mercredi 9 mars 2011

Pour quelle raison pourriez vous tuer quelqu'un ?




Glenn Beck, célèbre polémiste américain, donnait dans un livre "toutes les preuves que vous pouviez possiblement avoir besoin d'être violent"...

Tellement de précautions dans cette phrase qu'elle ne peut qu'être maladroitement traduite en français.

Néanmoins un homme y a vu l'appel de la vérité. 
Ebloui par cette révélation, il a pris les armes pour aller tuer ceux qui seraient sur son passage. 
Il a pu être arrêté avant de commettre ses crimes.
Pour lui, Beck est un professeur de la vie.

Au point que les théories de Beck on inspiré bien des annonceurs publicitaires aux USA, au point que lors de certains séminaires en interne la question suivante est posée :

"Tuer quelqu'un, pour ou contre ?"

 
Et vous, quelle serait votre réponse ?



10 commentaires:

  1. Tuer quelqu'un? si il le faut oui.
    Je déteste la guerre, la violence, la compétition, etc... mais j'ai parfaitement conscience que si on me pousse dans mes retranchements, je ne me laisserais pas faire sans me défendre ou défendre mes enfants.
    Après je ne sais pas combien de temps il me faudra pour digérer psychologiquement un acte pareil, si j'y arrive un jour. Mais sur le moment je pense que l'instinct primaire parlera le premier.

    RépondreSupprimer
  2. contre ... résolument contre ... trop fatigant ... et puis c'est un coup à te flinguer proprement le karma ça ... très peu pour moi ;-)

    RépondreSupprimer
  3. les psys qui posent ce genre de question... je les flinguerai ! ;o)

    RépondreSupprimer
  4. Trop salissant, et puis adroite comme je suis il y a de grandes chances pour que la personne s'enfuit avant.
    Plus sérieusement, je ne pense pas en être capable, mais je ne préfère pas être catégorique, on ne se connaît jamais assez bien pour pouvoir s'évaluer avec un parfait recul et une parfaite adhérence.

    RépondreSupprimer
  5. La question est plutôt vague.
    Tuer quelqu'un par légitime défense n'est pas pareil que tuer quelqu'un par plaisir ou parce qu'on avait envie.
    "Tuer ou être tuer" c'est une question d'instinct je pense. Après ca dépend de la personne, certaine vont se défendre et d'autre pas.
    Aprés allé tuer son voisin parce qu'il nous fait chier avec sa musique, ou son patron parce qu'il nous a licencier ... C'est autre chose.

    Perso je pense qu'on a dépasser le stade de l'animal et qu'il y a d'autre facon que de tuer l'autre.

    RépondreSupprimer
  6. Tuer c’est enlever la vie, c’est l’acte le plus violent qu’il existe. Dans le cas d’une légitime défense, car je ne vois que ce cas où il pourrait être « justifié » de tuer, mais même dans ce cas là, ce ne peut être que par accident. Sinon se balader avec une arme sur soi au cas où comme aux Etats-Unis, ce n’est plus vraiment de la légitime défense. Donc oui, je pourrai le faire puisque ce serait un acte de défense, de protection, et d’instinct comme c’est dit plus haut. Tuer gratuitement quelqu'un ou parce qu’il vous a insulté, ça relève du désordre mental et de la connerie, c’est pas humain comme réaction. Je suis en train de lire « Au-delà deu mal » de Shane Stevens, l’histoire d’un enfant enfermé à 10 ans parce qu’il a tué sa mère qui le violentait et ensuite c’est le carnage… c’est une plongée dans le crime assez déroutante.

    RépondreSupprimer
  7. les questions qui se posent sont aussi :

    "Pourquoi ne tuerai-je pas ? Est-ce par crainte de ma conscience ou par crainte de la marée-chaussée ?

    "Pourquoi tuerai-je si je sais m'affranchir des deux écueils ci-dessus ? Seulement par "instinct" de justice (légitime défense, vengeance) ou alors également par intérêt personnel calculé ?

    Donc pour répondre, oui, sans trop de souci : par légitime défense bien sur, et je pense que par vengeance car ça doit être un truc qui raccroche à la vie. (Alors que je suis profondément contre la peine de mort !)

    RépondreSupprimer
  8. Contre bien sûr, je suis contre l'idée de tuer quelqu'un quoi qu'il arrive.
    On ne peut pas vraiment savoir ce que l'on fera dans certaines situations, mais j'espère que ça ne m'arrivera jamais.

    RépondreSupprimer
  9. La tendance serait contre sauf si...

    Lymphe : tuer c'est tuer. Quelque soit la raison, le résultat est le même. Un tueur sadique a une bonne raison de tuer si on lui demande. Sa vision n'est pas la tienne et réciproquement. Sur quoi s'appuie le fait que c'est toi qui détient la vérité, parce que la majorité ne tue pas ? Pourtant en temps de guerre c'est la majorité qui tue, tuer deviendrait normal et laisser vivre anormal. Là où je rejoins totalement Nakito c'est que la majorité ne tue pas parce qu'il existe des Loi et des sanctions. C'est même pour cela qu'elles existent, parce qu'on sait que si on n'édicte pas cette loi, la majorité se livrera au meurtre (comme est prêt à le faire l'américain qui porte un flingue).

    RépondreSupprimer
  10. En tant de guerre on se persuade que l'autre est la cause de nos malheurs et on le déshumanise pour pouvoir l'abattre sans remord, c'est ce qui fait qu'on peut tuer, c'est un contexte particulier. Mais si on reste un peu humain, on ne fait pas à l'autre ce qu'on n'aimerait pas qu'on nous fasse. Si on tuait qqn que j'aime, je serais très triste, je serais écoeurée de vivre. Je ne veux pas produire cette douleur à autrui, donc je ne tuerai pas. Celui qui peut tuer n'a plus assez d'empathie pour contrôler son envie de tuer, je trouve ça choquant.

    ... mais bon j'ai réfléchi (lol), je pense que je pourrais tuer dans un cas de défense, défense de moi-même ou de qqn qui m'est proche. Eviter la mort par la mort, dans un moment d'urgence. Enfin, j'essayerai de blesser simplement. Mais je n'ai jamais été confronté à ce genre de cas, comment prévoir ma réaction ? Si ça s'trouve un jour je ferai de la prison.

    Je me demande ce que Glenn Beck a pu trouver comme arguments pour pousser un lecteur au meurtre, il n'y a un lien vers ce livre sur internet ? (ou le titre du livre)

    RépondreSupprimer

Stats