vendredi 13 mai 2011

Les horaires du psy

(Blogger a planté pendant 36 h en m'effaçant deux articles mis en ligne dont je n'ai pas gardé trace. Pas sur que je les réécrivent. Je verrai.
Pour ceux qui m'ont entrevus à la télé ou entendue à la radio, j'espère qu'ils ne sont pas trop saturés par l'affaire X. Dupont de Ligonnes. Mon nombre de lecteurs n'a pas bougé mais j'ai l'impression d'avoir perdu mes lecteurs habituels. Mes commentaires sur cette affaire vous intéressent-ils ? Faites m'en part).




Le psy a une chance : il commence assez tard le matin.
Enfin une chance, si vous n'êtes pas du matin !


En général donc pas avant 10 h.
D'ailleurs il est très rare que les patients soient demandeurs d'heures de consultation avant cette horaire là.
Il m'est arrivé de prendre un patient à 9 h parce que de toute façon, il n'y avait que là qu'il pouvait être dispo. Mais bon "je ne fais pas ça pour tout le monde" ! lol

Les horaires les plus pris sont :
- le soir (après 18 h et jusqu'à 22 h)
- le samedi matin
- le midi


Le problème est que TOUS les patients veulent être reçus le soir ou le samedi matin !
Sauf, que l'agenda n'étant pas extensible, il s'avère que du coup ces horaires là saturent vite. D'autant que l'on revoit les patients de façon cycliques, que ce sont donc les mêmes qui reviennent pendant un certains temps toutes les semaines ou chaque 15 jours et que ça limite les disponibilités.

Alors que faire entre 10 h et 12 h et entre 14 h et 17 h ?
Eh bien essayer de convaincre les patients qu'on n'est pas libres à d'autres moments ?
Après tout lorsqu'on veut aller chez le médecin et qu'on vous annonce 11h15 ou 16h10, on ne fait pas la fine bouche, on grimace, on se dit que ça va pas être de la tarte d'être libre mais on prend le RDV quand même et on s'y tient. On peut toujours essayer un autre médecin, mais comme nous avons nos habitudes et nos "amitiés" on préfère garder ce RDV mal placé.

Et bien ça, les patients ne l'admettent pas chez le psy.
Je l'ai déjà dit, le psy passe après tout le monde. "J'attend mon livreur Carrefour, j'ai accepté sur l'heure de notre consultation parce que c'est ce que j'ai de moins important" ! .... 
Eh oui, être psy c'est aussi savoir mettre son égo dans sa poche.

Contre toute attente, remplir son agenda sur la journée n'est pas toujours simple.
Et du coup, pour un salarié trouver un psy dispo n'est pas simple non plus.
C'est une des raisons qui font que certains ne consultent jamais, car ils n'arriveront pas à trouver un psy compatible avec leur plage de liberté.

Bien sur me direz vous, car vous êtes finauds maintenant, n'est-ce pas un bel acte manqué ?
Héhé, bien sur.
Pour certains en tout cas.
Certains ne sont pas prêt pour la thérapie et trouve un alibi fictif pour ne pas prendre de RDV. Ils diront à leurs proches qu'ils ont tout essayé mais qu'aucun psy ne lui fait de la place (et du coup discours sur les psys pas sympas, pas compréhensifs et qui croulent sous les patients...).
D'autres se débrouillent pour ne pas pouvoir avoir de RDV. Ils sont persuadés qu'ils sont prêts (ne font ils pas la démarche d'appeler le psy d'ailleurs ?) et proposent des horaires de dispo impossible à tenir (avant 8 h ou après 21h30).
D'autres perçoivent le psy comme une personne extraordinaire. Le statut du psy ne lui permet pas d'être appréhendé comme une personne "classique" avec des horaires, des contraintes personnelles ou familiales, le psy est un être à part disponible 24 h/24 pour sauver le monde.

Il est évident alors que le psy se retrouvent de façon majoritaire avec des patients qui peuvent se libérer.
Des professions libérales, des artisans, des chercheurs, des étudiants, des salariés à temps partiels, des inactifs.
Tous les autres... ils ne vont pas chez le psy !

Ce qui est étonnant c'est que les patients, très vite, s'aperçoivent qu'être suivi psychologiquement leur fait un bien fou. Bien sur ce n'est pas aussi rapide qu'une bonne pilule, mais ils sentent des changements en profondeurs, des changements qui seront persistants. Et ils se disent que le psy est aussi important que n'importe quelle autre type de consultation. 

Si les éventuels patients savaient le bien être qu'ils peuvent tirer d'un soutien ou d'un suivi en psychologie, sans doute seraient ils moins regardant sur les horaires. Un chemin reste encore à faire pour le faire comprendre... et remplir l'agenda des psys !!!  ;-)






10 commentaires:

  1. Je te trouve très dure et injuste avec les éventuels patients salariés. Je suis convaincu de l'intérêt du psy seulement si je voulait un rendez-vous régulier durant la journée tu devrais également convaincre mon patron. Il tiquait déjà lorsque je prenais mes rendez-vous mensuels chez le gynéco lors de ma grossesse alors des rendez-vous toutes les semaines!
    Lors de ma grossesse, j'étais moralement en forme sur de mon doit et de mes priorités donc je ne m'en souciais guère mais quand on consulte un psy, on n'a pas forcément ni le courage ni l'envie de s'attirer les mauvaises graces de son patron même si on au bout de 2 ans on aura peut-être apris à mieux en gérer les conséquences.
    Et je ne parle même pas de tout ceux (de plus en plus nombreux)qui aujourd'hui sont en CDD ou en intérim qui sont assurés de ne pas voir renouvelé leur contrat en cas de rendez-vous médicaux trop fréquents.

    Concernant la tuerie de Nantes: une fois qu'on a compris qu'il s'agit malheureusement de l'acte d'un malade qui cachait très bien son jeu, il n'y a plus grand chose à rajouter.

    RépondreSupprimer
  2. Enfin de toute façon pour un bon nombre de toute façon la consultation d'un psy reste un luxe qu'il ne peuvent se permettre si ils n'ont pas accés à une consultation dans un cadre hospitalier. Un dépassement d'honoraire ne serait-ce que de 10€ à renouveler toute les semaines c'est l'équivalent de leur budget alimentation.

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi pas de RDV avant 10h00 ? En ce qui me concerne, c'est le moment où je me sens la plus disposée à parler en la présence d'un être aussi étrange ! lol

    Un jour où je ne pouvais me libérer à un autre moment, le thérapeute m'a proposé avec peine un RDV à 09h00 en me signalant toutefois que c'était contre ses principes normalement. Et je n'avais pas d'autre choix que d'accepter cette tranche horaire si douloureusement consentie... je me suis sentie obligée de lui apporter deux bouteilles de vin pour le sacrifice, car ça avait l'air d'en être un.

    Léa

    RépondreSupprimer
  4. Non Cleanette, c'est à toi de convaincre ton patron de ton besoin de consulter. En lui expliquant par exemple que tu seras bien plus sympa et bien plus performante lorsque tu iras mieux (c'est un alibi bien sur). Lorsque tu vas, disons chez ton dentiste, tu n'as pas besoin de convaincre ton patron que c'est nécessaire, même si je comprends que cela le gonfle. Le seul problème du psy c'est que ça revient...
    Mais je ne suis pas dure avec les salariés, je comprends leurs contraintes, mais ils oublient souvent que le psy en a aussi. Lorsqu'un éventuel patient me dit "mais moi à cette heure là je travaille !" je lui réponds "mais moi aussi !".

    RépondreSupprimer
  5. Ooops, pour Nantes, pour l'instant rien ne dit que ce soit lui. J'ai encore pas mal de doute sur l'action d'une personne seule. Et si jamais c'est l'acte d'une seule personne, ce n'est pas un malade.

    Cleanette : il est possible de consulter en CMP où les consultations sont gratuites.

    Léa : pourquoi pas de RDV avant 10 h ? Parce que je finis à 22 h !
    Pour ce qui est ton psy, si ça lui coûtait tant pourquoi a t il accepté ? Quelle est donc sa contrainte, pas de t'aider puisqu'il t'a fait sentir que franchement ça l'embêtait. Pour ce qui est des 2 bouteilles, j'espère qu'il les a refusé.

    RépondreSupprimer
  6. 22h00, effectivement ça fait un peu tard. Je comprends dans ce cas-là qu'avant 10h00 ça peut être dur.
    Quant à mon psy, je dois avouer ne pas le comprendre tout à fait parfois, je me pose même pas mal de questions à son sujet... et il a effectivement accepté les bouteilles avec un petit sourire satisfait, j'avais l'impression.

    RépondreSupprimer
  7. En tout cas, on ressent dans cet article pas mal d'agacement pour le manque de considération pour l'emploi du temps du psy, sa personne et l'importance de son travail. Certainement à juste titre d'ailleurs...

    Pour ma part, je ne veux absolument pas sous-estimer l'utilité des psy. Je pense que dans beaucoup de cas ils sont indispensables pour permettre à certains de vivre dans des conditions acceptables et pour les aider à passer des moments difficiles. Donc merci à tous ceux qui acceptent de travailler des fois tôt le matin ou trés tard le soir et qui ont beaucoup de temps libre dans la journée !! lol

    Léa

    Et bonne journée...

    RépondreSupprimer
  8. Nul agacement. Une certaine étonnement face à l'incompréhension de la vie personnelle que nous pouvons aussi avoir.

    RépondreSupprimer
  9. jusque 22 h me semble tard!! dans quel état d'épuisement peut on être après des journées si longues (tant pour le psy que pour le patient)mais ça peut être un bon moyen pour être plus dispo pour la thérapie (quand je suis fatiguée je suis personellement moins dans le contrôle du coup on dit plus de chose intéressante paradoxalement!)

    Et concernant l'affaire de Nantes on en veut encore bien que belge ça fait du bien d'entendre qqn repecter la présomption d'innocence!! Et puis moi non plus je pense qu'il fallait être plusieurs pour organiser un truc pareil!!
    kirikou

    RépondreSupprimer
  10. Le soucis c'est que effectivement un rdv chez le médecin, le dentiste, ect on ne fait pas la fine bouche, parce que c'est exceptionnel que ça n'arrive qu'une fois et non pas chaque semaine. Dire à son patron "excusez moi je ne serais pas là, rdv chez le psy, chaque semaine" hum, ça ne passe pas forcément et encore moins en plein entretien d'embauche.

    Après j'ai du temps en journée, mais je me débrouille toujours pour prendre mes rdv après 19h lorsque c'est possible, question d'habitude, de cerveau plus réceptif qu'en plein milieu de journée, plus à même de parler vraiment plutôt que de faire mumuse à tourner autour du pot ou à parler de la pluie et du beau temps.
    Et c'est vrai que d'un point de vie "logique" aller à une séance psy et devoir par la suite se replonger dans le travail c'est assez hard, il faut mettre de côté ce qui a été dit pour se reconcentrer sur les diverses tâches et clairement pas évident.

    J'ai une question, à propos du type de patients que vous rencontré, est-ce qu'il y a beaucoup de retraités ? Je n'ai jamais eu l'occasion d'en croiser me semble et je n'ai pas l'impression que ce type de population fréquente beaucoup le milieu psy, mais possible que je me trompe donc ^^.

    RépondreSupprimer

Stats