vendredi 20 avril 2012

La vieille dame excentrique

Je connais une vieille dame.
Ca a du être une très belle femme.
Elle a encore de beaux restes ! lol

C'est une vieille dame excentrique. 
Le verbe haut, jamais contente, une vieux reste de look hippy dirait-on.

C'est une vieille dame qui nous vient d'un autre continent.
Son mari l'a rencontré au cours d'une mission.
Amour, mariage. Ils rentrent en France.
Le mari meurt brutalement. La dame a 28 ans et 3 enfants en bas âge.
Elle n'a jamais vraiment travaillé.
Elle est obligée de s'y mettre.
Et le temps passe. Les enfants deviennent grands, partent, font eux mêmes des enfants.
Elle est souvent toute seule, aime parler aux gens et apprécient la présence des enfants.

Cette vieille dame n'est pas si vieille que ça en fait.
Elle a quoi ? 65 ans tout au plus.
J'ai grand plaisir à la croiser, elle me fait rire, on discute.
Elle gueule tout le temps. 
La politique ? Tous pourris. Le climat ? La France c'est moche ! Le moral des Français ? De toute façon vous êtes tous dépressifs ? La sécurité sociale et l'accès aux soins ? Les Français sont tous des assistés !
Dans son pays ont fait avec le soleil, le vent, les plantes, la famille. On a toujours le sourire même quand ça va mal. Il parait.
Alors pour la titiller, je lui dis avec mon plus beau sourire que c'est vrai quoi quelle idée de donner des aides financières aux veuves après tout elles sauraient très bien faire sans.
Elle me jette un regard noir.
Et s'en va.
A chaque fois c'est un peu comme ça. 

La vieille dame excentrique se plaint aussi que nous ne sommes pas un peuple sociable.
Elle me dit "oui dans votre pays, dès qu'on approche un gamin on est mal vu".
Les gens se font tout de suite des idées semble-t-il.
"Dès que je passe devant un bambin je dis "qu'il est beau !" et la mère attrape son gamin, pas un merci, pas un mot. Je les aime moi les enfants !"

Ce que ne sait pas la vieille dame excentrique c'est qu'un de ses enfants a suivi une psychothérapie avec moi.
Ce que ne sais pas la vieille dame excentrique c'est que je sais.
Qu'elle était maltraitante, qu'elle s'amusait à faire peur à ses enfants, qu'elle faisait semblant des les abandonner, qu'elles les laissaient de 7h du matin à 23h seuls sans nourriture ni eau en leur disant qu'ils n'avaient pas été sages et qu'elle ne reviendraient pas. Le plus vieux avait 5 ans. Ils pleuraient toute la journée, ils ne savaient pas quoi faire. La nuit tombait, ils ont cru plusieurs fois qu'ils allaient mourir dans leur petit appartement. Les sanctions étaient sans appel : coups de talons aiguille à répétition jusqu'à ce que le petit de 4 ans demande pardon d'avoir fait pipi au lit. Soirées sans repas parce qu'elle était trop fatiguée après son travail et que ses gosses l'ennuyaient...

La vieille dame excentrique, devenue si sympathique, ne comprend pas pourquoi les gens l'évitent.
La vieille dame excentrique était une mère indigne.
Et ce que la vieille dame excentrique ne sait pas, c'est que tout le monde le voit.

 

6 commentaires:

  1. Aaaah mais elle est horrible ! Je ne m'attendais pas a cette chute. Faut-il qu'elle prenne conscience de ce qu'elle a fait ? Ou qu'elle continue comme ca pour eviter de souffrir d'une prise de conscience ?

    RépondreSupprimer
  2. Ca changera quoi ? Pas le passé, ni ce que ses enfants ont vécu. Je ne suis pas sa psy, je n'ai pas à lui faire prendre conscience de quoi que ce soit. Ce sont ses enfants qui, s'ils le souhaitaient, pourraient la mettre au pied du mur, mais elle peut nier alors c'est un risque.

    RépondreSupprimer
  3. Ses enfants ont-ils besoin de sa prise de conscience pour aller mieux ou peuvent-ils faire leurs chemin de résilience sans ce méaculpa? (question importante pour mon propre cas ;) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y pas besoin de prise de conscience. Tu peux dire tout ce que tu veux à une personne si elle est persuadée qu'il n'en n'est rien ou qu'elle a bien fait, tu te heurtes à une porte fermée. Ce qui n'aide en rien puisque du coup, cela te renvoie au doute de savoir si oui ou non cela a vraiment existé, si oui ou non tu n'as pas inventé et si oui ou non tu est folle... Il faut faire son deuil.
      Mais il faut aussi accepter, accepter que l'autre n'a pas toujours fait mal par plaisir. Souvent le parent a fait de son mieux avec ce qu'il avait, ce qu'ils savait faire, ce qu'on lui avait donné et appris aussi. Ce mieux était parfois le pire pour l'enfant, mais à ce moment il n'y avait que ce mécanisme en place. D'ailleurs certains parents répondent "j'ai fais au mieux". Et c'est vrai.

      Supprimer

Stats