samedi 20 août 2011

Vous êtes conditionnés - 2

Nous avons vu le premier type de conditionnement ici.

La seconde technique de conditionnement appelée aussi "conditionnement skinnerien" ou "conditionnement opérant" ou "conditionnement instrumental" ou conditionnement de "type II".

Ne vous fatiguez pas à retenir tout, contentez vous de savoir que c'est aussi ce qu'on appelle un "apprentissage par punition/gratification".
Si dans le type I on se penchait sur des explications internes sur le conditionnement, dans ce modèle on se penche sur des explications externes, liées à l'environnement.

C'est pas compliqué. Vous êtes gosse, on vous demande de faire vos devoirs.  Le conditionnement va venir de la notion centrale d'évitement. Comme tous les gosses, vous n'avez pas envie de bosser, vous préférez vous affaler devant la tivi que de relire vos cours et paf le lendemain mauvaise note. Ooops. Mais vous allez tenter désormais d'éviter d'avoir une mauvaise note (d'autant qu'elle est renforcée par une punition) et vous décidez de vous mettre à apprendre. Or lorsque vous travaillez, vous observez que obtenez une bonne note. Ce qui est gratifiant pour l'estime de Soi (d'autant que vos parents vous félicitent). Vous avez essayer de ne rien faire, vous avez été puni (punition). Vous avez appris qu'en bossant vous aviez des bonnes notes (gratification).

Dans un tout autre exemple, on pourrait dire que vous êtes toujours le même gamin. Y a votre frère qui vous viole toutes les nuits dans votre chambre, mais vous ne dites rien. La première fois vous avez bien tenté de résister, mais il vous a fourrer des coups de poing dans le bide et même que ça n'en finissait pas. La fois d'après vous avez laissé faire, il a tiré son coup vite fait et vous avez pu vous rendormir rapidement. Vous avez appris que résister c'est avoir mal (punition) et que se laisser faire vous permet d'être "libéré" rapidement (gratification). 

A l'âge adulte, vous avez appris à vous laisser faire afin que le "problème" glisse car vous avez aussi appris que dire "non" c'est -sans doute- se prendre des coups. 

Vous êtes la victime devenue idéale car une simple menace réactive le conditionnement. 

Le pire c'est qu'à force d'éviter les situations qui seraient censées vous faire prendre des coups, vous n'y êtes jamais confrontées. Du coup, vous ne savez pas si réellement vous allez prendre des coups. Si votre manager vous demande de faire des heures sup (alors qu'il faut allez chercher vos beaux-parents à la gare à la même heure), vous n'osez pas dire non. Refuser, serait peut être prendre le risque que votre frère vous couvre de coups de poings. Vous savez très bien que ce n'est pas possible. Mais vous ne prendrez pas le risque. Désormais c'est vous même qui maintenez le conditionnement. 


Mais où la psy veut-elle en venir ? Vous le saurez au prochain article !!


Ne croie pas que tu fasses mieux...

La suite --> LA

2 commentaires:

  1. A noter tout de même que ce conditionnement ne fonctionne pas aussi bien chez tout le monde.
    Il y en a quelques un qui oublient qu'ils risquent une punition et d'autre qui en ont bien conscience mais qui se creuseront la cervelle pour trouver le moyen d'éviter la punition tout en continuant à ne pas faire ce qu'on attend d'eux.
    Alors si tout la plus part des parents apprécient d'avoir réussi à conditionner leurs enfants grâce aux punitions et félicitations. Est-ce finalement vraiment une bonne chose?

    RépondreSupprimer
  2. Non aucune personne n'oublie le risque de punition. C'est juste que la punition n'est pas perçu comme telle. Un exemple amusant : un jour un gamin me dit que toute sa classe a été "punie" parce qu'ils avaient été trop bavards pendant un cours. La maîtresse les avait alors privé de sport. En fait, ils étaient tous très contents. La punition s'est transformée en gratification.
    De même priver un gamin de dessins animés alors qu'il peut jouer à la Wii... il recommencera sa "bêtise".
    mais il existe des personnes, dès l'enfance, non accessibles à la puntion. Les psychopathes. La punition n'aura aucun effet, le but c'est de jouir dans l'instant présent.
    Maintenant, être conditionné est-ce une bonne chose ? Je n'ai pas la réponse. Parce que de toute façon une vie sans conditionnement ça n'existe pas. Même dans la nature, l'animal apprend à éviter telle baie, tel prédateur...

    RépondreSupprimer

Stats