vendredi 22 juillet 2011

Quel est ce film - 8

J'ai tellement de films à vous proposer qu'à mon humble avis ce petit jeu va durer au moins jusqu'à la fin de l'année. Ca me permet autant qu'à vous de retrouver des films dont j'avais oublié l'existence.

Ce n'est pas le cas du film à découvrir cette semaine. C'est un "classique" s'il en est.
L'image qui suit devrait vous mettre sur la voie et avouez qu'il y a une sacrée vue....


Comme d'hab, titre, année, acteurs principaux...


Vous avez reconnu ce que voit James Stewart de sa fenêtre dans le film "fenêtre sur cour" (1955) d'Alfred Hitchcock.

Acteurs : James Stewart (Jeff), Grace kelly (Lisa), Raymond Burr (Thorwald)

Un journaliste aventurier, Jeff (James Stewart) s'est cassé une jambe et est contraint à demeurer dans son appartement. Il croit assister par sa fenêtre à une scène de crime dans l'immeuble d'en face. Via son appareil photo muni d'un téléobjectif il va observer désormais tout son voisinage. Sa fiancée Lisa (Grace Kelly) qui ne prend pas tout ça au sérieux, va finir par l'aider dans sa quête de la vérité et se mettre en danger. Sauvée in extremis par la police, elle laisse Jeff seul dans son appartement. L'assassin ne manquera pas de lui rendre une visite....

Ce qui est fantastique dans ce film c'est que le héros est immobile. En fait, c'est tout ce qui se passe autour de lui qui bouge, change et évolue. il reste un point central, fixe autour duquel tourne la vie et la mort. Même sa compagne, qui est près de lui au début et donc du côté de l'inaction, fini par passer de l'autre côté, celui observé et en mouvement. Le journalise n'est plus qu'un observateur de la vie, il n'y participe plus. Il y a une désynchronisation temporelle : pour lui le temps ne passe quasi pas, pour le reste du monde il file... Sa fenêtre ne symbolise qu'un écran. Le même écran que pour le spectateur au cinéma ou à la télé (ou devant son ordinateur). Et pose une question philosophique : la vie ne serait-elle qu'une fiction où chacun porte un regard différent car centré sur lui-même ?



9 commentaires:

  1. Le classique des classiques !

    C'est à peu près aussi difficile que pour la nounou mais bon on va quand même jouer le jeu...

    Fenêtre sur cours d'Alfred Hitchcock avec Grace Kelly et James Stewart dans les années 50.

    Ah, Hitchcock, incontournable !

    A la maison quand il y avait un film d'Hitchcock à la télé, tout le monde était réuni autour du petit écran sans dire un mot, c'était presque comme un moment solennel. Et il était hors de question de faire autre chose ou de regarder une autre chaine, même si on avait déjà vu ce film 20 fois !

    J'aime bien ce jeu.

    RépondreSupprimer
  2. Fenêtre sur cour? pourtant il me semblait l'avoir vu en noir et blanc?

    RépondreSupprimer
  3. fenêtre sur cour !!! suis fan d'Hitchcock ! ah..... avec Grace Kelly !!

    RépondreSupprimer
  4. excellent ce film...au théâtre on dirait qu'il donne sur le coté de la reine...enfin ya longtemps....
    Le Roi lui a le coté jardin, avec une vue plus différentes....
    Donc fenêtre sur cour d'Alfred Hitchcock avec la belle Grace Kelly et le beau James Stewart.
    un bon moment....

    RépondreSupprimer
  5. "Fenêtre sur Cour", d'Alfred Hitchcock, avec James Stewart et Grace Kelly. L'année, je ne sais plus. Disons 1957 ou 58 ?

    RépondreSupprimer
  6. C'est bon, on ne risque pas de se faire un claquage aux neurones, sur ce coup-là.

    C'est bien sur Fenêtre sur Cour, un des chefs d'oeuvre d'Alfred Hitchcock, avec James Stewart, Grace Kelly, un platre et une paire de jumelle.

    Pour l'année, c'est avant 1960 mais dur de dire mieux.... allez, 1956/57 ?

    RépondreSupprimer
  7. Mhhh, c'était plus facile quand c'était des Walt Disney !

    RépondreSupprimer
  8. J'adore le générique, qui explique en un joli travelling sur les tableaux accrochés au mur pourquoi James Stewart est plâtré devant sa fenêtre. Il y a un générique du même ordre chez Wilder, dans "la vie privée de Sherlock Holmes" : l'examen d'une valise, qui raconte tout de son propriétaire (Holmes). Intéressant, car cela met le spectateur en position de détective. J'ai du du mal à trouver autant d'inventivité et d'intelligence chez les réalisateurs actuels.

    RépondreSupprimer

Stats