lundi 13 décembre 2010

Les effets psychologiques des régimes

Eh oui, Ô lecteur, Ô lectrice, c'est bientôt les fêtes et leurs super repas arrosés et hyper gras.
Foie gras, crême au beurre, huîtres, saumon, champagne... ton foie va en prendre un coup.
Et ton poids aussi.
La balance va devenir dingue.
Et toi aussi.

Si tu avez un poids stabilisé, cette prise d'hypercalories n'aura des conséquences que pendant quelques jours.
Et on n'en parle plus.

(cliquez pour voir plus grand - source : Roudoudou et Petite bouclée)


Mais si comme 65 % des femmes et 35 % des hommes tu es au régime, c'est une cata annoncée !
Non, seulement tu va prendre un poids énorme, on dira le double au moins de ce que tu croies avoir avalé (voui voui, moi aussi lorsque j'avale 30 gr de fromage je prends 1 kilo !) mais tu n'arriveras pas à les perdre ces foutus grammes. Seule façon te mettre au régime.

Le blem, c'est qu'au régime tu y étais déjà avant les fêtes.
Tu donnes dans l'effet yoyo : je maigris, je grossis brutalement, je maigris, je regrossis d'encore plus que ce que t'avais à perdre.
Bref, 1 mois après, t'es plus épais que tu ne l'étais avant les fêtes...

T'en as certainement entendu parlé, mais c'est pas nouveau tous les nutritionnistes te le dirais, les régimes c'est pas bon.
Le corps n'aime pas du tout.
Et ça commence dès le premier régime.
Car le corps est animal. Il a très peur de mourir.
Alors il prévoit toujours un peu de stock de gras et d'hormones au cas où La Grande Pénurie viendrait.
Tes cellules en sont encore à la chasse au mammouth ou la disette de la grande Peste...
Si tu manques, c'est que tu prends pas assez de nutriments, ton corps risque de mourir, alors il fait des stocks, on se croirait dans les SAV de Darty le lendemain de Noël.
Et dès qu'il a appris à faire des stocks, c'est un apprentissage en 1 essai, y a des tonnes de manutentionnaires qu'on trouvé du boulot et ils comptent pas le lâcher comme ça. Du coup ils continuent à stocker.
C'est du capitalisme primaire en fait, sauf que la grange est extensible quasi sans fin. Les silos peuvent se remplir sans arrêt.

Dès le premier régime c'est foutu.
Quand je parle de régime je parle de restriction, de dérèglement, de déséquilibre.
Car les régimes ne sont jamais équilibrés : trop de protéines (qui détruisent les reins et filent la goutte), pas un gramme de graisse (alors que c'est ce qui fait fonctionner en partie le cerveau), trop de soupe (l'estomac ne sait plus gérer le solide)...
Sur une quinzaine de jours dans la vie c'est pas top, mais bon le corps se reconstruit et oublie.
Mais comme tu vas reprendre encore plus après en remangeant comme d'hab, pas tu te remets au régime aussi sec quelques temps plus tard. Et là crac, commence les effets négatifs.

Comme disait je ne sais plus quoi "quitte à mourir, autant mourir mince".
Mouais, c'est une façon de voir.

Mais bon tout ça tu l'as déjà lu et entendu
(et d'ailleurs je me demande pourquoi j'ai écrit tout ça).

Ce dont on ne parle jamais ce sont des effets psychologiques des régimes.
C'est d'ailleurs peu documenté dans la littérature nutritionnelle.
Le premier effet est la dépression.
Eh oui, t'es en manque de nutriments, de vitamines, d'oligo éléments, de gras.... tu déprimes.
Et c'est encore pire si tu déprimais avant le régime.

Certes pendant la perte de poids, tu remarqueras un phénomène fantastique : tu as la pêche !
Perdre du poids, mais surtout et enfin, arriver à contrôler quelque chose met de bonne humeur et revalorise ton estime de Toi (et cela même avant d'avoir réellement perdu du poids !).
Le pire : tu prends deux groupes, 1 que tu mets au régime, 1 auquel tu donnes uniquement des conseils de santé (sans visée nutrionnelle), eh bien à 1 an les deux groupes ont la pêche, mais ceux qui n'étaient pas au régime ont encore une meilleure estime d'eux-même que ceux qui perdent du poids...

Exprimer ses problèmes, tenter de trouver des solutions met de meilleure humeur que de perdre du poids et en plus ça perdure.

Parce que chez toi qui est au régime vient un second temps : la déception, la désillusion.
En effet, passer le premier constat de perte de kilos à court terme, dès que tu arrives à moyen terme (2 ans), tu as un constat inverse, tu as pris du poids.
D'autant que tu ne bouffes plus que "rationnel", le plaisir ayant totalement disparu parfois au profit de la culpabilité lorsque tu fais un écart. Et plus tu rationnalises, plus tu contrôles, plus tu déséquilibre et plus tu regrossis facilement. Et plus tu as faim et plus les écarts sont importants...
Ces échecs sont cuisants pour l'estime de soi (incapacité à contrôler) et le rapport au corps (ne pas coller à l'image idéale).
 
Et ceux qui renoncent à maigrir arrivent à mettre en place des comportements alimentaires efficaces et finiront... par maigrir.
Pour conclure, les régimes à très court terme sont bien sur efficaces.
Mais ils ne tiennent pas compte de la complexité métabolique qui est elle même individuelle et le régime, solution de facilité, créérait ce contre quoi il tente de lutter.
Mais Il faudrait en revenir aussi aux réalités psychiques en jeu dans notre approche corporelle.
L'étude elle même parle d'arrêter de médicaliser à tout pris ce qu'elle considère comme une problématique "existentielle" et la "formidable puissance inconsciente qui règne sur le corps".
Le nutritionniste doit évaluer l'histoire du patient avec son environnement (familial et sociétal).

Bref, si tu veux perdre du poids va voir un psy. 



11 commentaires:

  1. J'aime beaucoup ton dernier conseil car il me semble oportun pour une grande majorité des personnes qui font des régimes (alors qu'elle n'en n'ont pas médicalement besoin).
    Enfin la plus part des gens ne me laisse pas m'exprimer sur le sujet parceque je n'ai pas besoin selon eux de faire régime(55kg pas trop mal placé pour 1,60depuis mes 18 ans or grossesses évidement) mais c'est peut-être parceque que justement je n'ai jamais fait de régime ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Une patiente est venue me voir une fois pour maigrir. Elle voulait perdre 10 kilos... pour monter en grade dans son entreprise ! Les chefs divers et variés ne pouvaient être que minces, pas avec des formes.
    Le problème c'est qu'elle n'avait pas envie de maigrir. Au départ elle s'aimait bien comme "ça", mais en comprenant qu'elle ne pourrait faire valoir ses compétences avec ses quelques kilos en trop, elle a fini par détester son corps.
    Aucun régime et aucune thérapie ne peut fonctionner dans ce cas, il y a trop de déséquilibre entre ce que veut l'individu pour lui et ce que lui impose l'extérieur. Pour réussir, il lui aurait fallut renoncer à Soi, c'était impossible.

    RépondreSupprimer
  3. Je trouve la conclusion de ce post pleine de bon sens (hors pathologie métabolique ou problème génétique).
    Une expérience récente assez réjouissante vous donnera une autre vision du régime. Résumé rallongé de l'abstract ici :
    chez zygielle

    RépondreSupprimer
  4. Mouais... ça frôle le racolage actif, là ! :-)

    RépondreSupprimer
  5. C'est tout à fait vrai ce que tu dis, et il faudrait le dire plus souvent ! ! Si ça t'intéresse, je connais deux thérapeutes qui sont chercheuses à l'Université de Liège et spécialisées dans les troubles alimentaires...

    RépondreSupprimer
  6. Ah cette conclusion ... Maintenant je sais que c'est LA solution, mais avant d'en arriver là, combien de temps, de batailles perdues ! Batailles contre les kilos, mais grâce à mon psy j'ai compris qu'ils n'étaient que la conséquence de mon ou de mes problèmes. Avec lui (mon psy, mon partenaire, ma "béquille") et avec mon généraliste, j'ai perdu 30 kg ... mais c'est loin d'être notre seule et unique sujet de conversation. Il a su mettre des mots sur mes maux et m'expliquer pourquoi, comment... Hier j'expliquais à une amie, qui elle a perdu 50 kg suite à un bypass mais qui se bat toujours contre ses compulsions, qu'il fallait qu'elle aille voir un psy. Elle reconnait avoir maigrit "mécaniquement" mais ne pas avoir résolu ses pb et que les cuillères de Nutela ca fond et ca passe sans pb ... Du coup elle est en souffrance, et ca me désole, j'aimerai pouvoir la convaincre, elle pense que c'est parce que j'ai trouvé LE bon psy. Je pense surtout avoir un jour accepté de ne plus focaliser sur ce pb ce qui m'a permis d'avancer et de découvrir son origine mais je n'ai pu le faire qu'avec le psy.

    RépondreSupprimer
  7. Eh oui ! Mais non seulement tu as trouvé le bon psy mais tu étais prête à affronter et régler tes problématiques personnelles. Ton amie n'est certainement pas prête, elle veut mincir tout en ne règlant rien, elle préfère donc martyriser son corps plutôt que de faire face à la réalité. Mais soit elle garde son bypass à vie, soit toi et moi savons ce qui va se passer : elle va regrossir.

    RépondreSupprimer
  8. C'est décidé, après Noël, je me mets à la diète en mode soupe-détox. Non, je plaisante. C'est juste que ça me fait beaucoup rire de voir en une de tout les magazines féminins les "conseils pour perdre 3kg avant Noël" ou pour "réveillonner léger", ou encore pour "les lendemains de fêtes". C'est très mignon, et ça rappelle les programmes spéciaux avant l'été pour "l'objectif maillot de bain". Non, sérieusement, le pire c'est que c'est absolument ridicule et que les conseils sont de l'ordre du bon sens, exemple typique "ne vous ruez pas sur les biscuits apéritifs salé, préférer les asperges ou les tomates cerises". Pas du tout frustrant tient. Autre produit qui fait un grand "boom" pendant ces périodes de fêtes: Calorilight, une gélule permettant de limiter l'absorption de graisse/lipide jusqu'à 50%. La blague.
    Enfin, je suis affreusement cynique, peut être que ça marche réellement, qui sait, simplement là où je vous rejoint c'est que le poids est rarement la source du problème mais plutôt une conséquence et une image défaillante que la personne à d'elle même dans la plupart des cas, auquel cas, c'est sûr que voir un psy serait davantage profitable.

    RépondreSupprimer
  9. "Alli est mon ami" !! Lol
    J'ai hâte de voir la tronche des nanas qui après avoir pris Calorilight ou Alli vont bouffer du foie gras et autre oie bien grasse. Elles vont passer une partie de la soirée et des 2 jours suivant avec des crises d'écoulement anaux très appétissants...

    RépondreSupprimer
  10. Alli...une nouvelle forme de lubrification ???

    RépondreSupprimer
  11. Les dindes ça se farçi à n'importe quoi !

    RépondreSupprimer

Stats