jeudi 24 janvier 2013

les parents "si j'avais su..."


Vous me direz le week end on s'occupe comme on peut et aussi comme on veut. 
Tenez, une personne que je connais de loin, une jeune femme fort sympathique, souriante, grande gueule et toujours à la limite du burn out, n'a rien trouvé de mieux que de se suicider ce dimanche. Pendant que je dégustais un délicieux far aux pruneaux tout en buvant un tasse de thé et que les rues étaient pleines de neige, elle s'est pendue.
Y'a vraiment des gens qui ne savent pas quoi faire de leur dimanche.

Je devais vous parler de quoi déjà ?
Ah oui des parents qui ont des regrets.

Prenons un exemple (mes lecteurs aiment les exemples).
Une femme aujourd'hui à la limite d'entrer en retraite. Cadre super sup, CSP+++, 2 enfants, 1 mari charmant. Une très belle maison à 100 kms de Paris, un bon travail dans Paris. Partait le matin vers 6h30 pour ne pas avoir les embouteillages et ne rentrait pas avant 22 h pour la même raison.
Aujourd'hui ses enfants quittent la maison. Le grand pour se marier, la "petite" pour terminer ses études.
Grande claque.
Je n'ai pas vu mes enfants grandir ! Je ne les voyais jamais, je partais le matin ils dormaient encore, je rentrais le soir ils dormaient déjà. Plus grands, c'était différent mais nous n'avions rien en commun. On ne se connaissait pas. Pendant les week-end et les vacances, toujours dans un pays étranger et dans un endroit chic, les enfants m'évitaient et c'était les conflits avec leur père, je devais me battre pour reprendre ma place. Et maintenant je m'aperçois que je ne les ai jamais vu... Si j'avais su... j'aurai préféré vivre dans une hlm en face de mon travail, j'aurai pris mon petit déjeuner avec eux, j'aurai diner avec eux, j'aurai joué avec eux, je les aurai vu grandir, apprendre des choses. je n'ai rien fait de tout cela. Et maintenant à chaque fois que je les vois il me le reproche. "Où étais tu maman ?". Le cours d'équitation ? pfff. Les vacances aux Bahamas ? pfff. Les stages de tennis au Racing ? pfff. "On s'en foutait de tout ça, nous ce qu'on aurait voulu c'était passer du temps avec toi".
Si j'avais su...


Prenons un autre exemple.
Un père, directeur du pôle international d'un grand groupe. 
Toujours par monts et par vaux. 
Départ le dimanche soir pour être le lundi à la première heure en Estonie, le mardi en Espagne, le mercredi en Italie, le jeudi en Lettonie, le vendredi en Pologne. Retour le samedi midi.
Et cela pendant des années.
2 enfants. 1 fils de 14 ans, 1 fille de 7 ans.
Un jour le fils de 14 ans saute d'un pont. Multiples fractures, longue hospitalisation, suivi psychologique.
Mais pourquoi donc ? Tout allait bien, les enfants sont heureux, souriants, le père est hyper fier de son fils. Tout va bien.
Le père fouille les affaires de son fils afin de tenter de comprendre ce qui a pu justifier un tel geste. Pas de drogue dans les tiroirs, mais un journal intime.
"Papa est encore absent. Qui est ce père que je ne vois jamais ? Il s'en fout de nous. Papa jamais là."
Alors ce père aimant va décider de ne partir que 3 jours par semaine et d'être là le week end. 
Le fils reprend ses études avec 1 an de retard, tous ses amis ont passé de classe. Pas lui. On lui rend visite. il est souriant, a des projets, promets de tout faire pour rattraper son retard. Tout va bien.
Le père reprend ses habitudes, une urgence professionnelle, puis deux. Une promesse d'augmentation de salaire aussi s'il peut partir sur d'autres pays la semaine. Et puis, une envie de vivre à son rythme bien légitime, le plaisir de voir des cultures différentes. 
Son fils saute une seconde fois du pont. Et ne se rate pas.
Dans son journal on trouvera "Père à nouveau absent. Ca n'a pas duré longtemps. On ne se connaît pas".
Si j'avais su...





8 commentaires:

  1. Ahhhh...Les cariéristes...
    J'vois le résultat au boulot...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ne sont pas toujours carriéristes, certains sont de très bonne foi et pensent réellement que pour que leurs enfants soient heureux il leur faut la meilleure école, les derniers jouets, une grande marque de vêtement. Les enfants n'auront manqué de rien, c'est vrai. Sauf de leur parent. Mais quelque part ces parents tentent de tout faire pour que leurs enfants soient bien dans leur vie, ils veulent qu'ils réussissent, aient un bon métier, qu'ils ne se privent pas.... Le juste milieu n'est pas toujours facile à trouver. Tout est une question de préoccupation individuelle. Lorsqu'enfant on a manqué, on ne veut pas que nos enfants manquent. Beaucoup ont pensé qu'en comblant leur absence avec des présents tout irait pour le mieux car cela montrerait qu'ils aiment leurs enfants. En fait, ça ne montre qu'une chose : qu'ils sont absents... Et tous l'argent du monde n'y changera rien.

      Supprimer
  2. ça fait bizarre de lire cet article alors que je suis en déplacement professionnel pour 3 semaines... En tout cas, même si je sais devoir faire attention à ça, ta piqure de rappel va me pousser à faire à chaque fois attention aux réactions de mon fils avant / après...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne vaudrait il pas mieux prendre les devants de telle manière à ne pas se poser la question de l'avant/après ?

      Supprimer
    2. Je prends les devant avec mille précautions à chaque fois !!!
      Mais effectivement, entre ce que j'imagine dans ma tête d'adulte et ma perception de 3 semaines d'absence (pas gand chose) et la perception de 3 semaines dans la tête d'un gamin de 6 ans, il peut y avoir une grosse différence !
      Ceci dit, je fais attention, je le ferai encore plus, mais je ne me sens pas comme étant en risque tel que démontré dans ton article.

      Supprimer
    3. "je ne me sens pas comme étant en risque...".. Ce n'est pas toi qui risque quelque chose.
      M'enfin je ne dis pas non plus que tu es trop occupé ou que tu fais partie des parents trop absents je te rassure. Ton gamin le fera à ma place plus tard.
      Mééééé non, je blague...
      Loi de moi l'idée de te faire culpabiliser parce qu'il faut vivre aussi et qu'on ne peut pas vivre non plus centré sur l'enfant. Tout dépend aussi de comment son présenter les choses, du vécu de l'enfant avec l'autre parent, de la relation des deux parents...

      Supprimer
  3. Un excellent article qui fait réagir et ouvre les yeux !

    RépondreSupprimer

Stats