mais j'y préfère l'antiquité étrusque.


A l'entrée c'est ce valeureux guerrier qui vous accueille.




Puis vous passez entre ces deux magnifiques représentations de taureaux ailés à visage humain. (là je suis arrivée par l'arrière, vous voyez le guerrier sur le mur à gauche, mais je ne suis pas arrivée par la porte que vous voyez... il y a plein de passages au Louvre !)

Hop, on se retourne.


On entre dans une salle.



Représentations de lions et de gardiens sur briques émaillées. 

Malheureusement, depuis quelques années je trouve qu'elles perdent de leur superbe et le bleu turquoise s'affadit.

Ensuite, mon "truc" préféré !

Un pilier du temple de Darius Ier.




Regardez bien la hauteur. Cela fait 6 mètres de haut. Imaginez qu'en fait, cette partie n'est que le haut d'une colonne qui supportait le toit de la salle. Chaque colonne en marbre faisait 3 fois cette hauteur, soit 18 mètres.
Imaginez maintenant qu'il y avait dans la salle d'audience (en carré) 36 colonnes telles que celle-ci ! Et entre chaque colonne il y avait au moins 15 mètres de distance !
Ca vous donne une idée de la taille de la salle d'audience de Darius Ier.

Tout a une fin. Je me dirige vers la sortie.
Nous étions déjà au RDC du musée. Je traverse la salle des gisants, que je traverse rapidement.

Je passe devant les salles de sculptures françaises (selon la statuaire gréco-romaine).


J'arrive dans une des deux cours en marbre que vous avez vu du haut tout au début de la visite.

Je descend l'escalier, prend au passage une photo de la fontaine aux 4 prisionniers qui s'agitent sous le regard du bronze à cheval de Louis XIV.




J'entre dans le couloir de sortie. Une cour de chaque côté (cour Puget et cour Napoléon).

 


Planqué dans un coin, une vitrine pleine de bronzes.


 
 Un haut relief sur marbre représentant Alexandre le Grand.

Et au bout la sortie. Arrivée sous la pyramide.
J'étais entrée par l'aile Richelieu, je suis sortie par l'aide Sully et vous voyez sur la photo l'aile Denon qui domine la pyramide de verre.


Et bien voila, la visite culturelle aura duré 2 bonnes heures sans vraiment prendre le temps de s'attarder sur les oeuvres (je n'avais que 2h30 à "perdre").

Vous aurez remarqué que j'ai évité la Vénus de Milo (sans intérêt) cernée par les touristes japonais et la Joconde (pfff...)

Ca mérite bien un café non ?


12 commentaires:

  1. Merci pour la balade et les photos, je suis passée au louvre il y a peu mais accompagnée de mes "diables" j'ai du écourter la visite pour ne pas passer pour une tortionnaire, ils y ont au final admiré plus minutieusement une exposition temporaire de dessin d'enfants du monde entier. Bon c'est vrai que certains dessins étaient très jolis et vraiment recherchés.

    RépondreSupprimer
  2. Il faudrait que je me le refasse ce musée.

    RépondreSupprimer
  3. L'idéal est de demander aux enfants ce qu'ils aimeraient voir. Ca pose le problème de voir 36 fois l'Egypte antique et jamais le moyen-âge, mais ils finissent par y prendre goût. Ils n'y passeront que 2 heures mais ils s'émerveilleront.
    Les musées il faut commencer de bonne heure. Il faut aussi s'y intéresser soi même. Raconter une anecdote -quitte à se coltiner la fiche- faire le lien avec un film ou le programme scolaire.
    Mais faire le Louvre en entier dans une journée est épuisant pour un adulte (d'ailleurs impossible de tout voir) alors pour des jeunes enfants c'est impossible.

    RépondreSupprimer
  4. merci pour cet article plus culturel (ça change)
    je n'ai été qu'une fois au louvre petite; j'avais envie de revoir paris mais toujours quelque chose à faire; là ça y est c'est trop tentant: après les exams à nous le louvre

    Kirikou

    RépondreSupprimer
  5. bonne idée cette visite..... c'est excellent, encore...
    je commande la villette....
    ça coute conbien de café?

    RépondreSupprimer
  6. J'ai horreur de la Villette, où il n'y a strictement rien à voir. Les expos y sont super bas de gamme. Sauf... la salle des illusions d'optiques (accès gratuit) qui est sensationnelle et que je recommande à parcourir avec des plus jeunes (prévoir plus d'1 heure car on a tout envie de tester).

    RépondreSupprimer
  7. La salle des ilusions, n'est ce pas le lieu révé de tout les psychologue ? l'ilusion, une vue de l'esprit, car tout est faux, ou le contraire, et comme dirait Devos : "Quoique"

    je paye tojours en café ...

    RépondreSupprimer
  8. Tes photos sont très bonnes en plus

    RépondreSupprimer
  9. Alexis : merci

    JR : le monde n'est qu'une illusion perceptive et chacun le reconstruit en fonction de ses acquis.

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour cette promenade ! Cela fait un bout de temps que je veux emmener mes loulous au Louvre. C'est un agréable avant-goût.

    RépondreSupprimer
  11. Attention le Louvre est fermé tous les mardis et certains jours fériés.

    RépondreSupprimer
  12. Moins creuvant en virtuel ^^'
    J'ai ete qlq fois les impression change selon les groupe avec qui j'ai ete
    C'est sympa mais sans plus...

    RépondreSupprimer

Stats