mercredi 23 février 2011

Le mariage

Oh la ! Du calme. j'en vois déjà qui fuit rien qu'à la lecture du titre.



Je ne vais bien sur pas vous parler de la façon dont on doit vivre le mariage.

Je pourrais vous parler de ceux qui ne veulent pas se marier :
- ceux qui l'ont déjà été principalement et qui se disent qu'on ne les y reprendra plus
- ceux qui ne l'ont pas encore été et qui se demandent si ça vaut le coup
- ceux qui ne l'ont pas encore été et qui se disent qu'aujourd'hui il y a d'autres façons de se "marier"
- et enfin ceux qui sont contre toute attache et qui vous balancent "que ce n'est pas un bout de papier qui va changer les chose".

En fait ils ont tous raison si on prend deux secondes pour réfléchir.

L'intérêt de l'union libre c'est que quand on en a marre, on peut se tirer du jour au lendemain sous le coup de l'impulsion.
L'intérêt du Pacs c'est que lorsqu'on n'en veut plus, il suffit d'envoyer un courrier dans la foulée de la décision pour être "dépacsé" **
L'intérêt du mariage.... est que pour vous séparer ça va prendre 6 mois si vous êtes d'accord, 5 ans si y en a un des deux qui veut gonfler l'autre. Et qu'en plus y a des histoires d'argent et de biens en plus.

Et pour vous dire tout cela n'est pas le sujet de cet article !!

Ce qui m'intéresse dans le mariage c'est la notion de mariage en elle-même, ce qu'elle induit au niveau psychologique.

La cérémonie du mariage, volontaire ou forcé, avait au moins un intérêt : elle était et est toujours initiatique.

Comme lorsqu'une femme accouche, elle passe de l'enfant de sa mère à mère de son enfant (ça ne marche pas pour le père...).
Et bien lorsqu'on se mariait on passait d'enfants sous la réponsabilité des parents à adultes sous leur propre responsabilité.

De même qu'on avait des rites initiatiques pour chaque passage important dans la vie et bien le mariage en était un autre.
Il l'était aussi pour les parents. A l'issue de la cérémonie, ils n'étaient plus que les parents qui devaient rester chez eux et s'occuper de ceux qui restaient avec eux. Les mariés prenaient leur envol et vivaient enfin la vie qu'ils voulaient.

Bref, le mariage permettait la prise de conscience de l'âge adulte des mariés à la fois pour eux. Et le fait de faire une grande fête et de réunir famille, proches, amis ne servaient qu'à dire "vous avez vu, nous ne sommes plus des gosses, nous ne sommes plus à la charge de nos parents, si vous avez quelque chose à nous dire maintenant vous passez par nous... et si on fait n'importe quoi nous assumons les conséquences".

Il y avait donc une rupture -principalement légale- d'avec la famille et le passé. Mais aussi psychologique, même si dans la pratique ce n'était pas aussi simple... 

L'intérêt du mariage c'était justement sa difficulté à le rompre. Je ne parle pas du mariage religieux, vous l'aurez compris, mais bien du mariage civil. Si avant c'était trio difficile d'obtenir une rupture, surtout pour les femmes, les difficultés aujourd'hui restantes permettent de réfléchir, d'essayer d'arranger les choses au sein du couple, de suivre une thérapie de couple si nécessaire. D'essayer tout court de comprendre pourquoi on s'est  écartés l'un de l'autre avec le temps. 
Le concubinage ou le pacs permettent surtout le passage à l'acte impulsif. Chacun donne t il des chances à l'autre ? Parfois oui, parfois non. Souvent la seule chance laissée est d'espérer que le temps va arranger les choses, ce qui n'arrange rien lorsqu'on ne cherche pas à comprendre ou à modifier son mode de fonctionnement.

Aujourd'hui, notre Société bannie les rituels intiatiques. Le bizutage se basait sur ces rituels de passage, mais les dérives que l'on connait, on amené à remettre totalement en question cette pratique. 
 
Bettelheim et avant lui Albert Hall, se demandaient déjà à leurs époques respectives si l'accroissement de la délinquance ne venait pas en partie de ces manques de "repères" dans l'avancée en âge.

Qu'en pensez vous ?


(**Une patiente m'a dit "ce soir je me dépacse". Ca m'a immédiatement fait pensé à "k-pax"... )






5 commentaires:

  1. Tout a fait d'accord!
    Je suis mariée depuis 10 ans sure de mon choix surtout depuis qu'on a dépassé une période de trouble.

    RépondreSupprimer
  2. En ce qui concerne le mariage, de nos jours, nous sommes bien souvent déjà indépendants avant de nous marier, donc cette initiation à moins lieu d'être, je pense. Quant aux rites initiatiques en général, je suis plutôt pour (s'ils restent corrects bien entendu). Ils peuvent avoir une valeur psychologique très forte, ils permettent d'appartenir à un groupe, ou d’être accepter dans ce groupe, de faire ses preuves, de passer d'un stade à un autre et d'être reconnu. C'est un pont entre deux états qui va dans le sens du développement personnel. On ne peut qu'apprendre grâce à l'initiation et il serait dommage de l'oublier. Par contre, au sujet du mariage, j’ai vraiment des doutes…

    RépondreSupprimer
  3. Oui, en effet, le mariage était un rite de passage important dans la société. Il avait lieu à un certain âge et changeait effectivement le statut de la personne, surtout de la femme, qui passait de la tutelle de ses parents à celle de son mari.

    Entre-temps, beaucoup de choses ont changé: la majorité s'obtient à un âge déterminé, pour les femmes comme pour les hommes, les enfants quittent le domicile de leurs parents pour leurs études ou lorsqu'ils travaillent (ou pas du tout), la sexualité hors mariage a perdu ses tabous, les tests de paternité nous permettent de déterminer le père sans qu'il ne se déclare "partenaire sexuel attitré" devant l'état-civil, il devra assumer ses responsabilités indépendamment du mariage.

    En même temps, nous découvrons que le mariage ne donne pas forcément la stabilité qu'il promet. Rien n'empêche les conjoints de changer d'avis, même s'ils se sont promis fidélité et soutien.

    Personnellement, j'aimerais voir le mariage comme un engagement qui se respecte, mais je crains que cette vision ne soit considérée comme complètement rétrograde...

    Est-ce que la déception de l'infidélité, de la rupture et moins grave avec un pacs ou un concubinat? Est-ce que nous pouvons élever des enfants sans avoir cet engagement?

    RépondreSupprimer
  4. Le papier ne change rien sauf psychologiquement. Tout écrit engage et laisse une trace. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle on l'utilise beaucoup en psychothérapie.
    Le PACS est écrit lui aussi et a obligé à négociations avant la création du lien.
    Les enfants sont toujours rassurés de savoir leurs parents mariés. Toute autre forme d'union leur laisse toujours planer le fait qu'une séparation est possible. or il faut aujourd'hui leur inculquer que l'acte de mariage n'inclut pas (plus) l'engagement à long terme obligatoire.
    L'écrit tend à disparaître parce qu'il fait peur. S'engager ? Si l'engagement moral suffit, l'engagement papier ne change rien en effet. Et c'est toute la question actuelle : les personnes qui se mettent en couple s'engagent-elles ? Et si oui à quoi ?

    RépondreSupprimer
  5. mais le mariage c'est selon moi plus qu'un papier. Et là c'est mon coté juriste qui ressort c'est juridiquement un engagement plus fort que le simple fait de vivre ensemble; on s'engage à ce que l'autre entre dans notre famille, devienne l'hétitier de nos biens,...
    Et je pense que psychologiquement c'est plus contraignant pour le couple de se marier, de le faire devant des témoins que de "simplement" vivre ensemble".
    ps: le pacs c'est quoi? y a pas ça chez nous( c'est cohabitation légale on vit ensemble c'est reconnu par la loi mais ce n'est comme le mariage?)
    Merci
    kirikou

    RépondreSupprimer

Stats