samedi 25 juin 2011

Joggeuse... lambic

Parlons bien mais parlons peu.
D'abord, bien que je sache que le terme "joggeuse" viennent de l'anglais, on devrait le prononcer "jodjeuze", ce qui change tout.
Avouez que ça a de la classe, même s'il est vrai qu'en français, on ne trouve normalement pas de voyelle après deux "g".
Non ?
Non.

Qui osera violer Godzilla pendant son footing ?


Si vous m'avez lu ailleurs vous savez déjà ce que j'en pense, mais ça ne m'empêchera pas de vous le redire ici.
D'abord, il est évident que la dernière joggeuse ("Marie-Jeanne") (joli nom non ?) n'a rien à voir avec les agressions précédentes.
Attaquez une femme dans la fleur de l'âge, sportive et athlétique ne fait pas appel au même profil d'agresseur d'une jeune femme de 17 ans, qui pratique au début de l'été en se demandant si elle va pouvoir rentrer dans son bikini estival.

Même s'il est évident que dans quasi tous les cas, l'agresseur connaissait bien le coin, les petites routes, les cachettes....
Ce qui, n'en doutons pas, voudrait quand même dire que le mec est du coin. A moins qu'il ne soit lui même tombé dans le trou lui même au cours de ses errances et que ça lui a donné des idées.... 

En criminologie il y a longtemps que je ne crois plus au hasard des rencontres agresseurs/victimes.
Si l'agressur trouve l'autre, c'est parce que l'autre est là et que cette victime est facilement accessible.

Non ne me dites pas que je fais le jeu vieillot des arguments en faveur des femmes qui l'ont bien cherché, ce n'est pas le cas.
Mais restons réalistes, se balader seule, dans une tenue un peu près du corps, dans un coin isolé, sans possibilité de contact et avec un casque sur les oreilles, ça permet bien des choses qui ne se feraient pas ailleurs.
Mais attention, ça ne justifie pas l'agression. Mais ça l'explique.

Et quand certaines et mêmes certains comprendront que ce sont quelques individus incapables de contenir leur pulsions qui mènent le monde de l'insécurité, on limitera enfin certains passages à l'acte.
On devrait pouvoir faire/dire ce qu'on veut, où on le veut, mais du fait de ces rares individus c'est impossible.

Bref, certains adultes feraient de se rappeler ce qu'on leur a appris petit :
- ne pas être seul
- ne pas passer dans des endroits isolés ou mal éclairés
- ne pas marcher avec un casque sur les oreilles
- ne pas parler à n'importe qui
- rester à plus d'une portée de bras

C'est fou comme l'adulte croit qu'il est immortel, inatteignable. Ca n'arrive qu'aux autres bien sur.

Mais rappelons le rôle aussi de l'entourage.
Pourquoi donc accepter que sa fille de 17 ans aille faire du jogging seule, avec son casque dans un endroit isolé ? 
Vous me direz qu'à 17 ans, c'est pas toujours facile de les tenir. Mais peut être que certaines règles n'ont pas été assez rappelées.
Mais est-ce que parce qu'on connait "tout le monde" dans le village, qu'on est en sécurité ?

L'agresseur de Marie-Jeanne, à la lecture des médias, à réussi un beau "copy cat". Alors hasard d'une rencontre d'une pulsion et d'une victime "facile" ?  Certainement.

Alors me direz vous, car vous êtes des lecteurs intelligents, n'est-il pas réaliste de dire que dans plus de 70 % des cas les agressions ont lieu par des personnes connues voire des proches ?
Et bien oui !

Mais nous avons affaire à un débutant, sinon il n'aurait pas choisi une victime si jeune, si disponible. 

Du coup,  l'agresseur de la pauvre Marie-Jeanne devait être dans la 'marche blanche', après tout rien de plus drôle que de pleurer celle qu'on a tué. Surtout que si on a des remords, on pleure encore plus fort que les autres. Il est horrifié. Mais il y a pris goût...

Alors me direz vous (bis) si l'agresseur est une personne connue il n'y a pas de raison de se tenir éloigné, sur ses gardes.
C'est bien tout le problème.

CQFD.







21 commentaires:

  1. Ce genre d’articles me laissent toujours des sentiments mitigés. D’un côté, je m’insurge que l’on doivent presque devenir parano à cause d’une poignée de malades qui courent les rues et la campagne mais, d’un autre côté, c’est malheureusement la triste réalité, on est toujours à la merci d’un de ces esprits dérangés même s’ils sont peu nombreux. Hélas, ils existeront toujours donc à nous d’agir en conséquence et de nous faire une raison, eux, de toute façon, à priori ne peuvent pas !

    Mais je pense qu'à 17 ans, on peut facilement se sentir invincible et inatteignable et croire que ce genre de choses n'arrive qu'aux autres, hélas certains sont là pour nous rappeler que c'est loin d'être le cas.
    En fait, du moment où on va régulièrement dans un même endroit isolé, on devient une proie potentielle pour ce genre de détraqués. Et certaines peuvent se rassurer en partant par exemple avec leur chien mais c’est une grave erreur, un chien est justement très facile à neutraliser. Donc soit on se paye un garde du corps (de préférence style Kevin Costner), soit on part armé jusqu’aux dents, soit on va courir en ville dans les gaz d’échappement, soit on s’achète un vélo d’appartement… Enfin, à chacun de trouver sa propre solution, moi perso, j’ai arrêté le footing… définitivement trop fatiguant ! Un ami me disait justement l’autre fois : ah toi, ça ne pourrait pas t’arriver ! Car que ce soit le footing ou les petites tenues moulantes et sexy, tu ne connais pas. Et oui, la tenue tue l’amour style sac de patates peut être aussi une solution adéquate pour éviter ce genre de problèmes (enfin, ça peut permettre d’éviter de se faire violer mais hélas pas zigouiller).

    Marie-Jeanne a été seulement tuée ou violée également ?

    RépondreSupprimer
  2. C'est pas vraiment évident. Certaines personnes, si elles ne sortent pas seules, ne sortent pas du tout.
    D'autres préfèrent courir seuls.
    On ne peut pas vraiment critiquer cela. Après, il y avait sûrement un chemin moins "Remake du Petit Chaperon Rouge." =/

    Et, quand on grandit, on a tendance, il est vrai (et sans doute à tort) à croire qu'on sera plus apte à se défendre. Malheureusement, la réalité nous rattrape.

    RépondreSupprimer
  3. Lea : s'ils étaient rares encore on comprendrait, mais le monde est plein de violence.
    Oui à 17 ans on pense qu'on a tout vu, tout compris et que la mort ne peut déjà venir.
    Un chien est assez facile à tuer en effet, mais bon certains gros chiens refroidissent les "débutants", mais quelqu'un avec des antécédents ce n'est pas la bestiole qui va l'arrêter.
    Le style sac à patates limite mais n'empêche pas. Certains agresseurs, dans leur pulsion, se foutent un peu du look, la tête renseigne aussi !
    Marie-jeanne n'a pas été violée semble t il.

    Maxen : bel exemple que le "Chaperon rouge" dans lequel le "loup" n'est qu'une représentant symbolique de l'élément masculin qui fait perdre son innocence à la jeune fille.
    Il n'y a aucune critique à formuler sur les choix de chacun, comme je l'écrivais, on devrait pouvoir faire ce qu'on veut, dans la tenue qu'on veut... mais c'est de l'utopie. Les faits divers nous le rappellent tous les jours.

    RépondreSupprimer
  4. Vergiberation : "s'ils étaient rares encore on comprendrait, mais le monde est plein de violence."
    Dans les grandes villes peut-être mais ce n’est pas partout le cas, me semble-t-il, ce genre de personnes représentent quand même une toute petite minorité !? Je continue et veux continuer à croire que les gens (la majorité) sont foncièrement bons. Ils ne le sont pas tous, c’est vrai, mais beaucoup le sont, et pour ceux qui ne le sont pas et représentent un danger pour la société, à nous de savoir les reconnaitre (ok, facile à dire peut-être).
    En fait, je ne sais pas si je crois vraiment à ce que je viens d'écrire, peut-être que j'aimerais y croire seulement.
    Une chose me vient à l’esprit : j’ai l’impression qu’en fait certaines personnes s’en remettent à la chance, ils pensent que ça ne peut leur arriver car ils ont une bonne étoile qui les protège… mais c’est une illusion, cette étoile peut les laisser tomber du jour au lendemain sans prévenir. C’est une façon de se rassurer et de se protéger de l’angoisse mais, hélas, ça ne limite pas le risque, quel qu’il soit.

    Enfin, peut-être que c'est réellement comme ça, le monde est pourri, les gens aussi et il faut se méfier de tout le monde. Avec des messages comme ceux-là , on va créer une génération de parano, si ce n'est déjà fait !

    RépondreSupprimer
  5. Lea : Chacun sa vision du monde. La mienne ne peut pas être positive. J'ai constaté, et ça ne relève que de mon vécu, que les personnes ne sont pas "bonnes" en naissant (d'ailleurs l'enfant est prêt à tout manipuler/utiliser pour sa survie), mais je constate que les gens les plus agressés sont ceux qui croient que le monde est "rose" même lorsqu'ils regardent les infos ! La réalité les rattrape souvent et les plonge dans le "côté obscur".
    Maintenant, non il ne faut pas avoir peur. Comme je l'apprends aux gosses qui s'inquiètent, être méfiant ce n'est pas avoir peur.

    RépondreSupprimer
  6. Ca me rappelle la théorie de la "victime innocente" : une femme a d’autant plus de chance de se faire violer qu’elle est attractive". Donc, la femme violée peu attractive sera d’autant plus responsable d’avoir été violée. Moins elle est attractive, plus elle est jugée responsable sur le plan comportemental et moral. Dans ce cas elle sera doublement blâmée (sur le plan comportemental – que faisait-elle à cet endroit-là ? – et sur le plan moral.)

    Ce sont des croyances, et fait référence à la théorie de LERNER de la Croyance en un Monde Juste.
    Je serais intéressé de savoir l'implication de cette croyance dans la théorie de la criminologie vergi ?

    RépondreSupprimer
  7. Aztek : eh bien c'est un gros gros problème. C'est même la raison pour laquelle les victimes ne sont pas étudiées dans le monde entier ! C'est mon orientation de recherche, mais je me suis retrouvée face à des barrières immenses qui ont surtout consisté à tenter de défendre un vieil argument des années 70 : démontrer que la victime "attire" l'agresseur, c'est démontrer que la victime est en partie responsable de son agression et donc que la responsabilité de l'agresseur est moindre.
    Or, et je suis obligée de le préciser à chaque fois (comme dans l'article) que ce n'est parce ce que l'attitude de la victime explique l'agression que cela la justifie.
    Ce n'est pas parce qu'on voit des belles pommes à l'étalage qu'on doit les voler.
    Par contre, ce qu'est la victime est important. Si l'agresseur agit par opportunité (la victime est facilement accessible), il existe de toute évidence un "choix" de la proie ("to target") qui repose sur certains critère spécifiques au commettant. Or c'est l'étude de ces critères qui permettraient de faire avancer la prévention. Enfin pas vraiment. Par expérience, je sais que lorsque je dis dans un séminaire qu'il vaut mieux éviter les tenues affriolantes cela provoque un tollé général de "et la liberté", "moi je veux faire ce que je veux"... Oui, je tout à fait d'accord. Mais alors, lorsque les belles pommes sont non surveillées à l'étalage et qu'elles se font voler, qui est reponsable ?

    RépondreSupprimer
  8. Je n'ai que peu de connaissances sur ce sujet, mais en tout cas je suis convaincu de tes arguments. Certes, il s'agi(rai)t d'une croyance, mais personnellement, je suis persuadé qu'une femme en tenue affriolante (pour reprendre tes mots) a plus de chances de se faire agresser que la même femme en jogging, pas maquillée, pas coiffée...

    RépondreSupprimer
  9. c'est encore vrai aujourd'hui parce que dans l'imaginaire masculin une femme qui se fait "belle" et qui a une tenue jugée affriolante est une femme qui chercher à séduire ou qui cherche à avoir des relations sexuelles.
    Si ce n'est pas le cas, difficile à dire pourquoi certaines femmes se maquillent et portent certaines tenues. Beaucoup répondent : "je me fais belle pour moi". (ce qui veut dire par ailleurs qu'au naturel elles se trouvent moches, ce qui nécessiterait une pris en charge psychothérapeutique). Mais je veux bien entendre cet argument.

    Cet argument ne devient gênant que lorsque justement l'éventuelle victime sait que dans telle circonstance ou dans telle tenue, les risques d'agression sont grands.
    Ainsi par exemple la majorité des jeunes femmes agressées en sortie de boîte de nuit ne sont pas habillées de façon sexy, mais sont seules au moment où elles repartent, elles sont sous influence de l'alcool ou de drogue, ce qui fait que leur jugement est altéré et elles partent avec le premier venu qui propose fort gentiment des les accompagner. Ces facteurs permettant de cibler, d'attraper et de contraindre plus facilement le victime.
    Tant que tu ne sais pas que ces facteurs peuvent te mener à des très forts risques d'agressions, OK. Mais si tu sais que tout cela risque de te mener à être une victime pourquoi le faire ? Sous prétexte de la liberté ? Liberté personnelle et criminologie ne vont pas ensemble.

    RépondreSupprimer
  10. C'est vrai que la joggeuse en question accumulait les "faux -pas", mais je vous trouve quand même tout de même dur, je ne suis pas très adepte du jogging mais lorsque j'en fais je choisis des endroits calmes et je mets des écouteurs. Parce que faire du jogging dans un endroit bondé et sans musique pour passer un moment pus agréable, on ne peut pas dire que le moment de sport soit un moment de plaisir.
    Je pense que le soucis principal c'est surtout qu'on se dit que ça n'arrive qu'aux autres, pas forcément invincible pour autant, juste inatteignable, jusqu'à ce que ça nous tombe sur le coin de la gueule, parfois trop tard.

    Tout comme vous je ne crois pas aux hasards, des chances qu'il l'espionnait depuis un certain temps et avait connaissance de ses habitudes, son emploi du temps, bref, tant d'informations rendant son crime plus simple à commettre. Finalement brûler le corps, permettant de laisser le moins d'indices recevables, loin d'être idiot.

    RépondreSupprimer
  11. Non je n'ai pas de jugement. je constate à partir des faits police/gendarmerie.
    Le sport n'est pas un moment de plaisir mais de souffrance. Et c'est cette souffrance qui mène au plaisir d'avoir bien travaillé (merci les endorphines). tu fais du jogging dans un endroit calme avec des écouteurs sur tes charmantes oreilles, libre à toi. Et si tu aimes jogger dans ces conditions, c'est très bien il n'y a pas de raison -apparente- que tu t'en prives. Maintenant le jour où tu te fais agresser, le fait que tu sois totalement isolée n'aura bien sur justifier en rien cette agression c'est clair. Mais tu auras créé toutes les conditions idéales à une agression. Si on partait du principe qu'il est possible d'arrêter tous les agresseurs, OK. Mais ça je le sais, tu le sais c'est impossible. ce qui veut dire que lorsque tu vas jogger dans ces conditions tu signes l'accord comme quoi tu peux (opportunité et acccord tacite) te faire agresser. Tu fais le jeu de l'agresseur. Ce n'est pas de la responsabilité, c'est de l'inconscience. C'est dire "je ne veux pas me faire agresser" et en même temps "mais je fais tout pour" (sachant qu'il n'existe pas de façon d'éradiquer les risques). Où est la logique ?

    La Justice est très tordue. Tu te fais agresser et la Justice dit que ton agresseur est 100 % responsable. Et je suis d'accord.
    Tu traverses la rue et tu te fais renverser par une voiture. Si tu es dans le passage piéton ou à moins de 2 m du passage, l'automobiliste est 100 % responsable. Mais si tu es à plus de 2 m, la responsabilité est de 50/50 et on te dira "fallait traverser dans le passage protégé". Dans un cas tu prends des risques tu es en partie responsable et dans l'autre tu ne l'es pas... Pourquoi donc ?

    RépondreSupprimer
  12. Si l'on admet que le sport soit un moment de souffrance (et encore pour le jogging je veux bien, mais si on prends par exemple le ping pong j'ai du mal à voir une quelconque souffrance physique vu le peu de déplacement induit par l'activité) rien n'empêche pour autant le sujet de vouloir rendre la séance plus agréable.

    Après, pourquoi tant d'agressivité ? Pourquoi toujours penser à mal, la méfiance exacerbée ce n'est pas bon pour la tension artérielle.

    La logique ? C'est que je me suis fait agresser dans un coin non isolé, les oreilles dégagées donc sans écouteurs, alors que je portais un jean non moulant des converses et un tee-shirt sans décolleté, alors à présent je fais selon mes envies, mes préférences puisqu'on ne peut jamais vraiment anticiper les choses et que la prudence n'a pas porté ses fruits -quoique c'est chouette je n'ai pas fini carboniser-.
    Et soit dit en passant je n'ai jamais dit être quelqu'un de responsable.

    RépondreSupprimer
  13. Tout dépend comment on joue au ping pong...
    Aucune agressivité, juste un constat. Il ne faut pas confondre méfiance et peur. C'est aussi de la déformation professionnelle, je vois tellement de truc horribles et j'entends tellement de personnes qui paraissent "gentilles" et qui cachent une profonde violence et qui seraient prêt à passer à l'acte s'ils étaient sûrs de ne pas être pris...

    Tout à fait d'accord, comme je le disais pas besoin de tenue sexy pour se faire agresser. C'est aussi une question de circonstances et comme je l'écrivais, il suffit parfois d'une rencontre avec la pulsion de l'Autre. Mais tu l'écris toi même ta prudence a néanmoins en partie portée ses fruits, tu es vivante.
    Ah la responsabilité autre grand débat. En tout cas, normalement, avec des parents "sains", tu devrais être responsable à ton "grand" âge ! lol En tout cas l'Etat adore assister les gens qui ne deviennent pas adultes... MDR

    RépondreSupprimer
  14. On a tous de la violence en soi et on est tous susceptible de passer à l'acte, certains avec plus de dispositions que d'autres, mais je ne crois pas en une seul âme pur dans ce monde.

    Ah pour quoi une vision aussi manichéenne, les gens ne se séparent en "gentils" et "méchants", ni en "responsables" ou "irresponsables", les nuances , les nuances !

    RépondreSupprimer
  15. LoL, tu parles de moi ? je n'ai absolument pas une vision manichéenne ! Bien au contraire, tous au pilori ! lol
    La notion de responsabilité quant à elle est une notion purement juridique et qui donc ne supporte pas la nuance.

    RépondreSupprimer
  16. Les 15 à 24 ans risquent bien davantage de mourir dans un accident de voiture ou de se suicider que de se faire assissiner.

    En terme de prévention, il serait donc plus efficace de leur dire de ne pas conduire quand ils sont saoûls que de dire aux nanas de ne pas faire leur jogging toutes seules en tenue moulante.

    Même si ces horribles assassinats sont très médiatisés, ils sont extrêmement rares.

    Mesdames, continuez à faire votre jogging, le risque mourir d'une pathologie cardio-vasculaire parce que l'on n'en a pas fait est infiniement plus grand que le risque de se faire assassiner en plein jogging.

    Ceci dit, les homicides par violences conjugales sont également plus fréquents que les assassinats par inconnus. Donc: faites du jogging, mais ne vous mariez pas!

    RépondreSupprimer
  17. Heureusement qu'on ne se fait pas agresser à tous les coins de rue.
    Mais... une nana qui fait son joggins, seule, dans un coin isolée, en tenue moulante a un risque très faible d'avoir un accident de voiture ou de se suicider alors que le risque de se faire violer et assassiner est important. Tout est question de circonstances.

    tss tss, lorsqu'on est tué, le risque d'avoir été assassiné par un inconnu sont faibles. Mais le fait d'avoir été assassiné par une personne connue sont élevés. ce qui veut dire qu'une joggeuse assassinée l'est certainement par une personne qu'elle connait, voire un proche...

    Donc faites votre jogging mesdames, mais demandez vous qui pourrait bien avoir envie de vous violer ou de vous tuer avant de partir et prévoyez en conséquence !!

    Avec ces principes on va loin. Ainsi 45 enfants meurrent tous les ans d'étouffement par un grain de raison. 15 par le jeu du foulard. Il vaut donc mieux pratiquer le jeu du foulard que manger du raison ? Une bonne prévention c'est celle qui considère que même un seul mort pour telle raison est un mort de trop.

    RépondreSupprimer
  18. A moins que la joggeuse était inconsciemment; ou pas d'ailleurs, suicidaire et qu'elle ne s'est pas baladée seule, avec peu de tissu et sans possibilité de communication, par hasard ou par naïveté ^^.
    Et voila comment masquer un suicide lâche de façon héroïque: en le remplaçant par un meurtre qui fait la une des journaux.
    C'est tordu je l'admet, mais les gens sont tordus.

    Je ne regarderais plus jamais une grappe de raisins de la même façon !

    RépondreSupprimer
  19. Ce suicider par meurtre.. oui pourquoi pas ? Mais franchement c'est quand même prendre le risque que ça n'arrive pas car -heureusement- les joggeuses ne passent pas leur temps à se faire agresser.
    Par contre, on peut envisager l'idée que le jogging est un alibi. Elle y va pour rencontrer quelqu'un (que par ex. ses parents ne veulent pas qu'elle fréquente ou dont la relation ferait "jaser") et la rencontre tourne mal...

    RépondreSupprimer
  20. Ca au moins c'est de la prévention active ! pas prêtes de retourner faire leur jogging les p'tites dames... LOL http://www.elle.fr/Societe/News/Isere-cagoule-et-arme-il-faisait-la-morale-aux-joggeuses-1635610

    RépondreSupprimer
  21. Ce gars est un grand malade, j'avais entendu parlé de cette histoire vu que j'habite presque à côté, ça avait fait la une des journaux locaux.
    En tout cas ça reste plutôt original comme prévention et j'imagine sans mal que c'est également beaucoup plus efficace ^-^.

    RépondreSupprimer

Stats