samedi 20 octobre 2012

Le Musée de la Vie Romantique

Le musée de la Vie Romantique est situé à Paris dans le IXème arrondissement.


C'est par un dimanche de grande pluie et après avoir tourné 30 minutes pour trouver une place que j'ai fini par trouver juste à côté du musée, que j'ai atterri au musée de la Vie Romantique.

Je souhaitais visiter l'expositions "Intérieurs", composées de 80 aquarelles mettant en oeuvre les intérieurs entre 1820 et 1890.

Avant de vous parler de l'expo, je vais vous parler du reste. 
Le musée est situé dans un grand pavillon, dit "hôtel Scheffer-Renan", entouré de verdure. Un îlot tel qu'il en existait de nombreux dans le quartier et qui est aujourd'hui coincé entre des immeubles bas. Nous sommes à moins de 100 m du Moulin Rouge que l'on aperçoit du coin de la rue Chaptal.

Si vous êtes un fan de George Sand, je vous conseille vivement de visiter ce lieu. On y retrouve au rez de chaussée des bijoux et objets lui ayant appartenu, une reconstitution avec ses meubles du salon du chateau de Nohant... On regrettera d'ailleurs que le tapis qui semble d'origine, vu que c'est le même dessin que sur les aquarelles de l'époque, sois totalement élimé à l'entrée puisque personne n'a jugé bon de le protéger des piétinements des visiteurs... 

 reconstitution du salon de George Sand

En passant par un vieil escalier, sans doute la seule chose que j'ai vraiment apprécié vu qu'il ressemblait comme deux gouttes d'eau à l'escalier dans l'immeuble d'un proche lorsque j'étais petite, on trouve plusieurs petites salles qui présentent majoritairement les travaux de Ary Scheffer, peintures et sculptures. J'ai d'ailleurs quelques difficultés à croire que tous les tableaux soient de lui parce qu'il existe des types de "finitions", des détails très différents dans le style d'un tableau à l'autre. En tout, de toute évidence, il avait un gros problèmes pour dessiner les bouts des doigts qu'il camouflait le plus souvent dans des poches, sous des ombres ou qu'il estompait au maximum... Quelque chose m'intrigue dans les portraits féminins et quelqu'un de plus cultivé que moi pourra sans doute m'apporter une réponse :
- soit Ary Scheffer avait des problèmes de vision
- soit les standards de dessin étaient très stricts
- soit les femmes choisies avaient toutes un fort lien de parenté
- soit Ary Scheffer a anticipé les mangas
- soit ces demoiselles avaient toutes de yeux globuleux...
Grands yeux proéminents qu'on ne retrouve pas d'ailleurs dans les bronzes très fins et très détaillés qui ne sont absolument pas dans le style du travail des peintures...
Le tout bien poussiéreux, allergiques s'abstenir!

L'exposition "Intérieurs".
Je n'ai pas été déçue par les apports sur la connaissance sur les papiers peints, les meubles, les hauteurs sous plafond. C'est très instructifs. Par contre, je ne suis pourtant pas très grande, mais j'ai trouvé que les cadres étaient placés un peu bas, d'autres obligent à se contorsionner lorsqu'ils sont placés au-dessus d'une cheminée. Et à moins qu'il fasse moins d'1m60 et très lax, le concepteur de l'expo a une vision assez étrange de la mise en scène... 
On nous présente donc 80 aquarelles (je n'ai pas compté !) qui décrivent principalement des intérieurs cossus, riches. 
On découvre les fumoirs de ces messieurs bleus ou verts et les boudoirs de ces dames rose ou ors.
Les décoration "à la japonaise" font un tabac alors même que le Japon n'était pas ouvert aux occidentaux. Les hauteurs sous plafond sont étonnantes, au moins 4 m voire plus, alors qu'il n'y parfois pas de cheminée dans la pièce... 
L'utilisation de l'espace et donc la répartition des meubles dans les pièces sautent aux yeux : l'éclairage étant peu efficace, seuls les salons et instruments de musique étaient au centre des pièce ou du côté non vitré, alors que toutes les tables de lecture et de jeux étaient devant les fenêtres.
Et plein d'autres choses (les papiers peints, les tapisseries, les tapis, les murs tendus...) si vous avez le sens de l'observation, parce que ce ne sont pas les explications qui vont vous étouffer, les étiquettes ne servant qu'à vous préciser le nom de l'aquarelliste et l'année de réalisation du dessin.




Si comme moi vous aimez le dessin, vous serez certainement surpris car les (grands !) ratés des perspectives dans certaines aquarelles !! 
Sinon on ne peut nier que les aquarellistes avaient un sens énorme du détail et des pigments et une bonne patience dans leur travail.





Je ne finirai pas par le salon de thé, car comme il pleuvait la terrasse était fermée et en intérieur il y a 3 tables qui ne désemplissent pas.

(J'espère que le gardien "vigipirate" de l'entrée aura fini par recevoir sa parka qui lui évitera de se geler sous la pluie)

Je conclurai donc en vous conseillant d'aller voir l'expo "Intérieurs" qui est très informative si vous vous intéressez aux décors et aux cadres de vie (de la haute Société), reflet d'une certaine Société... Sinon, à moins encore une fois d'être un grand fan de George Sand,... allez ailleurs.

(La prise de photos étant interdite, je vous propose ici quelques photos qu'on peut trouver sur le net...)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Stats