lundi 31 janvier 2011

Petite histoire de psychologie - 1

Eh bien c'est parti.
Je vous avais proposé de faire paraître ici une histoire, une réflexion... ayant trait à la psychologie.
Voici la première histoire parmi celles qui m'ont été adressées.
N'y voyez aucun choix de ma part, je les publierai dans l'ordre d'arrivée.
Chaque lundi pendant quelques semaines vous retrouverez donc les écrits des "Autres".
N'hésitez pas à laisser des commentaires (avec courtoisie et politesse).

 ____________________

Publication de Droufn


Une maman intuitive ou psychologue, comme vous voulez.

Pleins de gros nuages bien dodus pendouillaient depuis le ciel et venaient caresser les monts du Lyonnais en cette journée ensoleillée. 

Le petit Théo demanda à sa maman pourquoi il y avait tant de fumée dans le ciel, la maman répondit que ce n'était pas de la fumée mais des nuages.. 

Le petit Théo soupçonneux insista sur le fait que tant de fumée était très inquiétant, alors maman qui sait improviser dans ces situations pour rassurer son enfant, lui dit que ces fumée étaient faites par des indiens. Elle lui expliqua pendant le trajet en voiture pour avoir la paix, que les indiens n'avaient pas de portable et que leur seul moyen de communication était le tamtam pour les courtes distances et les signaux de fumée pour les appels internationaux. 

L'inquiétude du petit Théo se transforma en curiosité, et il demanda pourquoi alors tous les indiens communiquaient en même temps et avec autant de fumée.. 

La maman due employer toutes ses facultés de maman pour trouver une réponse cohérente. Elle fini par lui dire que les indiens étaient si forts pour faire des signaux de fumée, qu'ils pouvaient même envoyer des mails, et que là certainement, quelques uns d'entres eux devaient en profiter pour envoyer des photos en pièce jointe. 

Le petit Théo se tut et s'endormi la tête dans les nuages, la maman était heureuse.


Copyright Droufn, pas de reproduction sans autorisation de l'auteur 

jeudi 27 janvier 2011

Tout à coup, un chien vous renifle les couilles...

Faut c'qui faut...

Imaginons (enfin pour certains ce sera pas trop dur) (c'est le moment de le dire).
Imaginons donc que vous soyez un specimen mâle de la race humaine.
Imaginez que vous déambulez tranquillement dans un centre commercial à la recherche de la femelle en rut, celle qui saura donner un sens à votre vie.
Et voila la donzelle.
Jeune (plus que vous en tout cas), jolie (obligatoire pour frimer devant les copains).
Et accompagnée d'un chien.
(je vous laisse visualiser la race de votre choix: rottweiller ou chihuahua selon vos goûts).
(mais choisissez judicieusement ça a de l'importance pour la suite).
Vous faites connaissance (avec la dame pas avec le chien).
Vous l'invitez boire un café, puis le temps passant vous l'invitez au restau.
Puis l'alcool faisant -enfin- son effet, elle accepte que vous la raccompagniez chez elle.
Elle ouvre la porte, va se rafraîchir (laver la moule et enfiler son diaphragme) (ce qui prend du temps vu qu'elle n'est pas toute fraîche) (pas la moule, la dame qui a bu, suivez nom d'une pipe).
Pendant ce temps, de votre côté, vous baissez votre falzard, puis votre slip (caleçon, string, boxer selon vos habitudes).
C'est à ce moment-là que brutalement....
le chien vous saute dessus, vous fait tomber au sol et se met à vous renifler et vous lécher bruyamment les couilles.
(et c'est là que vous regrettez d'avoir opté pour le rottweiller).

Et c'est ce moment-là (bis) que choisi la belle pour revenir dans la chambre.

Allez savoir pourquoi, elle vous jette dehors.
Sans même attendre vos explications sur le pourquoi vous tentiez de donner des coups de pieds à son clebs les pieds encore pris dans votre falzar, ce qu'elle avait pris pour des secousses de plaisir.
C'est bien connu il faut se méfier des femmes avec un chien, à choisir elle garde toujours le chien.

Bon, ben c'est pas tout ça, je n'écris pas ces salacités afin de vous décrire une scène pseudo zoophilique.
Que nenni.

Car, voyez vous ce chien ne vous voulait que du bien.
(non, pas ce bien là).
Figurez vous qu'il existe des chiens capables de détecter les cancers de la prostate par l'odorat.
Eh oui, toi qui croyait que c'était le contenu (suspect) des replis de tes bijoux de famille qui attirait les chiens, te voila prévenu peut être es-tu foutu !

Plus sérieusement, un chien vient d'être dressé pour détecté les cancers de la prostate en penchant son doux museau au-dessus de flacons d'urine humaine (et mâle donc). Lorsqu'il 'sent" le cancer, il doit s'asseoir devant l'échantillon d'urine.
Sur une cohorte de je ne sais plus combien, il a détecté 33 patients. 30 étaient vraiment atteints d'un cancer. Sur les 3 restant, 2 n'avaient rien et le 3ème était bien atteint car faux-négatif.
Soit un taux de réussite de détection de 91 %.
J'imagine sans peine la carrière de ce pauvre chien, condamné pendant 10 ans à sniffer de l'urine de mec ! Parce que déjà 5 minutes dans des toilettes c'est dur, mais 8 heures par jour ça doit être l'enfer. 
Les femmes vous en parleront volontiers.

Par contre, mesdames, méfiez vous lorsque vous sortirez dorénavant votre chien. 
Qui sait si ce prétendant avenant ne cherche pas tout simplement à se faire sniffer la prostate par votre compagnon à 4 pattes et à l'odorat aiguisé pour un dépistage efficace et gratuit ?
("Mais à quand la truffe tâteuse ?" se demandent certains)


(dire que vous êtes arrivés jusqu'à là !)


dimanche 23 janvier 2011

vendredi 21 janvier 2011

Etre enceinte et au régime a un impact sur le développement cérébral du foetus

Combien de femmes enceintes ont entendu leur gynéco leur dire :
"Oh la la, vous grossissez trop vite. Il ne faut pas dépasser 10 kilos de prise de poids, il faut vous mettre un peu au régime"...

Il y a celles aussi qui ne veulent pas trop grossir de peur de ne pas réussir à reperdre le poids pris pendant la grossesse.

Il y a celles aussi qui ne veulent pas grossir pour montrer, qu'elles, au moins ne deviennent pas de grosses vaches pendant leur grossesse et qu'elles savent se contrôler.



Tout ç a c'est beau, mais cela ne tient absolument pas compte du corps de chacune.
Certaines prendront naturellement 9 kilos, d'autres 25... 
On peut comprendre que les risque métaboliques existent (plus on prend de poids pendant la grossesse plus le risque de diabète peut apparaître), on peut admettre aussi que pour certaines femmes la grossesse est un truc super angoissant qui fait qu'elle compense en se jetant sur la nourriture, ce qui peut tout à fait justifier le fait de devoir perdre quelques kilos ou de contrôler ses (mauvaises) habitudes alimentaires et aussi parfois le fait d'aller voir un psychologue.

Par contre, le fait de vouloir absolument se mettre au régime pour ne pas dépasser les 10 ou 12 kilos réglementaires ou faire sa belle, présente des risques.
Pas des risques pour la mère, car la nature étant bien faite, même sous-alimenté le corps "tient" l'enfant.
Le problème ce que se mettre au régime a un impact sur le développement du foetus.

Ainsi en se mettant en régime il semblerait que certaines cellules n'arrivent pas à se diviser correctement et que les neurones du foetus n'arrivent pas à construire leurs connections.

Une étude américaine, sur des babouins, vient de montrer qu'une alimentation appauvrie de 30 % dérèglait le fonctionnement de centaines de gènes dont beaucoup sont des régulateurs dans la construction et le développement cellulaire.

On a déjà constaté, dans les pays où règne la famine, un fort impact de la dénutrition sur le développement cérébral des foetus.

L'alimentation jouerait un rôle primordial dans le développement cérébral et il semblerait aujourd'hui que même une faible sous-alimentation (comme un régime) suffirait pour avoir un effet à la fois sur le développement des organes du foetus et tout particulièrement donc sur le cerveau, prédisposant l'enfant à des troubles comportementaux et un QI inférieur.

L'impact est le plus fort lorsque la sous-alimentation est présente dans le première moitié de la grossesse, période pendant laquelle les cellules cérébrales foetales sont déjà présentent mais en plein développement.

Dans nos Sociétés, les femmes enceintes concernées par une sous-alimentation sont souvent soit les adolescentes soit les femmes enceintes "sur le tard".

La qualité de la santé et de la nutrition chez la femme enceinte sont donc importantes pour mener à bien un bon développement de l'enfant à venir.




C'était l'article "comment faire flipper un peu plus les femmes enceintes"... 
Alors si vous êtes enceinte et que vous êtes au régime, avant de paniquer, parlez-en à votre médecin sans omettre la réalité de vos comportements alimentaires.



mercredi 19 janvier 2011

La DS 3D en met plein la vue

Si vous êtes un vrai geek vous ne manquerez pour rien au monde la nouvelle console Nintendo DS 3D.
Et si vous n'en n'êtes pas un, de toute façon vous n'avez pas échappé à l'avalanche de com sur le sujet.
Oui, elle arrive en France le 25 mars.
Oui, la 3D permettra de visualiser des jeux mais aussi des vidéo.
Oui, il ne faudra pas de lunettes.

Bon, mais tout ça je m'en fous.
Ce qui m'intéresse c'est la 3D et l'annonce de prévention quà fait Nintendo sur le sujet.



Car Nintendo, avant même l'arrivée de sa console, a prévenu le monde entier :
il faudra éviter d'exposer les enfants de moins de 7 ans (et pas de 6 comme on pu le lire) à la 3D et donc ces enfants seront priés de ne pas jouer avec cette console.

L'entreprise est une grosse maligne. Elle prend les devants.
Tous les parents qui laisseront les gosses de moins de 7 ans jouer avec cette console ne pourront pas se plaindre qu'ils n'étaient pas prévenus en cas de pépin ophtalmique. Ils ne pourront donc pas saisir la Justice pour obtenir réparation.
Nintendo compte donc sur la responsabilisation des parents et leur capacité à bloquer la fonction 3D.
Nous savons, moi et toi Ô lectrice et Ô lecteur, ce qu'il en est.

Revenons donc à ce principe de précaution. Qu'en est il vraiment ?

Beaucoup d'entre vous, qui auront déjà goûté de la 3D au ciné, auront remarqué une fatigue oculaire et parfois des maux de tête, une acuité visuelle réduite ou des cybernausées dues à des conflits sensoriels à la sortir de la salle obscure.
Et cela principalement chez les femmes qui y sont plus sensibles.
La 3D fait énormément travailler l'accomodation visuelle.
Ce qui n'est pas compatible avec l'oeil d'un enfant qui n'a pas fini son plein développement , nimêmes les muscles oculaires, ni même les aires cérébrales associées.
La 3D peut alors permettre le développement d'un strabisme, une baisse d'acuité visuelle, une diminution de la vision stéréoscopique et des maux de tête même avec une exposition courte (à partir de 10 minutes).

A titre définitif chez certains enfants.
Et cela même chez les adultes.
Nintendo n'est d'ailleurs pas dupe, puisque l'entreprise met en garde les enfants comme les adultes sur les effets de la 3D via les jeux video, mais aussi la télé et le cinéma.

Vous aurez certainement lu par ailleurs qu'en fait la 3D a aussi du bon selon certains ophtalmo.
En effet ! 
Comme tout écran, elle va permettre de révéler rapidement tous les problèmes de vue déjà existant ce qui en permettra une prise en charge précoce (et en créera d'autres, c'est cool pour la profession).

Bien sur pour les plus grands, dont la croissance est terminé, les risques sont minimes tant que la consommation restera raisonnable, soit maxi 2 heures de 3D par semaine.

Signalons au passage qu'il semblerait que 12 % de la population ne soit pas accessible à la 3D et que parmi ceux qui la perçoivent il existera de grandes différences perceptives (certains la percevront "bien", d'autres pas super).

Et pour finir, je rappelerai les principes des psys (qui d'ailleurs sont en général sur les modes d'emploi -que personne ne lit- des consoles de jeux) :

- pas de jeux seul devant un ordinateur avant 3 / 4 ans
- pas de DS avant 7 / 8 ans
- pas de Wii /Kinect avant 11 ans



Lire une étude australienne ici

l'avertissement Nintendo


lundi 17 janvier 2011

Comment savoir qu'une personne vous ment (2)

Premier article sur le sujet ICI

 
Il y a peu, lors d'un séminaire, je donnais un cours sur les relations commerciaux/clients potentiels dans un grand groupe et bien sur la question de savoir qu'elles informations on peut tirer de son client était le centre du sujet.

Il fallait bien sûr définir quelles informations on voulait obtenir du client (ce qui logiquement était plus ou moins déjà abordé en interne.
Comment les obtenir était assez facile, le tout étant de tenir compte des types de personnalité qu'on avait en face de soi ce qui nécessitait de reformuler les questions différemment parfois.
Mais la grande question était de savoir si les réponses étaient avérées.
Parce qu'un client potentiel peut vous raconter ce qu'il veut, si on se base uniquement sur ces dires au premier degré, il est évident que si il ment, le feedback du commercial est inappropriée.

Cela s'applique aussi à la vie de tous les jours.

Il s'agit en premier de se créer une base de réponses du client potentiel.

Dans votre vie quotidienne, dans votre famille, les gens autour de vous sont assez détendus. Des fois ils mentent, souvent ils disent la vérité.
Plus vous les avez fréquenté, plus vous obtenez d'infos sur leurs réactions lorsqu'ils disent la vérité et aussi sur celles lorsqu'ils mentent.
C'est ainsi qu'en général les parents vous diront qu'ils savent tout de suite lorsque leurs enfants mentent ou déforment la réalité.
idem pour le ou la conjoint(e). Le mensonge est tout de suite apparent.
Ce n'est pas tant dans les paroles que dans la façon de communiquer au sens global du terme : les mots utilisés, la façon dont ils sont prononcés, les mouvements du corps, le non verbal, les comportements accessoires (comme tripoter son stylo...).
Face à une personne que vous ne connaissez pas le problème c'est que ces connaissances  de base vous ne les avez pas.
Donc faire la différence entre la vérité et le mensonge est quasi impossible, sauf chez les gens vraiment pas doués qui se mettent à rougir, begayer ou se triturer les mains ! Personnes en général sensibilisées depuis leur plus tendre enfance au fait que ce n'est pas bien de mentir (comme si leurs parents ne mentaient jamais !).

Bon pour revenir aux inconnus, il est clair que si vous n'avez que peu de temps devant vous il est difficile de cerner leur base de vérité.
Encore que, comme dans la série Lie to Me, vous pouvez tenter un coup d'éclat hyper agressif afin d'entr'apercevoir la palette de réaction de votre inerlocuteur en 30 secondes. Mais c'est risqué (tout le monde n'est pas derrière une vitre et les excuses ne suffisent pas réparer les dégâts psychiques). Et puis les coups tordus c'est sans doute viable dans une enquête (encore que ca permet de faire annuler la procédure par l'avocat du client), au quotidien vous allez très vite vous couper de toute relation sociale.

Je ne sais plus où je voulais en venir.... euuuh, ah oui, bref il vous faut donc cerner les "bases de vérité" de votre interlocuteur.
Ca veut dire prendre le temps de l'écouter, l'étudier, tout en lui posant des questions sur sa vie personnelle.
Pourquoi de sa vie personnelle ? Parce qu'on touche à l'intime et que les gens sont plus actifs et réactifs, ils se contrôlent moins sur ce type de sujet... ou alors ils contrôlent tout, ce qui apporte aussi des infos. Mais on est toujours dans l'extrême.
Ne croyez pas que cela se fait en 2 minutes. Non, car souvent les gens ne mentent pas mais ils modifient, embellissent leurs souvenirs. Ainsi qui est parti en vacances à Palavas les Flots, vous dira qu'il s'est éclaté et que c'était génial. Il invente au fur et à mesure ce qu'il vous raconte, le pire c'est qu'il arrive à s'en persuadé et qu'à la fin ses souvenirs sont modifiés à la lumière de cette fausse perception volontaire.
Oui, les souvenirs se modifient. Avec le temps, selon les situations et selon ce qu'on veut en faire. Ce qui fait le jeu des psychopathes qui ne mentent jamais.

Donc, laissez tomber les séries américaines avec héros imbu de lui même, agité, cocaïnomane et doté d'un QI de moule, et prenez le temps de connaître les gens avant de vous raconter des histoires.

Maintenant, à ceux qui arrivent ici avec la requête "comment savoir qu'une personne ment" dans le bur de savoir si son compagnon ou sa compagne ment, je répondrai qu'il est évident que si vous en êtes encore à ne pas savoir soit : vous ne connaissez pas la personne avec laquelle vous vivez (et ça pose de sacrées questions sur votre couple). Soit vous avez déjà la réponse et vous n'acceptez pas d'y faire face et vous recherchez sur le net des infos qui vont venir nourrir votre for intérieur. Soit il/elle ne vous ment pas et vous êtes parano et c'est vous qui mentez à tout le monde tout le temps ! 

Et je vais vous dire, rien de tel qu'une consultation de couple chez le psy pour faire surgir les vérités !



dimanche 16 janvier 2011

samedi 15 janvier 2011

Les 10 commandements pour être une pouffe

Terminons la semaine en beauté.

Alors que je faisais mes courses, une grave question existentielle surgit en mon esprit :

Un pouf est-il le masculin d'une pouffe ?

 

Et pendant que je m'extasiais sur le profondeur de mes réflexions et que je remerciais intérieurement la marque du magasin pour ce qu'elle soulevait psychiquement, je me dis qu'il manquait quelque chose sur ce blog.

Après tout, moi qui recherche tant la suprême superficialité, je me devais d'évoluer dans mes comportements et dans mon look. Mes pensées devinrent une évidence, je devais devenir une pouffe.

Avant tout, pour toi, Ô lectrice Ô lecteur, béotienne et béotienne, je me dois de faire encore un peu fonctionner mon cerveau afin de t'aider à mieux cerner le contenu de ma pensée et nous mettre d'accord sur le définition de "pouffe".

Tout d'abord, pour ta culture générale, sache que "pouffe" n'est en rien la conjugaison au présent du verbe "pouffer". "Pouffe" est l'abrévation de "pouffiasse".  Mais ne t'y trompe pas, une pouffiasse pouffe. C'est même à cela qu'on la remarque.

 

Qu'est-ce qu'une pouffe donc ?

C'est en général une femme encore jeune qui use de tous ses atouts pour séduire. Formes mises en avant par des décolletés plongeant sur une poitrine remontée et des jupes ou robes aussi courtes que moulantes, elle déambule principalement dans les endroits qui permettent la réunion en bande de quelques mâles aussi dégénérés cébérelleusement qu'elle négligemment appuyés contre un mur dans l'attente de l'âme soeur. Elle déambule disais-je en roulant des fessiers, qu'elle sait mettre en avant (enfin plutôt en arrière) par une cambrure appropriée. On la reconnait aussi à la qualité de son maquillage de la marque "camion volé". Et si vous avez la chance d'être un habitué de Fessebouc ou de M Est-ce N, la pouffe se remarque à sa pose langoureuse, le visage levé en extase devant l'objectif, la bouche en coeur et la poitrine en avant. Le statut est généralement "célibataire" ou "ne sait pas" (c'est difficile). Il n'y a pas d'âge pour être une pouffe. Si on en trouve principalement à la sortie des lycées, on en remarque aussi devant les cinémas, devant les boutiques de vêtements et pour les parisiens connaisseurs devant chez Colette.

Un constat non scientifique, la pouffe attire les hommes (comme quoi y'en a qui sont toujours prêt à fourrer la dinde).

 

Commandement 1 :

Ne pas être trop moche. La pouffe arbore un physique digne de Playboy. Si ce n'est pas le cas, vous ne pouvez pas être une pouffe. La pouffe fait attention à sa ligne et passe son temps à vérifier si ses cheveux sont bien en place et si ses seins sont toujours là. 

Méfiez vous à ne pas tomber dans la catégorie boudin qui vous ferait perdre toute crédibilité.


Commandement 2 :

S'habiller sexy. Une pouffe ne peut être une bonne pouffe que muni de son arme la plus fatale : son look. Tout doit être le plus court possible. La jupe comme le pull. Repérer le premier groupe de mâle, passer devant et faire semblant de tirer sur ta jupe et ton pull en prenant votre air ingénue et un doigt sur les lèvres prononce d'une voix douce "ooops, c'était remonté !" en les regardant tous dans les yeux (les uns après les autres bien sur. Toute tentative de les regarder tous ensemble ne serait que maladroite). 

Tu es une pouffe. Toi seule a la possibilité de porter des couleurs fluo sans avoir l'air d'un ovni. Tu dois te faire repérer de loin. "Tiens, là bas y a une pouffe" doit être ton slogan préféré. Le t-shirt ou le pull rose fluo, très court et très décolleté, est une pièce maîtresse de ta garde robe.

Tout doit être très moulant, n'hésite pas à acheter une taille en-dessous de la tienne et arpente sans scrupule les rayons enfants pour les petits hauts manga en taille 10 ans.

J'allais oublier ! Les talons hauts ! Pas de pouffe sans talon. La mode est aux bottes... mais avec des talons aiguilles de 12 cm mini. Ca rallonge la jambe et ça peut suffir à vous faire passer de la case boudin à la case pouffe. Mais l'hiver venu, la pouffe, la vraie, pourra se permettre l'extravagance de descendre de son piédestal et de porter des Ugg. Ne pas oublier alors de raccourcir la jupe condition sine qua non pour ne pas se retrouver avec des poteaux à la place des jambes.


Commandement 3 :

Ne négligez jamais le maquillage. Tu es une pouffe, tout t'es permis. Surtout ce que les autres n'oseraient pas mettre : des roses vifs, des bleus turquoise, du fluo. Du fond de teint bien épais afin de cacher tes petits défauts (que d'ailleurs tu n'as pas). Du gloss ! Très brillant, style vinyl. Faites toi un teint bronzé et oubliez derrière les oreilles, car il faut qu'on voit que tu es maquillée. Et surtout n'hésites pas à sortir ton maquillage à tout moment pour toujours être parfaite.


Commandement 4:

Marcher en ondulant de l'arrière. Il est très important qu'il existe au niveau de ton bassin un mouvement ondulatoire de gauche à droite (et réciproquement). Les talons t'y aident. Et comme tu as un physique de nunuche de top modèle, ta taille fine fait ressortir ton postérieur haut et arrondi. N'oublies pas de jeter un oeil alentour pour bien vérifier que tu balances suffisamment. Si personne ne te regarde, tss tss, tu t'y prends mal. Si tous les mâles ont le regard fixe, c'est que tu as la technique. Persévères, le but étant d'y arriver sans y penser (et comme tu es une bonne pouffe de toute façon tu ne penses à rien sauf à ton look de pouffe).


Commandement 5 :

Si tu portes votre regard sur un mâle ou si tu finis par sortir avec l'un d'eux, choisis le plus beau. Les autres n'ont aucun intérêt et ne te mettront pas en valeur aux yeux des autres. C'est très simple, car naturellement le beau mâle recherche la pouffe et la pouffe attire le beau mâle, vous n'aurez donc aucune difficulté à vous reconnaître (d'où ma question existentiel de début d'article, si ô lecteur, ô lectrice, tu as tout bien suivi)  (enfin avant d'avoir un cerveau de pouffe).


commandement 6 :

Vous allumez les mecs. Y'en a un qu'est branché ? faites vous payer un café, un MacDo. Et larguez le aussi sec ! Qu'est-ce que c'est drôle !!!


Commandement 7 :

N'ayez aucune considération pour les autres femmes. Après tout, c'est vous la plus belle, les autres sont par nature moins belles et moins sexy. Si vous acceptez la proximité des autres femmes, c'est afin qu'elles vous mettent en valeur. Vos meilleures amies ne pouvant donc qu'être des boudins. Les autres n'ont aucune valeur. Evitez de leur parler et lorsque vous le faites traitez les comme des esclaves et n'ayez de cesse de leur rappeler leur pauvre condition.


commandement 8 : 

Balancez vos actuelles/anciennes amies. Vos nouvelles amies ne peuvent qu'être populaires et... moches (Voir commandement n°6). Vous les choisissez parmi celles qui rêvent de devenir comme vous, une vraie pouffe (et y a du boulot, d'ailleurs elles boivent vos conseils comme du petit lait).


Commandement 9 :

Ne soyez jamais naturelle. Soyez ma-nié-rée. Prenez la pose. Mettez vos atouts en avant. Parlez le moins possible, surtout en poussant des exclamations ("c'est top", "je kiffe", "top nul"...). Insultez négligemment les autres filles. Glousser et pouffer avec les garçons, c'est votre marque de fabrique.


Commandement 10 :

Tu es celle que toutes les autres envie. Elles rêvent d'être toutes comme toi. Voire mieux que toi. Alors méfie toi, il te faut rester au top de la pouffiasserie car les prétendantes sont nombreuses. 

 

Et toi es tu une pouffe ? Si oui, envoie moi une photo que je publierai ici.


mercredi 12 janvier 2011

Garçon, un moul'bite !

Hommes comme femmes, en général, nous avons une petite idée (petite hein) de ce qu'il peut bien y avoir dans le slip d'un mec.

Un pistolet à eau ?
Deux calots (1 tourbillon et 1 pépite) ?
Et des fois même une main !

Tss, tss, les mecs ils savent bien ce qu'ils mettent dans leur slip.
Même que ça ne les satisfait pas.
Bon certains, totalement insatisfaits, coupent tout, mais je ne parle pas de ceux là.
Pour ceux qui gardent la totalité des ustensiles, il y a souvent un sentiment d'injustice.
Or l'injustice rend triste (voire agressif).
Et lorsqu'on est triste, on n'a pas la pêche et du coup on n'arrive plus à séduire.

Alors, pour résoudre cette douloureuse équation, une solution a été trouvée.

Oh, elle n'est pas nouvelle.
Les femelles elles-mêmes afin d'attirer le mâle en manque en rut, triche parfois en exposant des appâts qui ne ressemblent pas tout à fait à la réalité de ce qu'ils sont.
C'est ainsi par exemple qu'est né le Wonderbra, marque bien connue de soutien-gorge, qui permet à quelques gallinacées glougloutantes de se tranformer en gallinacées pigeonnantes.

Alors, sans plus attendre, messieurs... bien moins cher qu'une psychothérapie et bien moins dangereux que toute opération esthétique voici "Shock Jock Flirt Brief with Male Features ". Non, non clique pas tout de suite.

Comment ça t'as pas tout compris ?
Bon je te fais une démo.

il s'agit d'un slip muni d'une poche dans lequel on peut "introduire" une prothèse de pénis.
Ce qu'on appellera un "wonderbite" quoi...


Ca en jette non ?
A toi les pantalons moulants et autres joyeusetés et les regards admiratifs de la population féminine et envieux de autres mâles.
Et tout ça pour moins de 30 $ !
Et lorsque la prothèse est trop usée, tu peux en racheter une sans avoir besoin de racheter le slip qui va avec ! Sacrée économie non ?

Bien sur, si ça n'est pas suffisant, car tu es sans le savoir un modeste qui n'attend que de devenir un prétentieux, une prothèse plus simple, te permettra de mieux mettre en avant tes valeurs bijoutières :




Et même en jock strap pour mon pote JP qui aura ainsi l'arrière train assorti à son crâne :



Un conseil : n'enlève ton slip que dans le noir !

(et pour les intéressés, c'est ici)


lundi 10 janvier 2011

Champix ou comment arrêter -définitivement- de fumer


Il y a un certains nombres d'année, je suis passée dans un grand labo pharmaceutique.
Service épidémiologie.
Le but était d'étudier des maladies afin de voir si elles étaient porteuses de bénéfices.
Plus une maladie (ou un trouble comportemental) touchait de personnes, plus il était intéressant de développer une molécule susceptible de la traiter.

Le traitement contre le tabac était à l'époque déjà une manne céleste.
Il faut bien voir que contrairement à ce que semble verbaliser nos amis fumeurs en réunion, la cigarette ne rend pas heureux et ils présentent une demande d'arrêt de fumer très très importante.
Ils pourraient bien sur passer par la psychothérapie, ce qui est très efficace.
Le problème c'est que c'est long et cher.
Alors que prendre une petite pilule pendant quelques mois, ça vaut le coût financièrement parlant.
Et c'est très efficace aussi.

D'ailleurs c'est tellement efficace que lorsque le labo a fait une étude sur les régimes et les comportements des français face à la nourriture, ils se sont aperçus qu'il y avait là un sacré marché.
Et que, fort étrangement, vouloir arrêter de fumer et vouloir maigrir, répondent au même système économique.
Psychothérapie: très efficace + lent + cher
traitement pharmaceutique : très efficace + rapide + bon marché

Avec une grande grande différence.
A l'arrêt de la psychothérapie, le problème est réglé, ça a pris du temps mais son psychisme et son corps ne font plus qu'un, en accord qui plus est, donc plus besoin de fumer et plus besoin de maigrir (ni de grossir en fait).

A l'arrêt du traitement pharmaceutique, le patient regrossi ou se remet à fumer comme un pompier.
Le traitement doit donc être pris à très long terme. 
Beaucoup plus longtemps qu'une psychothérapie en fait.

Mais allez vous me dire (si si je le sens), quel rapport entre le tabac et la bouffe ?
Et bien figurez vous, que le labo c'était aperçu que le traitement anti-tabac était très efficace comme coupe-faim.

Et que donc on pouvait utiliser la même molécule pour qu'une personne arrête de fumer et pour qu'une autre n'ait plus faim.

Au premier abord, on se dit y a un truc non ?
Cigarette / bouffe, où est le lien ?

Non ? Toujours pas ?
Et bien, tabac et bouffe sont des compulsions, des envies difficiles à réprimer.
Des "ENVIES".
Si on supprime l'envie chez un patient, il n'a plus envie de fumer. Beurk.
Il n'a plus envie de manger. Beurk.
Sauf qu'on en sait pas cibler les envies.
Je l'ai écrit, c'est la même molécule pour la nourriture ou pour la cigarette.
C'est aussi la même pour l'envie de vivre.
Fumer et hyper bouffer sont des mécanismes de défense.
Les deux passent par la bouche.
Les deux servent à combler un vide.
Les deux servent à combler un mal être.

Si vous supprimer tabac et/ou hyper nourriture chez ceux qui en ont besoin, ils se retrouvent face à quoi ?
Leur mal-être.
Leur dépression peut être.

Et comme la molécule qu'ils prennent pour éviter de fumer ou de manger, coupe les envies, je dis bien toute, elle coupe toutes les motivations. 
Même celle à vivre.

On a donc des personnes qui prennent une molécule qui les force à faire face à leur mal-être tout en leur coupant l'envie de se battre et de vivre.
A votre avis ça donne quoi ?
eh oui, des suicides !!

Ca le labo pour lequel j'intervenais, le savait.
C'était même le gros problème.
Ils avaient constaté que ceux qui prenait ce traitement arrêtait bien de fumer mais se mettaient à déprimer.
Mais le ratio bénéfice/perte penchait dans le bon sens.

Ils hésitaient donc à mettre sur le marché cette molécule comme coupe faim.
Mais je vous rassure l'hésitation n'a pas duré trop longtemps.

En fait ces médicaments agissent comme des "casseurs de désir".
Ce sont des molécule fourre-tout, qui ne servent à rien en fait. Elle ne soigne rien.
Elle coupe tout désir, toute envie, tout plaisir.
Plus envie de rien.

Plus rien ne donne du plaisir, ni la cigarette, ni la nourriture, ni l'amour...
Alors pourquoi continuer à vivre ?

C'est d'ailleurs exactement ce qui s'est passé avec le Mediator qui agit de la même façon.
Ca n'a jamais été un antidiabétique, au sens commun du terme.
C'est un "anorexigène", comme le Champix. Cela rend donc anorexique en coupant l'envie de manger. Donc le patient ne mangeant plus, même pas des aliments sucrés, sa glycémie diminue.
C'est la raison pour laquelle le Mediator était utilisé aussi comme coupe-faim.
Pour l'instant on ne s'occupe que des valvulopathies, mais j'attends avec impatience  la remontée des dépressions liées à l'utilisation du Mediator.


Le risque suicidaire des anorexigène est sur bien connu avant même la mise sur le marché et .. estimé financièrement avant la mise en vente du produit.
Alors faire les faussement étonnés lorsqu'on sait comment fonctionnent les laboratoires pharmaceutiques démontre le mépris avec lequel sont traités les patients.

Après tout, peut être n'ont ils pas tort, lorsqu'on est prêt à prendre n'importe quoi pour maigrir peut être faut-il être prêt aussi à en assumer les conséquences...



Géant ayant abusé du Champix...


dimanche 9 janvier 2011

vendredi 7 janvier 2011

Petite philo du vendredi : quel avenir pour la psychologie ?

Vous vous doutez bien que je n'ai pas la réponse.
Mais je m'interrogeai il y a peu au volant de ma voiture en regardant les gens passer devant mon pare-brise. 
Je me disais que sur tous ces gens qui circulent, si on regarde bien, on voit que certains ne vont pas bien.
En fait, je trouve que la majorité des personnes ont des problèmes.
Soient liés à leur enfance, soit du à un trauma, soit dans leur vie actuelle, soit le tout ensemble.

La circulation redémarra et quelques abrutis, de ceux qui pensent que la voiture est un instrument de dominance, on espéré en coincer d'autres au péril de leur vie ou de la vie des autres.
Et voila que je penchais pour faire passer un test psychologique à tous les conducteurs afin de cerner leurs éventuels troubles de la personnalité et que certains ne seraient pas prêt de l'avoir ce permis.

Petit retour en arrière : il ne faut pas confondre psychologie et sociologie.
Si la sociologie s'intéresse au groupe, au relations des groupes entre eux et aux effets de groupe, la psychologie ne s'intéresse qu'aux individus et à leurs comportements dans le groupe.
La psychologie c'est la science des individus pris isolément.

Ce qui m'amena à me poser la question : "et si on faisait passer des tests psychologiques à tout le monde ?"
On en fait déjà passé pour recruter certains sur certains jobs (sauf aux cadres)
Au vu de l'actualité, on pourrait en faire passer à ceux qui veulent se mettre en couple, ça éviterait sans doute les violences conjugales et les divorces.
A ceux aussi qui veulent un enfant, ce qui éviteraient les mauvaises raisons d'avoir un enfant mais surtout la maltraitance et les abus
A ceux donc qui veulent conduire une voiture, afin d'éviter les tarés qui se croient armés.
A ceux qui veulent rester célibataires, afin d'être sûrs qu'en fait ils n'aimeraient pas les enfants de trop près.
A ceux qui ne supporte pas que les autres aient autre chose ou mieux qu'eux, des fois qu'ils seraient des agressifs impulsifs dont il faut nous préserver.
A ceux aussi qui aimeraient tuer leur mère ou leur père, afin de préserver les pauvres innocents qui seront tués à la place de...
A celles qui veulent devenir assistantes sociales, parce qu'elles sont dans la réparation.
A ceux qui veulent devenir psy...

Du coup, si une Société entière passait des tests psy, on saurait certainement surpris par la "norme", la moyenne exprimée + 1 ou 2 écarts types.

Du coup aussi, y'en a plein qui ne seraient pas dans cette norme et qu'on devrait écarter du système.
Y'en auraient qui seraient déclarés non aptes à se marier, d'autres qui seraient déclarés non aptes à  la conduite, d'autres à avoir des enfants, d'autres à intégrer les relations sociales....
Y'en a même qui cumuleraient des problèmatiques, voire qui les auraient toutes !
Après tout on peut être psychopathe, dominant, incestueux, agressif au volant et envieux de son voisin.
(Tout compte fait, c'est certainement souvent le cas)

Ca va en faire du monde laissé de côté !
Le psychopathe ? Paf, interdit de travail en équipe et de grade supérieur !
Le dépendant ? Paf, interdit de travail isolé, d'épousailles et d'enfant !
Le narcissique ? Paf, obligation de résultats personnels et interdiction du permis de conduire...

Vous le savez maintenant, la psychothérapie n'intervient que lorsque il y a une perception de gène dans la vie des personnes.
Or, le problème c'est que celui qui cumule les problématiques psychiques peut très bien n'en ressentir aucune gène, c'est son environnement qui va être géné.
La preuve, lorsqu'un mec dominant veut me bloquer la route avec son bolide, lui ça ne le géne pas. Moi si.
Lui sa norme n'est pas la même que la mienne, ça ne me viendrait pas à l'idée d'utiliser mon véhicule pour démontrer une quelconque supériorité, c'est juste un moyen de transport, rien d'autre.
Pour moi, ce type est un taré. Pour lui, c'est moi la dingue parce que inconsciente de mon statut inférieur j'ose ne pas le laisser passer.
Celui qui a raison, c'est celui qui est le plus prêt de la norme.

Si la norme glisse vers l'agressivité, l'impulsivité et bien c'est moi et mon flegme qui seront inadaptés à la Société.

Or je pense que si on fait le décompte des problématiques pour notre Société, la norme doit être assez "décalée" dirai-je vu ce que se trimballent un sacré nombre de personnes (involontairement parfois rappelons le).

Le but de la psychologie n'est pas bien sur de définir une "norme", au contraire c'est la norme sociétale inconsciente qui définit les besoins d'intervention psychologique.
Si on pense qu'il n'y a aucune norme, tout comportement devient normal. 
Il n'existe plus de troubles car tous les comportements jugés asociaux ou apersonnels n'existent plus. C'est le fait qu'une personne considère tel comportement comme agressif, par exemple, qui sera anormal. On se demandera pourquoi après tout elle ne livre pas elle même à ces mêmes comportements ?
C'est pour cela que je pense que la psychologie finira par disparaître.
Elle sera avalée par une autre science. 
Elle restera un vestige de la tentative de connaissance de l'individu et sera certainement supplantée par la norme physiologique (tout va bien si aucun trouble physique ou organique n'est présent le reste,  le fait de ne pas se "sentir bien" n'étant que stress et angoisse dus aux contacts avec le groupe et noyables par une pilule).

Et vous, comment voyez vous les choses ?




mercredi 5 janvier 2011

Est-ce que si je vais danser je peux laisser mon gosse au parking ?

Eh oui, hier soir il m'a pris une envie folle d'aller me trémousser sur le dancefloor de la boîte du village.
Après tout, il faisait froid et je me suis dit que c'était l'occasion d'aller me réchauffer.
Et puis qui sait ? Peut être même que je pourrais m'envoyer un petit coup.
Un coup de gnole bien sur, qu'est-ce que vous croyez je ne suis pas une fille facile. (enfin pas trop).

J'enfile mon blouson en cuir, j'attrape mon sac à main, mes clés de voiture et hop.
Au moment où je mets la main sur la poignée de la porte, j'entends un bruit derrière moi.
Je me retourne brusquement et qu'est ce que je vois ?
Un gniard ignoble, la morve au nez. 2 ou 3 ans, je ne sais plus très bien.
Merde, je l'avais oublié celui là.
Bon, je lui enfile un pilote par dessus son pyjama sale. Il mangera plus tard lorsqu'on reviendra.
Tout le long de la route jusqu'à la boîte, il dit "maman, j'ai faim"
"Ta gueule, tu mangeras quand on rentrera. On passera chez papa après, il aura bien quelque chose dans le frigo".
Bon, ca y est on y est.
Je me gare, y a une place pas trop loin, c'est cool.
Je sors, il fait froid.
Mince, j'ai encore oublié qu'il était là.
Je crie à travers la vitre " tu m'attends, j'en n'ai pas pour longtemps, après on ira chez papa".
Et je me casse. A moi la liberté.
J'ai l'impression d'oublier quelque chose. Quoi ? Je secoue la tête, ça me reviens pas, allez je vais m'éclater toute la nuit, yaooouuu !

Ca vous fait hurler ?
Pourtant c'est souvent comme cela que ça se passe.
J'en avais déjà parlé pour les enfants oubliés dans les voitures, ici on a un quasi le même phénomène : l'enfant est oublié. Dans le sens où il est nié dans son existence.
Il est perçu comme génant, dérangeant, impossible à intégrer dans l'existence des parents.
Alors on l'oublie, on oublie qu'il existe.

L'actualité nous a servi quelques cas ces dernières semaines.
Des cas en général plutôt pathos : des parents immatures, alcooliques, fêtards et surtout incompétents dans leur rôle.
Le pire, c'est que ces cas sont connus des professionnels. Le psy sans doute, l'association de protection de l'enfance, la DASS certainement, une assistante sociale.... tout le monde sait qu'il y avait un risque.
Mais comme il vaut mieux laisser les enfants aux parents -et les enfants veulent à tout prix, même de leur vie, rester avec leurs parents- personne ne bouge.
Je connais plusieurs cas comme cela, dans lesquels la mère maltraite l'enfant, le père fait tampon pour que ça ne déborde pas, il ne part pas avec l'enfant parce que la Justice ne le permet pas et il perdrait son droit de garde à tous les coups et puis la mère à promis de tuer l'enfant s'il ne restait pas. Il y a les traces de coups, les morsures, les dires de l'enfant que "maman est très méchantes et qu'elle fait mal", les constats médicaux, les rapports des psys, les dépôts de plainte, les flics qui engueulent le père "y 'en a marre de vous voir monsieur", mais personne ne bouge.

Et lorsque ça bouge parfois la mère, reconnu comme n'allant pas bien, déséquilibrée, obtient malgré tout le droit de garde alterné.
Elle ne sait pas "gérer" sa vie dit-elle, alors un enfant. Elle l'aurait bien confié à sa mère pour qu'elle soit la maman de ce gosse, mais elle n'a pas voulu, c'est pas son rôle. 
A choisir, cet enfant elle ne l'aurait pas fait, d'ailleurs elle a eu très peur pendant sa grossesse. Comment ça allait se passer ? Qu'est-ce qu'il faudrait faire ensuite ? Personne ne lui a jamais rien dit.
A la naissance de l'enfant, ça été une cata. Elle était perdue. Elle voulait continuer à s'amuser. Son mari ne la regardait plus comme avant, elle qui avait gardé 10 kilos de sa grossesse. Son mari l'engueule tout le temps que c'est une mauvaise mère, qu'elle ne fout rien à la maison.
Ce gosse y'en a marre.
Entre temps divorce ou séparation, le père veut bien du gamin mais pas tout le temps.
Pour une fois elle va aller s'amuser comme avant.
Bon c'est quand même une mère, le gosse faut le canaliser, faudrait pas qu'il fasse des bêtises à la maison. 
Attaché dans la voiture, il risque pas de se faire mal. Et puis il est au chaud. Personne ne peut l'enlever non plus. Allez juste 1 heure, il n'aura pas le temps d'avoir envie de faire pipi.

Et puis l'alcool aidant, la drague faisant passer le temps, les mouvements du corps aidant à se détendre... l'heure passe. 

Mère immature, encore petite fille elle même, jeune encore, déjà divorcée ou à nouveau en couple avec un autre mec qui a bien compris que cette fille simplette, sans éducation et amoureuse ferait une parfaite bonniche.

Trop jeune dans la tête, pas encore adulte, comment être mère alors ?
Surtout quand on ne sait pas exprimer ses émotions, ni ses sentiments. Après tout l'enfant à tout ce qu'il faut : de la bonne nourriture, des vêtements, un logement agréable, la dernière console, les copains à la maison. C'est ça l'amour, c'est donner tout ça. Le reste, l'essentiel, elle ne sait pas donner. On ne lui a jamais dit à elle non plus. Elle fait de son mieux avec ce qu'elle a, avec ce qu'elle sait faire. 

Et puis son nouveau mec, il l'aime pas trop le gosse. C'est pas le sien c'est normal après tout. De toute façon, le nouveau il est souvent bourré alors faut être calme et sage. Sinon, c'est la trempe. Pour lui et... pour elle.

Parfois, c'est le père qui pête un câble et qui a besoin de se "détendre". Faut bien qu'il voit ses potes et qu'il autre une autre "maman".

Et puis le gosse, il a l'habitude, c'est pas la première fois qu'ils font ça, ça c'est toujours bien passé.... et les autres ils n'en sauront rien, papa ou maman ils reviennent toujours.



Ajout de quelques liens :
Une mère laisse seuls ses 6 enfants pour aller faire la fête
(il est très courant que l'aîné d'une grande fratrie, même s'il n'a que 10 ans, garde ses frères et soeur pendant que les parents partent en week end)

Elle part en week end et laisse seul son fils de 5 ans
Elle part faire la fête et laisse seul son enfant de 4 ans



mardi 4 janvier 2011

SOS Hommes Battus ouvre un compte Facebook

Eh oui, je ne sais pas très bien encore à quoi cela va servir, mais l'association à ouvert un compte Facebook ainsi qu'un groupe : "le groupe des hommes victimes de violences conjugales".

Plus sérieusement, j'espère que cette démarche permettra de mieux faire connaître l'association et son oeuvre, mais surtout d'aider à mettre fin au tabou qui règne encore sur les violences faites aux hommes alors que les chiffres de leur victimisation vont croissants.

Vous voulez faire partie des "amis" ? Vous voulez poster votre témoignage ? Allez-y !

Et faites passez le message !


lundi 3 janvier 2011

Ecrivez une histoire de psychologie !

Ho ho, hormis le fait que je n'ai pas respecté l'ordre des articles prévus (c'est tout moi !), je vous propose pour bien débuter cette année 2011 et d'être publié(e) sur ce site.

J'organise un concours de nouvelles. Elles seront toutes publiées ici. Il n'y a pas de bon ou de mauvais contenu ou de bonne ou mauvaise qualité d'écrivain. il s'agit simplement de faire partager ce que vous avez envie d'écrire. Toutes seront publiées.

J'y met néanmoins 3 restrictions :

- le thème : la psychologie

- le nombre de caractères : 4000 maxi (hors espace) (Sous Word le nombre de caractères est calculé automatiquement en sélectionnant le texte et en vérifiant dans le menu "outils" puis "statistiques").

- de ne pas se livrer à des écrits valorisant la pédophilie ni la zoophilie ou justifiant le suicide ou le meurtre.

Il n'y a pas vraiment d'autres obligations. Que texte soit "pour adulte" ou pas n'a pas d'importance. Qu'il y ait des fautes ou pas, on s'en fout. 

Ce que vous y gagnez ? Le plaisir d'écrire et d'être lu par quelques centaines de personnes dans le monde entier. Et qui sait, d'être repéré par une maison d'édition.

Alors laissez vous allez, parlez nous de votre vision de la psychologie au travers d'une expérience personnelle, d'une histoire totalement inventée, d'une fiction futuriste, créez un héros,  tout ce qui vous passe par la tête et qui fera fonctionner votre imagination est valable.

A rendre avant le 15 janvier 2011 (à négocier pour les retardataires !) à l'adresse suivante :
vergiberation @ gmail.com (sans espace)
La première nouvelle sera publiée dès le 1 février 2011.
ne vous dégonflez pas et ne dites "je n'en suis pas capable", vous le pouvez tous.
A vos plumes !




dimanche 2 janvier 2011

Stats