mercredi 1 juin 2011

A quoi pense le psy en consultation ?

Brisons ce fumeux tabou.
Il de notoriété public que le psychanalyste ne faisant pas face à son patient lit son journal ou fait ses mots croisés.
De même le psychiatre pense déjà à son nouveau client pour payer sa maison.
Le psychologue pense...

à ce qu'il veut !
Non mais des fois.



Le psychologue fait face à son patient.
En général il interprête, reformule, demande une analyse particulière.
Vous pensez vraiment qu'on peut faire cela en pensant au dernier "itbag" ?

Bon après, ça dépend des compétences qu'on a.
Certains peuvent écouter d'une oreille tout en ayant le cerveau qui pense à autre chose.
D'autres sont obligés de se concentrer.

Mais bon le psychologue reste un être humain.
Parfois, s'il s'est passé quelque chose d'important dans la vie du psy, il pense à cela pendant les consultations. Encore que le travail psychique a ça de bien qu'il permet d'échapper à certaines problématiques personnelles du moment.
Parfois le psy sait qu'il part en congé dès la fin de cette consultation là et il pense déjà à ne pas oublier ses billets de train, à n'avoir pas oublié son maillot de bain...

Plus sérieusement, le psy a parfois l'oreille distraite. Le patient ayant déjà raconté cette partie là de sa vie 3 fois (et comme le psy a de la mémoire...) ou le patient bloque et raconte tout sauf le sujet sur lequel on l'a orienté.
Le regard du psy flotte alors derrière le patient, se perd dans le détail du tableau à côté ou par la fenêtre.
Pour se reconnecter aussi sec dès la question du patient ou dès que celui-ci semble avoir prononcé -enfin- un mot important.

Le psychologue ne décroche jamais totalement, c'est impossible.
Surtout s'il ne prend presque pas/plus de notes, pour se souvenir il faut qu'il entende.
Pour reformuler, interpréter, poser des questions, il faut écouter et entendre.
Car dans le discours du patient, la phrase n'a pas d'importance, seul certaines choses en ont : l'intonation sur un mot, la mimique sur un autre, le choix de ce mot là, le lapsus....

Mes patients doivent me trouver bizarre des fois.
Je le vois bien à leur réaction.
Je plisse un oeil.
Je me grattouille la tête.
Je regarde complètement à côté d'eux.
Pourtant ils ne manquent jamais de se ramasser le mot ou la phrase qui "tue" !
J'ai toujours une partir de mon cerveau qui est dans le quotidien. Je me demande ce que regarde mon patient derrière moi ou je pense à aller à la poste. Ca tourne tout seul en tache de fond, pas besoin d'y penser vraiment d'ailleurs.
Mais la plus grosse partie de mon esprit est tournée vers l'écoute et l'interprétation.
Je fais des liens avec ce qui m'a déjà été dit.

Il m'arrive d'être fatiguée.
Et bien la fatigue disparait pendant le temps de consultation.

Bref, rassurez vous, le psychologue vous écoute et pense rarement à autre chose qu'à vous.
Ce qui ne va pas en rassurez certains tout compte fait.




11 commentaires:

  1. Comment peut-on devenir psychologue en faisant autant de fôtes d'aurthograffe? Tous les examens sont-ils oraux?

    RépondreSupprimer
  2. Wouii, vous ne le saviez donc pas ? Vous avez bien cerné le problème : la psychologie n'est qu'une histoire d'oralité.

    Rien ne vous obligeait à lire un article qui ne vous convenait pas. Le masochisme serait-il votre présent ? Tout au moins, la colère vous aura habitée habitée jusqu'au bout j'espère ?
    En tout cas, vous n'aviez rien d'intéressant à écrire. Si ce n'est mettre votre "culture" en valeur. Quel pête sec vous devez être ! Mais êtes vous sûr d'être encore en âge de lire tous les articles de ce blog ?
    Ah oui, j'oubliais c'est un blog pas un site pro, ni même une copie d'examen. Ji fé toute lé fôtes que jeu voeuf... na !

    RépondreSupprimer
  3. c'est quand même parfois très frustrant d'avoir ce sentiment de pas être écouté. des fois j'ai vraiment l'impression que remttre le rdv à plus tard serait une meilleure chose car je sens que elle pense à ses gosses ou autre (son tel qui sonne ou elle arrive quelques minutes en retard!) ça a le don de m'énerver surtout quand je suis obligée de lui re re re répéter des trucs que je viens de lui dire (à croire que vraiment là elle pense à autre chose!)Et pire encore c'est quand elle ne comprend pas.
    ps: bien dit! pour le premier comm!
    j'avoue ne pas trop faire attention (pourtant universitaire) parce que justement on pense plus à réfléchir sur le contenu que sur la forme! Et ce ne sont pas les fautes qui nous empêchent d'apprendre des petits trucs, de réfléchir et surtout de bien rire des fois!
    kirikou

    RépondreSupprimer
  4. Bizarre ta psy. Mon tél peut sonner je m'en fous. Je regarde juste le numéro qui s'affiche pour voir si ce n'est pas une urgence perso. Lorsque je ne comprends pas le sens, je demande à ce que le patient reformule ou explique, car le problème est que nous ne mettons pas tous exactement les mêmes définitions sur un même mot. Et parfois, je préfère m'assurer que ce que je comprends est bien ce que veux dire le patient.
    Es tu sûre qu'elle ne te fais pas répéter un mot ou une phrase qui lui paraîtrait importante pour que tu prennes conscience de ce que tu viens de dire ?

    RépondreSupprimer
  5. Je me suis souvent demandée ce que mon psy pensait, enfin, pas l'actuel, lui je m'en fiche un peu, il peut bien penser à ce qu'il veut, la dernière il m'a avoué avoir faim je présume que ses pensées devaient être tournées vers ce sujet-là, ce qui m'a au final bien arrangé parce que je n'avais aucune envie de me rendre à ce rdv-là. Une autre fois il a répondu au téléphone, en pleine séance de méditation, je crois n'avoir jamais autant bénit l'inventeur du portable que ce jour-là, mais globalement il ne répond pas aux coups de fils, et heureusement.
    Plus généralement, un psychologue est un humain comme un autre qui travaille, à ce titre-là je ne vois pas pourquoi il ne lui arriverait pas de tant à autre d'être distrait de sa tâche initiale par des pensées parasites.

    RépondreSupprimer
  6. je n'avais pas compris pas comme ça! maintenant si j'aborde la question sous cet angle ça change tout! j'en parlerai avec elle
    Merci!

    RépondreSupprimer
  7. Jigsaw : le fait que tu t'en fiches c'est parce que tu ne transfère pas ou au contraire parce que tu transfères beaucoup ?
    Bien qu'il existe des pensées parasites, énormément même. Je pense déjà naturellement à 3 ou 4 choses en même temps, ça baisse à 2 en consultation parce que je fais l'effort d'être concentrée. Chaque mot, chaque mimique à son importance. Des fois je ne dis rien parce que je n'arrive pas à comprendre pourquoi ce mot est important, mais je le garde en tête pour une autre fois. Ma mémoire de travail est devenue immense à force !

    RépondreSupprimer
  8. Aucune idée, je ne pense pas que ce soit forcément une histoire de transfert.

    Vous ne prenez jamais de notes en consultation ? Je me suis toujours demandée comment faisait certains psy pour ne rien noter et se souvenir de tout ce qui était à priori important.

    RépondreSupprimer
  9. Si je prends des notes, mais du style 3 lignes. Sauf la première consultation, où là je récupère énormément d'infos dont la "vraie" problématique qui amène le patient. Je ne peux pas me permettre d'oublier cela. Ensuite, pff, quasi plus rien (en fait j'écris surtout les exercices que je demande). En fait, je crois que ça rassure le patient de voir le bloc et le stylo.

    RépondreSupprimer
  10. Et ben moi le mien il répond au téléphone, arrive en retard aux séances, oublie plein de trucs, ce qu'il dit lui-même également, m'indique être à moitié sourd et me demande de bien articuler quand je lui parle (je lui ai rétorqué qu'il existait des appareils pour ca) et la dernière fois, il rentrait juste d'un voyage à Curacoa et souffrait du décalage horaire et avait donc un peu de mal à m'écouter. Et il travaille à l'ancienne, il a toujours un stylo à la main et un bloc note sur les genoux. Je lui ai dit une fois me sentir étudier comme un singe en cage mais bon ca n'a rien changé pour autant.
    Et oui, tous n'ont vraisemblablement pas les mêmes capacités, certains ont l'air plus limités que d'autres !
    Mauvaise pioche dans mon cas.

    RépondreSupprimer
  11. Une étudiante en Master de psychologie qui pense à vos patients !12 juin 2011 à 09:34

    Et ben alors.... On filtre les commentaires???! c'est pas jolie jolie tout ça ! Vous allez m'obligez à passer par ce magnifique réseau que l'on appelle Facebook pour vous faire connaitre auprès des promos d'étudiants en psychologie comme "Un des dangers de la psycho"...! Oops, c'est déjà fait ! Mais vous me faites tellement peur avec tout ce que vous dites que je plaint tout vos patients. Parce que, que chacun s'inscrive dans le courant théorique qui lui convienne, il n'y a absolument aucun soucis et heureusement d'ailleurs que nous, adaptes de la psychologie clinique (je suppose) et de l'orientation psychanalytique ne sommes pas cloisonné à notre discipline... neurosciences, tcc, thérapies systémiques, heureusement qu'ils sont là eux aussi (d'ailleurs vous devriez revoir vos cours de psychophysiologie de L3...) Mais VOUS, vous faites pire.... Vous utilisez des mots et des concepts que vous pensez maitriser ... Votre certitude me fait peur soyez en assuré. C'est dommage parce que votre côté hystérique m'a bien plus, la rédaction et la forme sont sympa.. dommage que vous soyez psychologue avec tant de préjugés et de certitude. Vous voulez que je vous donne des sous pour aller vous faire superviser par un collègue?
    Ai-je bien mis ma "culture" en avant comme vous l'avez si bien dis à cette personne qui ne parlez QUE de vos fautes d'orthographes?! Et oui, vous êtes une sorte de bouc émissaire qui tendait bien haut et fort le baton pour vous faire battre sans vous en rendre compte! Un régal pour nous autres étudiants master en psycho !! Merci!!! mais vous êtes quand même assez flippante...

    RépondreSupprimer

Stats