mercredi 15 février 2012

Exercice d'écriture - Résultat 3

Les écrits de Milady


Zénitude

J’ai envie de partir ce matin, d’être couchée à l’avant du bateau, de regarder l’eau, le ciel. Le soleil est éblouissant, il fait chaud, très chaud. Il n’y a pas de bruit, juste le vent dans les voiles. La lumière et l’air me transpercent, je ressens les mouvements du bateau, je peux dire les yeux fermés s’il est bien réglé. Il n’y a pas de discontinuité entre moi, le bateau, la mer et le ciel. Bien-être, esprit au repos, vide absolu. Toutes les particules de mon corps ne font qu’un avec le paysage. Violence et vide des sensations. Violence et calme de mon esprit. Je suis bien.


C’est alors que tout a vacillé. Je n’en reviens pas, je sentais les choses venir mais je n’ai pas réagi et je n’ai rien fait pour éviter cet emportement. Mais mieux vaut commencer par le début. Retour à la case départ. 1er Janvier. Matin de réveillon après une nuit de fête très sympa avec des amis. Une fête c’est comme la mayonnaise, on a tous les ingrédients mais on ne sait pas si elle va prendre. Là tout le monde avait plaisir à se retrouver, bavardages, éclats de rire, rocks endiablés. Longue nuit de fête, petite nuit de sommeil, toute petite nuit. Pff, dur les lendemains de fête. Je ne décris pas, vous savez ce que c’est, j’ai la tête à l’envers. En plus j’ai mal au dos et les rocks ont réveillé mon tennis elbow. Je ne sais pas vous mais moi le matin je suis assez binaire, soit je démarre à 100 à l’heure soit je suis un ours mal léché. Là j’ai besoin de calme. Je prépare une grande cafetière, je me prends une douche. Retour à la cuisine,  pour le café au calme c’est raté je ne suis pas la seule à m’être levée. Je ne sais pas comment font les copains mais ils papotent tous, j’ai l’impression d’être le seule zombie. Dans le groupe il y a deux amis d’enfance de mon homme. Je les écoute d’une oreille, pas plus car j’ai mal au crâne. La discussion est assez surréaliste. Surenchère sur tous les sujets. C’est à celui qui prendra le dessus, qui étalera le plus sa culture… Deux frères ennemis ! Après le jazz, les insomnies, le sport… Je n’y crois pas tellement c’est énorme. Ce n’est pas nouveau mais à ce point c’est du jamais vu. Passage à table pour le déjeuner, il faut bien finir les restes. Ils continuent. Ils me font penser à une girouette qui tourne sur son axe à chaque rafale de vent. Ils n’ont pas l’air d’être fatigués, ni d’avoir mal à la tête, après l’apéro ils enchaînent avec le vin. Tiens ils parlent du livre d’Emmanuel Carrère « La vie des autres ». Je l’ai lu il y a peu de temps donc je dresse l’oreille. Je suis surprise car ils ne parlent que de l’aspect politique du livre or moi j’ai le souvenir d’un combat contre la maladie, d’un roman sur les relations humaines. Cela me sort un peu de ma torpeur mais pas suffisamment pour discuter, ni pour calmer le jeu. Je me lève pour faire le service. C’est là que tout a vacillé. Le niveau sonore de la discussion est de plus en plus élevé, je les entends de la cuisine. Que s’est-il passé pour que même que leurs femmes interviennent violemment ? Le temps que j’arrive plus rien, silence, ambiance lourde. Chacun se regarde gêné, certains lèvent la table, d’autres sortent dans le jardin. Mon homme me regarde désolé, je sais qu’il n’a rien vu venir. Je sors m’aérée. La pluie et l’air frais achèvent de me réveiller. Je regarde un chat blotti près d’un muret.

Mais qui sait ce qui se passe dans la tête d’un chat. Est-ce qu’un chat se pose des questions, est-ce qu’il cherche à comprendre le pourquoi des choses ? Drôle de question, pourtant j’y pense assez souvent même si la réponse est bien connue ! Est-ce qu’on a fait des images du cerveau d’un chat face à sa nourriture préférée ? Sont-elles si différentes de celle de l’homme ? Est-ce que le crâne d’un chat est transparent ? Images de la perception face à celle de l’imagination… Bon ce ne doit pas être facile d’imager le cerveau d’un chat lorsqu’il bondit sur un oiseau ! Je délire. Mais quand même, imaginez un chat dont le coussin est situé devant la télé. A chaque pub pour les croquettes, hop il ouvre un œil ! Est-ce si différent de l’enfant devant une pub de jeu vidéo ? Message subliminal. Après l’enfant court demander aux parents d’acheter le jeu et le chat miaule pour obtenir ses croquettes. Je n’ai jamais rien lu en neuroscience sur le cerveau des chats, faudrait peut-être que je regarde ! Agitation de l’autre côté du jardin, il faut que je cesse mon jeu de diversion. Souvent j’enchaîne les questions-réponses sans intérêts pour me calmer de mes émotions, parfois ça marche. Branle bas de combat, ils repartent tous.

Nous étions désormais assis l’un en face de l’autre. Comme à son habitude il ne semble pas être perturbé par ce qui vient de se passer. Pourtant il est loin d’être insensible, mais ça glisse sur lui, il range rapidement les choses dans des cases. Assis dans le canapé face à la cheminée, il fait un sodoku. Il a les traits tirés, je sens qu’il s’assoupit, il ne va pas tarder à sombrer. Il lève la tête, m’interroge :
-         tu ne lis pas ?
-         non. Je te regarde.
Il sourit, s’enfonce plus confortablement et écarte un bras pour que je m’y blottisse. Je me réfugie tout contre lui, ses bras m’enserrent, il pose sa tête contre la mienne. Sa respiration ralentit, le souffle est de plus en plus régulier, je devine qu’il dort. Je regarde le feu, caresse sa main, puis je me concentre sur sa respiration, ne faire plus qu’un. Les flammes sont à la fois vives et reposantes tout comme l’océan. Je m’endors enfin. Mais ce repos est de courte durée, un petit ronflement me ramène à la réalité. Immédiatement je repense à ce qui s’est passé un peu plus tôt.

-         Je le sais maintenant. C’est trop tard, je le sais.
Je ne comprends pas. Il me semble bien avoir entendu dire ça tout à l’heure par une de nos amies. Depuis mon réveil, cette phrase tourne en boucle dans mon crâne. Quel secret a été dévoilé sous l’effet de la fatigue et de l’alcool ? Est-ce une promesse non tenue ? Qu’ont-ils dit réellement en mon absence ? Mon mari a tout entendu mais il dort. De toute façon, il me dirait que c’est sans importance. Quelle idée de boire plus que de mesure ! Pourquoi dire des choses qui vont faire mal ? Est-il vraiment nécessaire de parler ? Si oui, ce n’était vraiment pas le moment ni la manière. J’espère pour nos amis que ces excès seront sans conséquence. On dit que les enfants imitent les adultes, moi je trouve que les adultes devraient un peu plus souvent prendre exemple sur les enfants. J’envie la capacité des enfants à zapper, ils se disputent et quelques minutes plus tard tout est oublié et ils jouent de nouveau ensemble. Arrêter de penser, retrouver son calme. Je me concentre sur la respiration de mon mari, regarde le feu, je m’apaise. 

Mes amis, je vous aime donc tels que vous êtes. Ce n’est pas votre culture qui m’intéresse mais vous, vos faiblesses et vos forces, votre sensibilité. Vous m’acceptez lorsque je déborde d’énergie ou lorsque je passe des heures à lire. Moi c’est pareil, je vous aime pour ce que vous êtes. Hypocondriaque, cyclotimique, petit ou grand, mince ou fort, logique ou pas… Les combats de coqs ne sont pas nécessaires, vous êtes et je vous aime tels que vous êtes.



Nos amis sont devant le foyer de la cheminée. Entourés de ma famille ils papotent pendant que je prépare une soupe au pistou. Les enfants racontent leurs vacances à la neige et le bonheur d’avoir pu faire des randonnées en tout liberté. Tout en cuisinant j’écoute de la musique et je songe à l’avenir. Nos prochaines vacances seront moins sportives, la lecture de nombreux livres est l’activité principale en croisière.


12 commentaires:

  1. Boudiou que c'est riche. Je reviendrai plus tard, ch'uis à la bourre.
    Passionnant!

    RépondreSupprimer
  2. Je ne sais si Milady a bien répondu à l'exercice mais en tout cas le résultat était agréable à lire.

    RépondreSupprimer
  3. Impression : une personne qui cherche à comprendre pourquoi les autres se comportent de telle façon (une certaine violence, mais aussi une pulsion de vie), façon qui ne semble pas accessible à celle qui écrit. Au point d'en faire des recherches quasi médicales pour savoir où pourrait bien se cacher ces comportements. Une impression aussi d'étrangeté par rapport aux autres.

    RépondreSupprimer
  4. blifting : c'est amusant ce que tu dis, j'ai toujours écrit de manière très dense car je trouve toujours que ça n'a pas beaucoup d'intérêt pour les autres.

    Clea Nette : merci, ça fait plaisir. Je ne sais pas si j'ai répondu à l'exercice mais j'ai respecté à la lettre les consignes. J'ai bien failli ne rien rendre car je voulais être sincère.

    Vergi : le mercredi je suis charette, je te répondrai ce soir au calme.

    RépondreSupprimer
  5. Quel chouette texte !
    J'aime beaucoup la narration, l'enchainement des paragraphes, les digressions qui n'en sont pas et le suspense latent qui n'en est pas vraiment un puisque le centre d'intérêt c'est finalement le ressenti du narrateur plus que ce secret... En tout cas, ça happe le lecteur !

    RépondreSupprimer
  6. ben dis donc, je n'en reviens pas, merci Nakito, je suis toute zémue.

    Vergi : pour les "recherches quasi médicales" non pas du tout ! Si c'est l'imagerie qui te fait penser à ça, c'est du hasard total :j'étais à eu une soutenance de thèse au centre Neurospin cette semaine là. Ça m'a inspiré. Pour le reste tu as raison mais ce n'est pas vraiment ce que je voulais faire passer comme idée. Suite à un séisme (lol) personnel je suis dans une période où je recherche la "zénitude", mettre mon cerveau à 0, et pour cela je puise dans ce qui a de l'importance pour moi : ma famille, mes amis; dans ce que j'aime : la lecture, la voile, la musique.
    C'est vrai que j'accorde une grande importance à mes proches, le moins que je puisse faire c'est d'essayer de les comprendre. C'est également vrai que j'ai du mal à comprendre les égos surdimensionnés, les ambitions démesurées et tout plein d'autres choses. Décalée, à l'ouest, oui tout à fait, pas vraiment adaptée au monde réel.

    RépondreSupprimer
  7. questions matutinales.
    Pourquoi n'as-tu pas voulu corriger le titre du livre (pour les lecteurs je me suis trompée, le livre d'Emmanuel Carrère dont je parle est "D'autres vies que la mienne") ?
    Je suis tout à fait d'accord lorsque dans un commentaire tu disais que lors de l'écriture un texte appartient à celui qui écrit, ensuite il appartient à celui qui le lit, le lecteur réagissant en fonction de ce qu'il est. Du coup la question que je me posais est la suivante : qu'en est-il pour une conversation ? C'est une succession de miroirs ? Si oui et si je pousse le raisonnement à l'extrême (voir à l'absurde) "l'autre" n'est là que pour alimenter le jeu de miroir? pas terrible comme vision.

    RépondreSupprimer
  8. Milady : parce que tu t'es trompée, mais le choix du titre n'est pas lié au hasard. Il ne s'agit pas ici de mettre sa culture en avant en se disant "mais que vont penser les autres ?". Ce qui est important c'est ce qui est véhiculé.
    Pour le langage c'est pareil que l'écrit.C'est pour cela qu'il est essentiel de préciser ce qu'on met sous certains mots, car lorsque nous formulons une phrase elle est reçue en fonction du vécu de l'autre, des circonstances et de ce que l'autre met sous chaque mot. L'autre réagit alors en fonction de son ressenti (et donc de son vécu, de ce qu'il a compris).... Mais cela renvoit aussi le premier émetteur à lui même.A t il utilisé tel mot pour "choquer" l'autre ? La réaction de l'autre est elle ce qu'elle attendait ? Et la com n'est pas que verbale, elle est non verbale.On peut dire des choses qui vont totalement à l'inverse de ce qu'on exprime physiquement et l'autre va réagir à ce non verbal.D'où un certain décalage. La communication à la base sert à échanger des informations vitales. Là en général c'est clair. Technique, façon de faire... Mais lorsqu'on parle de tout et de rien, la com est totalement faussée. Le miroir est toujours là, un peu plus déformé à chaque retour.

    RépondreSupprimer
  9. "Il ne s'agit pas ici de mettre sa culture en avant" !! Alors là tout à fait d'accord avec toi, l'étalage de culture est un truc qui m'insupporte. "mais que vont penser les autres ?" Dire que je me suis trompée ne me gène pas du tout, c'était juste pour l'auteur. En plus c'est amusant car je parlais de ça car j'ai souvent l'impression de ne pas avoir le même ressenti que les autres, j'exprimais plus des doutes qu'autre chose...

    RépondreSupprimer
  10. J'ai laissé il y a quelques instant un com sur le texte précédent, mais je crois qu'il y a eu un bug et je ne sais pas s'il est passé.
    Ici: pfiouuu.... il s'en passe des choses dans cette tête.
    J'ai envie de dire à l'auteur: take it easy! Carpe diem... etc...
    On a manifestement afffaire à qelqu'un qui veut tujours tout comprendre, tout savoir. Non?
    Parfois, c'est bien de simplement se laisser porter....

    RépondreSupprimer
  11. y a de gros problèmes de connections ce soir. Attaque pirate ou événement qui pompe les réseaux ?

    RépondreSupprimer
  12. tu as tout à fait raison Blifting, je vais commencer par une semaine de sport pour faire tomber la pression et ensuite il va falloir que je fasse sauter le couvercle de la cocotte minute.
    Vergi tu m'as demandé pourquoi ce site dans un de tes coms. Tout d'abord parce que j'adore ton humour et ton côté adolescente rebelle, ensuite parce que j'ai l'impression que tu peux me faire exploser même à distance. Bonne journée à tous.

    RépondreSupprimer

Stats