samedi 5 novembre 2011

Qui était le tailleur des SS et des SA ?

Le passé est passionnant. Plus on le regarde et plus on s'y penche et plus on constate que l'Homme vit dans un perpétuel recommencement de joies mais aussi d'erreurs et d'horreur. Tout comme la réapparition de la mini-jupe, c'est cyclique. 

Je fais partie d'une génération pour laquelle la seconde guerre mondiale est un non-dit. Une génération dont les parents ne racontent pas leur enfance ou seulement par bribes, ne racontent pas les horreurs qu'ils ont vécu, leurs souffrance. Tout est tu, tout est nié. Alors ça pousse à se poser des questions.

Si je ne supporte pas les mecs en costards, ça ne vient certainement pas de là. Néanmoins je dois reconnaître que l'uniforme a ses charmes. Encore que désormais l'uniforme du troufion, large à souhait, multipoches obligent et l'uniforme des "chefs" avec leur képis et leur aspect gaulliste, n'est plus très tentant. Ce n'est pas seulement non joliment coupé, ça manque de classe, de "chic".

Alors je vous parlais de la seconde guerre mondiale. Bon y avait encore des fantassins français vêtus comme en 14-18, gelés en permanence et perdant du temps à dérouler leurs bandages... Ceux là faisaient peine à voir. Puis il y avait les ricains avec leur treillis camouflage. Les Canadiens avec leurs lainages kaki et leur blouson court. Sans parler des anglais, avec leur casque en galette et l'uniforme seyant (mais pas pratique). 

N'oublions pas les autres, là. Vous savez ceux de l'autre côté. La force obscure.
Les allemands, quoi.
On peut hurler tout ce qu'on veut sur leurs actes, leurs mobiles, leur politique, leur décadence (ooops, ça non il n'avait pas le droit), n'empêche que leur uniforme en jetait.
D'ailleurs ce n'était pas pour rien. L'uniforme servait à se démarquer des alliés (des nôtres). Ils se devaient d'être les plus beaux, les meilleurs et cela devait se voir à l'oeil nu. Il fallait aussi que la population différencie les différents corps.
Hitler, celui qui conçu la "coccinelle" de VolksWagen (qui se traduit "voiture du peuple"), aimait que ses sbires aient l'air de sortir d'un magazine de mode.
Souvenons nous encore du "fameux" casque allemand, que tous les ordinateurs de l'ONU n'ont pas réussit à détrôner en matière de design et de sécurité... Y'en a, lorsqu'ils regardent les Casques Bleus intervenir, qui se marrent en se disant que décidément y'en avait certains qui avaient vachement cogités et sans besoin d'Intel inside.

Alors ces uniformes me direz vous ?
L'uniforme des SS (de Waffen SchutzStaffel) :



Uniformes des SA ( Sturmabsteilung ou "section d'assaut")


Sans compter les "chemises brunes"....

Alors, qui a dessiné et taillé tous ces "jolis" uniformes à la demande d'Hitler ?

Non vraiment pas ?



HUGO BOSS.

Oui, Hugo Boss était tailleur en Allemagne.
A la base c'est une petite entreprise qui produit des tailleurs, des coupes vents et des chemises. 
La récession la pousse vers une production plus spécialisée : cuir et plastique pour les chasseurs par exemple mais surtout pour les vêtements de travail.
Hugo Boss adhère alors au parti national-socialiste et dès 1933, à la demande d'Hitler, il créa et fabriqua tous les uniformes du troisième Reich, (SS, des SA et des "chemises brunes" entre autres).
A court de main d'oeuvre, Hugo Boss fait appel au travail forcé en "important" des travailleurs français, polonais et des déportés de camps de concentration.
Après la guerre, Hugo Boss sera privé de ses droits civiques et sera condamné à une lourde amende.
Après la guerre, il tomba en... "désuétude" dirons nous.
Il faudra attendre les années 70, pour que la firme décide de resurgir et se remette à flots en se lançant dans la confection pour hommes.
En 2000, Hugo Boss a versé 500 000 £ aux fonds d'indemnisation des anciens travailleurs forcés. 

La Société se démarque alors en vendant une image "virile de réussite professionnelle". Ce qui nous rappelle quelque chose.

Depuis les années 90, l'entreprise a changé de mains bien des fois tout en gardant son nom puisque les descendants de Boss veille sur son développement et son orientation, car si la fabrication est désormais sous traitée dans de nombreux pays sous développés ou en voie de développement, les prototypes sont toujours créés en Allemagne dans la même ville qu'à l'origine.


10 commentaires:

  1. C'est intéressant. Il est vrai que ce sont des faits qui sont trés souvent ignorés du grand public... comme pour la coccinelle d'ailleurs qui a été conçue à la base à la demande d'Hitler en personne et qu'il ne faut pas oublier que Volkswagen faisait au départ des véhicules destinés aux nazis... et maintenant c'est une marque extrêmement populaire ! Ça fait réfléchir. Idem pour Hugo Boss d'ailleurs, mais dans ce cas-là, je ne le savais pas et je pense que bcp moins de gens le savent que pour VW.

    La prochaine fois que j'en vois un frimer en costard Hugo Boss, je crois que je vais me faire un plaisir...

    Lea

    RépondreSupprimer
  2. Mais bon, ceci dit, il faut bien reconnaitre que les nazis avaient de trés beaux uniformes... c'était vraiment la classe à côté des pouilleux de l'armée française.
    Lea

    RépondreSupprimer
  3. Lea : nous sommes bien d'accord sur la coupe et l'allure. Hitler avait déjà tout compris sur la gestion de l'image et sur l'effet que ça peut avoir sur les populations. Les français et les anglais étaient vraiment mal lotis les pauvres, ils ont beaucoup soufferts de l'inadéquation de leur tenue sur le terrain.
    VW a été créée dans le but que chaque citoyen puisse avoir accès à la voiture et ce sont les nazis qui ont donné l'exemple (un peu comme nos politiques ont longtemps roulés en Renault).

    RépondreSupprimer
  4. Oui, l'idée de base était de permettre à tout citoyen d'avoir un véhicule mais c'était surtout utilisé comme outil de propagande et, Porsche le créateur de la Coc's a bien 'servi' les nazis à l'époque et ceci en connaissance de cause, non ?

    Maintenant je suis d'accord que c'était il y a + de 60 ans et qu'il faut à un moment donné passer l'éponge, mais il y a certains passés qui sont plus dérangeant que d'autres... mais bon, à priori, cela n'a que très peu de répercussions au niveau commercial alors pourquoi s'embêter à garder une certaine moralité, hein ?

    Lea

    RépondreSupprimer
  5. En même temps les dirigeants actuels et employés de ces sociétés ne sont pas responsables du passé.
    Si on devait boycotter tous ceux dont les ancêtres ont collaboré, ça ferait du monde.
    Chez "parce que je le veau bien" par ex, qui détiennent la moitié des marques de cosmétiques en supermarché, parapharmacie ou luxe, difficile de ne pas acheter leurs produits un jour ou l'autre et un peu absurde aussi.
    Par contre je ne trouve pas les pantalons bouffants sexy moi, je les trouve même ridicules.

    RépondreSupprimer
  6. Stephanie : c'est pourtant encore la mode dans les compèt' d'équitation... dont le costume est largement inspiré. Mais il est vrai que c'est démodé.
    Maintenant ton raisonnement est réel, mais il est, pour moi, un peu trop facile. Certes les descendants ne sont responsables de rien, mais ce n'est pas pour cela qu'il faut oublier ou faire semblant que cela n'a pas été. Ils ont été capables de... rien ne dit qu'ils ne recommencent pas ailleurs (on l'a vu avec Nike qui utilisait la main d'oeuvre infantile et qui n'a jamais aussi bien vendu). C'est parce que tout le monde fini par trouver ça normal qu'ils continuent à exister. Le passé est certes le passé, je suis la première à la dire,mais il ne faut pas oublier que ce qui fait ce qu'on est aujourd'hui c'est ce passé.

    RépondreSupprimer
  7. Je voulais compléter ma réponse parce que lorsque je viens je n'ai que quelques minutes... Pour HB, il est évident que les petits fils qui ont repris la boutique n'ont pas changé le nom. Ils auraient pu car ils ne portent pas le nom de Boss (qui est un sacré jeu de mot pour les anglo-saxons). HB était redevenu une microscopique entreprise boudée par les allemands. Dans le milieu des années 70 la remontée de Boss a coincidée avec la remontée de l'extrème droite allemandes et autrichienne (les "néo-nazis"). Y a t il un lien ? Peut être. Peut être pas. Il n'empêche. HB fait son plus gros chiffre d'affaire à l'exportation, les allemands étant toujours peu acheteurs de cette marque. Ils comptent aussi sur le fait que les nouvelles générations ne sauront pas, auront oublié. Et ils ont raison.

    Je le vaux sans doute bien, mais je n'achète pas de produits de cette marque. En tout cas j'essaie, j'en ai certainement chez moi parce que c'est un gros machin tentaculaire qui a racheté les plus grandes marques (Saint Laurent par exemple). Je ne roule pas en VW ni en Ford. Je ne porte pas de Chanel (faut arrêter de faire semblant de découvrir ce qui était su et parfaitement assumé à l'époque)... Bref, chacun ses choix. Je donne une info, chacun en fait ce qu'il veut.

    RépondreSupprimer
  8. Je ne conteste pas l'intérêt de l'info, d'ailleurs à part les allemands peu de gens doivent savoir d'où vient la marque Boss. Je me souviens qu'en cours d'histoire on avait évoqué les sociétés allemandes qui s'étaient développé grâce à la guerre mais pas de Boss à l'époque (j'étais en 3ième en 89).
    Pour L'Oréal, j'ai fait une recherche Wiki pour savoir ce qu'ils détenaient et j'ai noté que j'avais tendance à éviter les marques de leur groupe instinctivement depuis, jusqu'au jour où je me suis retrouvée à la parapharmacie... 1/2

    RépondreSupprimer
  9. ...avec ma marque de crème manquante et la seule autre dans mes prix était d'une filiale L'O. : hésitation de plusieurs minutes puis je me suis dit, tu deviens dingue, j'ai pris la crème et je suis partie (j'ai payé avant :)). Bref, je me suis dit pourquoi culpabiliser à ce point d'acheter L'O alors que je sais que mon propre grand-père était un salaud qui faisait du marché noir !

    RépondreSupprimer
  10. Moi, perso, je trouve l'info trés intéressante car je préfère savoir ce genre de chose plutôt que l'ignorer. Si j'ai le choix entre une marque 'clean', dont la production a par exemple connu de trés grosse difficulté ou a dû même être arrétée pendant la guerre, et une autre qui a "collaboré" je pense que je pencherais pour la 1ère... et si malgré ça j'optais pour une raison quelconque pour la seconde, je le ferais en connaissance de cause.
    Maintenant, je pense que bcp de gens ne veulent pas se compliquer la vie et ignore ou veulent ignorer ce genre de choses pour faciliter leur achat et ne pas avoir à se poser de questions... ça serait bcp trop fatiguant.
    Lea

    RépondreSupprimer

Stats