lundi 31 octobre 2011

Le doudou, objet transitionnel

J'ai une patiente qui surnomme son mari "doudou".... Elle n'osait pas me le dire parce qu'elle pensait que je tirerai des conclusions.
Elle avait raison.
D'ailleurs, après discussion, elle a reconnu que son mari lui servait de doudou et pas de mari....



Je n'ai pas trouvé d'où vient l'appellation "doudou".
En effet, il y a encore quelques années il n' y avait que des nounours, des couvertures....Mais certains gamins ne se seraient jamais séparés de leur camion de pompier pour dormir ou de l'écharpe de leur mère. Mais il n'existait pas de terme générique.
D'ailleurs à la base, "doudou" ne s'employait que pour les espèces de torchons/couvertures/foulards que les gosses trimbalaient dans la rue.
"Doudou" est par contre un terme créole qui veut dire "chéri".
Ce nom s'est petit à petit appliqué à tous les objets que l'enfant manipule et qui facilitent son endormissement.

Alors pourquoi un "doudou" ?
Et bien en fait on n'en sait rien.
Winocott nous parlait "d'objet transitionnel".
Transition à la fois de la mère vers l'enfant puis de l'enfant vers l'environnement.
C'est une façon de projeter la douceur protectrice de la mère dans l'environnement menaçant.

L'enfant se choisi un doudou entre 12 et 24 mois.
L'enfant dans sa peur de perdre sa mère, ne pouvant supporter la rupture, va la projeter sur un objet fétiche.
Car à la base le doudou est un fétiche, fétiche objet magique mais aussi fétiche objet sexuel lié à l'angoisse de castration.
Soit il reste objet fétiche et devient représentant de la personne qu'il symbolise. Finissant par s'en détacher, il devient lui même objet d'amour. Il ne pourra jamais être abandonné et s'imisce dans la sexualité (c'est cet aspect qui intéresse Freud)
Soit il se transforme en objet transitionnel qui se désinvestit au fil du temps. Il existe toujours mais perd de sa valeur (c'est cet aspect là qui intéresse Winicott). Cela fait partie du développement normal de l'enfant, une phase -non obligatoire- de l'illusion vers la réalité.

Chez les femmes uniquement, l'objet transitionnel peut perdurer jusqu'à l'âge adulte, surtout pour aider à s'endormir.
C'est un vestige de la sexualité enfantine. Il est lié à une odeur, un toucher particulier toujours liés à la mère.
C'est l'envie de retourner dans le ventre de la mère et la peur de la perte de l'amour maternel.

L'objet transitionnel est alors à la frois Freudien et Winicottien. Il est soit uniquement transitionnel et permet à l'enfant de désinvestir la mère pour mettre son narcissisme dans la réalité, soit il devient fétiche et devient addictif. Ce qui va faire basculer vers l'un ou l'autre est en fait déjà présent dès le choix de l'objet en fonction du vécu précoce de l'enfant.

Le problème dans nos Société est que l'on tend à 'normaliser' le choix du doudou : peluche ou carré, imposés par le marketing et parfois par les parents. Or l'objet transitionnel peut être... n'importe quoi. C'est cette liberté de choix qui permet à l'enfant de savoir qu'il peut investir n'importe quel objet pour en faire ce qu'il veut, ouvrant ainsi la porte à sa future créativité.

10 commentaires:

  1. Et est-ce qu'on peut ne pas avoir de doudou?
    Est-ce que cela a une signification particulière?
    Ma fille n'a jamais promené partout le moindre objet récurent, pas de peluche, linge, jouet, livre ou n'importe indispensable à son endormissement voir même à son séjour dans un environnement inconnu comme ce fut le cas pour les doudous de Fiston.

    RépondreSupprimer
  2. Question surement hors sujet (quoi que ca reprend le debut de l'article) quand on donne pas de surnom ca veut dire un truc aussi ou pas??

    RépondreSupprimer
  3. Moi (il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, trés lointaine...) je suçais mon pouce droit et attrapais de ma main droite mon bras gauche, que je laissais reposer dessus au niveau du coude (je sais pas si c'est clair mais j'étais caché derriere mon bras gauche en fait), pour renifler la bave accumulée sur la manche de mon pyjama en éponge (mon préféré : la bave sentait meilleur sur celui-ci).
    Voilà mon expérience 'doudou'. Intéressant, hein ?! Oui,je sais...
    Aurevoir
    Lea

    RépondreSupprimer
  4. Souvent lorsqu'un enfant reçoit un "doudou" présenté comme tel il ne l'accepte pas et se dirigera de lui-même vers l'objet qui l'attire. D'ailleurs ça me fait me demander d'une possible signification concernant le choix de l'objet de la part de l'enfant ? De quoi dépend ce choix ?

    Pour ma part, j'ai 19 ans, et... mes trois doudous dorment toujours avec moi. En fait je n'en ai pas besoin au sens strict du terme juste qu'ils me rassurent, que j'aurais tendance à les chercher dans la nuit si je me réveille et qu'ils sont par terre, que je vais me sentir pas toujours très à l'aise s'ils ne sont pas là. Bref ça semble vachement infantile comme réaction en fait, après, je ne sais pas, finalement les adultes ont souvent un doudou aussi, moins traditionnel que le truc en peluche, mais sous la forme moderne de téléphone portable, d'ordinateur, de rouge à lèvre, bref, au final on est tous de grands gamins ?

    RépondreSupprimer
  5. Ma belle soeur appelle mon frère 'ma doudoune'
    C'est la même conclusion ?
    En plus elle est peureuse, elle sort pas sans Doudoune

    RépondreSupprimer
  6. Vous mes faites tous rire. Vous êtes tous en train de vous demander si vous ou vos proches sont normaux... LOL LOL LOL

    Dans le désordre :
    Emma : "doudoune" cela peut recouvrir "doudou", d'ailleurs une doudoune c'est un vêtement qu'on enfile (sexuel) et qui protège. C'est au premier abord très fétichiste, mais comme je ne connais pas ta belle-soeur je n'en tirerais pas de conclusion hâtive (je devrais ? )

    Jigsaw : aujourd'hui la tendance est de forcer le choix du doudou. Il semble logique aux parents qu'un doudou soit quelque chose de dou (peluche par ex.), d'agréable au toucher... Donc on colle dans le berceau ou dans le lit des tonnes de truc et le gosse DOIT choisir parmi ceux la. S'il ne le fait pas on lui dit "t'es sûr ? ca c'est plus joli/doux" (et ça le place en insécurité et il apprend très jeune que ce sont les angoisses des parents qui doivent guider ses choix -ce en quoi il n'a pas tout à fait tort pour "survivre").

    Nous restons tous de grands gamins et heureusement. Comme je le dis à mes patients la seule différence entre un enfant et un adulte, c'est que lorsqu'un adulte fait des choix c'est lui qui en assume les conséquences pour lui comme pour les autres. Il ne faut pas confondre addiction et doudou. Le fétichiste est dans l'addiction. Les personnes "accro" au portable sont dans l'addiction, donc dans le fétichisme donc dans le régressif sexuel (le rouge à lèvre est purement génital). Or le doudou ne donne pas lieu à addiction, on s'en sépare. Ces personnes sont de "grands gamins" dans le sens où ils sont sans cesse en insécurité. Ils ont tout le temps besoin d'être raccrochés à une voix un regard, un commentaire qui les rassure. Ils n'ont pas confiance en eux, ils ont encore besoin de leur "mère/père"...

    Lea : assez classique. L'odorat est très important. Ca devait être une horreur lorsqu'il fallait laver ce pyjama.

    Lymphe : non. Mais après il peu y avoir d'autres questions. Ainsi par exemple j'avais une copine qui appelait tout le monde par son nom et non par le prénom. C'était une façon de mettre de la distance verbale, mais c'était aussi une habitude de "classe". Issue d'une famille aristocratique, on se vouvoyait au sein de la famille, on se parlait plutôt en s'appelant par son nom... Alors pas de surnom, ne veut pas dire grand chose... à part pour la personne qui n'en donne pas !

    Cleanette : oui, il y a de nombreux enfants qui n'ont pas de doudou. Certains n'en n'aurait jamais pris s'ils n'avaient d'ailleurs été forcés par les parents (ça commence par la "tototte" pour avoir la paix, plutôt que de rassurer par une présence, hop, on colle un morceau de silicone dans la bouche, ce qui fait stagner au stade oral et met en insécurité relationnelle...). Les enfants qui ne sentent pas en insécurité relationnelle n'ont pas besoin de doudou. Mais attention, ne pas avoir de doudou visibible ne veut pas dire ne pas avoir d'objet transitionnel. L'exemple de Léa est parfait. Pas de doudou, mais le bord d'une manche qu'on passe sur son nez, un geste répétitif à l'endormissement,... le doudou a bien des formes.

    RépondreSupprimer
  7. Une lampe de poche qui ne fonctionne plus comme doudou c'est le top du top! ^^

    RépondreSupprimer
  8. je suis une adulte et pourtant ce n'est que récemment que j'ai eu besoin d'un "vrai" doudou, sorte de tissu. Mais pas n'importe quel tissu, il vient d'une personne qui m'est chère.
    Petite, jamais eu besoin de doudou, mais le sucage de doigts, ou encore le truc répétitif comme qu'on fait n'importe quand, ça c'est resté!
    Bizarre, je trouve d'accumuler les doudous au fur et à mesure des années au lieu de s'en délester avec le temps. Cela marque t-il alors un sentiment d'insécurité qui va crescendo?
    Je relativise mon propos quand même, j'ai stoppé le suçage des doigts, mais remplacer tout de suite par le "rongage d'ongles" ou comme disent les pros déjà ?...l’onychophagie. humm, humm

    Merci pour cette synthèse Vergibération. J'ai lu pas mal là-dessus, mais c'était pas clair, clair, trop technique comme on dit!

    RépondreSupprimer
  9. Le suçage des doigts c'est toujours une façon de téter.
    Est-ce que ce sont tous des doudous et c'est pour cela que tu as du mal à t'en débarrasser ou est-ce que tu n'arrives pas à te débarrasser des objets auxquels tu attribues une valeur sentimentale ? Vu ton âge, il y a bien sur une relation à la sécurité (par la mère), une régression marquée chez toi (mais sans doute as tu besoin de passer par le stade infantile, puis ado avant de devenir adulte). Mais ne rêve pas il y a aussi un côté sexuel dans ta "collection".
    Quant aux ongles rongés, c'est l'expression d'angoisse, de stress. Pas toujours négatif d'ailleurs... C'est juste qu'il faut évacuer la tension. Mais si tu te fais saigner, on rentre dans l'automutilation et ce n'est plus la même problématique.

    RépondreSupprimer
  10. Dans le cas de ce qu'on peut appeler les doudous, je sais pas bien si tout ces trucs en sont finalement. Je vois ça plus comme des TOC mais qui font du bien (lol). Mes trucs répétitifs, je les fais avec n'importe quel tissu ou papier. J'ai un toc quand je suis au lit, j'en ai un autre pour quand je suis à l'extérieur avec du papier, que je plie d'une certaine manière puis j'ai mon rituel avec, puis me ronger les ongles c'est un peu tout le temps, sans mutilation. Je me ronge la chaire autour des ongles aussi (pas très ragoutant diront certains) et puis quand ça saigne j'arrête donc....
    Pour le côté sexuel, pas évident! Mon nouveau doudou, c'est juste un tissu que je traine partout, je dors avec. Par contre, c'est clair que j'aurai pas été contre une relation sessouelle avec la personne qui me la confié (lol).
    N'empêche ça fait pas bon genre d'aller en entretien d'embauche avec les ongles rongés, ça en dit trop long sur soi. Pour les rdvs importants, il faudrait se mettre des faux ongles, je pense.

    RépondreSupprimer

Stats