lundi 11 juin 2012

Ce que le psy apprend des ses patients

Ce dimanche après midi, après une gentille invitation à partager le méchoui des scouts marins (merci Gildas), le repos bien mérité se fit sentir. Et mon esprit se mit à vagabonder sur ce qu'il avait bien pu apprendre de toutes les souffrances et difficultés des personnes qu'il avait rencontré...

La vie n'est pas qu'action, elle peut être aussi contemplation. Mais ça a beaucoup de mauvais côtés.

Dans notre Société, les plus grands traumas ont lieu dans la famille ou la famille élargie.

L'adolescence ne sert à rien, c'est juste un sas.

L'inceste psychologique, voire physique, des mères envers leur(s) fils est bien plus répandu qu'on ne le croit.

La torture psychologique fait bien plus de dégâts que la torture physique, mais on y survit néanmoins.

Lorsqu'on a été confronté soi à la mort, on ne vit que dans la peur de la mort et on oublie de vivre.

Lorsqu'on n'a pas été aimé par au moins un de ses parents, toute la vie n'est qu'une quête de cet amour parental.

Lorsqu'on ne s'aime pas, on est la proie rêvée de toutes sortes de prédateurs.

On ne se remet jamais de la perte d'un enfant.

Lorsqu'on a envie de faire quelque chose, il ne faut pas trop attendre. Car de toute façon on a toujours une bonne raison de ne pas le faire.









10 commentaires:

  1. "Lorsqu'on ne s'aime pas, on est la proie rêvée de toutes sortes de prédateurs"

    Serait-il possible de développer un peu ?

    Salutations
    Lea

    RépondreSupprimer
  2. Et "les hommes battus par leur compagne sont bien plus répandus qu'on ne le croit" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je confirme, bien plus répandu qu'on ne le croie ! lol

      Supprimer
  3. Je ne suis pas d'accord avec tout, je trouve la vision très fataliste, il n'y a pas une manière de réagir à des traumas qui soit univoque et il y a autant de réactions que d'individu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. eh oui c'est ce qu'on aimerait croire. Nous sommes unique et personne n'est comme nous... Et bien, Joker, c'est raté. Nous tenons dans très peu de catégories et si nos vécus peuvent être différents, nos champs possibles de réactions sont très limités.

      Supprimer
  4. Réponse à la sage-psy : j'ai lu ton article !
    La contemplation a de mauvais côtés : mince moi qui pensait avoir trouvé la solution pour éliminer le stress. Pas de soucis ma contemplation est de courte durée et limitée à des conditions très particulières.
    Les plus grands traumas ont lieu dans la famille : faut-il en déduire qu'il faut éviter de fonder une famille ? on peut difficilement s'abstraire de celle dont on est issu. ça me fait penser aux animaux (cherche pas le cheminement de mon cerveau stp) : pas de belle-famille chez les animaux c'est propre aux humains, est-ce qu'il y a vraiment une "famille" chez certains animaux?
    L'adolescence est un sas !C'est marrant ça comme phrase. L'adolescence correspond à une tranche d'âge intermédiaire entre l'enfance et l'adulte. Un chemin à parcourir qui n'est pas obligatoirement une période de crise, pourquoi un sas ?
    Lorsqu'on a envie de faire quelque chose il ne faut pas trop attendre : c'est bien vrai, je vais prendre mon café matutinal !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ce besoin de tout reprendre. Pas le temps de répondre à toi et Léa pour l'instant, mais je reviendrai !

      Supprimer
    2. Bon alors pour dire que si jamais voulu développer je l'aurai fait ! lol
      J'aime toujours autant vous laisser dans l'expectative. Ca génère réflexion, débats, discussion.... miam c'est bon.

      Lea : pour faire bref, je prendrai un exemple. Une patient qui ne s'aime pas car elle a d'elle une image de "fille facile" qu'elle pense que tout le monde voit. je confirme que c'est plutôt une nana coincée mais elle a vécu un trauma qui a créé chez elle cette image. Elle a surtout l'impression que les hommes voient cette image. Lorsqu'elle rentre dans un café, elle baisse la tête car elle a honte d'elle. Cette faille à la fois comportementale et psychologique fait qu'elle attire tous les pervers possibles. Son comportement de yeux baissés, son mal être semble renvoyer aux hommes (à certains en tout cas), l'idée qu'elle cache son jeu et qu'elle n'assume pas ses envies. Elle n'arrête pas de se faire "coincer", agresser, attoucher. C'en devient pathétique. Il faut comprendre qu'elle n'a jamais aimé généré cela même si elle l'a accepté pendant longtemps car c'était basé sur un besoin familial... Elle a fini par penser qu'elle était son image. Elle n'aime pas cette image, elle ne s'aime pas. Et en retour elle attire tous ceux qu'elles cherchent en fait à éviter. Les prédateurs voient tout de suite le non verbal, les failles psy... et ils foncent.

      NanO : Il ne faut pas s'abstenir de fonder une famille parce que toutes les familles ne sont pas traumatiques, mais il y en a qui devraient s'abstenir. Mais parfois les gens ne découvrent leur incompétence à être parent que lorsqu'ils le deviennent... Et puis ça s'apprendre si on veut bien entendre qu'on va trop loin parfois.
      Difficile à dire si la notion de famille est développée chez l'animal puisqu'il ne peut nous dire ce qu'il conceptualise. Les loups ne changent pas de femelle pendant toute leur vie. Les singes pleurent leurs petits morts. J'ai vu des chats tourner et hurler devant leur compagnon écrasé.... Tout dépend de la conception qu'on a de l'animalité non ?
      Et je finirai rapidement pour la phrase sur l'adolescence. J'avais écrit d'abord 'l'adolescence ne sert à rien', mais je me suis dit qu'il y aurait bien quelqu'un pour me demander pourquoi... Alors j'ai écrit "sas" car en fait ça représentait mieux ce que c'était. Les psys parlent de temps de latence. C'est exactement ça. En fait tout ce qui se passe pendant l'adolescence n'a plus vraiment d'importance, c'est une période non marquante, elle ne sert qu'à faire l'amalgame de tout ce qui a été appris/vécu avant et à le recracher de l'autre côté du sas bien fixé.

      Supprimer
    3. (désolée pour les fautes mais je suis pressée)

      Supprimer
  5. merci pour ces phrases méditatives
    je retiens le sas de l'adolescence. en lien avec un bouquin que j'ai lu récemment "abymes adolescences" de catherine audibert. des fois, naïvement, on pense qu'on en a fini avec tout ça.. ce n'est que parti remise finalement!

    RépondreSupprimer

Stats