lundi 3 décembre 2012

Pour médire soyez belle !

Les ragots ont une vertu sociale. Ils permettent d'échanger et renforcent donc les groupes dans lesquels ou entre lesquels ils ont lieu. Encore qu'on ne sait pas vraiment à quoi ça sert de médire.

Et les femmes en disent bien plus que les hommes.

Le ragot est à double tranchant. Ca nous amuse d'en dire ou d'en entendre, mais on n'aime pas en être la cible. Médire des autres oui, mais qu'on médise de nous, ça non.

Pourtant dans la vie, les études de terrain montre qu'on parle peu des autres. On parle plutôt de soi. On dit rarement des choses négatives (1 fois sur 7).

Mais lorsqu'on parle des autres c'est souvent pour médire. Et on médit bien plus sur une personne de même sexe que sur une personne de l'autre sexe.  (y a plein de mecs devant leur écran qui viennent de faire "ouf").
Plus les jeunes filles ou femmes sont proches, plus elles médisent. Surtout sur leur petit ami. Elles vont aimer les ragots sur leurs proches, mais dans ce cas ce seront plutôt des informations positives qui seront émises. Par contre, non seulement les hommes médisent peu, mais en plus ils le font rarement au sujet de leur petite amie. Ils vont parler de choses vues à la télé, une célébrité, un homme politique ou encore d'amis communs et encore surtout s'il s'agit d'argent ou de conquêtes féminines. 

Contre toute attente les ragots répondent à des règles et des normes. Ils sont émis à certains endroits, dans certaines circonstances et d'une certaine façon. En entreprise, l'espace autour de la machine à café reste le lieu favori de l'expression de la médisance ! C'est ainsi que les nouveaux apprennent les règles en cours dans leur service, qui fait quoi... bref, entendre les ragots peut servir à mieux s'intégrer dans un nouveau travail.

Comme je l'écrivais au début de l'article on ne sait pas vraiment à quoi ça sert de faire des ragots. Pourtant, cela se pratique depuis longtemps et ne cesse pas. Les chercheurs en viennent donc tout naturellement à penser que si ce comportement perdure, c'est qu'il a un intérêt. D'abord celui de se comparer aux autres. Ensuite de montrer que nous on sait et pas l'autre. Et peut être aussi un moyen d'éloigner la concurrence.

En effet, il peut y avoir avantage à faire courir les ragots. Les ragots positifs servent à renforcer une image, une amitié. Mais les médisances servent surtout à énoncer une forme indirecte de violence. Face à  la méchanceté, les hommes répondent par la violence physique et les femmes par la médisance (violence psychologique). 

Si les ragots en disent long sur la cible mais aussi sur la personne qui les émet, ils ne sont pas sans danger social. On pourrait penser fort justement qu'à force d'émettre des ragots négatifs, des médisances, une personne va se "tuer" socialement et voir son cercle d'amis se restreindre fortement. 

Et bien il n'en n'est rien.

En effet, les études de terrain démontre qu'une personne jugée "attirante" socialement va voir son pouvoir d'attraction renforcé par l'émission de ragots négatifs. 

Pour les hommes, lorsqu'une femme jugée attirante est la cible de médisance émises par d'autres femmes séduisantes, cette femme va perdre son attraction. Mais celles qui ont émises ces ragots ne perdent absolument pas leur pouvoir attractif, alors qu'elles vont être jugées moins aimables. 

Les femmes considérées comme "belles" peuvent médire à souhait. Là, encore elles ne perdent pas leur aura et sont toujours jugée attirantes. 

Par contre ne vous avisez de médire si vous n'êtes pas dans la catégorie "attirante", vous seriez broyée par le système ! Les femmes jugées peu attirantes voient leur popularité disparaître lorsqu'elles médisent.

La boucle est bouclée, car ce comportement n'étant pas jugé négativement chez les femmes "attirantes", ce sont les femmes "attirantes" qui médisent le plus et qui propagent d'une façon générale le plus de ragots. Elles peuvent se le permettre sans aucun impact social.

Pour médire, soyez belle !

"Elle est trop nulle, moi à sa place...."



1 commentaire:

  1. va falloir que je fasse une enquête pour déterminer si je peux médire ou pas (mdr), le problème c'est si je fais ça, mon entourage va médire et ça c'est pas bon du tout...
    A quoi ça sert ? d'un point de vue collectif (en entreprise) il y a souvent une frustration au départ qui conduit à créer un bouc émissaire, le groupe renforce sa cohésion dans une violence destructive ciblée sur une personne. J'ai l'impression que chaque groupe a "un type" de bouc émissaire. Bon je vais à la machine à café...

    RépondreSupprimer

Stats