dimanche 7 août 2011

Etes vous susceptible ?

Les personnes susceptibles on ne peut rien leur dire. 
C'est tout juste si on peut faire une blague.
Crac ! Tout est pris au premier degré. Recrac ! De tout façon ça les visait. ReCrac crac, et qu'elle vous balance une réponse agressive.
Euuuuuh, ménon, c'était pas une agression. Méééénon, ça ne te visait pas spécialiement. Méééénon, je te jure que je n'en n'ai pas après toi. Euh, mais pourquoi tu fais la tête ? Mais part pas !!!

 Ben oui, à force d'être odieux, on fait le vide autour de soi...



Ah la la, les susceptibles sont infernaux.
Le blem c'est qu'ils sont invivables et qu'ils finissent pas se faire "jeter" et ils ont tout le loisir de se dire ensuite qu'ils avaient raison, qu'on leur en voulait.... 
Et que ça les rend encore plus sur le qui vive, encore plus sur la défensive et qu'ils finissent par être offensifs parce qu'il vaut mieux prendre les devants.

Alors qui est le ou la susceptible ?

En fait il existe plusieurs formes de susceptibilité.
D'abord celui qui a une estime de Soi très déficiente. 
Ensuite, l'égocentré qui pense être le meilleur partout et qui cherche à dominer.
Et pour finir en beauté... le parano qui pense que tout le monde leur en veut.

Dans tous les cas, leur vie est compliquée car ils ne cessent de guetter les paroles, les gestes, les regards qui viendront nourrir leur méfiance. Ils écoutent leurs voisins (qui n'ont rien d'autre à faire que de parler d'eux et en négatif en plus...), ils étudient leur environnement (le tabouret a été mis là exprès pour les tester). 

Mais à force de guetter, ils ne font plus autre chose et ils perdent leur capacité à écouter et analyser correctement "à chaud" leur environnement. 

En fait, ce sont des 'pauv' bêtes" (et là le susceptible à tout de suite pensé que je disais qu'il/qu'elle était bête). Ils ont une estime d'eux-mêmes tellement déficiente qu'ils se méfient de le moindre remarque négative qui viendrait confirmer et renforcer voire accroître cette faible estime. Lorsqu'on se trouve nul, si on vous dit que vous êtes nul, non seulement cela vous touche, cela vous confirme que vous l'êtes et vous vous sentirez encore plus nul. Chaque remarque est un peu plus destructive. Et lorsqu'on n'a pas eu le droit d'exister enfant, on a du mal à exister adulte et on a peur que le peu de stabilité qu'on a puisse être détruit.

Tout cela n'est qu'une apprentissage. Et la susceptibilité n'est qu'un mécanisme de défense.
(mais comme je l'écrivais plus haut, ce mécanisme est inadapté puisqu'il fini par créer ce qu'on veut éviter, c'est de l'autopunition).

Plus il se sent "inférieur" plus il tente de se montre "supérieur". Mais du coup, il doit coller à cette image, il n'a donc plus le droit à l'erreur. Il a donc peur de se planter, il ne prend donc plus beaucoup de décisions, il a du mal à agir et s'il se trompe, c'est toujours à cause d'un facteur extérieur qu'il dénonce facilement histoire de détourner l'attention de lui (de toute façon, il ne peut pas se tromper, ce sont les autres qui n'ont rien compris).

Les 'susceptibles', comme toutes les personnes qui réinterprètent la réalité, ont toujours besoin de clarifier la situation. En psychothérapie, ils apprendront à comprendre d'où vient ce sentiment d'inexistence et comment en sortir.




15 commentaires:

  1. Je suis ultra susceptible...je file me cacher !

    RépondreSupprimer
  2. Oh un gros ron ron...
    C'est un signe ca chui sur, en plus ces oreilles sont coupé au montage ca veut dire un truc forcement...

    RépondreSupprimer
  3. L'entourage est souvent ravi de côtoyer les susceptibles ^_^. Je me braque très facilement, mais c'est par période, et puis après coup je suis capable d'en rire et de me foutre de la gueule de mes propres comportements. Mais c'est vrai que sur le moment je peux m'emporter pour un rien et même si je vois que c'est ridicule, qu'il n'y a pas lieu de s'écharper avec la personne en face qui a glissé un mot de trop, impossible de faire machine arrière. Donc moments de ridicule puis on passe à autre chose, moins drôle quand la réaction n'est pas dans la colère mais dans le "je fond en larme", c'est beaucoup plus gênant que de virer à moitié hystérique.
    Après c'est des traits de caractère, tout n'est pas pathologique, du moment que ça ne pose pas de problèmes majeurs.

    RépondreSupprimer
  4. Jigasaw : pourquoi 'impossible de faire machine arrière' ? Justement c'est ça le problème du susceptible, il s'enfonce dans sa "mauvaise foi" ! lol

    RépondreSupprimer
  5. Disons que quitte à s'empêtrer dans sa susceptibilité autant le faire jusqu'au bout, de toute façon une fois que le "processus" est lancé c'est fichu. Avant ou après, rationaliser c'est facile, pendant il faut avoir les prises nécessaires et ce n'est pas toujours évident.
    Et puis parfois c'est difficile de faire valoir le fait que telle ou telle remarque nous ait blessé sans se prendre en retour un "de toute façon on ne peut rien te dire, tu es trop susceptible".

    RépondreSupprimer
  6. C'est un article dans un sens très intéressant mais je le trouve un peu caricatural et le ton assez irrespectueux.

    Mais bon, j'apporte de l'eau à votre moulin... vous allez certainement dire que je suis trop susceptible.

    Je pense personnellement que l'on peut être susceptible et de bonne foi et qu'il est tout à fait possible de faire machine arrière. Déjà, il y a une graduation dans la susceptibilité, allant de un peu à extrêmement en passant par toutes les nuances possibles…

    Quelqu'un qui est modérément susceptible et qui le sait peut, en cas de doute, réfléchir honnêtement et se rendre compte de son erreur. Il peut parfaitement reconnaitre s'être emporté à tort avant même d’avoir eu une réaction de son interlocuteur. Ça peut être surprenant pour certains mais ça rend ces susceptibles tout à fait vivable et non ‘infernaux’, avec pour conséquence de ne pas faire le vide autour d’eux, de ne pas se faire ‘jeter’, comme vous dites.

    Maintenant, je suis parfaitement d’accord avec le fait que la susceptibilité, quelque soit le degré, soit néfaste. Pour la personne elle-même, qui en souffre, car c’est vraiment une souffrance, c’est un peu comme une plaie béante dans laquelle on enfoncerait à chaque fois un couteau… et ça fait mal ! Et pour les proches, qui peuvent s’en prendre à tort plein la tête ou se sentir coupable de lui avoir à nouveau involontairement fait du mal et qui se sentent souvent obligés avec lui de toujours devoir prendre des pincettes. Et c’est épuisant à force...
    Et une psychothérapie doit pouvoir aider à comprendre les raisons de cette susceptibilité et d'une certaine façon à l’enrayer et la contrôler.
    Et il est effectivement vrai que les susceptibles les plus extrêmes vivent un vrai calvaire et en font également vivre un à leur proche. Certains peuvent même devenir tyranniques (mais bon, peut-être que ceux-là ne sont pas seulement susceptibles et souffrent également d’une pathologie plus grave).

    Mais je trouve votre article caricatural et incomplet et vos propos peuvent facilement blesser certaines personnes… susceptibles. ;-)

    Oh, la, la, ce n’est plus de l’eau que j’apporte… c’est un vrai torrent !!

    RépondreSupprimer
  7. Lea : tous les articles sont caricaturaux car ce n'est pas un livre complet sur un sujet pointu. Déjà que mes articles sont jugés trop longs... Alors pourquoi serait il plus caricatural que les autres ?
    Ceci dit, le "petit" susceptible peut en effet faire machine arrière. Mais on pourra s'étonner que sachant qu'elle est susceptible et ce depuis plusieurs années une personne continue alors à fonctionner de la même façon et même à mettre parfois en danger ses relations sociales ? Si un fonctionnement n'est pas adéquat et qu'on s'en rend compte pourquoi continuer à l'appliquer ? Masochisme ?

    RépondreSupprimer
  8. Cet article est plus caricatural que les autres parce qu'il touche le susceptible et parce que, comme je suis susceptible, je me sens visée ! lol

    Le 'petit' susceptible est également victime de sa susceptibilité et de son impulsivité, qui va souvent de paire d'ailleurs. Car s'il prenait le temps de réfléchir, il pourrait se rendre compte à temps de son erreur éventuelle et de sa mauvaise interprétation.

    Mais peut-être qu'inconsciemment ne le veut-il pas effectivement...
    Dans ce cas-là, pourquoi ? Par masochisme ? Pour se faire mal ? Pour se punir ? Parce qu'il se sent coupable ? Coupable de quelque chose et qu'il pense que les autres 'savent' ? D'où la raison de sa susceptibilité ?

    Il faut que je réfléchisse encore...

    RépondreSupprimer
  9. Je voulais dire : qui va souvent de pair et non de paire...

    RépondreSupprimer
  10. OMG, j'ai un amis comme ça... Il est hyper con :) lol J'ai l'impression quand il se sent inférieur, il se sent mieux quoi.

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour !
    Ca fait 2 fois que je tombe sur votre blog que j'aime vraiment bien. La première il y a au moins 1mois.
    Là je réagis car j'ai lu et relu certaines phrases et ce qui m'inquiète (!) c'est que je ne rentre dans aucune case à proprement parler.
    Selon moi (ça c'est vrai, j'avoue humblement tout de même que je ne suis pas psy DU TOUT), la plupart des gens sont susceptibles, sauf que la pôles de susceptibilités varient, certains sont "chatouilleux" sur certains sujets et seront imperméables à d'autres, (d'autres sur tous !) Il me semble avoir bien évolué au cours des années (c'est vrai bien sûr pour la confiance en soi, vous avez raison)
    Mais en vous lisant j'ai la stupeur de me dire : donc je ne serais pas susceptible ? Ca m'étonne ça alors !
    je ne me sens pas supérieure, une gageure, une gageure
    je ne suis pas parano c'est ballot, c'est ballot,
    point d'infériorité, avérée, avérée
    et pourtant je dois l'être...
    Ah si si ! Je vous assure.

    Bon je dois être narcissique tout de même car là j'ai dû occuper une grande par de la case.

    Non je vous le jure je ne vous balancerai pas le terme de perverse narcissique !
    Pour dire quelque chose de plus affirmatif, je ne crois pas être parano (?) mais qui souvent étonnée du peu de cas que les gens font des autres. Il est souvent fatigant de s'apercevoir qu'il faut maintenir un sentiment de respect qui devrait aller de soi et du coup rétorquer.

    Alors par contre, pour faire une conclusion à ça .....
    ???
    Foofff oh je sais bien ce que vous allez dire allez ! Je prends toute la page c'est ça ? Je rentre sans frapper hein ? Je fais dans l'intrusion ?
    Non mais on ne me la fait pas à moi (je ne crois pas devoir préciser : "lol" ?!)

    Belle continuation.

    RépondreSupprimer
  12. ps : ah ça y est, ça me revient !
    Je vous soumets le cas !
    La dernière fois que j'ai été un peu vexée il y a quelques jours en fait : nous étions 2 collègues dans la pièce habituelle et une personne du personnel a lancé
    - salut S. (moi c'est C),
    - réponse de S : salut ! (quel suspens !!!) Jusque là tout est normal !
    Je lance moi aussi un au revoir

    et la la 3ème laronne de lâcher : "bon WE à toi, S." !
    !!!
    Ah bon ! (comme on étais largement visibles, sonores et la fixions chacune c'est un peu surprenant comme ultime réponse)

    Je me suis "remise" en me disant qu'elle me connaissait très peu et ai mis ça sur le compte de l'impolitesse.

    RépondreSupprimer
  13. Bon par contre là, je ne suis pas prête de reposter un com. Faut savoir se faire discret !!! Enfin on voit bien que je suis pas au clair avec le sujet "susceptible"
    On voit la fille qui attend un diagnostic !

    RépondreSupprimer
  14. Corine : quelle bavarde vous devez être ! LOL
    Vous n'êtes pas narcissique ni susceptible, vous occupez l'espace pour qu'on vous voit et vous entende. Sinon vous avez l'impression de ne pas exister. Des frères, des soeurs qui ne vous laissaient pas de place ou des parents à fortes personnalité au milieu desquels vous n'arriviez pas à vous faire entendre ?

    Je comprends que l'anecdote que vous racontez ait été marquante, cela vous a renvoyé à quelque chose que vous connaissiez : le fait d'être transparente...
    Et si vous changiez de look ?

    RépondreSupprimer
  15. Je souris parce oui je suis très bavarde, sûr ! Par contre je n'occupe l'espace qu'avec les gens que je ne connais bien. Comme quoi j'ai dû me sentir à l'aise sur cette page pour le sujet !
    Merci de votre réponse
    (et en plus j'ai pris de la place aussi avec ma parodie de "la parisienne" de MP Belle!) Le look euh.. si j'accentuais là pour le cou.. ça ferait beaucoup-)

    RépondreSupprimer

Stats