vendredi 5 octobre 2012

Les collectionneurs : passion ou trouble mental ?

Il existe peu d'études sur les collectionneurs.
Sans doute parce que nous sommes tous un jour passés par là. Surtout dans notre enfance, qui n'a pas collectionné des timbres, des images Panini, des marrons à l'automne, des figurines d'animaux... ?
Et qui n'a pas fréquenté certains adultes qui ont vu leur collections d'enfance se transformer en véritable passion ? Passion des voitures, passions des timbres, passion des pièces de monnaie... ?

Mais la "collectionnite aigüe" existe aussi ! Qui n'a jamais vu, ne serait-ce que dans un reportage télévisuel, ces fans collectionner depuis 50 ans le plus d'objets ayant appartenus à une "star" ? Au point que toute la maison en est rempli et que le fan lui même s'habille comme son idole... Sans parler de celui qui passe à vie à envahir son espace de vie d'objets aussi divers que variés entassés au fur et à mesure des longues pérégrinations au sein de boutique, marchés ? Qu'en est-il de celui qui semble ne plus collectionner mais bien entasser tout ce qui lui tombe sous la main, bien qu'en y approchant on constate une certaine logique dans ce qui est gardé ?

Car ne nous y trompons pas collectionner ce n'est pas entasser.
Et si collectionner des timbres ne relève pas d'une pathologie avérée, pour l'entassement c'est une autre histoire.

L'envie de collection apparait dans l'enfance, vers 6 ou 7 ans. L'enfant a trouvé un truc joli, il en veut d'autres ou il a été initié par un oncle, un grand père qui a réussi à lui faire partager sa passion.
L'enfant par nature est collectionneur, c'est sa façon d'appréhender le monde et de le classer. Il prend connaissance, évalue, range, étiquette... Nous continuons à tous faire cela d'ailleurs pour nous intégrer.
Mais chez l'enfant ces processus psychiques sont visibles comportementalement et on pense que les collectionneurs auraient gardé un mode de fonctionnement infantile.

Cela ne remet nullement en cause leurs capacités cognitives, ni même l'organisation de leur personnalité.
Et même s'ils sont passionnés et capables de faire 5000 kms dans le week end pour acquérir la pièce recherchée, ils savent ce qu'ils vont chercher et peuvent s'en passer, même si cela génère regrets et colère. L'impact sur l'entourage est plus ou moins important. Et on considère qu'un collectionneur "sain" saura limiter sa passion afin de réduire l'impact négatif que cela pourrait avoir sur ses proches.

Certains n'en sont pas capables. Et l'impact est fort. On trimballe tout le monde de mauvais gré pour aller chercher telle objet à tel endroit. Même si ça n'intéresse pas les autres. Le monde commence à être centré sur la collection et plus sur la réalité. Ceci dit les capacités cognitives sont encore en bon état, même si l'organisation de la personnalité parait rigide. Nous sommes ici dans ce qu'on appelle "le collectionnisme". La limite entre l'obsession et la passion sont ténues, mais là la collection envahie le champ de la vie. Ce n'est pas toujours un trouble du comportement car, soyons réalistes, pendant que le collectionniste cherche, chasse, pense, chine, voyage.... il ne fait pas autre chose. Le tout est de savoir si ce qu'il fuit est à l'intérieur de lui ou à l'extérieur. Mais dans tous les cas, le collectionniste ne fait pas face.

Et puis, il existe une troisième catégorie.  Les "entasseurs".
Ce sont souvent des personnes plutôt âgées.  Comme le terme l'indique, ces personnes entassent. Soit avec un thème mais il y en a partout, cela a envahit la cheminée, le papier peint, le dessin du tapis...  soit c'est tout et n'importe quoi parfois jusqu'aux espaces communs ou dans la cave...

Toute la difficulté est de savoir si on a affaire à une personne qui présente un trouble mental ou si c'est un choix de vie. Ainsi une personne peut décider d'entasser des objets anciens qui lui rappellent un événement. Si c'est un choix personnel, nul ne peut intervenir. Bien qu'il sera intéressant de se poser la question de pourquoi cet événement est si important et prégnant dans le vie de la personne. Si cela ne démontre pas un trauma ou quelque chose dont elle n'a pu se détacher. 

Les autres entasseurs entassent par angoisse. Ils ne peuvent se détacher des objets collectionnés, ils présentent une incapacité à perdre, à lâcher, à se séparer. Un travail de deuil n'a pas été fait. Ils vivent sans cesse dans le passé. Mais surtout ils ne font plus la différence entre leur "soi intérieur" et l'extérieur et l'accumulation vient compenser les failles dans la protection, comme s'il fallait colmater les brèches en soi avec tout ce qui tombe sous la main par peur d'un morcellement.Par contre, ils ne sont pas passifs, mais bien actifs. Ils agissent en lutte contre.

Chez les "grands" collectionneurs ont est dans 50 % des cas face à des personnes qui ne présentent pas de troubles mentaux mais qui ont des aspects anxieux et stressés. Dans 50 % des cas, ces individus présentent des troubles psychotiques avec détérioration intellectuelle.

Ce qui permettra de faire la différence entre ces catégories est bien sur le questionnement, mais aussi l'observation du milieu de vie. Y a t il envahissement ? Dégradation ? Négligence ? Quel est le degré d'isolement social et familial ? Quel impact sur l'espace social ?


Lorsque collectionner devient de l'art...





8 commentaires:

  1. Ca donne pas mal de piste de réflexion mais aussi un flot de questions. Je peux reconnaitre différentes personnes de mon entourage, effectivement bcp sont d'une facon ou d'une autre collectionneurs.

    Je voudrais toutefois poser une question. Qu'en est-il de ces hommes collectionneurs de femmes, qui durant leur vie ont pu conquérir des centaines et des centaines de femmes ? (oui j'en connais)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah lea tu as de drôle de fréquentations ! lol
      Bon déjà il faut séparer deux types de consommateurs :
      - ceux qui ont besoin de sexe et qui se "tapent" tout ce qui passe
      - ceux qui se tapent tout ce qui passe mais n'ont pas spécialement besoin de sexualité
      Les premiers ont des besoins compulsifs. Ce sont des boulimiques. ils "consomment" des femmes mais en fait ils ont juste besoin de "tirer" et ils préfèrent le faire avec une vraie partenaire plutôt qu'avec un truc en latex, mais sur le principe il faut avoir du sexe. Jouir n'est plus jouir. Ils ne prennent aucun plaisir, ils sont accrocs. Ils compensent un manque, ce sont souvent des dépressifs.
      Les seconds accumulent les femmes car ils ont une mauvaise estime d'eux même. Il leur faut se prouver et prouver quelque chose aux autres. Qu'ils sont séducteurs, qu'ils font ce qu'ils veulent, que malgré leur âge ils ne sont pas vieux.... La femme est un trophée qui vient nourrir leur égo et le plus important c'est le public. Car il faut que les autres sachent qu'ils ont eu des centaines de femmes dans leur lit. Il y a un problème de virilité, d'estime de soi, d'affection.

      Supprimer
    2. Merci pour ces eclaircissement. Effectivement, je pense que les hommes "collectionneurs" que je connais (2... 'seulement' :-)) font partie de la seconde categorie. Il faut toujours qu'ils le fassent savoir, 1 plus subtilement que l'autre mais ca doit etre su.
      La prochaine fois qu'ils me parlent de l'une de leurs conquetes, je leur demanderai ce qu'ils ont `a prouver...

      Supprimer
    3. Et tu peux ajouter que franchement ce type de collection ne donne pas une bonne image d'eux... Ca va les refroidir un peu ! lol (c'est mon côté sadique)

      Supprimer
    4. J'en connais un et franchement je crois qu'il se moque royalement que ce genre de collection ne soit pas bien vu par certains. Il a dans son entourage suffisamment de copains pour qui c'est un art maitrisé et qui l'envient pour qu'il cesse de se vanter.

      Supprimer
    5. Et oui encore un qui a des problèmes avec sa virilité. Il essaie de convaincre les autres qu'il est un homme, à moins qu'il n'essaie de s'en convaincre lui avec peut être, qui sait, une homosexualité refoulée ou en tout cas fantasmée.

      Supprimer
  2. pas de collectionneur dans mon entourage, entasseur de désordre j'en connais une très bien mdr, bref rien à dire si ce n'est que j'aime toujours autant cette photo.

    RépondreSupprimer
  3. Je suis une collectionneuse mais pas au point de me "déguiser" ni d'être incapable de faire autre chose ou encore d'incommoder mon entourage. Je pense être une collectionneuse "raisonnable" à l'image d'un collectionneur de timbres ou d’œuvres d'art.

    Le problème, quand une collection concerne un artiste, est que les gens ont tendance à dénigrer la collection en question et la personne qui collectionne en se référant aux fans extrêmes (les caricatures des fans de Johnny, d'Elvis ou encore de Cloclo, etc...)

    Effectivement, ces cas extrêmes présentent certainement une pathologie que je ne saurais analyser, n'étant pas psy. Mais, bienheureusement, tous les collectionneurs ne sont pas atteints de pathologie. Pour certains, dont je fais partie, il s'agit d'une passion (pour la musique, le cinéma...). C'est le plaisir de chiner, de trouver une pièce qui manque à la collection, de partager avec d'autres collectionneurs, toujours en rapport avec le travail de l'artiste (pour mon cas en tout cas) et non la personne de l'artiste lui-même.

    Personnellement, je suis une passionnée de musique, je suis d'ailleurs moi-même musicienne (amateur) et oui je collectionne sur deux artistes (ce qui tend à prouver que je ne suis attachée qu'à leur musique et non à leur personne, puisque je ne suis pas obnubilée par une seule personne, comme s'est le cas dans les cas extrêmes).

    Ce que je collectionne se limite à des objets musicaux (cd/dvd/articles de presse...) mais en aucun cas à des objets portant un culte à la personnalité de l'artiste.

    J'ai, par exemple, été choquée, au dernier concert de l'un des artistes que je suis de voir un fan sauter de joie en récupérant la bouteille d'eau dans laquelle l'artiste en question a bu pendant le concert... Car il ne s'agit plus là de collection en rapport avec le travail de l'artiste, mais un culte de la personnalité que je trouve particulièrement malsain... Bien sûr, il ne s'agit que d'une opinion qui n'engage que moi !

    RépondreSupprimer

Stats