mercredi 22 décembre 2010

De l'importance de la couleur dans les traitements médicamenteux

Je dois vous rédiger un article sur les couleurs dans la vie de tous les jours.
Celui n'est donc qu'un avant goût, petits veinards !

  Smarties ou comprimés ?

Une étude pharmaceutique indienne vient de démontrer que la couleur des cachets médicamenteux avait une influence sur la qualité -perçue- du traitement.

Perso, je ne suis pas vraiment étonnée.
Un médecin m'a prescrit une fois un traitement à base de petits comprimés.
Je lui demande "vous savez de quelle couleur ils sont les comprimés?"
"Non" me repond-il l'air interloqué sur le coup. Il se reprend "mais vous avez raison il y a des personnes qui avalent plus facilement les cachets roses, d'autres les oranges, mais on ne connaît pas la couleur de tous les médicaments".
Eh bien c'est dommage car je n'ai jamais pu prendre mon traitement.
En ouvrant la boîte, je découvris une jolie plaquette en métal contenant quelques comprimés bleu turquoise.
J'ai bien essayé de les avaler mais je n'ai jamais pu.
Rien que de les attraper, ça me faisait horreur.
Je suis donc appelé mon médecin afin qu'il me prescrive un autre traitement. Mon explication l'a bien fait marré...

Mais bon, aujourd'hui je sais que je ne suis pas la seule.
Allélouia !!

Ainsi les comprimés roses ou rouges sont ceux qui sont les plus facilement avalés.
14% des gens pensent que les cachets roses ont un goût plus doux que les cachets rouges.
Les cachets jaunes sont perçus comme plus salés quelques soient leurs ingrédients réels. 
11% pensent que les cachets blancs ou bleus ont un goût plus amer.
10% disaient que les cachets orange sont acides.

Deux fois plus de personnes d’âge moyen préféraient les cachets rouges que les jeunes adultes, et plus de femmes ont choisi les cachets rouges que les hommes.  

Comme pour les cosmétiques, ou d'ailleurs tout autre produit de consommation, il y a un fort impact de la couleur et de l'emballage pour un médicament.
Il est donc important pour l'industrie pharmaceutique de proposer, surtout pour les produits en libre service, des emballages et des traitements attractifs.

Le pire c'est que cela a une influence sur l'efficacité du traitement.
On aura beau dire à une personne que ce traitement est très efficace, selon sa perception la couleur du cachet pourra contredire cette efficacité.
Cela sous entend que chez certains qui trouve un traitement peu efficace, le simple fait de proposer le même traitement mais avec une couleur différente le rendrait peut être plus efficace.
On peut envisager la même problématique pour les placebos. Un placebo rose serait il plus efficace qu'un placebo orange ?

En tout cas on peut sérieusement s'étonner que l'industrie pharmaceutique ne ce soit pas posée la question avant.
Car avaler un comprimé, c'est consommer.

Et vous, arriveriez vous aussi facilement à avaler un cachet d'aspirine s'il était rouge, ou bleu ou vert ?




11 commentaires:

  1. Je prends couramment des blancs, des marrons chocolatés et parfois de bleu et jaune, pour ces dernier c'est bien parceque j'ai confiance dans cette marque à laquelle je suis habitué sous d'autres conditionnement, parce que ce n'est pour moi pas des couleurs habituel, surtout le bleu: on a du mal à associer cette couleur à qqchose de consommable. Les goutes bleu, pas terrible non plus mais dilué ça rendait plutôt couleur bonbon menthe givrée donc ça allait. J'ai par contre un très bon souvenir des pilules roses qu'on m'a prescrit pour une trop courte période car elle me faisait vraiment voir a vie en rose sans le moindre effort.
    Tout ceci me rappelle la fois ou j'avais eu, me semblait-il, l'idée original de colorer les grains de riz dans ma salière transparente avec du colorant alimentaire rouge. Z'hom m'a demandé de rectifier rapidement car il associait ces grains rouge à de la "mort au rat".

    RépondreSupprimer
  2. Les gouttes de benzo ou neuroleptique on deja des couleur sympathique. Bleu turquoise pour le lysanxia, un genre de orange avec une odeur degueu pour le valium, rouge pour le theraléne. La couleur ne semble pas empecher les patients de le prendre. Par contre le gout métallique ca peu les en empêcher.

    Aprés pour avoir donner des placebo c'est vrai que le rouge semblait mieux marché que le bleu ou orange. Pourtant il y avait la meme chose dedans et le placebo laisser un gout bien plus degueulasse que les medicaments.

    Sinon pour mon avis sur les medoc et les couleur vu que j'en prend rarement je fais pas vraiment gaf a la couleur. Je m'attarde plus sur la taille et la facilité a avaler.

    RépondreSupprimer
  3. Je me fiche de la couleur... Mais je préfère des gouttes à un comprimé, lol !

    Ceci étant, ma mère, il y a quelques temps, a très mal réagit à un médicament. Par la suite, elle avait des nausées rien q'à l'idée d'avaler un comprimé de la même couleur que celui-là...

    RépondreSupprimer
  4. je dirais ça aussi: je m'attarde plus sur la taille et le mode d'absorption ( gouttes, evervescent, à avaler)
    les couleurs m'aident pour savoir si je les ai tous pris (le rose le blanc et le demi bleu c'est plus simple que les marques et les doses)
    Je pense que je serai tentée par des rouges( j'aime trop cette couleur) mais pas du tout par des vert vifs (impossible déja en bonbons on dirait du poison)
    kirikou

    RépondreSupprimer
  5. Cet article me fait penser à la fois où j'ai bu de la vodka noire, je me suis forcée parce que ça me dégoutait d'avaler un liquide noir (je l'assimilais à de l'encre, enfin je disais "du jus de poulpe"), et peu de temps après j'ai vomi, je crois que je n'ai vraiment pas supporter l'idée d'avoir bu ce truc, qui n'avait pourtant pas de gout suspect et les autres en buvaient en aimant ça.
    Ca me fait aussi penser au collier bonbon, petite j'en avais parfois un autour du cou qui me durait plusieurs heures, et à la fin il restait souvent les mêmes couleurs, je ne me souviens plus lesquelles, mais c'est drôle parce que les bonbons avaient tous le même gout c'est vrai. Pareil pour les M&Ns.
    Vivement l'article prochain !

    RépondreSupprimer
  6. Intéressant article. Mais à mon avis, il ne s'adresse qu'à des "consommateurs" de médicaments peu avertis. Je pense que lorsqu'on a compris que l'important était le principe actif, on prend le médicament quel qu'en soit l'excipient, et que si on a le choix de l'excipient, on va plus vers le côté pratique ou gustatif.
    Je vous raconterai un jour comment j'ai testé les antibiotiques pour chat au "goût souris" (si si si véridique !)z

    RépondreSupprimer
  7. Zygielle : pas sur, car pour certains (et je pense pour la majorité) même si on est convaincu de l'efficacité du traitement, la couleur peut aider à avaler le comprimé. Ainsi, les couleurs qui traditionnellement et archaïquement sont liées au toxique (noir, violet, bleu) ou liés à des traumas perso peuvent rendre difficile le passage des comprimés. Alors pourquoi ne pas faciliter la prise si ça peut aider surtout lors d'un traitement à long terme ?

    Des antibio au goût de souris ? Mince j'ai raté ça. Déjà que pour nous on a le droit en général à un goût ressemblant -mais de très loin- à la banane ou à l'orange... A quand l'antibio au goût de caviar osciètre, je le demande ?
    J'ai goûter je crois presque toutes les croquettes pour chat et chiens. Et même les pâtés ! Le goût n'a parfois rien à voir avec l'odeur qui elle ne sert qu'à attirer l'acheteur, c'est à dire l'humain !

    RépondreSupprimer
  8. Nous avons un point commun : moi aussi j'ai goûté (contrainte et forcée) les croquettes pour chat... Et j'ai également mangé de la pâtée pour chien pour prouver à un client que non, non, elle n'était pas périmée du tout. Ça les calme, les clients.
    Les antibio goût souris ont été un échec cuisant. J'ai trouvé que c'était amer (un peu comme le v@lium en gouttes), et que ça ne sentait pas du tout la souris. Le délégué aurait dû m'écouter. Pas un chat n'a dû les accepter...
    Sinon, il y a le dentifrice pour chien goût biscuit et goût viande !

    Quant aux comprimés, il n'est pas certain que tous les excipients puissent tolérer tous les colorants. Il y a peut-être des contraintes techniques.

    RépondreSupprimer
  9. Ben moi j'ai goûté volontairement, j'avais vraiment envie de savoir quel goût ça avait.
    Tu savais quel goût ça avait la souris toi ?!?

    RépondreSupprimer
  10. Je connaissais surtout l'odeur. Et puis, c'est de la viande et du contenu gastro-intestinal d'herbivores, une souris. Donc, oui, le goût, je connaissais (parce que j'ai aussi goûté la bouse de vache involontairement !).
    Quand j'étais petite, je mangeais les flocons de nourriture pour poissons d'aquarium. C'est bon. Pas pire que les chips de crevettes, en tout cas.

    RépondreSupprimer
  11. Moi, j'avoue que je ne me suis jamais posé la question de la couleur du médicament. Et puis un comprimé, ça s'avale directement, ce n'est pas comme un sirop qui lui a toujours un gout, souvent mauvais (même ceux pour les enfants et là, c'est un vrai critère de choix entre les produits en libre-service).

    Et au final, si voir le comprimé qu'on ingère crée des blocage, alors il suffit de prendre des suppositoires :)

    RépondreSupprimer

Stats