lundi 8 octobre 2012

Lettre avant la fin du monde - 1

 


5 commentaires:

  1. Juste un commentaire pour tous ceux qui auront vu leur lettre parue dans le cadre de cet exercice.
    D'abord sachez que vous restez libre d'adresser réellement vos lettres... ou pas.
    Ensuite, sans viser qui que ce soit, pour certains d'entre vous il existe d'évidentes dissonances cognitives qui nécessiteraient un vrai travail de psychothérapie.
    Pour ceux qui sont déjà suivi par un psychologue, je leur suggère de lire leur lettre au psy, il y a de fortes chances pour que cela fasse grandement avancer leur travail psychothérapeutique.

    Voila, je laisse les lecteurs se retrouver (ou pas) dans vos courriers.
    N'hésitez pas à faire part de vos sentiments, vos ressentis personnels et peut être vos témoignages par rapport à ce que vous auriez aimé écrire/dire de votre côté.
    Et puis bien sur n'hésitez surtout pas à apporter votre soutien si vous pensez que c'est nécessaire.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne crois pas qu'on puisse réellement choisir de s'attacher ou pas ne se mentant pas à soi-même, les sentiments ne sont (malheureusement ?) pas du domaine du parfaitement contrôlable.
    Je ne sais pas vraiment quoi ajouter sinon que je ne crois pas qu'il faut regretter quoi que ce soit, après tout ce qui compte n'est pas forcément la fin mais le chemin, ce qui compte ici c'est l'histoire, les sentiments éprouvés, pas forcément comment ça s'est fini.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me contenterai de répondre à ton commentaire. L'attachement est un phénomène complexe. Et les sentiments sont souvent mitigés. On peut aimer et haïr aussi par moment, le tout est de l'accepter et de n'en n'avoir pas de regrets.

      Supprimer
  3. c'est quoi une dissonance cognitive?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour faire simple ce sont des pensées incompatibles entre elles mais qui ont été instaurées afin de ne pas faire face à la réalité. Le conflit entre ces pensées génère des comportements basés sur des croyances de ce que l'autre pense/veut/dira sans que jamais le sujet se rende compte qu'en fait ce sont ces propres peurs qui dictent ses choix. Le sujet met en place des stratégies psychiques et comportementales basées uniquement sur ces croyances.

      Supprimer

Stats