lundi 20 juin 2011

Urolagnie : Pisse and love

L'ondinisme, dénommée aussi urolagnie, est une déviance sexuelle qui consiste à avoir besoin de voir, de se faire arroser par ou d'être en contact avec de l'urine pour atteindre l'orgasme.



La fameuse "douche dorée" (golden rain), pratiquée par bien des prostituée -si le client amène un pack de bière- peut donner lieu à diverses techniques :
- se faire uriner dessus (réciproquement ou non),
- boire l'urine de l'autre,
- contrôler ses besoins urinaires.

Ce dernier cas relève des pratiques de domination. Il s'agira alors de se retenir le plus longtemps possible sous peine de punition. La libération de la vessie, jouissive, pouvant mener à l'orgasme. Ce phénomène est d'ailleurs bien connu de tous : lorsqu'on se retient longtemps d'uriner, il existe une sensation plaisante (et satisfaisante) qui n'est pas toujours très loin de l'orgasme. Signalons au passage que le fait de ne plus pouvoir se retenir et de faire perler des gouttes d'urine fait partie du jeu "d'omorashie"...

L'urolagnie peut se pratiquer à plus de deux personnes.
Ceux ou celles qui aiment être arrosés par ces "champagnes", apprécient tout particulièrement de l'être à certains endroits précis du corps (le torse chez les hommes, le seins chez les femmes par exemple). 

Contre toute attente, sachez que les fantasmes liés à l'urine sont très fréquents. Alors, lorsque vous regardez votre supérieur hiérarchique lors de votre évaluation annuelle, essayez de l'imaginer allongé sous une femme en train de lui dessus. Ca change tout de suite la donne.

Vous pouvez l'imaginer aussi avec une couche. Car l'urolagnie cotoie "l'infantilisme" qui consiste entre autre à porter de couches. En général en ayant été langé par un ou une partenaire. Le but étant bien sur d'uriner dans la couche pour sentir le liquide coulé, puis la chaleur envelopper le bas ventre. 

Il n'est pas rare que les partenaires s'adonnent à l'absorption d'urine. Bien que cette pratique soit très décrite dans de nombreux ouvrages, il est évident qu'il vaut mieux en limiter la quantité. Sur le principe l'urine, qui permet d'éliminer nombreux déchets inactifs du corps (bactéries et cellules diverses mortes, surplus de vitamines et de nutriments...) n'ai pas normalement pas du tout dangereuse pour la santé. Sauf si le partenaire présente une infection urinaire puisque dans ce cas, le partenaire absorbe des bactéries vivantes et infectieuses ce qui peut entraîner des troubles gastriques mais aussi une infection s'il existe des écorchures dans la bouche (dans 95 % des cas). Or c'est difficile de la savoir surtout en début d'infection puisque les douleurs lors de la miction surviennent lorsque l'infection est déjà bien installée et que chez les hommes ça met très longtemps à se faire ressentir. Donc l'idéal serait de s'abstenir. Certains préconisent de boire peu, mais je ne suis d'pas vraiment sûre d'un point de vue médical qu'en boire un peu ou beaucoup modifie beaucoup l'impact.... 

Sinon, si vous souhaitez pratiquer, celui ou celle qui asperge doit avoir beaucoup bu avant d'abord afin d'avoir assez d'urine mais surtout afin de diluer au maximum le "précieux" liquide. Enfin il est possible de s'amuser à changer le goût (selon ce que vous mangez) ou la couleur (si vous mangez des betteraves par exemple).


En général, les adeptes de l'urolagnie sont des personnes dont le développement psychique s'est arrête au stade anal/uréthral. Il fallait faire plaisir à maman en lui donnant son "pipi". Ca tracassait tellement maman que ce soit bien fait, au bon moment et au bon endroit et ça lui faisait même tellement plaisir à maman lorsque c'était "bien" fait, que le plaisir est resté fixé là.

Les jeux d'urine sont toujours liés au plaisir mais aussi à la honte.

Et si vous avez peu de mouiller partout, vous pouvez jouer dans la baignoire ou vous procurer des draps imperméables !!

(bon d'accord j'aurai pu faire drôle avec un sujet pareil, mais j'ai pas le temps en ce moment !)


10 commentaires:

  1. J'ai eu un partenaire adepte d'urolagnie, la première demande surprend un peu je dois dire, les suivantes également d'ailleurs... surtout quand il préfére la première urine du matin ! lol
    Je me suis rendu compte qu'il n'offrait peu de variations quant à ces préférences sexuelles et voulait dans la majeure partie des cas être dominé. A côté de ça, il avait un comportement assez infantile malgré un âge respectable...
    Notre relation n'a pas duré.

    RépondreSupprimer
  2. Personne n'a osé commenter de peur de passer pour un adepte de ces pratiques...oups! il est urgent que j'arrête d'écrire!

    RépondreSupprimer
  3. Puisque Vergibération se plaint de l'absence de réaction à ce post dans le suivant, je fais un effort. C'est un article très instructif du point de vue lexical, je sens que je vais replacer le terme "urolagnie", beaucoup plus confidentiel qu"ondinisme" lors des soirées en société. Ça va le faire grave.

    RépondreSupprimer
  4. Et je me rends compte que j'ai oublié de signer mon commentaire. Ah, quelle tête en l'air je suis !! lol

    RépondreSupprimer
  5. Zygielle : dois je comprendre que tu places souvent le terme "ondinisme" dans les conversations !??

    Furia : trop tard, maintenant le monde entier sait !! lol

    RépondreSupprimer
  6. Vergibération : oui. Comme "instinctuel" dans mes copies de maths.

    RépondreSupprimer
  7. C'est étrange comme pratique quand même, en réalité plutôt l'impression d'une pratique SM, rapport de soumission/domination auquel cas c'est une pratique comme une autre, et tant que les deux parties prennent leur pied je ne pense pas qu'on puisse juger de quoi que ce soit. J'ai un peu de mal avec le terme "déviance sexuelle" et la connotation de jugement qui est par conséquent attribuée. Les paraphilies (ou déviances sexuelles) sont classées de façon assez anarchiques, que quelqu'un prenne son pied parce qu'il se fait uriner dessus ou inversement, être classer dans le même classement regroupant la pédophilie ou la nécrophilie, me laisse perplexe.

    RépondreSupprimer
  8. Jigsaw : c'est tout le problème du passage des termes du "jargon" professionnel vers le grand public. Cela prend des connotations de jugement et parfois même sort totalement de la définition d'origine (comme pour "pervers" par ex.).
    les paraphilies ne sont pas anarchiques, mais la catégorie est "touffue" il est vrai ! lol Cela recouvre tout ce qui éloigne d'une relation sexuelle hétéro a but de reproduction (et c'est pour cela qu'avoir sorti l'homosexualité des paraphilies est une sacrée hypocrisie, ou on respecte la définition et ça y entre, soit on une autre définition aux paraphilies).

    RépondreSupprimer
  9. Han, moi jsuis en amerique, je ne lis que maintenant. Jtrouve ca vraiment interessant, je me demande parfois pourquoi certaines personnes aiment le pipi ou le caca, comment fonctionne ce plaisir. Jai jamais connu personne qui m'ait demande sil pouvait me pisser dessus. Maintenant jen sais un peu plus ! Pour moi le contact du plaisir na jamais ete un plaisir, si je faisais pipi je me faisais generalement engueulee. Maman n'a pas su apprecier mes goutes dorees a leur juste valeur, hum tant pis !

    RépondreSupprimer
  10. EH Bien moi ! j'aime bien qu'une femme que je trouve sexy me fasse pipi dans la bouche ! C'est plus excitant si ça lui plaît !... Ou tout au moins si ça l'amuse! C'est encore plus excitant si elle me le demande!!!!

    RépondreSupprimer

Stats