jeudi 19 janvier 2012

Expositions "Samouraïs" et "Exhibitions" - Musée du Quai Branly

J'avais dit que j'irai mercredi ! 

J'ai bien fait d'arriver vers 14 h. Personne, pas un chat dans l'expo "Samouraïs". Mais lorsque j'en suis sortie au moins 1 h plus tard, l'expo se remplissait et il y avait 30 minutes d'attente pour entrer !

Bon j'ai pris des photos. Elles sont pas super, j'ai bêtement oublié que j'étais en mode "crépuscule" alors tout est orange et flou... pas malin. Et lorsque je m'en suis aperçue, je n'avais plus de batterie ! Donc une seule photo nette.

C'est une superbe expo que je recommande si, comme moi,  vous êtes fans des armures japonaises. On ne se refait pas. Ca m'a donné plus que jamais envie d'en posséder une, mais il va falloir que j'économise sacrément. C'est pas dans le budget d'un psy une telle folie.

Comme toujours au musée du Quai Branly, la lumière est tamisée ce qui permet de ne pas sortir de là épuisé et surtout les oeuvres sont mises en valeur par un éclairage faible mais direct. Il y avait une conteuse qui expliquait à des enfants au travers de contes la vie des samouraïs. C'était très instructif et amusant.

Ces armures, masques, casques sont tous issus d'une seule et unique collection, celle de Ann et Gabriel Barbier-Mueller, collectionneurs américains. 

Vous constaterez (enfin j'espère) sur mes piètres photos que les masques ne sont pas des représentations de visages asiatiques, mais bien de type européen. En effet, le decorum des armures s'est développé après l'arrivée des premiers Portugais au Japon. Ensuite, il s'est agit de mettre plus que jamais en avant son statut, sa fortune et son appartenance à tel clan. Fil d'or, fil de soie, noeuds complexes, couleurs vives, gravures tout était bon pour montrer sa supériorité.










Si l'expo vous intéresse, sachez qu'elle prend fin le 29 janvier.
Recommandation, ne prenez pas le ticket qui se limite à "Samouraïs" qui coûte 8,50 €, prenez directement un billet toute expo à 10 € vous pourrez ainsi aller partout. C'est gratuit pour les moins de 18 ans.

La video "teaser" de l'expo :






Alors l'expo "Exhibition".



Cette exposition là m'intéressait aussi. Comment s'était mis en place le mythe du "bon sauvage" ? Quel impact a eu l'exhibition des "races" différentes aux siècles précédents sur nos Sociétés actuelles ?

Liliam Thuram qui a eu l'idée de l'expo a vendu dans tous les magazines sont discours sur la naissance du racisme et sur l'orientation bienveillante du thème afin de faire comprendre comment le racisme s'est imposé au XIXème siécle.

D'abord je n'ai pas pris de photo. Ensuite, j'ai été surprise de voir qu'en fait l'expo fait surtout une grande place aux cirques dans lesquels on montrait ces "monstres" de foire qu'étaient la femme à barbe, le géant Chinois, les "pygmées", la femme la plus grosse du monde.... Bref, revoyez "Freaks" de Fritz lang et vous aurez une idée de la première partie de l'expo avec les mêmes personnages puisque ce film fut tourné avec les "stars" de l'époque.

Bon l'expo s'intitule "Exhibitions" il est vrai. Et s'il est sain de rappeler les conditions de vie de ces personnes, il faut aussi comprendre qu'à l'époque que hors des cirques elles étaient condamnées à une vie bien plus miséreuse. Certains ont même été de grandes vedettes richissimes. Il n'y avait pas la télé, les films d'horreur n'existaient pas et l'humain ne dédaignait déjà pas à se faire peur en regardant ces êtres différents et parfois improbables.

On peut penser ce qu'on en veut, je ne vois pas beaucoup de changements aujourd'hui où, si vous lisez les nouvelles sur le net, il n'y a pas une journée où on ne nous administre pas une dose de la désignation du plus petit homme du monde, de la photo de la femme la plus vieille, des siamoises qu'on ne peut séparer, sans compter la jeune fille "louve" atteinte de hirsutisme en train de se faire couper les cheveux pour retrouver un grain de féminité. Nul doute que vous aurez cliquez, vous mettant ainsi exactement dans la même situation que ces spectateurs du tout début du XXème siècle. La curiosité comme la morbidité mènent à tout, même aux expos ! 

Ensuite, on passe à la partie sur l'exhibition des "races" : nous avons les Africains, les Inuits (ex Esquimaux), les Arabes, les Hidous.... Bref, toutes les ethniques et tribus y sont passées surtout lors des expositions universelles. Là encore se pose la question du racisme vs la curiosité. Je comprends parfaitement le point de vue du commissaire de l'expo surtout lorsqu'il y avait mise en scène, exploitation voire création totale d'une fausse tribu pour épater le galerie. Mais lors des expositions universelles (vous verrez de très belles images de celle de 1900 à Paris. Mais pourquoi a t on détruit tout ça ?), chaque pays voulait montrer comment on vivait chez lui. Le Sénégal a installé une tribu sénégalaise, les Marocains ont installé la tente, les Indiens mange le curry... Le discours est que mettre en exergue ainsi les différences c'est créer l'idée que nous ne sommes pas pareils et que donc il est possible de classifier les peuples en fonction de leur supériorité ou infériorité. Certes les dérives sont toujours possibles ne le nions pas. Mais exhibition ou façon d'expliquer comment on vit dans un pays, une Société ? Toute la question est là.
Parce que si montrer comment on vit dans un pays en demandant aux personnes de montrer aux autres comment elles vivent, tout le musée du Quai Branly n'est qu'une vaste exhibition colonialiste. Que dire de ces videos où l'on voit des tribus danser devant une caméra, chanter pour montrer leurs traditions. Que dire lorsque au cours de l'expo "Maori" devant une superbe devanture de maison du XIXème siècle si joliment traditionnellement sculpté on découvre au hasard d'une photo qu'au cours d'une autre exposition, sous le porche en bois, c'était tenue quelques temps plus tôt une réunion de chants traditionnels pour rendre son esprit à cette construction. Et cela en public !



Alors en sortant de l'expo, on se demande s'il ne faudrait pas détruire le musée du Quai Branly. Après tout en faisant la part belle aux Sociétés traditionnelles et à la transmission de ces traditions, il exhibe des différences culturelles. Et si nous sommes différents culturellement la tentation ne serait-elle pas pour certains d'accorder une supériorité à certaines ? 

Du coup je suis partie, en me disant qu'il était un peu facile de voir la paille de l'oeil du voisin mais pas la poutre dans son propre oeil.


3 commentaires:

  1. J'ai du manqué une phrase.
    Le racisme viendrait de ce besoin d'exposer les différences culturelles des peuples qui nous sont différents?
    Personnelement j'ai bien conscience que lorsque l'on rencontre quelqu'un qui nous est fortement différent on ne voit en premier lieu que sa différence. Mais je suis totalement opposée à l'idée de la masquer pour qu'on l'oublie, parsequ'en fait même si elle n'est plus visible elle reste présente à l'esprit. Au contraire selon moi il faut la montrer autant que possible pour qu'elle devienne familière et qu'on y prète de moins en moins attention. Alors seulement on peut voir aussi tout ce qui nous rapproche.

    RépondreSupprimer
  2. Oui Cleanette, c'est exactement le discours de cette expo. C'est en montrant les différences que ce serait créer le racisme.
    Or l'expo ne fait pas la différence entre montrer et exploiter.
    De plus, il n'est pas expliquer pourquoi ou par quel processus on passe de l'exhibition des différences à l'utilisation de ces différences pour en déduire à l'époque la supériorité d'une race sur l'autre.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis assez fan d’armures japonaises aussi, je les trouve magnifiques, effrayantes et raffinées à la fois. Malheureusement, je n’aurai pas l’occasion de me faire un petit week-end à Paris avant le 29, il me reste à espérer que cette expo nous fera l’honneur de passer par la Belgique.
    Quand j’ai lu le titre de ton article, et l’association « Exhibition » et « Branly », je ne sais pas pourquoi je m’attendais à lire quelque chose sur les paraphilies
    Quant à l’autre expo, son discours “égalitariste” est bien dans l’air du temps. Il faut incriminer les différences, les « inégalités », les « injustices ». Il faut que rien ne dépasse. Quand comprendra-t-on que ce sont précisément l’invention des mythes que sont la « justice » et « l’égalité » qui sont à la base des oppositions et des discriminations. Pire, ces mythes de la bienpensance, empêchent d’intégrer les différences et de bâtir des synergies en lieu et place des conflits que le politiquement correct nauséabond alimente en flux continu ?

    RépondreSupprimer

Stats