vendredi 21 janvier 2011

Etre enceinte et au régime a un impact sur le développement cérébral du foetus

Combien de femmes enceintes ont entendu leur gynéco leur dire :
"Oh la la, vous grossissez trop vite. Il ne faut pas dépasser 10 kilos de prise de poids, il faut vous mettre un peu au régime"...

Il y a celles aussi qui ne veulent pas trop grossir de peur de ne pas réussir à reperdre le poids pris pendant la grossesse.

Il y a celles aussi qui ne veulent pas grossir pour montrer, qu'elles, au moins ne deviennent pas de grosses vaches pendant leur grossesse et qu'elles savent se contrôler.



Tout ç a c'est beau, mais cela ne tient absolument pas compte du corps de chacune.
Certaines prendront naturellement 9 kilos, d'autres 25... 
On peut comprendre que les risque métaboliques existent (plus on prend de poids pendant la grossesse plus le risque de diabète peut apparaître), on peut admettre aussi que pour certaines femmes la grossesse est un truc super angoissant qui fait qu'elle compense en se jetant sur la nourriture, ce qui peut tout à fait justifier le fait de devoir perdre quelques kilos ou de contrôler ses (mauvaises) habitudes alimentaires et aussi parfois le fait d'aller voir un psychologue.

Par contre, le fait de vouloir absolument se mettre au régime pour ne pas dépasser les 10 ou 12 kilos réglementaires ou faire sa belle, présente des risques.
Pas des risques pour la mère, car la nature étant bien faite, même sous-alimenté le corps "tient" l'enfant.
Le problème ce que se mettre au régime a un impact sur le développement du foetus.

Ainsi en se mettant en régime il semblerait que certaines cellules n'arrivent pas à se diviser correctement et que les neurones du foetus n'arrivent pas à construire leurs connections.

Une étude américaine, sur des babouins, vient de montrer qu'une alimentation appauvrie de 30 % dérèglait le fonctionnement de centaines de gènes dont beaucoup sont des régulateurs dans la construction et le développement cellulaire.

On a déjà constaté, dans les pays où règne la famine, un fort impact de la dénutrition sur le développement cérébral des foetus.

L'alimentation jouerait un rôle primordial dans le développement cérébral et il semblerait aujourd'hui que même une faible sous-alimentation (comme un régime) suffirait pour avoir un effet à la fois sur le développement des organes du foetus et tout particulièrement donc sur le cerveau, prédisposant l'enfant à des troubles comportementaux et un QI inférieur.

L'impact est le plus fort lorsque la sous-alimentation est présente dans le première moitié de la grossesse, période pendant laquelle les cellules cérébrales foetales sont déjà présentent mais en plein développement.

Dans nos Sociétés, les femmes enceintes concernées par une sous-alimentation sont souvent soit les adolescentes soit les femmes enceintes "sur le tard".

La qualité de la santé et de la nutrition chez la femme enceinte sont donc importantes pour mener à bien un bon développement de l'enfant à venir.




C'était l'article "comment faire flipper un peu plus les femmes enceintes"... 
Alors si vous êtes enceinte et que vous êtes au régime, avant de paniquer, parlez-en à votre médecin sans omettre la réalité de vos comportements alimentaires.



3 commentaires:

  1. La vitamine B9 ou acide folique est essentiel pour le développement neuro du fœtus...et puis quand on accueille un enfant dans son ventre autant l'accueillir vraiment...parce qu'a la base il avait rien demandé!
    "désolée chéri(e) je t'ai un peu raté(e) mais je gardais la ligne lol"

    RépondreSupprimer
  2. Les médecins avaient arrêté pendant quelques années de donner de la B9 aux femmes enceintes en Europe. Ils y sont revenus. En effet, ce n'est pas que nous manquons de possibilités d'en avoir, c'est juste que beaucoup de femmes enceintes mangent déséquilibré, les fameuses "envie" mais surtout les régimes soit pour maigrir soit pour essayer d'avoir un garçon ou une fille.

    RépondreSupprimer
  3. Oui j'étais assez agacée par une émission récemment sur comment avoir un garçon/fille qui prônait des régimes, déjà au niveau éthique, puis au niveau santé.

    RépondreSupprimer

Stats