jeudi 10 novembre 2011

psychologie et généalogie

En psychologie, enfin surtout dans les médias qui jouent au psy, il est toujours clairement précisé qu'il est important de savoir d'où l'on vient. Ca a même permis à quelques grands tueurs en série d'échapper "à la chaise" ou plutôt à l'emprisonnement à perpét parce qu'on pouvait expliquer leurs comportements par une histoire familiale spécifique.

Et tout ce que je viens d'écrire vous parait évident.

Pourtant dans le premier paragraphe, il y a une bonne idée et une intox.

L'info, c'est que lorsqu'une personne ressent un mal-être ou qu'un de ses comportements est gênant ou qu'en telle circonstance il se passe quelque chose d'inadéquat, il est absolument nécessaire de remonter dans le passé pour comprendre comment on en est arrivé là.

Rien d'étrange là-dedans, c'est ce qu'on fait toujours lorsqu'on se pose la question de l'enfance du patient. Parents, fratrie, proches....c'est déjà faire un bon dans le passé. Car des fois, pas besoin d'aller bien loin pour trouver où ça commence à clocher.

Ainsi un jeune patient de 22 ans à l'aspect poupin mais auquel on aurait donné 20 ans de plus tant dans le look que dans son niveau de réflexion et dans la sagesse (j'ai bien peur de n'arriver jamais à son niveau), m'apporta un jour sur ma demande son arbre généalogique réalisé par son grand-père. Quelle surprise de savoir qu'on pouvait remonter à presque 10 générations avec de toute évidence des avortement, des trahisons et des incestes cachés dans les placards. Mais la plus grande surprise était que l'arbre était inversé. Ainsi les ancètres étaient tout en haut des branches et mon patient, le petit dernier de la famille, était tout en bas seul au milieu des racines. Seriez vous étonné que je vous dise que toute l'histoire de sa famille reposait sur lui ? (d'ailleurs, il avait entrepris de questionner tous les vivants afin de récolter toutes les anecdotes et d'en faire un ouvrage pour aider les générations suivantes). Il était devenu le seul détenteur de tous les secrets familiaux et il pouvait faire des liens qu'aucun autre ne pouvait faire. Il était devenu ce à quoi l'arbre généalogique le destinait, la base de la famille.

Parfois, les choses sont plus compliquées. 

Remonter aux parents ne suffit pas. Enfin ça explique déjà pas mal de choses il est vrai. Mais lorsqu'on discute de l'enfance des parents, on s'aperçoit que eux aussi ont subi. Et leurs propres parents aussi.
En remontant la généalogie, on s'aperçoit que certains traumas se transmettent et donnent lieu à répétition d'une génération à l'autre.

Ainsi une patiente maltraitée par son compagnon avait fini par être violente avec son enfant, fille unique. Elle même, fille unique, avait été maltraitée par sa mère qui était maltraitée par son compagnon. Et la mère de la mère avait été une femme battue qui n'avait pas eu la force de s'occuper de sa fille unique, enfant non désirée. Sans compter que l'arrière grand mère avait elle-même été battue et que sa fille unique avait été conçue sous contrainte et jamais aimée... Bref, l'amour maternel n'avait pas circulé depuis longtemps auprès des enfants filles dans cette famille. Le passé est en collusion avec le présent.

On citera aussi en passant la majorité des enfants adoptés qui ressentent un besoin irrépressible de connaître leur passé et surtout leur origine, de comprendre pourquoi ils furent abandonnés et enfin savoir si le mal-être ressenti est "familial" par le sang.


L'intox, c'est de croire que tout le monde a besoin de savoir d'où il vient.

Lorsqu'on va bien, lorsqu'on se sent équilibré et qu'on pense mener une vie saine, connaître ses origines n'a guère d'importance. A quoi sert le passé lorsqu'on s'en est détaché ? Quelle importance y a t il a le retrouver lorsque on vit pour soi et non plus pour ces "autres", lorsqu'on vit pour aller de l'avant et non plus dans vers l'arrière  ?

C'est pourquoi certains enfants adoptés se contrefichent de leurs origines. Ils ont tiré un trait sur le passé, seul le présent et le futur sont importants. Et seuls ceux qui ont leur ont donné les clés pour être compétent dans ces temps ont de l'importance.

L'étude de la généalogie a aussi un intéret pour replacer chacun à sa place. Lorsqu'une patient en dessinant son arbre généalogique trace sa mère dans un coin, le père au centre et elle à côté du père, l'irrespect des rôle de chacun prend toute sa force. Il est temps de redessiner tout ça, tant sur le papier que dans la vie.


Cela ne veut pas dire que le passé lointain n'a pas de répercussion, car nous sommes tous la conséquence d'un passé familial, de notre propre passé. Mais à ce train là, avouez que nous sommes tous plus on moins cousins par Louis XIV, alors ça commence à faire une sacrée famille.

A nous de décider si cela doit influer sur notre présent.





3 commentaires:

  1. mais est ce qu'on le décide vraiment? parce que parfois on reproduit inconsciemment ou involontairement des choses des générations d'avant: je veux dire par là qu'on est un peu comme formaté. Et pour moi le plus dur n'est pas de vouloir ou non que ça influe sur le présent mais bien de s'en rendre compte (et que cela ne nous convient pas comme schéma de vie)

    Kirikou

    RépondreSupprimer
  2. Un enfant ne décide pas de son éducation et de "l'ambiance" psychologique dans laquelle il va baigner. Cela le conditionne, on l'a déjà vu. Il faut que quelque chose cloche pour que l'alerte soit donnée : un enfant dépressif, un ado qui ne va pas bien, un adulte qui ressent un mal-être... Et au cours de la thérapie on va démonter le passé et les influences qu'il a eu et qu'il sur le présent (et le futur donc). Mais c'est le patient qui va décider de l'impact que ce passé va continuer à avoir.

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour, Vergibération,

    Ce message n'a rien à voir avec votre post, mais puisque vous modérez les messages, je passe par ce biais pour solliciter votre aide sans que cela pourrisse votre page de commentaires. J'espère que vous me pardonnerez ce recours un peu traître...

    Afin de vous faire comprendre de quoi il retourne, voici la lettre que nous, orthophonistes, adressons actuellement à nos prescripteurs. Un lien final mène à la pétition de soutien en ligne.

    Je me permets de vous écrire afin de vous faire part de mes inquiétudes au sujet de la réforme concernant ma profession, l'orthophonie.
    Mes collègues et moi-même sommes opposés au projet actuel qui propose une reconnaissance de notre formation initiale à deux niveaux :
    - une formation en 1ère année de Master pour des orthophonistes de base avec un exercice professionnel à compétences limitées par rapport à aujourd’hui.
    - une formation en Master 2 (complémentaire et non obligatoire) pour un nombre limité d'orthophonistes qui pourraient être habilités à prendre en charge les patients victimes d'AVC, les patients atteints de la maladie d'Alzheimer, de la maladie de Parkinson, les personnes aphasiques, les enfants sourds, les patients atteints de trouble de déglutition, de problèmes de voix et les personnes laryngectomisées.

    Cette réforme, si elle voyait le jour, signifierait :
    ? En termes d'études : une formation amputée de l'équivalent d'un semestre, une absence de reconnaissance au grade Master, une pénalisation pour la mobilité des orthophonistes en Europe et dans le monde et un accès à la recherche toujours aussi difficile.
    ? En termes d'exercice professionnel : une profession à deux vitesses, une diminution du champ de compétences de la majorité des orthophonistes, une diminution de l'offre de soins orthophonique de qualité à proximité du patient, une porte ouverte à la création de sous métiers de rééducation.

    J'espère que mon courrier aura su attirer votre attention. Si vous souhaitez plus d'informations, vous pouvez consulter sur le site de la F.N.O. (principal syndicat orthophonique) http://www.orthophonistes.fr

    Si vous êtes sensible à notre cause, vous avez également la possibilité de signer la pétition de soutien à la profession mise en ligne en tapant sous Google pétition orthophonistes colère (http://www.mesopinions.com/Pour-un-master-en-orthophonie-petition-petitions-2e1e448b34a0775971c9321315c49525.html)

    RépondreSupprimer

Stats