lundi 7 janvier 2013

Invivable !

Non pas moi, je vous rassure je suis parfaitement "vivable" pour mon entourage. 
Enfin je crois....
J'ai un doute brutalement.

Dans invivable, il y a tout "vie" et il y a "in", joli préfixe construisant l'interdiction ou le contraire.
"Invivable" c'est donc qui ne permet pas la vie.

Ca vous parait évident ?
Oui, ça l'est même tellement qu'à force ça a des répercussions.

Prenons cette toute jeune femme par exemple.
Jolie, en train de finir de grandes études.
Elle vit encore chez ses parents. 
Elle est dans une phase où elle ne les supporte plus. 
Surtout sa mère.
Engueulades, colères, évitements... 
La jeune femme n'en peut plus.
La mère non plus.
La nature rappelle gentiment à chacune qu'il est temps de se séparer et qu'il faut que l'oiseau quitte le nid.
Mais entre la nature et la Société il y a un gouffre. Difficile de partir aujourd'hui...
Mais la mère s'accroche et se plaint chaque jour "ma fille est IN-VI-VA-BLE !".

Et c'est là que cette jeune femme m'arrive en pleine anorexie-boulimie.

Elle veut mourir.
Logique non ?
Après tout n'empêche-t-elle pas sa mère de vivre ?
Alors elle culpabilise. 
Autant qu'elle meurt, comme ça sa mère pourra vivre tranquillement. Elle ne gènera plus.
Mais elle n'a pas envie de se suicider, alors elle a trouvé un moyen.
Ne plus rien ressentir et maigrir le plus possible afin de devenir transparente. 
Et se remplir devant le vide affectif de cette mère qui dit sa fille mortifère.
Mais se remplir c'est redevenir visible, alors vite se vider et cessez de manger....

Maman a fini par dire "qu'elle ne le pensait pas".
Et elle a ajouté "Ne dis pas que c'est de ma faute, rassure-moi... "






2 commentaires:

  1. Saisissant exemple. Nous somme vraiment des êtres de symboles...
    Bonne année et bonne continuation pour votre blog, j'ai beaucoup de plaisir à le suivre !

    RépondreSupprimer
  2. Bonne année et merci pour les encouragements.

    RépondreSupprimer

Stats